ALFA ROMEO - 8 C Competizione ….



Par ordre alphabétique, Alfa Roméo est la mieux placée des marques, et il faut reconnaître que pour inaugurer ce nouveau dossier sur les « GT Supercars » on aurait pu tomber beaucoup plus mal surtout avec ce modèle qui a permis à la marque de retrouver tout son lustre sportif passé . En fait, c'est un happy-end inattendu car personne n'osait espérer la mise en production de l'Alfa Roméo 8C Competizione présentée au Mondial 2006 comme un show-car sorte de prototype d’exposition . Et pourtant, Alfa l'a fait, cet exercice de style unanimement admiré sera produite telle quelle à 500 exemplaires . Ce ne sera pas la plus puissante, ni la plus performante, ni même la plus rare des supercars, mais ce sera sans conteste une des plus belles . Son dessin, œuvre du centre de style Alfa Romeo signé Wolfgang Egger, puise abondamment dans le patrimoine de la marque et fait immédiatement penser à l'Alfa Romeo 33 Stradale, l'une des plus belles sportives de tous les temps ….



Appartenance au groupe Fiat oblige, l’engin est en fait conçu à partir d’une Maserati pour le châssis et équipé d’un moteur Ferrari, le tout divinement recarrossé . La 8c ne se contente pas d'être magnifique, elle a aussi la primeur d'un nouveau moteur V8 d’une cylindrée de 4.7 l qui permet de délivrer 450 ch . Ce rendement assez remarquable est toutefois inférieur à 100 ch/l car les ingénieurs ont préféré la souplesse et la fiabilité plutôt que la puissance pure . Un autre souci des ingénieurs a été de travailler la sonorité grâce en partie à un clapet d'échappement commandé électroniquement pour mieux sensibiliser la clientèle qui aime « la musique » des belles mécaniques ….



Afin de rappeler le passé glorieux de ses propulsions d'antan , le châssis de la 8C Competizione reprend le principe transaxle qui définit le positionnement de la boîte de vitesses au niveau du train arrière, et qui permet d'équilibrer au maximum la répartition des masses . La boîte est naturellement robotisée avec palettes au volant et comprend 5 programmes plus ou moins sportifs . Évidemment, un différentiel auto bloquant est de la partie, de même qu'un contrôle de stabilité (baptisé VDC) . Le travail aérodynamique a permis d'obtenir un coefficient de déportance négatif afin d'améliorer la stabilité à haute vitesse . Enfin tout un "toutim" technologique hi-tech de pointe qui font de la bête un outil des plus enviables ....



Ce qui range à coup sur l'Alfa 8 C Competizione dans la catégorie des supercars, c'est l'utilisation du carbone pour sa coque . Montée sur un châssis en acier, la coque entièrement en carbone participe pour beaucoup au poids réduit, et au prix exorbitant de la voiture . Les trains roulants en quadrilatère sont forgés en aluminium comme d’ailleurs les jantes qui chaussent des pneumatiques 245/35 à l'avant et de 285/35 à l'arrière . Bref, même si l'Alfa 8C reprend de nombreux éléments Maserati, et une mécanique Ferrari, elle semble réunir tous les ingrédients d'une supercar de rêve . Ne boudons pas notre plaisir, cette propulsion magnifique est très performante, très équilibrée, très souple et très confortable . Déclinés en deux versions, Coupé ou Spider pour un tarif de l’ordre de 200.000 €, les 500 exemplaires semblent déjà avoir trouvé preneur, de qu’elle crise parlez-vous donc ? ...

Caractéristiques techniques :

  • Transmission arrière : 6 vitesses robotisées
  • Pneus AV : 245/35 ZR20 - AR : 285/35 ZR20
  • Poids : 1585 kg
  • Moteur : V8 - 4.7 Litres
  • Puissance : 450 ch – 292 km/h
  • 0 à 100 : 4’’2
  • 1000 m D.A : 22’’5






L'Alfa Roméo 8 C Competizione, c'est ça, que du FUN !!! ...



JPBlogAuto