@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les engins divers insolites

Fil des billets

mardi 23 février 2016

Chrysler Turbine Car - 1963







turbine00.jpg



Chrysler Group LLC est une société américaine contrôlant plusieurs marques automobiles, Chrysler, Dodge, Ram trucks, Jeep, Mopar, et SRT. Cette société est la propriété du groupe italien Fiat depuis 2009. Le nom du groupe devient Fiat Chrysler Automobiles suite à la reprise à 100% par Chrysler en janvier 2014. Depuis le rachat par Fiat, la marque n'est plus commercialisée en Europe, sauf dans deux pays au Royaume-Uni et en Irlande. Les modèles du groupe qui furent autrefois vendus sur le vieux continent sont désormais tous badgés Fiat ou aussi Lancia ....


turbine01.jpg


La Chrysler Turbine Car est une automobile sportive des années 1960 développée par le constructeur américain Chrysler. Produite à seulement 55 exemplaire, dont 5 prototypes, elle est à l'origine un concept car dont la principale originalité est d'être motorisée par une turbine à gaz. Bien que jamais commercialisée, l'insolite Chrysler Turbine Car est uniquement prêtée à des clients cobayes afin de tester la viabilité de ce type de motorisation. Il reste à ce jour encore 9 exemplaires du véhicule, dont 3 seulement en état de marche, appartenant à des collectionneurs ou à des musées ….


turbine02.jpg


Nous sommes dans les années 50 et tout le monde pense à l'époque que l’avenir est aux turbines. Depuis les avions jusqu’aux voitures des records, la turbine symbolise la motorisation d’avenir. Rover est le premier constructeur qui s’est embarqué dans l’aventure avec sa « Jet-1 ». En 1963, Chrysler, le géant américain, y voit lui aussi un débouché commercial potentiel. La décision est prise par la firme de construire une cinquantaine de prototypes de la Chrysler Turbine Car qui seront par la suite, laissés entre les mains de clients triés sur le volet qui devront répercuter toutes les remarques possibles pour mettre le doigt sur tous les défauts afin de les corriger ....


turbine03.jpg


Un moteur d’avion sous le capot d’une voiture, c'est une idée qui peut paraître révolutionnaire, mais qui a connu une certaine forme d’aboutissement. En effet, avec cinq fois moins de pièces mobiles qu’un moteur classique, la turbine à gaz requiert un entretien minimum. Pas de radiateur, une seule bougie et, selon le constructeur, pas de vidange. L’air comprimé arrive en direct dans une chambre de combustion où le carburant est pulvérisé, puis enflammé. La dilatation de l’air entraine alors les turbines. Un fonctionnement simple, dénué de toute vibration et surtout, capable d’avaler n’importe quel carburant. La légende veut même que l'un des essayeurs soit parvenu à faire fonctionner le moteur de la Chrysler Turbine avec de la Tequila. La voiture a une livrée rouge-brun "Frostfire métallique", plus tard rebaptisé "Turbine Bronze». Le toit est recouvert de vinyle noir, et l'intérieur de couleur bronze "ameublement anglais" est en cuir de veau avec moquette de couleur bronze. Le tableau de bord est éclairé avec des panneaux électroluminescents. Ce système n'utilise pas d' ampoules, mais plutôt, un onduleur et le transformateur élève la tension de la batterie à plus de 100 volts en courant alternatif. La haute tension passe au travers des couches de matière plastique et provoque une luminescence bleu-vert du plus bel effet, c'était un système révolutionnaire ....


turbine04.jpg


Dans les années 60, auréolée du prestige de ses nombreux carrossiers, l’Italie semblait incontournable en matière de style et de design. Chrysler confie donc le dessin et la production de la carrosserie au célèbre designer transalpin Ghia. Ce dernier s’exécute avec un dessin plutôt flamboyant, aux nombreux petits détails spécifiques et clichés inédits rappelant l’étonnante motorisation. Le look de type aéronautique et futuriste est ainsi mis en valeur. C'est un coupé deux portes hardtop avec quatre sièges baquets individuels, direction assistée, servo-freins, et vitres électriques. Ses caractéristiques de conception les plus importantes sont deux grands feux arrière horizontaux et des buses pour les feux de recul monté à l'intérieur d'un pare-chocs en chrome très lourd et sculpté. À l'avant, les projecteurs simples sont montés dans des nacelles de chrome avec un thème "style turbine". Même les pneus sont spécialement conçus avec des aubes de turbine moulée dans le flanc blanc. L’assemblage final de la Chrysler Turbine Car était néanmoins réalisé à Détroit, dans une usine dédiée, après avoir voyagé en bateau depuis l'Italie ....


