@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 20 octobre 2017

!!! Bonjour à tous iii




banblog.gif




Depuis ma plus tendre enfance j’ai comme beaucoup d'entre vous la passion de l’automobile . Chez moi cette addiction s’est déclarée en 1957 lorsque pour la première fois j’ai découvert dans le magazine "Tintin hebdo" une Aventure de "Michel Vaillant", celui qui allait devenir le plus célèbre pilote de la BD .

Soixante ans plus tard, calquée sur l'énorme succès de Michel Vaillant, ma passion n’a cessé de grandir si bien qu’avec l’aimable autorisation des auteurs "Jean et Philippe Graton" elle a fini par s’exposer sur Internet dans le site du "Fan Club de Michel Vaillant" dont je m'occupe depuis bientôt 20 ans .

La passion étant synonyme d’ouverture d’esprit tous les sujets en rapport à l’automobile m’ont aussi intéressé, (la mécanique, la technique, les marques, les accessoires, les courses, les pilotes, les voitures anciennes, etc…) si bien qu’aujourd’hui j’ai décidé d’en faire un Blog . Ce modeste blog a pour seule ambition de partager cette passion avec le plus grand nombre car la passion est aussi avant tout synonyme de partage. Merci à tous pour votre fidélité ....



banblog2.gif







JPBlogAuto

Les circuits automobiles urbains temporaires









Un circuit automobile est une installation sportive comprenant une piste qui sert habituellement à des courses de vitesse. Si dans leur grande majorité, les circuits sont des installations permanentes, ouvertes toute l'année à diverses épreuves, les circuits temporaires sont tracés sur des voies publiques, parfois dans les rues d'une agglomération ou d'un parc pour la durée d'un événement. Certaines épreuves se déroulant dans un tel cadre urbain sont célèbres, comme le Grand Prix de Monaco devenu mythique qui se court dans les rues de la principauté depuis 1929 ....


urbain94.jpg


De nos jours environ 50 circuits sont homologués et approuvés par la FFSA en France pour organiser des compétitions mais seulement deux sont des circuits urbains temporaires, le Circuit des Remparts à Angoulême et le Circuit dans la Cité de Pau. En fait depuis les années 20 jusqu'aux années 60 environ, la situation était carrément l'inverse et donc les circuits permanents étaient très peu nombreux. Par contre les circuits urbains temporaires étaient beaucoup plus répandus, en effet ils étaient la norme pour l'époque car de très nombreuses villes organisaient des courses comme en témoignent la centaine d'affiches vintage que je vous propose ....





Ainsi des épreuves existaient dans les rues des villes de Aix les Bains, Amiens, Avignon, Bordeaux, Bourg en Bresse, Cadours, Caen, Dijon, Dieppe, Lyon, Lesparre, Marseille, Nantes, Nice, Nîmes, Périgueux, Perpignan, Roubaix, Sables d'Olonne, Saint-Cloud, Saint-Gaudens, Strasbourg ou Tours par exemple. C'était une époque aujourd'hui révolue ou quelques bottes de pailles judicieusement placées et quelques barrières en bois de 50 centimètres de hauteur en guise de protection des spectateurs suffisaient pour délimiter un tracé urbain et organiser une course dans les rues de n'importe quelle ville. Malheureusement de nos jours seulement deux villes continuent à organiser des épreuves, Angoulême qui en 2017 en est à sa 78 ième édition et Pau qui en 2017 en est à sa 76 ième édition. Ces deux circuits urbains temporaires utilisent des portions permanentes habituellement ouvertes à la circulation publique, des rues, des places ou des boulevards, qui sont fermées et sécurisées au moyen de rails et de barrières de protection ....





