ARTES CAMPEADOR ….







La voiture qui fait l’objet de ce billet a pour créateur « Jesus Artes de Arcos », né à Barcelone en 1933 . Après des études de génie industriel à l'Université, il a passé de longues années prisonnier en Allemagne ou il travaillait au développement de la métallisation sous vide des machines pour la société Heraeus . A la fin de la guerre, de retour en Espagne il entre dans le secteur automobile et trouve l'un de ses premiers emplois avec la société française connue d’instrumentation Jaeger et plus tard avec une autre société française Cibié . Rapidement, il s’installe à son compte et ouvre un atelier de petite mécanique ou il développe ses multiples talents d’inventeur infatigable, il a reçu plus de 100 brevets dans des domaines aussi divers que l'automobile, les machines électriques, les armes ou les systèmes de construction si bien que l'État espagnol le décore de la Médaille d’Argent du Travail en 1965, ainsi que la Grande Croix Civile du Mérite . Dans le milieu des années 60 l’inventivité inlassable de Jesus Artes de Arcos l'a amené à se développer comme une activité accessoire à celle de ses usines dans différents types de composants de véhicules, en se concentrant initialement sur les modèles tous terrains, mais aussi quelques sportives méconnues et oubliées au look typiquement Vintage Classic ....



La société Artes de Arcos, fabricant leader de composants pour véhicules de course a chargé le Cabinet Selex (comme cela a été fait précédemment avec la "Cheetah" formule IV), de la conception et la fabrication d'une voiture de sport (comme modèle la Ford GT40), mais avec une taille plus petite . Le modèle a été dévoilé au Salon international de Barcelone Motor en 1967 et à fait l’effet d’une bombe, c’était la belle « Artes Campeador ». Cette étonnante barquette avait en fait le look ou du moins une forte ressemblance avec la Ford GT 40 . Quasiment la même, mais en légèrement plus petit, un véritable bijou, une ligne intemporelle inimitable qui traverse le temps sans se démoder, une de celle que l’on nomme aujourd'hui les Vintage Classic . La conception technique est le design sont l’œuvre de deux ingénieurs, Miquel Molons et Jaime Xifré qui ont su garder les lignes du modèle original pour l’adapter avec beaucoup de grâce à son nouveau châssis plus petit . La réduction finale propose donc une berlinette sportive à deux places basée sur un châssis dont la structure auto-portante est en acier, avec une résine de polyester renforcé, le tout avec une carrosserie monobloc totalement en fibre de verre . La suspension est indépendante à quatre roues motrices avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs hydrauliques réglables en hauteur, gage d'efficacité . Pour finir, la Artes Campeador était équipé de freins à disque aux quatre roues avec un circuit hydraulique double ….



En ce qui concerne la conduite de la belle Artes Campeador , le travail des ingénieurs a porté ses fruits avec un centre de gravité bas, les roues à voie large avec 6,5 et 8 pouces respectivement à l’avant et à l’arrière, une suspension à double parallélogramme avec ensemble ressort-amortisseur placé à un angle et également, très important, un fond totalement plat (seulement 8 cm du sol), au final, la voiture a une superbe stabilité . Équipée de jantes alu à rayons, les roues sont montées avec des Dunlop Racing de 5,00 x 13 à l’avant et de 6,00 x 13 à l’arrière qui participent à adoucir le comportement général . Le freinage confié à quatre freins à disques performant été en rapport avec la très bonne tenue de route et les hautes performances dont été capable ce petit coupé sportif étonnant et insolite qui pouvait pourtant prendre place avec ses concurrentes GT . Une des particularité due au dessin de ce coupé, c’est que pour faciliter l'entrée des occupants, les portes avaient un grand angle d'ouverture possible par une large découpe d’extension sur le toit, ce qui donne une image de T-top quand les deux portes étaient ouvertes . Avec ce look agressif mais fluide, cette superbe petite GT Artes Campeador se devait d’avoir une mécanique puissante ....



Confronté au premier choc pétrolier, la petite firme a du revoir pour l’étonnante Artes Campeador ses ambitions à la baisse côté motorisation . En effet faute d’avoir un budget suffisant pour construire les dix premiers exemplaires prévus, la petite société artisanale va se rabattre sur le plus puissant des petits moteurs correspondant . Le choix va tout naturellement se porter sur ce qui se fait de mieux à l’époque dans des tarifs convenables, ce sera donc un moteur 4 cylindre de 1255 cc qui est emprunté à la Renault 8 Gordini . Ce petit bloc Gordini était alimente par deux carburateurs double-corps Solex 40 et développé une puissance de 110 chevaux SAE à 6800 tr/m, le taux de compression était de 9,3:1 . Le moteur, était situé en position centrale transversale et la transmission est confiée à une boîte manuelle à 5 vitesses plus marche arrière . Inutile de préciser qu’avec son faible poids de moins de 550 kg, l’effrontée avait des performances plus qu’honorables et sa vitesse de pointe avoisinait les 200 km/h, très enviable pour l’époque . Malheureusement un violent incendie va détruire tout les locaux avec les moules, les plans et même quelques voitures . les derniers exemplaires de la très insolite Artes Campeador qui subsistent encore aujourd’hui sont devenus des Vintage Classic extrêmement rares très chers, des joyaux ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 en ligne
  • Cylindrée : 1.3 Litres
  • Puissance : 110 chevaux à 6800 tr/m
  • Taux de compression : 9,3:1
  • Vitesse : 200 km/h
  • Boîte : manuelle à 5 vitesses
  • Poids : 550 kilos avec les pleins








Les automobiles « Artes de Arcos », c'est ça ...





JPBlogAuto