@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les engins divers insolites

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 21 août 2015

Porsche Citroën 911 DS - 2014







911ds00.jpg



Se lancer des défis est très souvent le crédo des passionnés et des restaurateurs de voitures anciennes. Dirigée par Stewart Johnson, la jeune société BrandPowder, spécialisée dans les expérimentations visuelles de communication vient de se lancer dans un de ces projets un peu fou. Le défi consistait à prendre les deux plus belles voitures jamais construites, à savoir la Citroën DS, la berline rendue célèbre par le Général de Gaulle, et la Porche 911 la sportive qui a fêté ses 50 ans en 2013, et de les fusionner pour en faire une ode à la voiture éternelle un genre de super voiture parfaite. Tronçonner deux voitures pour n'en faire qu'une quel audacieux défi ! ….





S’en prendre à ces icônes du design automobile a quelque chose de vraiment insolite et plutôt iconoclaste, mais seul le résultat final compte. En effet, prendre le meilleur de ces deux voitures faisant toutes les deux parties du Top 5 des voitures du siècle pour créer un semblant de voiture parfaite constituait un challenge vraiment très osé et quasiment insurmontable. On pouvait en fait penser que Ferdinand Porsche, considéré comme le premier et principal ingénieur du siècle pour les voitures de sport ainsi que le sculpteur italien Flaminio Bertoni qui avait conçu la DS encore aujourd'hui considéré comme la voiture la plus avancée jamais produite, devaient connaitre leur sujet par cœur. Pourtant l’équipe de Brandpowder a osé le faire ….





Brandpowder est un cabinet d'études indépendant qui travaille effectivement dans le domaine de " la spéculation sur les possibilités créatives " comme ils aiment le préciser. Donc, ils travaillent habituellement sans client et leur défi quotidien est de produire des idées très vendables, qui sont ensuite financées et réalisées lorsque la conception est terminée. Cette prise de risque demande une certaine dose de créativité et d'innovation mais surtout de superbes idées et un travail de conception irréprochable. En effet, Brandpowder a la liberté de concevoir sans un client, mais dans ce projet à qui le résultat final profite-t-il, à Porsche ou à Citroën ? ....





La Porsche 911 et la Citroën DS sont des véhicules totalement différents, tant au niveau du poids, de la forme, de la dynamique, de la mécanique, et sans parler de la puissance et des contraintes qui vont avec. Un simple copier/coller n’est donc pas du tout possible ou alors seulement sur une simple image ou une petite maquette. Néanmoins, Brandpowder a décidé de donner réellement vie à ce projet en invitant Stewart Johnson un ancien ingénieur en mécanique qui est probablement l’un des experts les plus réputés dans le domaine. Personne n’avait tenté quelque chose de si compliqué auparavant car les défis techniques à relever sont si énormes que même une équipe compétente en mécanique peut y passer de longues nuits blanches ....





Ce fastidieux travail a donc débuté avec une étude assez sommaire de plusieurs croquis dessinés à la main pour avoir une idée de départ des diverses possibilités d'assemblage. Ensuite et venue le moment de la planche à dessin pour préciser plus clairement le tout avec les bonnes dimensions à l'échelle réelle. Au final on est passé à la modélisation virtuelle en 3D sur informatique pour pouvoir enfin visualiser un assemblage réaliste. Tout ce long processus pour déterminer si la partie avant serait celle de Porsche ou de Citroën ou vice versa car les deux possibilités ont été testées. Finalement le moteur arrière l'a emporté et donc l'avant est celui de la 911. Il aura fallu cependant augmenter la hauteur du pare brise pour avoir une ligne de toit réaliste, fluide et harmonieuse et poursuivre également la lunette arrière avec un ajout de carrosserie pour combler le vide avec l’auvent du coffre trop arrondi ....





Si le problème du design et du look était maintenant clair et finalisé, restait en chantier celui de l'implantation mécanique générale. Après un rapide coup d’œil aux dessins informatiques en 3D, la question s'est posée de savoir où placer le moteur. En effet le nouveau défi consistait maintenant à adapter un moteur de Porsche 911 dans le capot arrière d’une Citroën DS, quasiment aussi difficile que de caser une citrouille dans une cosse de petit pois. Heureusement le Flat six s'il est large est un moteur à plat vraiment moins haut qu'un moteur traditionnel, donc sachant cela en le positionnant assez bas sur le châssis, la solution était enfin toute trouvée ....





