@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les engins divers insolites

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 14 mai 2015

Dodge Tomahawk - 2003







tomahawk00.jpg



Depuis quelques années, la marque Dodge subit de plein fouet la crise qui frappe le marché automobile américain. La firme s’est laissée prendre au piège d’une trop grande dépendance de sa gamme de SUV, dont les ventes pâtissent d’un vieillissement prématuré. Qui plus est, depuis la disparition de Plymouth, l’image de Dodge a tendance à se diluer vers le bas de gamme au sein du groupe Daimler-Chrysler. Dodge s’est donc attelé à l’exploration de nouveaux concepts dans l’espoir de reproduire l’engouement et pour ce faire, les dirigeants ont cru bon de frapper un grand coup en proposant un engin démoniaque baptisé le Dodge Tomahawk ….


tomahawk01.jpg


Le Dodge Tomahawk est un véhicule terrestre monoplace, hybride mi-auto mi-moto. Il a été présenté au salon automobile nord-américain de Détroit en 2003 comme une moto à quatre roues. C'est quasiment un véhicule conceptuel dont la production était estimée à 500 exemplaires sur quatre ans. Pour le vice-président du design de Chrysler Trevor Creed, « La philosophie de Dodge est un défi permanent lancé à l'homme pour prendre la vie à bras le corps. La Tomahawk en est l'exemple concret un mélange de passion et d'extrêmes. » ….


tomahawk02.jpg


Esthétiquement, la Dodge Tomahawk surprend, estomaque, dérange même, en fait c'est un uppercut visuel. En retrouvant ses esprits, on reste interdit, carrément interloqué car au final c'est un moteur et des roues, et basta. Celles de l'avant sont tenues par des bras articulés de forte section reliés à un châssis monocoque en aluminium. Le plus incroyable dans tout ça, c'est que cette moto atypique peut prendre de l'angle. Passé le coté sensationnel, on a affaire à un concept très travaillé qui peut rouler et pas seulement surprendre, en fait c'est une véritable moto et pas seulement un engin d'exposition ....


tomahawk03.jpg


Cet engin démesuré a soulevé l’enthousiasme des foules à chacune de ses apparitions. Une sorte de motocyclette à quatre roues mue par le V10 de la Dodge Viper, avouez qu'il y a vraiment de quoi être admiratif. Après le moteur, c’est la partie cycle du Dodge Tomahawk qui surprend le plus car l’inclinaison en virage commande la translation verticale des deux roues intérieures, afin que chacune des quatre puisse travailler sur un plan idéal par rapport au bitume ....


tomahawk04.jpg


Son concepteur Bud Bennett dit que c'est un quadricycle, avec ses quatre roues jumelées en paires et chacune dotée d’une suspension indépendante. Mais en fait, c'est une véritable sculpture mécanique “art déco”, tout de chrome vêtue, devenu quasiment une icône incontournable dans le monde de la moto en raison de la tonalité d’enfer qui s’extirpe de la bête, de ses performances gargantuesques mais également du visuel époustouflant qu’elle offre ....


tomahawk05.jpg


Le patron de Chrysler de l’époque initiateur du projet, l’Allemand Wolfgang Bernhard, dit que la fiche technique du Dodge Tomahawk a de quoi étourdir avec des spécifications et des dimensions qui n’ont rien à voir avec le monde de la moto. En effet, avec 2,6 mètres de long et à peine 70 cm de large pour cet alliage de pièces d’aluminium,fabriquées à la main et posées sur des roues de 20 pouces chaussées de pneus Dunlop spéciaux en 120/60 à l'avant et en 150/50 à l'arrière, c'est le moins que l'on puisse dire. De plus, le poids total de 680 kg considéré comme lourd pour une moto est réparti entre l’avant et l’arrière presque à la perfection. Les phares avant et arrière annonçaient déjà que les dioxydes électroluminescentes ou LED en bon français allaient devenir la tendance ....


tomahawk06.jpg


Chacune des quatre roues de la Dodge Tomahawk reçoit un disque de frein périmétrique de 508 mm sur lequel mordent 2 étriers de 4 pistons. Le freinage arrière est à peine moins impressionnant avec également 2 disques périmétriques, mais avec un seul étrier par roue. Un tel attirail de 4 disques et 16 pistons n'est pas superflu car l'engin pèse la bagatelle de 680 kgs. Le plus incroyable dans tout ça, c'est que cette fabuleuse moto complètement atypique qui est en vente libre n'est cependant même pas homologuée pour la route. Elle vous coutera donc un demi million de dollars pour avoir le loisir de rouler sur un circuit privé ou tout simplement pour pouvoir l'admirer à l'arrêt dans votre garage ....


tomahawk07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique de cette Dodge Tomahawk, quitte à faire un génial show-bike de fou pour satisfaire les passionnés d'engin surréalistes, autant mettre un moteur de malade dedans. Et finalement l'heureux élu n'est autre que le V10 de la Dodge Viper, un gigantesque moteur culbuté de 8,3 litres de cylindrée. Avec cette puissance, la moto est théoriquement capable de dézinguer sans problème un avion de chasse au démarrage, 500 chevaux à 5600 tr/min et 71 mkg de couple à 4200 tr/min. Les performances sont donc elles aussi démoniaques avec une vitesse de pointe supérieure à 500 km/h qui peut être atteinte en 400 m, et un 0-100 km/h en 2,5 secondes, waow rien d'autre à dire bien que tous ces chiffres n'aient jamais été vérifiés en situation réelle mais simplement sur simulateur ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : Dodge Viper V10
  • Cylindrée : 8.300 cm3
  • Puissance : 500 chevaux à 5600 tr/m
  • Couple : 71 mkg à 4200 tr/min
  • Freinage : 4 disques de 508 mm et 16 pistons



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © KustomMag




La Dodge Tomahawk de 2003 ...



