JENSEN INTERCEPTOR ….







Les frères Richard et Alan Jensen unirent leur destinée à celle de W. J. Smith Ltd, un carrossier de Grande-Bretagne à la fin des années 20. Au début des années 30, ils avaient pris le contrôle de la compagnie et l'avait baptisée Jensen Motors en la spécialisant dans la carrosserie automobile de grand luxe . L'entreprise est située à West Bromwich et produit des automobiles susceptibles de soutenir la comparaison avec des voitures dites luxueuses comme la Bentley ou l'Austin Princess, mais elle construit aussi des cabriolets et des coupés à tendance sportives . Elle produit aussi des caisses pour des modèles concurrents comme la Volvo P1800 . Leur premier modèle fut la " S-Type ", apparue en 1935, une grosse décapotable de tourisme à moteur V8 . Le 2e conflit mondial marqua cependant une pause dans leurs activités . Dès la fin de la guerre, les frères Jensen reprirent la construction de voitures, de très grand luxe cette fois ….



Mais la plus connue de la marque est la Jensen Interceptor sortie en 1966 lors du "Earl's Court Motor Show", qui deviendra le best-seller absolu de la marque et même pendant longtemps son seul modèle au catalogue . Elle allait être la première Jensen dont la carrosserie serait entièrement construite en acier et qui innove radicalement avec le premier système de transmission intégrale proposée non en série mais en option, gage d’une tenue de route exemplaire, mais aussi le premier ABS, l’antiblocage des roues au freinage, adapté du système encore expérimental de Dunlop . Déjà très en avance sur son temps, sa ligne assez sage et élégante est signée du styliste italien Vignale, et elle dispose de 4 vraies places, dans un confort du meilleur niveau, cuir et bois verni à profusion dans le plus pur style britannique, avec un hayon arrière (un des premiers). La Jensen Interceptor est le modèle le plus vendu avec 6.727 modèles standards et 320 unités à traction intégrale . La très luxueuse SP à moteur 7,2 litres atteint la production de 232 exemplaires . Pour propulser les 1600 Kg de sa caisse tout acier, assise sur un châssis tubulaire, elle fait appel à un V8 Chrysler de 6,2 litres développant la bagatelle de 325 cv . Cette motorisation ira au fil des ans jusqu’à plus de 7 litres, jusqu’à ce que les deux chocs pétroliers donnent un coup d’arrêt à ces mécaniques dispendieuses . La vitesse de croisière de ces grandes routières se situait autour de 193 Km/h, et la vitesse de pointe s’établissait à 225 Km/h, la laissant un peu en retrait des sportives pures et dures . Sa lourdeur et ses capacités en faisaient un engin de longs parcours très sûr, absolument pas un petit bolide dédié au plaisir du pilotage ….



Au fil des ans et des modèles successifs, la Jensen Interceptor subira de notables améliorations, on retrouve une ventilation éprouvée et l'apparition de la climatisation . Des modifications sont aussi faites au niveau des sièges et de la suspension de façon à améliorer le confort . La direction assistée et un réservoir d'essence d'une supérieure est installé pour améliorer l'autonomie . Les pneus sont désormais à carcasse radiale et contribuent de façon notoire à l'amélioration du comportement . La planche de bord subit quelques changements dont l'instauration des commutateurs de type " à bascule ". Des roues en alliage d'aluminium font leur apparition tout comme les disques ventilés . L’habitacle intérieur restylisé avec du cuir Connolly, des tapis de sol et de la moquette Wilton luxe . En mars 1974, une version décapotable fit son apparition et chose surprenante, en dépit de son poids supplémentaire de 200 livres, elle accélérait aussi rapidement que la version coupé . La Jensen Interceptor était une voiture élégante, fiable et formidablement rapide . Son seul véritable talon d'Achille était sa consommation trop élevée en conduite sportive . Après être passé successivement à travers deux crises du pétrole, une récession mondiale et d'avoir généré trop de pertes, la Jensen déposa son bilan en 1975 et ferma définitivement ses portes l'année suivante ....



Pour la mécanique, la Jensen Interceptor dite Mark 1 était mue par un V8 Chrysler de cylindrée plutôt respectable de 6,2 litres qui développait un tout aussi respectable 325 chevaux au régime de 4 600 tr/min . Une bonne vieille boîte "Torqueflite" de Chrysler automatique à 3 rapports se chargeait de faire passer cette puissance aux roues arrières . Elle finira sa carrière équipée d’un nouveau moteur V8 de 7,2 litres de cylindrée doté de 3 carburateurs "Holley" à double corps produisant 450 chevaux à 5.500 tr/min et un couple de 425 Nm dès le régime de 2800 tr/min . Au final, suffisamment puissante et abondamment coupleuse, elle offre un réel plaisir de conduite et un confort tout aussi appréciable . En 1984, cependant, la Mythique Jensen refait surface, entamant sa 4ème génération avec un plus modeste V8 Chrysler de 5,9 litres . Ses performances ne baissent pas, grâce aux nouvelles techniques employées qui permettent de réduire son poids, qui cependant est passé depuis à 1770 Kg . Elle restera proposée pratiquement sans restylage depuis l’origine, jusqu’en 1986 ou la production s’affaiblit et que les affaires cessent avant de devoir s’arrêter de nouveau définitivement ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 7.2Litres
  • Puissance : 450 chevaux à 5.500 tr/min
  • Couple : 425 Nm dès le régime de 2800 tr/min
  • Vitesse : 240 km/h






La « Jensen Interceptor », c'est ça ...



La « Jensen Interceptor », c'est ça ...





JPBlogAuto