@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sujets divers et VIP

Fil des billets

vendredi 24 mai 2019

La technologie au secours de la consommation











Pour faire face aux normes de plus en plus draconiennes visant à réduire la pollution et les rejets atmosphériques des véhicules, les constructeurs automobiles ont du beaucoup travailler. Leurs ingénieurs motoristes ont finalement proposé de réduire la consommation de carburant en diminuant la cylindrée du moteur tout en le suralimentant et en utilisant des solutions techniques améliorées pour conserver le confort de conduite et la capacité à déplacer le poids du véhicule ....





Plusieurs solutions techniques adaptés pour réduire la pollution et la consommation ont donc vu le jour ces dernières années comme par exemple le Compresseur, le Downsizing, le Cylinder on demand, le Turbocompresseur, le Valvelift, le Vtec, etc .... En fait chaque constructeur après de longues recherches a fini par proposer sa propre solution et les appellations fleurissent, TFSI, Ecoboost, TwinAir, THP sans compter le mix avec l'hybride qui utilise une partie électrique ....


2cyl02.jpg


Il y a quelques années en arrière, les conducteurs qui étaient en possession d'un véhicule doté d'un moteur à haute puissance savaient qu'ils allaient aussi fatalement subir une surconsommation de carburant. Mais de nos jours et grâce aux progrès des ingénieurs en mécanique, la technologie Cylinder On Demand limite dorénavant considérablement ce désavantage d'autrefois en réduisant sa consommation d'environ 30 % ....





Similaire dans l'idée à la technologie de Downsizing, cette nouvelle voie du Cylinder On Demand semble avoir la faveur maintenant car il divise par deux la cylindrée d'un moteur essence pour le rendre moins polluant et plus sobre, même si cette transformation n'est pas permanente. Cette technique de désactivation des cylindres n'est pas nouvelle, il y a plus de trente ans, Cadillac l'utilisait déjà. D'autres constructeurs ont suivi et Audi s'est également mis à utiliser ce système en Europe. Mais ce n'est que très récemment que le constructeur a déployé le Cylinder on demand sur des "petits" moteurs à quatre cylindres ....





Le système Cylinder on demand est un véritable atout d'économie pour les moteurs classés sportifs et puissants mais il est aussi disponible pour des petits quatre, six ou huit cylindres. La mise en fonction est vraiment simple par la désactivation d'une partie des cylindres dès lors que le véhicule atteint une vitesse stable généralement sur voie express ou encore sur autoroute. La transition est transparente pour le conducteur, pas de bruit particulier, d'à-coups ou de vibrations. Mieux, on ne ressent aucune perte de puissance. Seule la consommation du véhicule chute drastiquement de l'ordre de 30% ....





Le système Cylinder on demand fonctionne simplement au moyen d'actionneurs électromagnétiques qui déplacent les soupapes d'admission et d'échappement des cylindres, en les désactivant et en laissant deux cylindres opérationnels sur quatre. Cette action se produit bien sur également dans le sens inverse lorsque la pédale d'accélérateur est sous pression, d'où un basculement d'un mode à l'autre qui s'établit de façon instantanée en moins de cinq centièmes de seconde. Même la très luxueuse nouvelle Bentley Continental GT avec son gros V8 de 4.0 litres de cylindrée qui développe plus de 500 chevaux exploite la désactivation des cylindres pour gagner en efficience, en économie d'utilisation et surtout parce que technologiquement, c’est une excellente vitrine ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © FichesAuto - © SportAuto



Le système Audi Cylinder on demand ...





JPBlogAuto

vendredi 12 avril 2019

La fraude aux normes antipollutions











La fraude aux normes antipollutions dans le secteur automobile plus connue sous le terme « Dieselgate » est devenu un scandale bien encombrant. Après avoir éclaté aux États-Unis, l'affaire des moteurs truqués revient en force en Allemagne avec des dégâts collatéraux dont on peine à mesurer réellement l'ampleur. Cette affaire est un scandale industriel et sanitaire lié à l'utilisation par le Groupe Volkswagen, de 2009 à 2015, de différentes techniques visant à réduire frauduleusement les émissions polluantes (de NOx et de CO2) de certains de ses moteurs diesel et essence lors des tests d'homologation afin de contourner la norme en vigueur ....





