@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 6 avril 2018

BMW Z4 Coupé Zagato - 2012











La célèbre marque BMW (Bayerische Motoren Werke) est un constructeur allemand de véhicules à moteur et de motocyclettes, basé à Munich, créé officiellement en 1916, initialement pour produire des moteurs d'avions. Cette fameuse firme a progressivement étendu son activité pour devenir l'une des plus importantes et prestigieuses entreprises automobiles du monde, avant tout pour sa qualité de construction et la modernité technologique et technique de ses produits. Au début des années 2010, le groupe BMW a vendu plus de 2 millions de voitures dans le monde avec ses marques BMW, MINI et Rolls-Royce ....





En 2012 lors du très prisé concours d'élégance de la Villa d'Este en Italie, BMW a lié un nouveau partenariat avec un artiste du formage des tôles, le fameux carrossier italien Zagato. Fondé en 1919, celui-ci a une longue histoire de voitures de course, avec Alfa Romeo, Lancia, Maserati, Abarth, Fiat ou Aston Martin notamment, où s'exprime toute sa personnalité créatrice. Ensemble donc BMW et Zagato on présenté la toute nouvelle version de la superbe BMW Z4 Coupé Zagato ....





Cette superbe BMW Z4 Coupé Zagato risque bien de donner de l'appétit aux puristes de la marque à l'hélice. Concoctée par le carrossier italien, la base est celle d'un Z4 mais ici, la capote en dur est remplacée par un vrai toit fixe. Le style est inédit jusqu'à la face avant qui a droit à un nouveau traitement. Reprenant donc un châssis et l'habitacle du BMW Z4, le Zagato Coupé propose des formes baroques réussies avec le toit à double bossage, la silhouette trapue et le goût prononcé pour l'allégement. Une somme de caractéristiques principales qui ne pouvaient que rencontrer un écho favorable du côté de BMW ....





Cette toute première collaboration entre le carrossier milanais et le constructeur allemand est donc une réussite avec la sortie de la magnifique BMW Z4 Coupé Zagato. Le résultat est cet engin mêlant les codes génétiques du Z4 et le patrimoine Zagato. La voiture est un coupé à deux portes et deux places. Le design résultant de la collaboration est en pratique un grand trait d'union entre les éléments stylistiques de la maison bavaroise et l'histoire de l'atelier italien. Dessinée par Norihiko Harada, le designer en chef de Zagato, la voiture propose le double bossage du toit dont le prolongement mène avec adresse aux fameux "haricots" de BMW. Ceux-ci se parent d'une multitude de "Z", comme la calandre de l'Aston Martin V12 ....





Avec son long capot et sa poupe ramassée, la BMW Z4 Coupé Zagato a tout d'une petite Dodge Viper allemande. Certains détails sont vraiment très élégants comme ces deux haricots de la calandre qui ont droit à du quadrillage, la double sortie d'échappement à l'arrière, les extracteurs sur les flancs ou encore la glace qui recouvre une bonne partie de la poupe à l'arrière. Le traitement des galbes, les prises d'air moteur généreuses, les flancs athlétiques changent radicalement la donne en rendant la silhouette générale de la voiture très équilibrée. Les phares sont surlignés par une bande de leds à l'effet "razorlight" qui la rend immédiatement reconnaissable, au final elle est vraiment superbe ....





Les feux arrière de la BMW Z4 Coupé Zagato sont disposés derrière une vitre teintée noire, surplombant l'inévitable extracteur inférieur. Les jantes 19 pouces en alliage évoquent les origines aéronautiques de BMW et Zagato avec un profil en hélice. Un nouveau type de peinture enveloppe la carrosserie avec un effet "métal liquide" et fait varier la teinte, selon la façon dont la lumière l'éclaire. L'habitacle intérieur propose un agencement exclusif du cockpit pour un confort d’espace optimisé élevée. L’espace au niveau de la tête, des épaules et des jambes à l’avant et à l’arrière est très bon pour un coupé deux places. Bien que l'on retrouve le style du Z4 originel, son nouveau traitement diffère au niveau des coloris et des finitions. L'habitacle ne manque pas de gueule avec son habillage noir/surpiqûres rouges ....





Pour ce qui est de la mécanique, la BMW Z4 Coupé Zagato reprends la motorisation du Z4 35is. Le coupé est donc propulsé par un 6 cylindres en ligne TwinPower Turbo de 2.979 cm3 de cylindrée développant 340 chevaux à 5.900 tr/min et 450 Nm de couple dès 1.500 tr/min qui bénéficie par ailleurs du système « Efficient Dynamics », ensemble de technologies visant à diminuer la consommation de carburant ainsi que les émissions de CO2 sans altérer les performances. La voiture est équipée d'une boîte robotisée à double embrayage 7 rapports dénommée « DKG » ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 6 cylindres en ligne
  • Cylindrée : 1979cc
  • Puissance : 340 ch à 5900 t/min
  • Couple : 450 Nm à 1.500 tr/min
  • Transmission : Propulsion avec boite robotisée à double embrayage 7 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © BMW - © Zagato




La BMW Z4 Coupé Zagato - 2012 ...








