DODGE CHALLENGER ….







Au milieu des années 60, la guerre fait rage aux Etats-Unis entre les grands constructeurs pour prendre des parts de marché sur le créneau des muscle cars ou pony cars . Ford à ouvert les débats avec la fameuse Mustang, mais très vite Chevrolet a suivi avec sa Camaro, puis Pontiac avec la Firebird et Plymouth avec la Barracuda pour ne citer que les principaux concurrents . Seul Chrysler demeure à la traine sur ce marché de voitures sportives qui plait beaucoup aux jeunes américains . Mais ayant racheté « Dodge » en 1928, c'est sous ce label que la firme va rentrer elle aussi tardivement dans la danse en proposant sa propre version de la muscle car qui sera baptisée Challenger ….



C'est donc en 1970 que la Dodge Challenger fait sa première apparition sur le marché . Elle utilise un maximum de pièces communes avec la nouvelle Plymouth Barracuda, sa jumelle au sein du groupe Chrysler, dont elle partage la plate-forme Chrysler E-Body mais avec un empattement allongé de 51 mm et une carrosserie spécifique . Le dessin de la carrosserie est signé Carl Cameron, le responsable du style extérieur de Dodge . Sa calandre s'inspire ainsi de la précédente Charger dans ses proportions car il voulait la doter d'un moteur turbo-compressé, ce qui explique sa ligne si caractéristique . Il s'agit d'une voiture " plutôt compacte" pour les USA mais qui favorise quand même assez bien l'espace intérieur . La première génération de Dodge Challenger n'est proposée qu'en tant que coupé deux portes à toit rigide ou en cabriolet . De nombreuses options permettaient au client une véritable personnalisation, et même si on parlait à l'époque de "Custom" et pas encore de tuning le principe restait le même . ….



Cet étonnant coupé Dodge Challenger sera également disponible dans une version ultra sportive le modèle R/T (Road/Track, c'est-à-dire Route/Circuit), disponible autant pour la décapotable que pour le coupé . Les coupés et hard-top R/T étaient également disponibles en finition SE plus luxueuse, avec une sellerie cuir, un toit vinyle et une lunette arrière plus petite . La Challenger a été bien acceptée par le public (avec des ventes de 80.000 unités pour l'année 1970 seulement) malgré le fait qu'elle ait été critiquée par la presse et que le marché des pony car commençait déjà à s'essouffler avant son arrivée . Pourtant, véritablement culte dans sa très rare version HEMI, la Dodge Challenger aura connu un beau succès malgré une carrière très courte qui marque la première période de crise majeure de l'automobile . Véritable symbole de la course à la puissance qui faisait rage durant les années 70, elle restera comme l'emblème d'une apogée et d'une décadence ayant fait émerger les restrictions écologistes et sécuritaires ....



Côté motorisation, la très insolite Dodge Challenger est à son apogée dans sa version RT qui propose un très exclusif V8 Magnum Hemi de 7.2 litres de cylindrée développant 425 chevaux à 5000 tr/mn et un couple de 650 Nm à 4000 tr/mn . Alimenté par des carburateurs quadruple corps et disposant d'une ligne d'échappement spécifique, ce moteur respirait la santé . Avec une transmission automatique à 3 rapports Chrysler TorqueFlite ou une boîte manuelle à 4 rapports qui pouvait recevoir en option le fameux pommeau de vitesses façon crosse de pistolet, la voiture pouvait également s'adjoindre les services d'un pont avec blocage de différentiel Dana 60 . Au final, les performances générales de la méchante et redoutable Dodge Challenger étaient assez impressionnantes surtout dans cette version RT vraiment musclée . De nos jours, cette version très pointue est une véritable Vintage Classic très recherchée par les collectionneurs qui n'hésitent pas à investir aux alentours de 80.000 €uros pour en acquérir une en bon état ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 7.2 Litres
  • Puissance : 425 chevaux à 5000 tr/mn
  • Couple : 650 Nm à 4000 tr/mn
  • Vitesse : 190 km/h








La « Dodge Challenger », c'est ça ...



La « Dodge Challenger », c'est ça ...





JPBlogAuto