LOTUS EUROPA ….







L'histoire de « Lotus » est indissociable de celle de son célébrissime fondateur, Sir Anthony Colin Bruce Chapman . En 1952, Chapman fonde l'entreprise Lotus Engineering, et conçoit la Lotus 6, une voiture de course également homologuée pour usage routier . Le succès est tel que Chapman doit envisager la construction en série, ce qui l'amène à fonder en 1955 Lotus Cars . Parallèlement, l'engagement des Lotus en compétition se poursuit, et en 1957, Chapman monte le Team Lotus, qui ne tardera pas à devenir une des écuries majeures de la Formule 1 . Dans l'histoire, riche, du petit fabricant anglais, le modèle Europa (ou Europe selon les marchés) sera l'un des premiers modèles d'export de la marque et le premier modèle à moteur central arrière conçu par Colin Chapman ….



La Lotus Europa a été conçue pour être le modèle d'entrée de gamme de Lotus, afin de s'adresser à une clientèle plus diverse que l'Elan ou la Seven . Mais Colin Chapman, fondateur de la marque, n'a pas voulu que cela signifie "sportive au rabais", ni en kit, comme l'Elan . Durant les années 60, les berlinettes sportives sont très en vogue chez les petits constructeurs . Le principe de base est simple, à savoir une construction légère réutilisant un maximum de pièces de grande série . Malgré un moteur souvent modeste, on peut alors obtenir un rapport poids/puissance très favorable et des performances élevées pour un coût raisonnable . En France, la plus célèbre des berlinettes est sans aucun doute l'Alpine A110 . Le projet est pour Colin Chapman un moyen de donner une nouvelle envergure à son entreprise de construction automobile, en proposant cette fois un modèle exportable "clés en mains", donc sans montage contrairement à la Seven ou l'Elan, et vendu à un prix plus abordable . La Lotus Europa est le pur fruit de ce principe et du thème favori de Chapman, "Light is right", qui lui a permis de créer l'une des plus belles aventures automobiles de l'histoire ….



L'étonnante Lotus Europa est une petite barquette à moteur central arrière plutôt légère avec seulement 610 kg sur la balance . Comme l’Elan, la petite Lotus est construite sur un châssis à poutre centrale, mais inversé, le V étant placé à l’arrière . Présentée à la presse le 20 décembre 1966, la Lotus Europe débarque en France à partir de février 1967 . Destinée uniquement à l'exportation hors Angleterre au départ, ce petit coupé biplace à moteur central se veut avant tout économique et donc spartiate . L'insolite Lotus Europa se caractérise par ses vitres de portes fixes d’une seule partie, l'absence de poignées de porte, un essuie glace unique, une planche de bord d'un seul tenant en alu, des fermetures de capots simplifiées, ou encore des sièges fixes moulés directement dans le plancher et la cloison moteur . Heureusement, le volant et le pédalier sont réglables, mais avec des outils ....



La Lotus Europa sera assez fraîchement accueillie en raison de son design insolite surtout dans sa partie arrière . L’auteur en est John Frayling, qui avait travaillé comme modeleur sur la maquette de l’Elite . De plus, la visibilité vers l’arrière s’avère très mauvaise car la voiture est aussi plus large que l’Elan de dix centimètres . La carrosserie est toujours réalisée en fibre de verre . Les jantes sont en acier et la voiture est freinée par des disques Girling à l'avant et des tambours à l’arrière . Avec une suspension à triangles plutôt sèche, elle est moins confortable que l’Elan . En revanche, grâce à son poids plume de 610 kilos seulement, la voiture possède une tenue de route exceptionnelle . Performante et très agréable à piloter, la Lotus Europa n'est pas exempte de défauts et donc de critiques . La vision minimaliste et sans confort de Chapman n'est pas du goût de tous les clients qui trouvent à la voiture des inconvénients évidents pour une utilisation "normale", sur la route . Le manque de ventilation de l’habitacle, causant rapidement buée ou grande chaleur est notamment mis en avant ....



Pour motoriser la Lotus Europa, Colin Chapman a besoin d’un moteur de série à la fois fiable et d’un prix raisonnable . Il retient le quatre cylindres de la Renault 16, qui lui paraît offrir de nombreux avantages, légèreté (mécanique tout en alliage léger), bloc court grâce à un alésage réduit . Ainsi, le bloc moteur et la transmission sont directement fournis par la Régie Renault . L'arbre à cames est modifié, un carburateur double corps Solex remplace celui de la R16, et le taux de compression est augmenté . C’est le moteur « Twin Cam-Big-Valve » de la 16 TS d’une cylindrée de 1558 cm3 développant 126 chevaux à 6000 tr/mn et un couple de 118 Nm à 4000 tr/mn . La boîte à 5 vitesses permet d'atteindre 190 km/h en pointe . Les accélération sont également de très bon niveau pour l'époque, le 0 à 100 km/h est par exemple abattu en 8"5 . Cette petite sportive anglaise, très Vintage Classic, aux lignes un peu ingrates, possède malgré sa mécanique modeste tout le génie de Colin Chapman . Sa fiabilité n'est pas irréprochable, mais globalement, la Lotus Europa est une voiture simple, économique, performante et vivante, des valeurs de nouveau recherchées par les amoureux d'automobile ....

Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 1.6 Litres
  • Puissance : 126 chevaux à 6000 tr/mn
  • Couple : 118 Nm à 4000 tr/mn
  • Vitesse : 192 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 8’’5







La « Lotus Europa », c'est ça ...



La « Lotus Europa », c'est ça ...



La « Lotus Europa », c'est ça ...





JPBlogAuto