turbine05.jpg


A l’usage, les prototypes de la Chrysler Turbine Car furent étonnement avares en anomalies. Voilà qui prouve l’excellente conception et la fiabilité du moteur à turbine. A l’usage, l’absence de vibration, l’entretien réduit et les excellentes performances furent louées par les clients. L'engin pouvait fonctionner en utilisant le carburant diesel, l'essence sans plomb, le kérosène, le fuel JP-4 et même de l'huile végétale. Chrysler avait même développé un système d’échange thermique entre les gaz d’échappement et d’admission, de manière à ce que la température des gaz expulsés soit plus basse que sur un véhicule conventionnel. Le plus gros défaut concernait la consommation, capable de s’envoler à près de 50 l/100 km. Certains clients se plaignaient également de la sonorité gênante d’aspirateur géant ....


turbine06.jpg


Si le moteur de la Chrysler Turbine Car faisait fantasmer sur le papier, dans la réalité, ses avantages ne réussissaient pas vraiment à surclasser les moteurs classiques. Il en fallait indubitablement plus pour convaincre le client lambda d’abandonner son V8 et le doux son velouté qui allait avec. A une époque où l’essence ne valait rien, quelle importance pouvait avoir un moteur capable d’engloutir tout et n’importe quoi ? Il convient aussi de tenir compte des coûts de fabrication qui s'ils ne sont pas exorbitants sont tout de même plus élevés que pour les solutions classiques de motorisation, un gros V8 américain était moins cher ....


turbine07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique de cette Chrysler Turbine Car, les ingénieurs de la firme qui ont conçu la voiture ont donc utilisé un moteur à turbine capable de tourner à près de 45.000 tr/min qui développe la puissance somme toute modeste de 130 chevaux, mais surtout, un couple colossal de 576 Nm disponible dès le ralenti. La turbine de puissance est connecté, sans convertisseur de couple, grâce à une unité de réduction à engrenages à une transmission automatique TorqueFlite. La Chrysler Turbine n’est toutefois pas à considérer comme une voiture de sport, mais plutôt comme une berline familiale. De manière assez originale, les performances dépendaient de la température extérieure car plus il faisait frais et plus la puissance augmentait ce qui n'étais pas idéal pour une bonne utilisation dans tous les pays ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : Turbine à gaz
  • Disposition : Longitudinale avant
  • Puissance : 130 ch à 45000 tr/min
  • Couple : 576 Nm
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : Automatique TorqueFlite



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © KustomKruzin




La Chrysler Turbine Car de 1963 ...



La Chrysler Turbine Car de 1963 ...








JPBlogAuto

jeudi 4 février 2016

Dodge Deora - 1967







deora00.jpg


Dans le milieu des années 60, les dirigeants du groupe automobile américain General Motors pensent qu'il serait commercialement judicieux de redonner un bon coup de jeune au look vieillissant de tous les pick-up de leurs différentes marques. En fait quelle que soit la marque, toutes leurs camionnettes à cabine avancée sont dépassées au niveau du style et présentent toutes un design cubique du genre cabine téléphonique. il devient urgent de se débarrasser de cet habitacle incontestablement plutôt laid en renouvelant le genre par quelque chose de beaucoup plus moderne ….


deora01.jpg


Pour se donner toutes les chances de réussir ce projet, le directoire de GM ne fera pas appel aux designers maison mais va choisir de passer par les deux meilleurs constructeurs de customs de tous les temps, les frères Larry et Mike Alexander qui ont remporté de nombreux succès et des Prix importants et reconnus dans ce milieu très spécial. Assisté de leur talentueux ami et génial styliste Harry Bradley, les deux frères Alexander vont alors partir d'un pick-up A100 stock de base fourni par Dodge pour mener à bien ce projet ambitieux tant souhaité par General Motors ….


deora02.jpg


Finalement quasiment trois années seront nécessaires pour parvenir à finaliser ce projet futuriste baptisé Dodge Deora, mais il va énormément influencer toute une époque, et certains passionnés iront même jusqu'à dire qu'il y a eu un avant et un après Deora. Il faut savoir que les véhicules de la concurrence comme le Ford Econoline ou le Chevy Greenbriar étaient déjà disponibles sur le marché. Chrysler a donc voulu créer une nouvelle identité distincte pour son entrée sur ce créneau en se démarquant complètement des "boites à chaussure à roulettes" existantes avec un véhicule au style nouveau beaucoup plus moderne qui devait rajeunir le genre ....


