(/public/imgsys/news.gif|)) Deux entrepreneurs allemands, Siegfried Bettmann et Moritz Schulte sont à l’origine de la firme « Triumph Cycle company » qu’ils installent à Coventry en Angleterre en 1890 pour fabriquer des bicyclettes . A parir de 1902 l’entreprise démarre la production de motocyclettes et ce n’est que vingt ans plus tard vers 1923 que Triumph commence à construire ses premiers modèles de voitures automobiles ….

Son premier succès commercial date de 1927 ou elle présente au Salon de Londres la fameuse « Super 7 » qui vient concurrencer l’Austin Seven . Dès les années 30, les Triumph vont connaître leurs heures de gloire grâce aux innovations techniques peu courantes à l’époque comme le lave-glaces, la colonne de direction réglable, l’interrupteur de batterie, le phare de recul, le double circuit de freinage ou le graissage du châssis automatique ….

Après la seconde guerre mondiale, les usines de Coventry étaient complètement détruites et Triumph ne devra son salut qu’au travers d’une reprise par la société Standard qui relancera péniblement la production au fil du temps . A partir des années 50, Triumph lance la lignée des fameux modèles TR qui progressivement lui redonneront la notoriété ….

A partir des années 60, les modèles Triumph vont rencontrer plus de succès et s'enchaîner avec bonheur comme les TR, l’Hérald, la Spitfire, la Dolomite, la Tolédo, la MK2 ou la Stag . En 1968, Triumph fini par s’unir au groupe BMC pour donner naissance à la British Leyland et finalement disparaître dans les années 80 ….

J’ai choisi pour mon billet un inimitable petit roadster produit en 1952 qui préfigure la dynastie baptisée TR des inoubliable petites voitures de sport britanniques . Déclinée en sept versions au fil des ans, avec ce look ravageur si particulier, c’est la fameuse Triumph TR2 Roadster ….

Ecussons des marques ... Cliquez pour agrandir ...


JPBlogAuto