En Septembre 2015, l'agence environnementale américaine EPA accuse Volkswagen d'avoir installé un « logiciel truqueur » sur des centaines de milliers de véhicules diesel fabriqués à partir de 2009 pour les faire paraître moins polluants qu'ils ne le sont réellement. Ce logiciel enclenche un mécanisme interne de limitation des gaz polluants pendant les contrôles. Les enquêteurs découvrent que les émissions réelles d'oxyde d'azote – un gaz à l'origine de maladies respiratoires et cardiovasculaires – sont jusqu'à quarante fois supérieures à la limite légale ....





L'affaire engendre un scandale est Volkswagen se voit contraint de reconnaître avoir truqué 11 millions de véhicules diesel, dont 8,5 millions en Europe et 600.000 aux États-Unis. Ces véhicules portent pour la plupart la marque Volkswagen, mais la tricherie concerne également d'autres marques du groupe. L'affaire, sans équivalent dans toute l'histoire automobile a entraîné la démission du président du directoire du groupe automobile allemand, Martin Winterkorn et la valeur boursière des actions va considérablement chuter assez rapidement. Plusieurs pays enquêtent toujours actuellement sur ce « Dieselgate » afin d'établir précisément les faits et les diverses responsabilités ....





D'après une étude scientifique publiée en 2017, il faut savoir que les gaz polluants émis par les véhicules trafiqués du groupe en circulation sur les routes devraient provoquer 1.200 décès prématurés et ceci seulement en Europe. Suite à ce « Dieselgate », en Allemagne, plusieurs enquêtes ont été ouvertes pour fraude, manipulation de cours ou publicité mensongère et des hauts responsables du groupe Volkswagen ont été incarcérés. En fait huit anciens et actuels dirigeants de Volkswagen et un cadre d'Audi ont été inculpés, et parmi eux, deux ont déjà été condamnées à des peines de prison ....





Aux États-Unis, Volkswagen a accepté de payer plus de 22 milliards de dollars pour contenter autorités, clients et concessionnaires. Le groupe a également accepté une amende d'un milliard d'euros en Allemagne. Si ce scandale du « Dieselgate » a déjà coûté à Volkswagen plus de 26 milliards d'euros en rappels de véhicules et procédures judiciaires, ces conséquences financières ont cependant été limitées pour le groupe aux douze marques qui reste numéro un mondial devant le japonais Toyota. Finalement VW n'encourt plus de poursuites judiciaires de la part des autorités américaines, mais les employés du groupe à titre individuel restent menacés ....





Après avoir promis dans ses publicités du " Diesel Clean ", Volkswagen s'étant fait prendre les doigts dans la confiture a du changer de patron. Le nouveau boss fraichement nommé, Matthias Müller, ancien patron de Porsche, entreprend dorénavant une restructuration massive tournée vers l'électrification pour en finir avec le « Dieselgate ». Mais, à la surprise générale, en avril 2018, Matthias Müller, sans doute usé par le poids de cette restructuration menée tambour battant dans les pires conditions, est remplacé brutalement à la tête du groupe par l'Autrichien Herbert Diess ....





Des tests menés après la découverte du « Dieselgate ont permis d'établir que les moteurs diesel d'autres constructeurs s'avéraient également plus polluants dans la réalité que lors des contrôles. Ce qui est parfaitement normal tant il y a un gouffre entre la méthode de mesure en usage avant et celle mise en œuvre maintenant et reflétant de plus près la réalité. L'époque a changé aussi, après le tout-diesel longtemps prôné avec le soutien des pouvoirs publics, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Un triste exemple qui démontre qu'entre la volonté du législateur et la réalité industrielle il y a un gouffre qui se mesure en une poignée d'années, voire une décennie ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Auto-moto - © Novethic



La fraude aux normes antipollutions ...