deora03.jpg


Le potentiel de création du génial styliste Harry Bradley ne devait pas être bridé par une "mentalité d'entreprise". Ainsi d'une simple boite à chaussure plate, Bradley a créé un étourdissante escarpin de style. En fait, pendant plusieurs semaines Bradley a mis ses idées sur le papier, mixant les divers ingrédients du design souhaité sous une forme cohérente. C'est ainsi que le Dodge A-100, simple bête de somme pataude était transformé peu à peu en un svelte et lisse custom, plus près du sol, plus fin et visuellement adouci. Naturellement les frères Alexander ont aimé les idées de Harry. Et chez Chrysler, après avoir découvert l'étendue du projet, d'enthousiaste encouragements ont également été prononcés et ce, malgré que cette proposition était à 180° des critères annoncés qui avaient été fixés dés l'origine ....


deora04.jpg


Le Dodge Deora allait avoir une faible hauteur de caisse, les lignes sont tout en subtilité sans angles vifs et ornements inutiles cela pour mettre en avant la douceurs de ses formes à la fois angulaires et arrondies. L'innovation majeure est une face avant agressive avec une cabine dont l'ouverture s'effectuerait sur le devant. Mais les meilleures idées de design, si elles ne veulent pas rester que des idées, se doivent d'être techniquement réalisables. Une cabine dont l'ouverture s'effectue sur l'avant frapperait certainement les esprits mais est-ce réalisable ? La façade avant devient un grand panneau de verre à ouverture frontale qui est fabriqué en utilisant la fenêtre arrière d'un break Ford de 1960. Pour que ce soit fonctionnel, le tout est complété par l'installation d'une porte de type "Split" pivotant sur un axe central ....


deora05.jpg


Totalement dépourvu de portes latérales, l'accès à bord se faisait donc par l'ouverture du pare brise du Dodge Deora qui actionnait simultanément un vérin faisant pivoter la face avant, du moins la partie située entre les phares, et un système qui déplaçait la transmission et son tunnel afin de libérer le passage au conducteur et à son passager. Ce système était rendu possible grâce à un panneau frontal inférieur qui s'intègre parfaitement entre les phares. Ce panneau devient la partie inférieure de la porte de la cabine. Il est articulé en son milieu pour faciliter l'entrée et la sortie du véhicule d'autant que toutes les commandes volant compris s'escamotent elles aussi, une idée de génie mais compliquée techniquement ....


deora06.jpg


Les occupants du Dodge Deora sont assis bas car le côté intérieur du passage de roue avant est modifié de façon à être déplacé vers l'arrière pour faire place à des sièges baquets. Le moteur est maintenant en saillie dans la benne du pick-up. Afin de faciliter le refroidissement, le radiateur est reculé dans la benne, juste avant l'essieu arrière. Deux écopes d'admission d'air frais sont découpées dans les flancs, et un ventilateur électrique est utilisé pour l'air de refroidissement. Le réservoir de carburant est déplacé de son emplacement d'origine vers l'arrière de la cabine. L'habitacle est garni d'un élégant cuir plissé. Le tableau de bord est transféré sur l'ancienne porte du côté conducteur, et une console centrale accueille un indicateur de vitesse et le tachymètre. Les modifications auront donc été importantes ....


deora07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique de ce Dodge Deora, les concepteurs de l'engin vont donc utiliser un moteur de la firme à savoir le robuste Slant Six Chrysler qui développe la puissance somme toute modeste de 145 chevaux, mais dispose d'un couple important. Ce moteur est accouplé via un levier de vitesse sur mesure Hurst avec sélecteur au plancher à la transmission manuelle d'origine Dodge à trois vitesses. La ligne d'échappement est un tube "1 en 2" qui part vers l'arrière et est divisé au bout en deux afin de sortir de chaque coté du Deora pour le look ....


Caractéristiques techniques :

  • Moteur : Slant 6 cylindres
  • Énergie : Essence
  • Disposition : Centrale avant
  • Puissance : 145 ch à 4500 tr/min
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : Manuelle 3 vitesses


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © KustomKruzin



Le Dodge Deora ...



Le Dodge Deora ...







JPBlogAuto

jeudi 10 décembre 2015

Ford Nucleon - 1958







nucleon00.jpg



Les années 50 étaient une époque plus naïve et plus insouciante qu'aujourd'hui, où le monde n'avait pas encore vécu les catastrophes écologiques de Three-Mile-Island aux États-Unis, de Tchernobyl en Russie et plus prêt de nous le drame de Fukushima au Japon. En effet, avant que les risques de l'atome civil ne soient connus du grand public, plusieurs designers automobiles ont rêvé de voitures nucléaires qui n'auraient jamais besoin d'aller à la pompe et pouvant traverser des continents entiers d'un seul trait. Malheureusement on sait aujourd'hui que pour l'instant la technologie dont nous disposons ne nous permet pas encore de construire ce genre de super engin ….





