HOTCHKISS ANJOU ….







Firme fondée par Benjamin Berkeley Hotchkiss en 1867 pour fabriquer des canons et du matériel d’artillerie au cours de la seconde moitié du 19 éme siècle . Fabriquant d'armes et de véhicules militaires, d'où son blason aux deux canons croisés, la firme britannique « Hotchkiss » se diversifie dans la production d'automobiles civiles de milieu de gamme à partir de 1903 . Hélas, les deux guerres mondiale successives ne lui laisseront pas suffisamment de temps pour préparer une gamme et s’installer sur le marché . La firme ne renoue en fait qu’après guerre avec la voiture de tourisme en 1946 . Étroitement dérivées des modèles d'avant-guerre, les 13 et 20 CV sortent à petite cadence, tandis que « Hotchkiss » prend pied sur le marché du poids lourd avec le camion PL 20 ….



En 1949, la signature du contrat engageant la société dans la fabrication du prototype Grégoire R semble indiquer que l'avenir de la firme passe par la future Hotchkiss-Grégoire . Pourtant l'entreprise est réorganisée à partir de 1952, elle se désengage de Grégoire et de Peugeot pour se tourner vers Delahaye lorsque la nouvelle direction décide d'abandonner la construction de voitures de tourisme en 1955 . Hotchkiss-Delahaye est désormais un constructeur de camions, de Jeep, et d'engins spéciaux, dont la survie passe par de nouveaux rapprochements . 1956 voit la naissance du groupe Hotchkiss-Brandt qui fusionne dix ans plus tard avec Thomson-Houston . À partir de ce moment, le nom et la marque d’automobiles Hotchkiss s'efface peu à peu ….

Après le succès de l'Artois apparue en 1948 et écoulée à plus de 2000 exemplaires, Hotchkiss présente enfin sa toute nouvelle création, la dernière Hotchkiss Anjou en 1950 . Elle présente une ligne modernisée, en galbes et rondeurs alors que l'Artois conservait les lignes issues de la Cabourg . Elle mise surtout sur un intérieur soigné, mêlant velours et bois . Berline "du juste milieu" selon une publicité de l'époque, l'Anjou présente des lignes discrètes et élégantes, un intérieur cossu et confortable, notamment grâce à la fameuse suspension "Grégoire" qui rend les routes presque lisses, tant elle absorbe les irrégularités de l'asphalte . Ce système dit "à flexibilité variable," comporte trois ressorts par roues qui viennent compenser mutuellement leurs mouvements . Il a également été utilisé sur certains modèles de 4CV et d'Ondine sous le nom "aérostable" et même dans certaines Citroën Traction mais il n'a pas été généralisé en raison d'un coût de fabrication élevé . Force est de constater que techniquement, la jolie Hotchkiss Anjou était fort bien équipée et pouvait largement tenir tête à la concurrence sur ce plan ....



La voiture a été lancée à l'automne 1950 et durant la première année, 1787 exemplaires de l’étonnante Hotchkiss Anjou seront produits au total . L’année suivante, la production est passée à 2666 exemplaires . Avec un look de style grande limousine sensiblement modifié par rapport à ses prédécesseurs, la voiture a rapidement trouvé son créneau de clientèle et est devenu un des succès de la marque, si bien qu’un petit nombre de deux portes coupés ont été produits à l’époque ainsi qu’un cabriolet 2 portes . Les modèles de 1951 possèdent un levier de vitesses au plancher avec une boite à 4 rapports dont la première n'est pas synchronisée . Seuls un millier d'exemplaires seraient ainsi équipés . Par la suite, la commande sera au volant, et la belle Hotchkiss Anjou sera dotée d'une boite semi automatique « Cotal » baptisée le Moutadier en raison de la forme du commodo de sélection des vitesses ....



Techniquement, l'insolite Hotchkiss Anjou est une évolution de l'Artois, et propose des freins hydrauliques et les 4 roues indépendantes qui lui procurent un comportement sécurisant plutôt supérieur aux productions concurrentes de l'époque . Il y avait un choix de deux sortes de motorisation . La plupart des voitures ont été livrés avec un quatre cylindres OHC de 2,3 litres refroidi par eau avec un, ou au choix du client, deux carburateurs . Le second moteur pouvait être un six cylindres OHC de 3,4 litres de cylindrée refroidi par eau qui a expédié la voiture dans la classe des 20 CV fiscaux, mais a augmenté sa puissance maximale qui passe maintenant à 125 chevaux . On note sur ce modèle de motorisation des performances en augmentation avec une vitesse maximale annoncée de 150 km / h ….

Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V6
  • Cylindrée : 3.4 Litres
  • Puissance : 125 chevaux
  • Transmission :
  • Vitesse : 150 km/h


Les deux modèles très Vintage de Hotchkiss Anjou ont été équipés avec ce qu'on appelle la "classique" boite quatre vitesses manuelle ou disponible avec en option une boîte de vitesse électromagnétiques " Cotal " qui est considéré par certains comme un précurseur de la transmission automatique, et qui savait aussi se démarquer en mettant en vedette une boite disposant de quatre vitesses avant et quatre vitesses arrière . La berline ne faisait pas dans la sportive mais plutôt dans le confort, et donc son moteur était bridé au régime maximal de 4000 tr/min, la faute à une conception du moteur en fonte à longue course qui exclut les hauts régimes . Toutefois ce moteur est réputé pour sa fiabilité et sa souplesse . Parallèlement, la version 6 cylindres prendra la dénomination Gascogne . Ce sera le dernier succès de la marque Hotchkiss, comme beaucoup à cette époque, elle ne parviendra pas à anticiper le marché des petites berlines d'après-guerre ….





Les majestueuses « Hotchkiss Anjou », c'est ça ...



Les majestueuses « Hotchkiss Anjou », c'est ça ...



Les majestueuses « Hotchkiss Anjou », c'est ça ...