La Dodge Tomahawk de 2003 ...








JPBlogAuto

jeudi 7 mai 2015

Saturn Templeton - 1950








saturn00.jpg




A la fin de la seconde guerre mondiale de très nombreux GI de retour au pays rêvent des attachants petits roadsters de sport à deux places qu'ils ont découvert en Europe, mais aucun constructeur américain ne propose un tel véhicule capable de satisfaire ce besoin. Ce nouvel engouement a contribué à donner naissance à une nouvelle ère d'automobiles de sport personnalisées. C'est alors qu'à la fin des années quarante et au début des années cinquante de nombreux petits constructeurs indépendants naissent afin de répondre à cette nouvelle demande ….


saturn01.jpg


Un de ces nouveaux petits constructeurs indépendant était Lloyd Templeton qui avec l'aide de ses deux fils Don et Bob se lance courageusement dans cette aventure en montant une petite société spécialisée. Ainsi est né le projet de la Saturn Templeton dont la construction a débuté à l'été 1950 après que Lloyd et ses deux fils aient racheté un châssis et sa carrosserie à un autre de ces fabricants de voiture personnalisée Californien qui avait abandonné son projet devant l'ampleur des travaux que cette construction demandait ….


saturn02.jpg


Ce châssis et sa carrosserie étaient une base de Mercury 1948 mais les travaux à faire pour lui donner une apparence acceptable étaient énormes d'autant plus que Templeton comptait en faire un véhicule sortant de l'ordinaire. Tel un custom radical la carrosserie de la Mercury est entièrement revue et Lloyd et ses fils ont démantelé la base existante avant de passer environ deux ans dans la reconstruction de la Saturn Templeton qu'ils avaient imaginé dans leurs rêves ....


saturn03.jpg


La carrosserie de la Saturn Templeton a été faite entièrement à la main avec 16 feuille d'acier étiré sur un cadre en acier tubulaire. Les ailes arrières ont été faites à partir de quatre ailes de Chevrolet de 1949 fendues en deux et soudées sur le pont arrière. Ce pont arrière provient d'une Hudson et il a été inversé et modifié pour s'adapter à la conception générale. Le capot moteur est démesuré avec ses 2,20 mètres de longueur hors tout. La partie avant a été fabriqué à partir de panneaux d'une Dodge, et le reste étaient en tôle d'acier ....


saturn04.jpg


Les pare chocs de la Saturn Templeton proviennent d'une Pontiac de 1946, et le pare brise est fabriqué à partir de celui d'une Ford des années 30 afin de s'adapter à la largeur de l'auto. Le coffre est un capot de Ford 1936. Les phares sont ceux d'une Studebaker de 1946, et le nez de la grille de calandre provient d'une Dodge de 1946. Le cockpit quant à lui a été conçu à partir d'un avion de tourisme et le tableau de bord est composé de 13 indicateurs et cadrans différents. La voiture mesurait 1,20 mètres de haut à partir du sommet du pare brise, et 5,50 mètres de long ....


saturn05.jpg


La poste de pilotage de la Saturn Templeton est reculé au maximum jusqu'au pont arrière, ce qui rallonge visuellement d'une manière démesurée le capot moteur provenant d'une Chrysler de 1936 à la manière de la voiture du loup des dessins animés de Tex Avery. Finalement la construction de cet engin très étonnant et vraiment insolite qui a débuté à l'été 1950 demandera d'énormes travaux et beaucoup de temps pour s'achever en Juin 1952 ....


saturn06.jpg


La Saturn Templeton devient assez vite une célébrité qui apparait dans des campagnes publicitaires mais qui est également empruntée pour des campagnes électorales. Elle est exposée au début des fifties au National Car Show et aussi au Pan-Pacific Auditorium en Californie et à Hollywood. Elle sera aussi exposé au New York Auto Show, elle elle servira également à porter Miss America dans sa tournée promotionnelle. Elle devait apparaître dans un film dans lequel l'acteur Bop Hope devait jouer, mais ce projet ne verra pas le jour ....


