VOLKSWAGEN SCIROCCO R ….







La marque « Volkswagen » est née en Allemagne en 1933 initiée par un programme gouvernemental de souscriptions pour une voiture du peuple, dont les souscripteurs n’ont finalement jamais vu la couleur . Ce programme d’origine nazi ne fut vraiment lancé que sous l’égide de l’occupant britannique après guerre en 1945 . La quasi monoculture de cette mythique Coccinelle cède finalement la place dans les années 70 à une beaucoup plus vaste gamme de véhicules à la technologie innovante . Entre les années 1980 et 2000, le « Groupe VAG » va se développer intensément pour devenir l’empire que l’on connaît aujourd’hui . En rachetant une dizaine de marques importantes, dont la dernière Porsche, la firme brigue désormais le titre de premier constructeur mondial, rien de moins dans le marasme actuel ….



Pour beaucoup d’automobilistes, Volkswagen jouit d’une vraie crédibilité en matière de voitures sportives grâce notamment à la griffe GTI et plus spécialement à la première Golf GTI . Toutefois, mis à part cette griffe, VW a aussi développé des modèles R comme la Golf R32 ou la Passat R36 . Aujourd’hui, c’est au tour de la Volkswagen Scirocco R de bénéficier de cette appellation . Et ce n’est pas fini puisque VW a décidé de constituer une entité indépendante chargée de viriliser les produits du catalogue de Wolfsburg . Lorsque la Scirocco avait fait son retour après des années d’absence avec son nouveau look râblé, musclé, proche du sol, on s'est tous léché les babines . La Scirocco “R”, c‘est d‘abord une “gueule”. Avec sa face avant revisitée comprenant un nouveau pare-choc, comparé à la Scirocco traditionnelle, il faut dire qu’elle en impose . Ce fameux pare-choc avant comprend des feux diurnes à LED qui sont complétés par des projecteurs Bi-Xénon . Autant le dire tout de suite, même dans les versions moins dévergondées, le Scirocco affiche des lignes très particulières qui lui permet de se différentier dès le premier regard avec notamment une partie arrière atypique très musclée et une ceinture de caisse haute réduisant ainsi de façon significative la hauteur des vitres . Cette version plus radicale reçoit certains attributs spécifiques qui s’inspirent grandement de la version GT24 engagée en compétition . On trouve donc un nouveau bouclier avec des prises d’air élargies, des projecteurs de jour à diodes, des phares bi-xénon ainsi que des badges R répartis un peu partout sur la carrosserie comme par exemple la calandre ou les seuils de portes . Quelques évolutions également à l’arrière avec l’apparition d’un diffuseur et d’une double sortie d’échappement . La ligne agressive de la Volkswagen Scirocco R est mise en valeur par des vitres latérales arrière sur teintées et par des jantes de 18” Talladega qui cachent à peine des étriers de frein sur dimensionnés laqués noir ….



Les amateurs de la Volkswagen Scirocco R n’auront pas manqué de remarquer le châssis Sport surbaissé de 10 mm . Cette ligne se termine à l‘arrière par un extracteur sous le pare-choc entouré par 2 sorties d‘échappement chromées . Malgré sa dégaine de mauvais garçon, le Scirocco conservait une bonne éducation, du moins, jusqu'à maintenant . Car dans sa version R, le coupé VW se révèle beaucoup plus dévergondé . Sous le capot, on retrouve en effet le quatre-cylindres turbo de l'Audi S3 . Un "petit" deux-litres, certes, mais qui développe tout de même 265 chevaux . Le couple n'est pas en reste car il s'élève à 350 Nm, disponibles dès 2.500 tr/mn . Cette Volkswagen Scirocco R a donc de quoi tenir tête à beaucoup de concurrentes du créneau . De plus elle reçoit le différentiel XDS, un système électronique plutôt que mécanique, qui utilise l'anti-patinage et freine la roue en perte de motricité . Pour la transmission, la boîte associée est au choix, entre une classique 6 vitesses et la semi-automatique DSG à double embrayage . Le poids étant limité à 1330 kg, les performances sont à la hauteur avec le 0-100 km/h qui est abattu en 6,4s (6,5s sans DSG) et la vitesse qui est bien sûr bridée à 250 km/h . Au final, bien qu’elle soit plus sportive que ses sœurs, cette Scirocco R souhaite quand même garder une certaine modération dans ses excès ....



Dans la Volkswagen Scirocco R on a davantage l’impression d’être à bord d’une GT que dans une véritable sportive et cela se confirme devant l’équipement complet comprenant notamment la climatisation automatique, les phares bi-xénon directionnels, la navigation, le radar de recul ou le toit ouvrant . On est très loin de la dotation minimaliste d’une vraie sportive avec le traitement spécial aussi pour l’habitacle qui comporte une sellerie réservée à cette déclinaison et des éléments en aluminium comme le pédalier par exemple . C’est très qualitatif que ce soit dans le choix des matériaux ou la qualité de l’assemblage . De série vous trouverez six airbags, l'ESP, une direction assistée électromécanique, l'éclairage permanent, la climatisation automatique, le verrouillage centralisé avec télécommande radio et les lève-vitres électriques . Mais aussi des phares bi-xénon, un système de radionavigation "RSN 310" avec huit haut-parleurs, un lecteur CD, un affichage de la pression des pneus, de l'éclairage diurne à LED, d'un toit panoramique entrebâillable, un radar de recul, de sièges ultra enveloppants, de baguettes de seuil de portes à l'avant en aluminium frappé du logo R, et d'un volant en cuir multifonctions qui sont autant de détails en plus . Pour ce qui est du tarif, suivant les options choisies, il faut compter environ 36.000 €uros ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres Turbo
  • Cylindrée : 2.0 Litres
  • Puissance : 265 chevaux
  • Couple : 350 Nm à 2500 t/mn
  • Vitesse : 250 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 6’’4






La « Volkswagen Scirocco R », c'est ça ...



La « Volkswagen Scirocco R », c'est ça ...





JPBlogAuto