S’en prendre à ces icônes du design automobile était vraiment risqué mais le résultat final valait la peine. Si le croisement fera hurler les aficionados des deux marques, il faut néanmoins reconnaître qu’il a du chien, preuve que la beauté des deux silhouettes n’a pas d'âge. Ce "rétro concept" appelé 911 DS a été réalisé sur base d’une DS de 1955 et d’une 911 de 1963 qui ont donc été sacrifiées sur l’autel du design. Une fois présentée à la presse, la 911 DS a causé un certain ramdam et une partie de la presse n’a pas été favorable à cette initiative. La personnalité de la 911 DS a été si forte qu’elle a réussi à la diviser en deux opinions très opposés et certains l’ont même comparée, non sans sarcasme, à un piètre petit champagne allemand. En outre, le créateur Brandpowder a essuyé pas mal de critiques ....





Pour ce qui est de la mécanique de cette incroyable Porsche Citroën 911 DS pas de grosse surprise, le constructeur a tout simplement opté pour un classique Flat 6 cylindres à plat de la 911 équipée d'un turbo qui délivre une puissance de 260 chevaux à 6300 tr/mn et un couple de 26 mkg à 5100 tr/mn. Souple et docile à bas régime, son moteur se réveille soudainement vers 5000 tr/mn et n'en démord pas jusqu'à 6500 tr/mn. Le système de refroidissement d'air d'origine avec sa soufflerie classique bien connue chez Porsche a été remplacé par un tout nouveau système à eau forcé avec radiateur. La transmission est confiée à une boite G 50 à 5 rapports elle aussi originaire de la 911. Finalement à l’heure où le tout électronique envahie l'automobile moderne, quoi de plus jouissif que de voir se réaliser le fruit de l’imagination de certains, surtout lorsque c’est bien fait et plein de bon sens ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : Flat 6 cylindres à plat
  • Cylindrée : 2,7 Litres
  • Énergie : Essence
  • Disposition : Arrière
  • Puissance : 260 chevaux à 6300 tr/mn
  • Couple : 26 mkg à 5100 tr/mn
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : Boîte manuelle G50 à 5 rapports



Sources : © Automag - © Google Images - © YouTube - © Brandpowder




La Porsche Citroën 911 DS de 2014 ...



La Porsche Citroën 911 DS de 2014 ...








JPBlogAuto

vendredi 12 juin 2015

Phantom Corsair - 1938











En 1938, l'Amérique sortait à peine de la Grande Dépression économique, la guerre se profilait à l'horizon et la promesse d'un lendemain radieux semblait une pure utopie. Le design et la conception populaire de quasiment tous les objets de l'époque était le "Streamline-look", un style minimaliste car l'architecture, le mobilier, les appareils électroménagers et même les objets courants portaient cette lisse et fluide philosophie de conception. Concernant l'automobile, la Chrysler Airflow et la Pierce Silver Arrow, sont deux des exemples les plus familiers de cette tendance qui ne marquera pas les esprits ….





Aucune voiture de cette époque n'était élaborée selon une conception véritablement artistique du moins au style étudié de leur carrosserie et ceci jusqu'à ce que la Phantom Corsair apparaisse. Son concepteur, Rust Heinz qui est le second fils du richissime H.J Heinz le grand manitou de l’empire du ketchup Heinz veut créer sa propre voiture. Né en 1914 et sorti de l'université de Yale, avec une spécialisation en architecture navale, Rust a déjà conçu des bateaux à moteur profilés assez révolutionnaires. Dès la fin des années trente il est déjà certain de détenir en lui la vision de la première supercar américaine ….





Bien que sa famille soit peu disposée à financer sa vision automobile de l'avenir, la tante de Rust Heinz, une richissime excentrique qui adorait son neveu, est quant à elle très heureuse de payer les factures. En moins d'un an, la vision de Rust devient une réalité et ainsi né la Phantom Corsair, en contrepartie d'un chèque de 25.000 $ de la part de sa généreuse tante. Connaissant bien évidemment les bonnes personnes pour mener à bien son projet, Rust Heinz s'était adressé à Christian Bohman et Maurice Schwartz, propriétaires de la célèbre carrosserie Bohman & Schwartz de Pasadena en Californie pour concevoir cette voiture de rêve ....