urbain95.jpg


*** LE CIRCUIT DES REMPARTS D’ANGOULÊME ***


urbain71.jpg


Le circuit automobile des remparts d'Angoulême est un circuit long de 1.287 mètres situé à Angoulême dans le département de la Charente. Utilisé la première fois en 1939, il rencontre de nos jours un nouveau succès grâce à un évènement automobile de classe internationale réunissant sur et autour du circuit toutes sortes de voitures historiques. Si les équipements de sécurité modernes ont remplacé les ballots de paille et les clôtures en bois, le tracé du circuit reste inchangé depuis le premier Grand Prix de 1939 gagné par Raymond Sommer sur Alfa Romeo 308. C'est devenu, au fil du temps, une véritable institution, un rendez-vous de haute volée pour le gratin automobile de compétition. En fait, les pilotes d'aujourd'hui accélèrent, tournent et freinent aux mêmes endroits que Wimille, Trintignant ou Fangio. Ce succès est du à une osmose entre les vieilles pierres situées au cœur de la ville d’Angoulême, la difficulté du tracé urbain, la lumière si spécifique à la Charente, le bruit, les odeurs et les voitures, mais aussi à la passion qui anime tous les pilotes ....





*** LE CIRCUIT DANS LA CITÉ DE PAU ***


urbain93.jpg


Le circuit de Pau est un circuit automobile urbain temporaire empruntant les rues de la ville de Pau dans les Pyrénées-Atlantiques. Il accueille chaque année le Grand Prix de Pau et le Grand Prix de Pau historique. Ce circuit est très original et atypique, autant par son tracé que par son environnement urbain. Le Grand Prix de Pau est organisé sur un tracé de 2.760 km empruntant les rues de la ville. Le circuit est situé à proximité des points importants du centre ville de Pau, comme le parc Beaumont, le château de Pau, le boulevard des Pyrénées. Il serpente entre les arbres et les habitations, qui font la « carte postale » du circuit. Le tracé, qui comprend d'importants changements de dénivellation, emprunte des rues très étroites bordées de glissières de sécurité et présente des passages délicats comme l'épingle du Lycée ou la chicane précédent la ligne droite d'arrivée. Très sélectif, il est très apprécié des pilotes. Ressemblant, par certains aspects au circuit de Monaco, on le surnomme « le petit Monaco ». En effet, il comporte une montée vers un casino tout comme le circuit monégasque, et comme ce dernier, une partie basse et une partie haute ....








Le Circuit des Remparts d'Angoulême ...



Le Circuit de la Cité de Pau ...



Sources : © - Wikipédia © - Youtube © - Google Images © - FFSA






JPBlogAuto

vendredi 13 octobre 2017

Citroën DS PLR Michelin - 1972







ds00.jpg



Au début des années 70, les camions et les autocars roulent alors de plus en plus vite, et Michelin le fabriquant clermontois de pneumatiques ne cesse d'essayer de nouvelles solutions car il a besoin d’un outil permettant de tester le comportement des pneus de poids lourds, en charge et à très grande vitesse. Pour cela et comme souvent, Michelin qui a l’innovation dans ses gènes va créer son propre outil, la solution est une voiture hors du commun, la DS « mille-pattes » ....





En fait d’outil, c’est un monstre qui va voir le jour. La caisse rappelle lointainement la Citroën DS. Plus précisément un break ID qui aurait pris beaucoup d’anabolisants. L’engin baptisé Michelin Citroën DS PLR est vraiment très impressionnant. "PLR signifie Poids Lourd Rapide" car l'engin est prévu pour tester des pneumatiques de poids lourd sur de grandes distances avec un cahier des charges qui met en avant la vitesse pour rouler à plus de 180 km/h. Ce projet de créer un véhicule analytique pouvant réaliser des tests de comportement et d'usure de pneus dans des conditions similaires donnera naissance à un monstre de 7.30m de long et 2.45m de large ....





Le constructeur automobile Citroën associé à Michelin entre rapidement dans le projet et adapte aux besoin des ingénieurs du manufacturier un modèle de sa série ID Break. Le châssis spécifique de cette Michelin Citroën DS PLR est constitué de deux poutres IPN, et les dimensions sont celles d’un camion. Ce prototype est recouvert d’une carrosserie extrapolée de la DS, qui fut choisi pour son côté aérodynamique. Et pour répartir le poids de la voiture, pesant 9.150kg, il se dote de 10 roues sans compter le pneu de poids lourd en test. Le fameux "Mille Pattes" est désormais vivant, et devient le premier prototype de véhicule analytique pour tester les pneumatiques ....





