PININFARINA SINTESI ….







En Mai 1930, les frères Battista et Giovanni Farina fondent à Turin en Italie la « Società Anonima Carrozzeria Pinin Farina » que beaucoup considèrent encore de nos jours comme le plus prestigieux des carrossiers modernes dont le style à fait école en étant imité dans le monde entier . Le succès va être immédiat et déjà en 1932 Pininfarina était le fournisseur attitré de huit maisons royales et de nombreux représentants de l’aristocratie, de l’industrie et du spectacle . Plutôt spécialisé dans les GT et les voitures de sport, « Pininfarina » réalisera certains modèles que beaucoup considèrent encore aujourd’hui comme des chefs-d’œuvre ….



Si l’on connaissait Pininfarina comme un styliste de grand talent, force est de constater qu’il s'impose désormais aussi comme un architecte technologique de génie avec sa dernière création qu’il vient de présenter au dernier Salon de Genève 2008 . Baptisée « Pininfarina Sintesi », la voiture exposé lors de ce salon ridiculisait les autres voitures par une technologie avancée nettement supérieure . En fait, d’ordinaire, les constructeurs proposent des voitures classiques, avec un réservoir d'essence, un moteur qui tourne grâce à cette essence, puis une transmission et des roues motrices . Pour Pininfarina, la démarche a été complètement différente afin de concevoir une voiture capable de répondre aux nouvelles exigences tant administratives qu’environnementales et technologiques du monde de demain . La première étape sur la Pininfarina Sintesi est de remplacer le moteur essence par un électrique, avec des batteries qui remplacent le réservoir, rien de révolutionnaire allez vous dire, attendez la suite ….



Sur la Pininfarina Sintesi, la seconde étape vient ensuite remplacer le moteur électrique unique, monté par quasiment tous les autres constructeurs, par 4 moteurs beaucoup plus petits, idéalement positionnés dans les roues . Troisième étape, comme on ne se contente pas de l'autonomie assurée par un pack de batteries, il est associé à une pile à combustible (PAC) alimenté par de l'hydrogène . Quatrième étape, pour optimiser le packaging dans l'auto, la PAC et les batteries sont divisés en 4, associés aux roues . Cette architecture permet d'optimiser la répartition des masses dans l'auto de façon idéale . On a donc une voiture réellement révolutionnaire, mais qui présente encore une difficulté, celle de devoir posséder un réservoir d'hydrogène, qui du fait de la densité énergétique très faible de ce gaz est toujours gros . La solution est dans la cinquième étape sur la Pininfarina Sintesi, car la bonbonne d'hydrogène est remplacée par un réservoir d'essence associé à un réformeur . Une technologie qui n'est pas nouvelle, mais qui avait été abandonnée par la plupart des constructeurs (General Motors, Daimler ou Honda), simplement parce qu'ainsi la voiture n'est plus une voiture zéro pollution ....



En fait, sur la Pininfarina Sintesi, le réformeur transforme l'essence en hydrogène et en CO2, il envoie le premier aux PAC, et rejette le second à l'échappement . Ce n'est pas une solution finale, mais le rendement est tout de même bien supérieur à une voiture essence classique . Pininfarina annonce 800 km d'autonomie avec 40 l d'essence, dans une auto qui accélère de 0 à 100 km/h en 7 s, et qui monte à 248 km/h en pointe . Au final, la Sintesi est une grosse voiture, elle est très basse, moins de 1,30 m de hauteur, mais elle fait 4,80 m par 1,99 m . Sa largeur la rend très imposante à voir, mais le point le plus remarquable est pourtant ailleurs, il est dans l'habitabilité absolument exceptionnelle de cette Sintesi . Parce qu'avec son architecture unique, l'empattement a pu être allongé (2,99 m), pour le plus grand bénéfice des passagers de la Pininfarina Sintesi . Un homme de 2 mètres serait très à l'aise à l'arrière. La voiture n'est qu'une 4 places, une console centrale fait toute la longueur de l'habitacle et elle cache le fameux réformeur dont l’un des gros avantages est que l'appareil est quasiment omnivore ....



Essence, gazole, éthanol, kérosène, biodiesel, la Pininfarina Sintesi marche avec tout . On pourrait même remplacer le réservoir par une bonbonne de gaz naturel ou propane, cela marcherait aussi . Mais si on veut une voiture qui ne rejette pas de CO, il n'y a pas d'autre solution que les batteries ou l'hydrogène pur . Les réformeurs ont peut-être un avenir à court terme car l'architecture d'un module moteur/PAC/batterie pour chaque roue, semble très prometteuse . Mais la véritable innovation proposée par la Pininfarina Sintesi est dans la vision qu'elle propose de la communication inter-véhicules . En effet, les designers italiens se sont penchés sur le renouvellement de la façon dont une automobile s'intègre à son environnement . Dans un réseau où tous les usagers de la route seraient équipés de ce système (baptisé "Clancast"), les voitures pourraient afficher toutes les informations de trafic (feux rouges, accidents...) à l'intérieur de l'habitacle . Ce système fonctionnerait sur le même principe que le "peer-to-peer" qui permet le partage de fichiers sur internet, chaque véhicule étant à la fois source, relais et récepteur des informations importantes ….

Caractéristiques techniques :

  • Moteurs : 4 moteurs électriques (1 par roues)
  • Energie : électrique + hydrogène
  • Energie hydrogène : pile à combustible (PAC)
  • Energie électrique : batteries Lithium-Ion
  • Vitesse : 248 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 7’’0






La « Pininfarina Sintesi », c'est ça ...



La « Pininfarina Sintesi », c'est ça ...





JPBlogAuto