Basée sur une Cord Westchester Sedan de 1936, la carrosserie de la Phantom Corsair a été conçue dans une soufflerie puis construite par Maurice Schwartz en personne. Ressemblant à un poisson ventouse au format "baleine", la carrosserie Fastback incorpore des évents (louvers). Les phares "Woodlites" verticaux de la célèbre "Dupont" sont ici sculptés comme les yeux d'une grenouille en protubérance, une caractéristique biologique qui se fond dans la forme principale. Le pare-brise scindé en deux parties est dramatiquement bas tandis que les vitres latérales remontent dans l'arrondi du toit. Le résultat sera à la hauteur des espérances car le coupé possède des lignes fluides très en avance sur son temps ....





La Phantom Corsair peut accueillir six personnes malgré sa ligne de toit tombante. Il faut dire que la caisse est si large qu’elle permet d’accueillir quatre personnes côte à côte sur la banquette avant. L'intérieur de cet insolite coupé offre donc de la place pour six personnes, quatre à l'avant et deux à l'arrière. Le tableau de bord a une forme étonnante en style d'instrumentation aéronautique. Les autres caractéristiques uniques incluent les portes à bouton-poussoir automatiques, un contrôle thermostatique de la température, des vitres de sécurité teintées, des pare-chocs hydrauliques. Des entrées d'air ont alors été découpées sous le pare-chocs avant et finalement deux radiateurs de Lincoln Zephyr ont remplacé le radiateur Cord d'origine ....





Un autre problème important apparaît sur la Phantom Corsair car les vitres latérales merveilleusement incurvées, le pare brise de la taille d'une trappe de boîte aux lettres et la minuscule vitre arrière sont trop petits pour fournir une vision acceptable. En effet, le conducteur téméraire et inconscient ne voit strictement rien pour lui permettre de circuler normalement. Pour aggraver les choses, aucun rétroviseur n'est installé, les changements de voie et le stationnement s'avèrent dès lors des manœuvres pénibles, voire impossibles, et pourtant, strictement rien de tout cela n'importe à son créateur, qui continue d'avancer sur ce design ....





La Phantom Corsair sera finalement présentée à la New York World's Fair en 1939. Destinée à être produite en nombre limité, elle affichait le prix de 12,500 $ ce qui était une très grande fortune à l'époque. Mais aucun ordre d’achat n’est venu récompenser l’infortuné Rust Heinz pour sa conception excentrique, réduisant ainsi la Corsair à une option très coûteuse. Le projet prit tragiquement fin en juillet 1939 avec la mort prématurée de Rust Heinz, décédé de graves blessures à la suite d’un accident de la route. Il n'avait que 25 ans ....





Pour ce qui est de la mécanique de cette Phantom Corsair, les concepteurs de la voiture ont utilisé un moteur V8 Cord d'origine d'une cylindrée de 4,7 Litres disposant d'une suralimentation préparé par Granatelli qui lui permettait de développer 192 chevaux. Potentiellement l'engin était capable de performances redoutables pour les années 30 avec par exemple une vitesse de pointe avoisinant les 200 km/h. Finalement un seul exemplaire verra le jour ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : Cord V8
  • Disposition : Porte à faux avant
  • Cylindrée : 4.7 litres
  • Puissance : 192 chevaux à 4.800 tr/m
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : 3 vitesses manuelle



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Gatsby




La Phantom Corsair de 1938 ...



La Phantom Corsair de 1938 ...








JPBlogAuto

mercredi 3 juin 2015

Stout Scarab - 1936







stout00.jpg



La Stout Scarab est un véhicule vraiment unique aux USA conçu par William Stout Bushnell et produit en petites quantités par Stout Engineering Laboratories et plus tard par Stout Motor Car Company de Detroit au Michigan. Parmi une foule de nouveautés et innovations dont est doté cet engin insolite, la Stout Scarab est crédité par certains comme étant la première production au monde du genre que l'on appellera plus tard monospace ou fourgonnette ou minivan ….