JPBlogAuto

vendredi 11 janvier 2019

Le vandalisme des cabines radars






radar00.jpg


Les 3 275 cabines radars automatiques implantés le long des routes, en France, rapportent plus d’un milliard d’euros chaque année. Elles sont donc bien présentes partout dans l’hexagone, économiquement rentables et symboliquement signifiantes. C'est donc tout naturellement que le mouvement des " Gilets jaunes " qui a enfourché le cheval de bataille de la hausse des taxes sur les carburants avant d’étendre leurs revendications au pouvoir d’achat et à l’ensemble des mesures sociales, finisse par cristalliser aussi sa colère sur les radars et ceci depuis le début de leur mouvement. D’ailleurs, une semaine plus tard, environ 20 % des appareils automatiques ( soit quelques 600 cabines) étaient déjà hors-service ....


radar01.jpg


D'habitude, l’état prévoit un budget de plus de 60 millions d’euros pour l’entretien des radars sur nos routes en France. D'après de tout récents sondages, totalement détruits ou plus sommairement vandalisés et donc mis provisoirement hors service par de la peinture ou des bâches, plus de 1 500 cabines radars automatiques seraient déjà touchés. Les forces de police et de gendarmerie sont donc sur le qui-vive car elles craignent une augmentation de cette vague de vandalisme. Pourtant l'arsenal des mesures répressives pour ce genre de détérioration semble très dissuasif avec des amendes allant de 15.000 à 100.000 euros assorties de peines de prison allant de 2 à 7 ans. Mais ces sanctions ne semblent pas troubler les contrevenants qui n'hésitent pas à utiliser plusieurs systèmes dont voici un petit rappel ....


radar21.jpg


* / LA PEINTURE MASQUANTE :

radar02.jpg


C’est le tout premier système de dégradation utilisé sans doute car il est vraiment très simple et peu couteux. Il est aussi très rapide à réaliser et limite donc la prise de risque de se faire surprendre. En fait une simple bombe de peinture achetée pour quelques euros dans un brico-marché suffit ....


* / LES ARMES A FEU :




Ce type de détérioration est beaucoup moins courant mais il existe et ces photos sont la pour le prouver. En fait en milieu rural certains chasseurs s'en donnent à cœur joie à la rencontre d'un radar pour le truffer de plomb de chasse. Mais dans certaines zones sensibles, la délinquance locale n'hésite pas à plomber les cabines avec du gros calibre voir même à la kalashnikov ....


* / LES GROS OUTILS :




On touche la au vandalisme pur et dur qui utilise des gros moyens. En fait cela peut aller de la machine outil industrielle au gros engin de travaux en passant par de l'outillage professionnel portatif puissant. Au final les cabines sont hachées, abattues, détruites, laminées ....


* / LE FEU :




Il s'agit d'un moyen lui aussi plutôt radical de mettre hors d'usage les radars. Pas facile ni discret à mettre en place, il demande de l'organisation et une certaine maitrise que peu de monde est capable de déployer. Nous avons donc affaire dans ce cas à des gens aguerris ....


* / LES EMBALLAGES :




Ce type de dégradation est sans doute le système le plus "light" car il ne touche d'aucune façon l'intégrité de l'appareil. En fait on ne fait que masquer l'engin avec du carton, du papier, du ruban adhésif, des sacs poubelles, des emballages, des vieux vêtements, ce qui le prive de sa détection ....


radar22.jpg


Il faut savoir que cette vague de dégradation sans précédent va mettre hors-service de nombreuses cabines pour plusieurs mois. Mais elle pourrait également accélérer le renouvellement du parc de radars par des modèles beaucoup plus performants et sophistiqués tout récemment homologués à savoir, les radars tourelles et les radars double face. En effet, dans plusieurs départements les préfets ont déjà annoncé que les cabines détruites seraient remplacées par un de ces nouveaux modèles. Malgré toutes ces dégradations, la Sécurité Routière a indiqué que la dépense du traitement du vandalisme a été de l'ordre de 9,3 millions d'euros pour l'année 2017 et donc cela reste une goutte d'eau pour le système des radars automatiques dont les recettes pour 2018 vont encore largement dépasser le milliard d'euros ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Sécurité Routière





JPBlogAuto

- page 1 de 35