JPBlogAuto

vendredi 30 mars 2018

Course Auto Magazine









Course Auto est un ancien magazine automobile français grand public aujourd'hui disparu, spécialisé comme son nom l'indique dans la compétition automobile et donc la course sous toute ses formes. Lancé en Avril 1991 par une partie de la rédaction du quotidien de sport l’Équipe, le magazine est installé 4 rue Rouget-de-Lisle à Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine. La revue était dirigée par Jean-Pierre Courcol le rédacteur en chef était Patrick Blain. Ce magazine était édité et produit par les Éditions L'Équipe ....





Le tout premier numéro de Course Auto Magazine lancé en Avril 1991 arborait fièrement une couverture à l'effigie de notre triple Champion du Monde national du moment, un certain Alain Prost. Ce choix sans doute pas innocent été censé lancer au mieux cette revue hebdomadaire vu l'engouement sportif général que suscitait à l'époque notre meilleur pilote de Formule 1 Français ....





S'il existait déjà des publications qui exploraient l'univers du sport automobile, Course Auto Magazine était le premier hebdomadaire spécialisé dans ce créneau qui tentait de rentrer en concurrence directe avec le précurseur Auto Hebdo lancé en 1976. Course Auto Magazine est au format classique A4 avec une pagination d'environ 100 pages en couleur avec une iconographie assez riche et de belles photos. Cette revue espérait faire la différence et se démarquer en s'appuyant sur la force rédactionnelle du quotidien partenaire l’Équipe ....





Le menu de Course Auto Magazine explorait toute l'étendue du sport automobile et de la course, à travers des actualités, des essais, des dossiers, des résultats, des classements, des analyses, des confidences, des interviews, des études ainsi que des bilans sur toutes les catégories et les éléments composant l'ensemble de ce sport et des diverses courses. C'était en fait une revue qui essayait de transcrire le mieux possible vos passions, qui partageait les émotions, ou les moments de plaisir qui touchent la course et la compétition ....





Course Auto Magazine avec sa rédaction performante couvrait donc quasiment toutes les disciplines, comme le Rallye en France, le championnat de la montagne, les courses de côte, le rallye international, le championnat de France des circuits, le rallye raid, les circuits étrangers, l'endurance, la formule 1, les courses sur terre en rallye-cross, le Paris-Dakar, ou les championnats de monoplace. Mais les journalistes automobiles compétents de la rédaction produisaient aussi des articles pointus complétés par des photos de grande qualité ....





La bonne qualité du papier et de la couverture donnait a Course Auto Magazine une belle allure générale plutôt attrayante. Si la publicité était présente comme dans tous magazines modernes, elle n'était jamais envahissante et la plupart du temps collait au thème de l'automobile autant que possible. Une maquette de présentation plutôt agréable permettait à des journalistes compétents comme Robert Parienté, Philippe Séclier, Didier Braillon, Patrick Rivé, Pierre-François Rousselot, Pierre-Henri Pauterat ou Jean-Paul Renvoizé de s'exprimer au mieux ....





Malheureusement, la belle aventure de Course Auto Magazine va trop rapidement s'achever en Janvier 1992 après seulement 40 numéros publiés et à peine 10 mois d'existence. La lutte en kiosque était trop sévère pour une clientèle plutôt restreinte sur ce genre de créneau vraiment trop spécialisé, d'autres magazines et revues s'y sont essayé sans plus de succès. Ce numéro 40 de Janvier 1992 avec en couverture Carlos Sainz sur sa Toyota de Rallye sera donc le dernier ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Course Auto © - Éditions L'Équipe




JPBlogAuto

vendredi 23 mars 2018

Giacinto Ghia Carrosserie






ghia00.jpg


La Carrosserie Ghia est une des plus anciennes entreprise italienne de design de voitures et de réalisation de carrosseries spécifiques automobiles créée en 1915 à Turin, par Giacinto Ghia. Né à Turin en 1887 Giacinto Ghia était un entrepreneur qui avait commencé sa carrière dans le domaine de l'automobile en tant que pilote d'essai chez Rapid et Diatto ....


ghia01.jpg

Ghia est l’un des grands noms de la carrosserie italienne qui a connu une histoire parfois difficile, mais a signé de nombreux chefs d’œuvres automobiles, tout en employant les plus grands designers. Pendant la première guerre mondiale dans son modeste atelier, il réalise ses premières carrosseries sur des châssis Seat, Itala et Diatto. Au lendemain du conflit, son affaire prospère et au cours des années vingt, l’entreprise s’est constituée une clientèle de riches particuliers en se spécialisant dans les voitures sportives mais aussi en répondant aux commandes des usines Scat, Fiat, Lancia et Spa. A ces partenariats s’ajoutent d’autres collaborations notamment avec Alfa Romeo ....





