PININFARINA SPIDER EUROPA ….





En Mai 1930, les frères Battista et Giovanni Farina fondent à Turin en Italie la « Società Anonima Carrozzeria Pinin Farina » que beaucoup considèrent encore de nos jours comme le plus prestigieux des carrossiers modernes dont le style à fait école en étant imité dans le monde entier . Le succès va être immédiat et déjà en 1932 " Pininfarina " était le fournisseur attitré de huit maisons royales et de nombreux représentants de l’aristocratie, de l’industrie et du spectacle . Son esprit inventif trouvait des formes d’expressions tenant plus de l’art que du tôlier-formeur, si bien que de nombreux constructeurs feront appel à son talent novateur (Hispano-Suiza, Alfa Roméo, Audi, Cadillac, Lancia, Maserati, Ferrari, Fiat, Chevrolet, BMC, Peugeot, Volvo, Ford, Honda, Jaguar, Nissan, etc…) ….



Chez Fiat, issu d’une sympathique berline à vocation populaire, le Spider 124 Sport fut un peu aux années 60 ce que la Mazda MX 5 fut aux années 90, un concept de cabriolet ludique et sans prétention . Convié une fois encore à signer ses lignes ( au titre d’une collaboration «institutionnelle» installée dans la durée ), Pininfarina a surtout cherché à plaire au plus grand nombre . Aucune audace dans ce dessin apparemment banal mais avec le recul du temps, on se doit d’admettre que les années n’ont pas eu de prise sur ces formes «évidentes» qui ont su séduire sans vraiment lasser . Depuis 1966, le succès du Spider 124 de Fiat ne se dément pas et la voiture a connu différentes évolutions surtout liées aux motorisations de la marque . La chaîne de production est finalement transférée chez Pininfarina qui renomme alors la voiture Pininfarina Spider Europa . Le transfert de production a l'avantage de considérablement augmenter le niveau d'équipement et de finition . En premier lieu, la qualité des tôles utilisées pour la carrosserie étant supérieure, la voiture est moins sensible à la corrosion . Mais à l'intérieur, l'habitacle est plus cossu, du bois vient décorer le tableau de bord et l'ajustement des pièces est plus soigné . A l'arrière, les optiques sont redessinées, les pare-chocs enveloppants sont mieux intégrés à la ligne, et les jantes sont bien plus élégantes ….



Bénéficiant d’une conception cohérente, l’étonnante Pininfarina Spider Europa a aussi convaincu ses utilisateurs que ses origines latines n’étaient pas usurpées . Inaugurant le premier moteur «double arbre» de grande diffusion (signé Aurelio Lampredi, anciennement au service de Ferrari ), le spider profitera aussi d’une excellente boite de vitesses (à 4 ou 5 rapports, selon les versions), de quatre freins à disque assistés et de trains roulants «évolués» sinon très sophistiqués . Une panoplie technique en rapport avec les honnêtes performances du modèle et contrastant avec les solutions «rustiques» encore privilégiées à l’époque par ses principaux rivaux britanniques . Finalement, l’insolite Pininfarina Spider Europa va plaire au public et fera même une belle prolongation qui lui a permis de tenir son rang jusqu’au milieu des années 80 moyennant un minimum de retouches circonstanciées orchestrées par son carrossier attitré devenu constructeur-distributeur ....



Le Pininfarina Spider Europa commercialisés sous le label Pininfarina offre une finition intérieure nettement plus soignée . Plus cossues d’aspect, ces versions disposent d’optiques redessinées, de jantes en alliage et de pare-chocs enveloppants qui ne dénaturent pas trop leur silhouette . Il s’accommode d’une finition bien moins désinvolte et de matériaux qui résistent beaucoup mieux aux outrages du temps . Les garnitures d’époque sont de meilleure qualité et n’ont plus tendance à gondoler et à s’user prématurément sous l’action du soleil . Joli lot de consolation, la planche de bord, bien dessinée et complète, profite d’un placage bois de très bonne facture et d’une ergonomie complètement revue . La position de conduite est idéale et le confort que procure le cuir et les moquettes est vraiment appréciable même dans un roadster dit ludique . Au final, près de 200 000 exemplaires ont trouvé preneur en Europe et aux USA . Il en reste largement assez pour satisfaire une demande toujours soutenue, mais, en toute logique, ce sont les premières séries, les plus rares, qui ont la préférence des collectionneurs . Aujourd’hui comme hier, la cote du Pininfarina Spider Europa en fait l’un des cabriolets Vintage Classic les plus abordables sur le marché des anciennes, et c’est aussi l’un des plus fréquentables au quotidien ....



Plusieurs motorisations ont émaillé la carrière à tiroirs de ce Pininfarina Spider Europa à vocation longue durée . Les 1400 et 1600 de la 1ère génération ( 1966- 1972 ) n’affichent toutefois que 90 chevaux DIN, ce qui peut paraître un peu juste aujourd’hui . Plus ambitieux, le 1608 cm3 proposé à partir de 1970 revendique la coquette puissance de 110 chevaux à 6400 tours/minute, un rendement flatteur pour un moteur de grande série né voici plus de 30 ans . Plus sages à certains égards, les moteurs équipant les seconde et troisième générations ( 1592, 1756 et 1995 cm3 ) sont issus pour leur part de la série 132 mais leur architecture conserve la distribution à double arbre à cames en tête de leurs prédécesseurs . Conçus par le très compétent Aurelio Lampredi, ces 4 cylindres se caractérisent tous par leur robuste constitution et leur propension à tenir les hauts régimes sans défaillir . Correctement entretenus, ces moteurs peuvent prétendre à plus de 200 000 kilomètres sans soucis majeurs . En 1983, c'est le moteur de 2 litres à compresseur volumétrique qui lui est attribué et qui avec ses 135 chevaux à 6400 tours/minute offre un agrément de conduite très supérieur . Les modèles 2 litres à injection ( versions Pininfarina Spider Europa ) apparaissent plus polyvalents et plus faciles à vivre au quotidien ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 1995 cm3
  • Puissance : 135 chevaux à 6400 tours/minute
  • Couple : 250 Nm à 5500 t/mn
  • Vitesse : 185 km/h






Le « Pininfarina Spider Europa », c'est ça ...



Le « Pininfarina Spider Europa », c'est ça ...





JPBlogAuto