L'étonnante Michelin Citroën DS PLR peut tester jusqu'à 11 roues simultanément, dans des conditions proches de celles des laboratoires fixes. Le poste d'essai au centre du véhicule abrite la 11ième roue. L'ensemble permet le test d'une gamme de pneumatiques Michelin allant du Tourisme au Poids Lourd 12 R 22.5. A l’intérieur de la voiture, au centre, invisible de l’extérieur, se trouve donc l’élément le plus important de la voiture, le pneu que les ingénieurs Michelin veulent tester. Ce pneu se trouve sur un poste d’essai permettant d’en faire varier la géométrie et les contraintes, on peut notamment lui appliquer jusqu’à 3250 kg de charge. Un carénage permet de protéger les occupants du véhicule d’une explosion du pneu prototype ....





L'insolite Michelin Citroën DS PLR doit supporter le poids de l’ensemble avec des roues de véhicules de tourisme. Pour ce faire, les 9 tonnes seront supportés par un train avant doublé, tandis que l’on trouve carrément 3 essieux à l'arrière, le tout donne donc 10 roues avec, bien entendu, l’incontournable suspension pneumatique Citroën. Le double train avant est totalement bidirectionnel. Les moyeux et les jantes proviennent de l’antique fourgon Citroën type « HY Tub », du robuste. Le freinage est donc confié aux freins à tambours d'origine mais grandement renforcés et complétés par des disques de DS en sortie de boite ....





La Michelin Citroën DS PLR devant propulser ses 9 tonnes à 180 km/h s’est retrouvé équipé de deux V8 issus de l'Oldsmobile Toronado. La Toronado, était à sa sortie la traction avant la plus puissante du monde, et sa boite automatique avait une implantation particulière, à côté du moteur idéale pour ce montage. Les deux V8 ne sont évidemment pas rentrés sous le capot avant plongeant, et ils se trouvent à l’arrière. A l’avant, il y aura à cet emplacement les gros réservoirs. Cette DS "Mille Pattes" devient donc une propulsion via sa transmission qui se fait aux 6 roues arrière par des ponts faisant de l'engin de Michelin un 10 X 6. Pour cela, le V8 de gauche entraine via sa boite automatique la roue-prototype centrale de test afin de lui appliquer des contraintes variables choisies, tandis que l’autre V8 de droite entraine les 6 roues arrière motrices ....





Les deux moteurs V8 Chevrolet de 5,7 litres de la Michelin Citroën DS PLR développent 200 chevaux chacun. Ils sont donc disposés en parallèle dans la partie arrière juste sous un hayon relevable. Ils disposent chacun d'un double système de refroidissement amélioré. Une boite de transfert spéciale a été dessinée pour entrainer ces trois essieux moteur. Par sécurité, cette boîte de transfert faite maison comportait un dispositif de roue libre pour le dernier essieu, pour qu’en cas de blocage de la transmission il puisse conserver sa rotation. Les moteurs sont couplés à deux boites automatiques à 3 vitesses avec des convertisseurs de couple qui permettent d’associer facilement deux moteurs amenés à tourner à des vitesses légèrement différentes. Les nombreuses prises d’air, tant sur les flancs que sur le toit, et les nombreux ventilateurs placés devant les radiateurs laissent penser que le refroidissement de l'ensemble n’était pas simple ....





De nos jours, les établissement Michelin, conscients du symbole qu’est devenu la DS PLR « mille-pattes », ont entièrement rénové cet étrange et spectaculaire laboratoire roulant pour trôner au musée Michelin à Clermont Ferrand, mais aussi afin qu’il participe à diverses manifestations promotionnelles pour la marque ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteurs : Deux V8 Chevrolet
  • Cylindrée : 5.7 Litre chacun
  • Puissance : 200 cv à 5800 tr/min chacun
  • Transmission : Propulsion avec boite automatique à 3 rapports
  • Vitesse : Environ 180 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Michelin - © Citroën - © Autoweb




La Michelin Citroën DS PLR - 1972 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 390