PANHARD PL17 TIGRE ….







L’origine de la firme, « Panhard » remonte en fait aux environs de 1845 quand l’entreprise exerçait son activité de constructeur de machines outils pour l’industrie du bois . En 1867, le jeune ingénieur René Panhard intègre la firme ou il est rejoint en 1872 par un camarade d’étude Emile Levassor . En 1889, à la mort du propriétaire, les deux amis transforment l’entreprise en petit constructeur automobile « Panhard et Levassor », l’histoire était en marche . En 1891, la plus ancienne marque française d’automobile construisait donc la toute première automobile de l’histoire qui était en fait un genre de chariot à moteur central . Les « Panhard » vont être synonyme de technique avancée et de sophistication mécanique pendant de nombreuses années comme la transmission à cardans, le moteur à fourreau, le châssis à poutre centrale, les freins hydrauliques aux quatre roues, les suspensions à barres de torsion . Après guerre, « Panhard » confrontée à la crise économique va petit à petit lier des accords avec Citroën pour finalement se faire racheter en 1965 ….



Les restrictions imposées sur les carburants qui ont suivi la crise de Suez ont permis à Panhard de profiter des consommations basses de son cheval de bataille, la Dyna, pour augmenter ses ventes . Mais ce n'est qu'un feu de paille, car dès 1958, les ventes s'essoufflent . La remplaçante de cette Dyna vieillissante est en chantier depuis un moment, son cahier des charges précise qu’elle doit être une 5 chevaux qui ne consomme que 6 litres aux cent et soit capable de transporter 6 personnes . Quant au nom, tout le monde chez Panhard est d'accord pour qu'il y ait une rupture, certains pensent à "Dyane" mais d'autres, plus pragmatiques additionnent les chiffres 6 places + 6 litres + 5 chevaux qui donnent 17 . Et, puisque c'est une Panhard & Levassor, on l'appellera la PL 17 ! Ce nom fait en plus le parfait pendant marketing à la DS 19 du quai de Javel . Finalement, le 26 juin 1959, la toute nouvelle Panhard PL 17 est présentée à la presse et indiscutablement à l’époque, elle y fait bonne figure ….



La Panhard PL17 vient remplacer la Dyna Z, mais pourtant elle n'est qu'une évolution de la Dyna Z, ses lignes ayant seulement été remises à jour . Autour de la cellule de sa devancière, le designer Bionier va donc dessiner une nouvelle voiture, plutôt une évolution, tant la ressemblance avec la Dyna Z est significative . A y regarder de plus prêt, il est vrai que les stylistes du bureau d'étude ont dû modérer leurs ardeurs car seul l'avant et l'arrière de la devancière ont été modifiés . En effet, la cellule centrale reste identique et par un jeu subtil de joncs en aluminium poli disposés horizontalement, la carrosserie paraît plus élancée, voire plus effilée . Le capot avant est plus plat et les phares sont plus écartés, ce qui contribue à élargir visuellement la voiture . Quant au coffre arrière de cette Panhard PL17, il est devenu énorme . Trois modèles sont proposés, un premier modèle "volontairement sobre" (sic Panhard !), un deuxième modèle plus luxueux appelé "Grand Standing" et un troisième modèle à tendance sportive propulsé par un moteur "Tigre" . Une version utilitaire est également au rendez-vous qui est déclinée en camionnette bâchée, en pick-up et en fourgonnette tôlée . Le public apprécie et la production de Panhard PL17 démarre sur les chapeaux de roues en France mais aussi à l'usine Citroën de Forest à Bruxelles . Ce lancement a permis à la firme aux chevrons de devenir le troisième importateur de véhicules en Belgique, juste derrière General Motor et Ford ....



Grâce au succès remporté par les étonnantes Panhard PL17 Tigre au Rallye de Monte-Carlo en 1961, la firme d'Ivry peut enfin voir l'avenir sous de meilleurs auspices . La transformation en cabriolet n’a pas nécessité de renfort de structure particulière, tant la plate-forme apporte de rigidité . La plate-forme tubulaire conçue à l'origine permet en fait une rigidité et une modularité qui autorise toutes les variantes . Ainsi, et dès l'origine, le break, la fourgonnette et le cabriolet étaient dans les cartons à dessin . Le design de ce cabriolet 2 portes de 5 places est très réussit . En fait il est bien plus beau que la berline . Cette allure élancée toute en rondeurs et en courbes douces est une merveille . Même capoté, le cabriolet Panhard PL17 Tigre a un look accrocheur et intemporel . L'aménagement intérieur est conçu pour être le plus confortable possible et le plus sûr possible . Ainsi la planche de bord, repoussée loin des passagers, arbore des formes arrondies et rembourrées, les commandes saillantes sont abolies et le levier de vitesse est placé derrière le volant . Le pare-brise et la lunette arrière sont conçus pour s'éjecter en cas d'accident et le plancher est intégralement plat . De même le réservoir est situé entre les roues arrière, à l'abri des chocs . Le conducteur de l’insolite Panhard PL17 Tigre Cabriolet retrouve toutes les informations nécessaires à la conduite sous ses yeux car l'instrumentation est rassemblée sur la colonne de direction ....



Côté motorisation, l'arrivée du moteur « Tigre » en 1959 apporte un peu de vigueur par rapport au modèle équipé du précédent moteur de seulement 42 chevaux . Sur la superbe Panhard PL17 Tigre, le taux de compression est augmenté de 7,2 à 7.8 : 1 et la puissance grimpe à 60 chevaux à 5750 tr/min . La vitesse de pointe atteint alors 160 km/h et sa tenue de route est excellente . La transmission est confiée à une boîte manuelle à 4 rapports, mais en option, il est possible de faire monter une transmission semi-automatique Jaeger . Voiture originale par sa motorisation et son dessin très aérodynamique pour l'époque, la Panhard PL17 Tigre a connue un succès honorable . Avec seulement 169 unités produites et donc en raison de leur rareté, les cabriolets sont ceux qui ont la côte la plus importante sur le marché de la collection Vintage Classic, avec des prix pouvant largement dépasser 20 000 € lorsque l'état est à la hauteur ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : bicylindre à plat
  • Cylindrée : 851 cm3
  • Puissance : 60 chevaux à 5750 tr/min
  • Couple : 6,8 mkg à 3600 tr/min
  • Vitesse : 160 km/h






La « Panhard PL17 », c'est ça ...



La « Panhard PL17 », c'est ça ...





JPBlogAuto