Avec Giugiaro, Italdesign, Touring, Pininfarina et Bertone, Ghia est l’autre grand de la carrosserie italienne. C’est également l’une des plus anciennes maisons de la péninsule, dont l’histoire foisonnante et complexe, voire chaotique, apparaît d’une grande richesse. Un parcours étonnant qui prend l’allure d’un roman, où, de Mario Revelli à Giorgietto Giugiaro en passant par Michelotti, Frua, Boano et Exner, se croisent quelques-uns des plus grands créateurs du design automobile. Avec pour conséquence une production en forme d’inventaire à la Prévert, où voisinent des modèles aussi divers que la Maserati Ghibli, la Volkswagen Karmann-Ghia ou les Chrysler construites en collaboration avec Detroit ....





Au début de l'activité, dans le domaine du design, Ghia entretient des relations privilégiées avec le comte Mario Revelli de Beaumont. Remarquable concepteur et designer au style novateur, ce dernier exercera une profonde influence sur le style de la maison au cours des années trente, notamment avec la vogue du style aérodynamique. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’usine turinoise est détruite par les bombardements. Quand Giacinto Ghia meurt subitement en 1944, la direction de l’entreprise revient à Mario Felice Boano, désigné dans son testament par le fondateur de l’entreprise. ....





A partir de 1948, la Carrosserie Ghia va fabriqué des modèles sur des châssis Fiat. En 1950, Luigi Segre est nommé directeur de l'entreprise et, à cette époque, les prototypes de Lancia Aurelia et Simca-Abarth sont construits. Notons également la réalisation de carrosserie hors-série sur les châssis Delahaye, Bentley et Talbot. Sous la direction de Luigi Segre , entre 1953 et 1963, de nombreuses firmes étrangères commandèrent des modèles chez Ghia, tels que Ford ou Lincoln mais aussi Volkswagen ou Volvo. Chrysler et son concepteur Virgil Exner est devenu un partenaire proche pendant 15 ans, et il y a même quelques Ferrari qui vont voir le jour à cette époque ....





Après la mort de Luigi Segre en 1963, la Carrosserie Ghia fut vendu trois ans plus tard, en 1966, à l'homme d'affaire Ramfis Trujillo, puis en 1967 à la société "Rowan Controller Co." en nommant l'Argentin Alejandro De Tomaso comme président et directeur général de l'usine de carrosserie italienne. Pendant ces années Ghia présentera divers modèles pour De Tomaso, Iso, Maserati, Simun, Oldsmobile, Isuzu, Fiat, Bugatti, Plymouth, Renault ou Lancia. C'est l'époque ou Ghia avait acquis l'importance et les dimensions d'une grande industrie, avec des activités et des intérêts qui englobaient tous les secteurs de l'activité, de l'étude des «voitures de rêve» aux projets de modèles de série, ou de véhicules spéciaux à la construction en série de carrosseries pour des tiers ....





En 1970, la société «Rowan Controller Co.» a vendu l'entreprise, laissant à Ford 80% des actions et les 20% restants à Alejandro De Tomaso, qui a conservé son poste de président de la société jusqu'en 1972, année dans lequel il a donné ses 20% à Ford. Coïncidant avec le démarrage de cette nouvelle propriété, Ghia a développé une voiture qui était très populaire, la De Tomaso Pantera, avec des mécaniciens Ford. Depuis 1972, les stylistes Ghia ont travaillé presque exclusivement pour Ford. À partir de 1973, le nom de Ghia est devenu le meilleur niveau de finition de Ford dans sa gamme de modèles grand public. La tendance a commencé en Europe ( Granada, Capri, Cortina, Escort, Fiesta, et plus tard Sierra, Orion, Scorpion, Mondeo, Focus ont tous eu des niveaux Ghia), mais s'est rapidement répandue dans le monde entier, notamment aux États-Unis, en Amérique du Sud et en Australie ....

Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Carrosserie Ghia
© - YouTube © - Motorlegend



La mythique Volkswagen Karmann Ghia ...



La superbe Renault Floride Ghia ...





JPBlogAuto

- page 2 de 401 -