stout01.jpg


Les années 30 furent une période d’expérimentation dans le domaine de l’aérodynamisme et dans celui du rapport de la forme à la fonction dans l'automobile. La Stout Scarab témoigne de cette approche radicale du moyen de transport individuel étant différente de la plupart des voitures de l'époque car pratiquement toutes les voitures de production utilisaient un châssis séparée de la carrosserie. Un long compartiment à l'avant abrite le moteur, placé longitudinalement derrière l'essieu avant, et un habitacle à l'arrière. Au lieu de cela, la Scarab fait disparaître le châssis avec l'arbre de transmission, pour créer un plancher bas et plat pour l'intérieur, en utilisant une structure de carrosserie-châssis monocoque et en plaçant le moteur en porte à faux à l'arrière du véhicule, le monospace était né ….


stout02.jpg


A la fois créateur d'automobile et d'aviation, ingénieur et journaliste, William B. Stout , avait envisagé sa machine comme un bureau sur roues itinérant. À cette fin, la carrosserie de la Stout Scarab, conçu par John Tjaarda, un ingénieur automobile néerlandais bien connu, a suivi de près les techniques de construction d'un fuselage d'avion en aluminium. Pourtant plutôt d'aspect aérodynamique en apparence, la Scarab a été généralement considéré comme étant laide à l'époque. Aujourd'hui, son design futuriste et tout en courbes, avec son nez finement détaillé fait qu'elle est devenue un genre d'icône Art Déco ....


stout03.jpg


Dépourvue des marchepieds habituels et en élargissant la cabine sur toute la largeur ainsi que l'utilisation d'un long empattement, la Stout Scarab offre un intérieur très spacieux. L'espace est en outre optimisée par la mise en place du moteur directement au dessus de l'essieu arrière en porte à faux et le déplacement du conducteur en avant, de sorte que le volant de direction est presque directement au dessus des roues avant. Les passagers entrent par une seule grande porte commune, et prennent place sur un système de sièges modulables, pouvant être configuré dans presque tout arrangement imaginable ....


stout04.jpg


Le confort était lui aussi plutôt bien pensé, ainsi rivalisant avec les sièges de monospaces modernes, tels que le Chrysler Voyager ou le Renault Espace, il y avait même sur cette insolite Stout Scarab une petite table qui pourrait être installé n'importe où entre les sièges passagers si nécessaire. Cet intérieur présentait une excellente finition avec des matériaux noble comme le cuir, le chrome et le bois ....


stout05.jpg


Les innovations ne se limitent pas à la conception monocorps de la voiture. À une époque où presque tout sur ​​la route avait des essieux rigides avec des ressorts à lames, la Stout Scarab disposait de suspensions indépendantes à l'aide de ressorts hélicoïdaux sur les quatre roues, fournissant, une balade douce et confortable. Le moteur arrière couplé à la suspension à ressorts hélicoïdaux doté la Scarab d'une très bonne maniabilité et d'une excellente traction. L' essieu arrière oscillant avec la suspension à long débattement a été inspiré par le train d'atterrissage d'un avion ....


stout06.jpg


Stout souhaitait que sa voiture soit fabriqué en quantités limitées et vendu sur commande. Jusqu'à une centaine par an devait être construite dans une petite usine de Dearborn au Michigan. Les véhicules qui sortirent de l'usine étaient entièrement fabriqués à la main et donc pas deux Scarab ne seront identiques. Construite entre 1934 et 1939 à seulement neuf exemplaires, la Stout Scarab se révéla trop en avance sur son temps pour obtenir un début de succès commercial. Il existera même un autre prototype de cet engin qui sera vraisemblablement le premier au monde à disposer d'une carrosserie en fibre de verre et d'une suspension pneumatique ....


stout07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique de cette Stout Scarab, les ingénieurs de la firme ont la aussi fait preuve d'imagination en utilisant un classique Ford V8 à soupapes latérales de 85 chevaux à 3.800 tr/m et de 2.3 litres de cylindrée accouplé à une boite à trois vitesses manuelle. La nouveauté vient du fait que le moteur a été renversé de sa position normale, il est maintenant monté directement sur l'essieu arrière et avec le volant et l'embrayage vers l'avant. Cette disposition inhabituelle allait plus tard être répété sur la Lamborghini Countach ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : Ford V8 Aquilon
  • Disposition : Porte à faux arrière
  • Cylindrée : 2.351 cm3
  • Puissance : 85 chevaux à 3.800 tr/m
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : 3 vitesses manuelle



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © KustomKruzin




La Stout Scarab de 1936 ...



La Stout Scarab de 1936 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 34