Nombreux sont les contrevenants qui dans un accès de colère ont qualifié les radars automatiques de « pompes à fric » uniquement destinées à remplir les caisses de l’Etat . Pourtant les radars font des heureux car il faut savoir que le business des contrôles automatisés profite à quelques d’entreprises chargées de fabriquer, d’installer ou de gérer le parc des appareils ….

Votre accusation lancée sur le coup de la colère est donc partiellement injuste car plus que le Trésor Public, ce sont ces quelques entreprises privilégiées qui ont intérêt à voir prospérer ces boîtes à images tant redoutées . Le « Magazine Capital » dans son numéro de Septembre nous révèle dans une longue étude que les profiteurs ne sont en fait pas toujours ceux que l’on croit ….

D’après la rédaction du magazine, leur étude montre que 45% du milliard d’euros d’amendes récoltées depuis 2003 ont été partagés entre seulement six sociétés :

  • Trésor Public avec 436 millions € est le principal bénéficiaire de cette manne .
  • Atos Origin avec 320 millions €. C’est l’Etat qui a désignée cette société d’ingénierie comme maître d’œuvre pour le système de radars automatisés .
  • Sagem avec 85 millions € est le fabricant qui vend ses cabines à 40000 € pièce et en a 2000 en commande .
  • Spie avec 82 millions € est la société qui s’occupe de la maintenance des cabines .
  • La Poste avec 52 millions € se charge de l’expédition de 20000 PV par jour .
  • Eos Contact Center avec 20 millions € est la société qui gère le centre d’information téléphonique des contrevenants .
  • Stéria avec 4,8 millions € est la société en charge de planifier les futures installations de nouveaux radars .

Bien que le produit des amendes n’atteigne pas 1% des prélèvements obligatoires, l’administration n’est quand même pas à plaindre car une foie les radars installés et gérés, il lui reste largement de quoi aider les collectivités territoriales et les régions pour l’amélioration du réseau routier, CQFD ….



Putain de radar !!!



JPBlogAuto