Pourtant en 1958, les designers américains de Ford, dans l'optimisme ambiant des années d'après-guerre, quand la construction des premières centrales nucléaires faisait rêver d'une électricité propre, sûre et « trop bon marché pour que ça vaille la peine de mettre un compteur », comme avait déclaré un cadre du Département de l'Énergie avaient étudié un concept de voiture nucléaire, la Ford Nucléon. Aux États-Unis, cette voiture reste encore et toujours pour beaucoup l'un des symboles de la montée en puissance de l'énergie nucléaire dans les années 1950 ….





La Ford Nucléon a été présentée en 1958, quelques mois après la mise en réseau de la première centrale électrique nucléaire américaine, à Shippington, dans l'état de Pennsylvanie. À cette époque tout semblait possible et on pouvait lire dans des magazines de vulgarisation scientifique, comme Popular Mechanics ou Science et Vie, des articles prédisant hardiment des maisons pour tous chauffées et éclairées par de mini-centrales atomiques domestiques. La Ford Nucléon était un exercice de futurologie pour le constructeur Américain, mais cette voiture était quand même ancrée dans des développements technologiques réels et crédibles pour l'époque ....





Le groupe propulseur de la Ford Nucléon devait se distinguer de celui des véhicules de l'époque. En effet l'énergie nécessaire à sa propulsion ne devait pas provenir d'un moteur à explosion, mais d'un petit réacteur nucléaire situé à l'arrière du véhicule et alimenté par une petite capsule blindée contenant des éléments radioactifs. D'après les ingénieurs, ce mini noyau devait être aisément remplaçable, sa durée de vie dépendant de la vitesse de croisière ainsi que de la distance parcourue par la voiture. Ce système devait aussi permettre de modifier la puissance du véhicule à volonté en remplaçant la capsule par une autre mais de plus grande puissance ....





Les ingénieurs de Ford avaient imaginé un petit réacteur nucléaire fonctionnant, grosso modo, comme celui du premier sous-marin atomique équipant la marine américaine, le USS Nautilus. Dans le réacteur atomique S2W du Nautilus, la chaleur générée par la fission de l'uranium enrichi faisait bouillir de l'eau, dont la vapeur circulait à grande vitesse dans un circuit fermé et faisait tourner des turbines de propulsion, elles-mêmes faisant tourner l'hélice, dans le cas de la Ford Nucléon ces turbines feraient tourner les roues. Théoriquement, la Nucleon devait pouvoir parcourir 8000 km avec un cœur atomique de capacité moyenne. Une fois ce dernier épuisé, les ingénieurs pensaient que les conducteurs le rapporteraient dans une station spécialisée dans le recyclage pour pouvoir être rechargé, puis réutilisé ....





La pièce ronde à l'arrière de la Ford Nucléon, qui ressemble à une roue de secours, est en fait le petit réacteur atomique imaginé par les dessinateurs de Ford. La cabine très décalée devant les roues antérieures est ainsi placée pour éloigner les passagers de la source de radiation et pour compenser par effet de levier le poids important du moteur atomique. Les ingénieurs du géant de Détroit rêvaient d'un monde où les postes d'essence seraient obsolètes, ils envisageaient même des mini-réacteurs à l'uranium qui seraient changés chez le concessionnaire tous les 8000 km. En fait, les designers de Ford, attendaient que des versions miniatures des réacteurs de sous-marins deviennent disponibles et que des matériaux légers composites soient inventés comme écran de protection contre les radiations ....





Théoriquement, la Ford Nucléon aurait pu être dangereuse pour les utilisateurs et la population du fait des radiations, des réactions nucléaires et des déchets produits. En effet, on sait maintenant que des accidents nucléaires sont possibles et que les accidents de la route, même des collisions à basse vitesse, auraient créé des mini catastrophes automobiles à tous les coins de rue. L'auto nucléaire n'était qu'un rêve. Heureusement car on ne connaissait pas encore la minutie maniaque et le souci obsessionnel du détail qui ont permis aux diverses marines utilisant cette énergie atomique de n'avoir aucun accident nucléaire majeur en presque 60 ans ....





Finalement, la Ford Nucléon aura eu une importance historique pour des raisons autres que sa place dans l'histoire de l'automobile mondiale. Elle est en effet un symbole de l'espoir et de la fascination que suscitait l'énergie nucléaire durant les années 50. Elle a aussi eu une influence culturelle car Bob Gale, coscénariste du film Retour vers le futur, a dit que "la Nucléon est une des sources d'inspirations qui ont mené à la Delorean DMC 12 hyper-modifiée qu'on voit dans le film". Son moteur nucléaire ressemble à celui de la Nucléon et il est positionné au même endroit ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : Nucléaire
  • Énergie : Uranium enrichi
  • Disposition : Arrière
  • Puissance : ?.?.?.



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Ford




La Ford Nucleon de 1958 ...



La Ford Nucleon de 1958 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 37