saturn07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique de cette Saturn Templeton, le père et les deux fils ont la aussi fait preuve d'imagination en utilisant un classique V8 Flathead Mercury préparé quand même avec des pièces perfos d'une cylindrée de 7,3 litres qui développait 210 chevaux à 5000 tours minute accouplé à une boite 3 vitesse manuelle inusable et indestructible reliée à un pont Columbia. Elle dépasse alors les 100 mph soit environ 160 km/h ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence ou alcool
  • Moteur : V8 Flathead Mercury
  • Disposition : Avant
  • Cylindrée : 7.351 cm3
  • Puissance : 210 chevaux à 5.000 tr/m
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : 3 vitesses manuelle




saturn08.jpg

saturn09.jpg


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © KustomKruzin






JPBlogAuto

samedi 18 avril 2015

Buick Centurion - 1956







b-centurion00.jpg



La Buick Centurion fut d'abord au tout début de sa création un prototype sous forme de concept datant de 1956, qui est aujourd'hui exposée au musée Sloan à Flint au Michigan. Devenue par la suite un modèle de production, elle remplaçait la Buick Wildcat devenue vieillissante. Elle partageait sa carrosserie avec le modèle Buick LeSabre, mais elle était plus luxueuse. La Buick Centurion était disponible en trois styles différents de carrosserie, une 2 portes décapotable, une 2 portes sans montants et une 4 portes sans montants ….


b-centurion01.jpg


Dessiné par Chuck Jordan et présenté au Motorama de 1956, le concept car Buick Centurion concentre la plupart des caractéristiques stylistiques d’une époque placée sous le signe de l’aéronautique. Ce coupé 4 places possède une carrosserie en fibre de verre, très basse, construite sur un empattement full size et marquée de baguettes latérales propres aux Buick de l’époque. Elle est une véritable ode à l’aérodynamisme, avec un avant fuselé, des phares encastrés dans les ailes proéminentes formant pare-chocs, un pare-brise hyper-panoramique poursuivi par un cockpit en verre, une lunette arrière enveloppante, un arrière profilé terminé par une tuyère encadrée de deux immenses ailerons plats et lisses ….


b-centurion02.jpg


La Buick centurion était une voiture plutôt luxueuse qui offrait des équipements peu courants pour l'époque comme une caméra de télévision servant de rétroviseur, ou un intérieur garni de quatre sièges individuels, ceux de l’avant coulissant automatiquement lors de l’ouverture des portières pour faciliter l’accès. Un grand nombre de ces éléments de confort ainsi que des traits esthétiques de la Centurion seront intégrés dès les années suivantes sur les voitures de production des différentes marques de la General Motors ....


b-centurion03.jpg


Sur la Buick centurion, plutôt que d’être simplement rapportés sur une face avant verticale, les phares sont encastrés dans la partie basse du prolongement de l’aile et font partie du masque frontal qui joue le rôle de pare-chocs. Ces caractéristiques ne seront appliquées aux voitures de série que bien des années plus tard. Les prises d’air de la base du pare-brise sont empruntées à la Corvette 1956. Signature des Buick de série, la moulure latérale sépare les deux teintes de la carrosserie. La caméra de rétrovision est placée juste au dessus du feu central arrière en forme de tuyère et donc à la bonne hauteur pour une vision idéale ....


b-centurion04.jpg


Son avant en forme de coin, son cockpit en verre et son arrière de fusée font de la Buick Centurion un des concept cars les plus futuristes de l’époque, tout en étant très proche de ce qui est réalisable en grande série. La voiture ne mesure pas plus de 135 cm de hauteur, ce qui la classe au rang des sports cars, malgré son habitacle à quatre places. On retrouvera les faux louvers de l’aile arrière placés juste en avant du passage de roue sur la gamme Buick dès 1957, la lunette arrière enveloppante sur les Chevrolet de 1958, les grands ailerons sur les Chevy et Buick de 1959, le pare-brise montant très haut sur tous les modèles GM « bubble top » de 1959-60, et les doubles feux arrière sur les Cadillac de 1960 ....


b-centurion05.jpg


Assortie à la peinture Electron Red de la carrosserie en fibre de verre, la sellerie de la Buick Centurion est réalisée en cuir rouge et harmonieusement complétée par des inserts très classe en métal brossé. La disposition des cadrans et des jauges a été soigneusement étudiée et l'ensemble offre une allure peu commune a l'époque avec au final un style assez futuriste qui marquera les esprits ....


b-centurion06.jpg


Sur la Buick Centurion, les équipements de confort sont très présents car il était important pour la marque d'en faire un modèle assez luxueux. Ainsi d'épaisses moquettes insonorisantes calfeutrent le sol et le confort des passagers et optimisé car ils reçoivent de l'air frais via deux entrées situées sur les cotés qui provient d'un système d'aération très bien conçu. Un équipement radio performant pour l'époque vient compléter le tout ....


b-centurion07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique de cette Buick Centurion, les ingénieurs ont opté pour un bloc moteur de la marque en choisissant un classique mais robuste V8 Buick 322 ci, développant 325 chevaux à 5600 tours minutes grâce à une admission à 4 carburateurs accouplé à une boite de vitesses manuelle à 3 rapports ....



Caractéristiques techniques :

  • Type de moteur : V8 à essence
  • Cylindrée : 322 ci
  • Puissance : 325 ch à 5600 tr/min
  • Régime maximal : 6000 tr/min
  • Type de transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : Manuelle 3 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Nitromag




La Buick Centurion de 1956 ...



La Buick Centurion de 1956 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 33