TOYOTA SPORTS 800 ….







La firme japonaise « Toyota Automatic Loom Works » était à l’origine une usine textile et ce n’est que plusieurs années après sa fondation que l’entreprise va se reconvertir dans l’automobile . Cette transformation va se produire en 1935 ou la firme devient « Toyota Motor Company », et dont le but avoué est de copier les meilleurs modèles américains en les adaptant au marché japonais . Ainsi en 1936, la première automobile « Toyota » voit le jour c’était le modèle AA qui était en fait une copie de la Chrysler Airflow . Après guerre, à partir des années 50, « Toyota » va débuter une véritable expansion commerciale en proposant une gamme de véhicules de tourisme, commerciaux et utilitaire très complète en parfaite adéquation avec les demandes du marché . Cette stratégie va lui permettre de devenir en vingt ans au début des années 70 le troisième constructeur mondial derrière les deux géants américains General Motors et Ford en suivant pourtant les schémas les plus classiques, voitures moyennes, performances moyennes, moteurs robustes mais pas très performants, en un mot simple, robuste et fiable ….



Dans les années 60, le constructeur japonais décide de prendre un peu de galon et tente fort timidement de réaliser quelques autos sportives . La toute première sportive de la marque sera la très étonnante Toyota Sports 800 . C’est un séduisant petit coupé sportif de seulement 3,58 mètres qui est aujourd’hui encore une voiture quasiment inconnue du public en Europe . Présentée au salon de Tokyo en 1964, elle dérive de la Publica, une petite berline populaire réservée au marché japonais . Elle est l’évolution du concept car baptisé Publica Sports, que Toyota avait présenté en 1962 . La Sport 800 profite d’une carrosserie qui fait largement appel à l’aluminium (jusqu’au pare-chocs). Agréablement profilée elle est l’œuvre de Shozo Sato, le designer auteur des lignes des premières Datsun, prêté par Nissan pour l’occasion . Si sa face avant évoque furieusement la 2000GT à venir, bien connue pour son rôle de James Bond Car, c’est surtout son toit qui est à remarquer, car la très insolite et jolie Toyota Sports 800 utilise un système Targa, bien avant la Porsche 911 du même nom, souvent citée comme son origine ….



Commercialisée en 1965, la Toyota Sports 800 est ultralégère avec 580 kilos sur la balance car elle utilise massivement l’aluminium . L’essieu arrière est rigide et le freinage confié à quatre tambours . Son style général semble avoir été inspiré par les modèles italiens dessinés par des stylistes comme Bertone ou Pininfarina pourtant son look est plutôt original et n'emprunte rien aux voitures occidentales, car au final Shozo Sato a su créer une automobile bien équilibrée et très plaisante sous son air de manga . Cette petite deux places a essayé de se frayer une place parmi les voitures de sport en participant à des compétitions au Japon dans la catégorie des petites cylindrées ou elle remporte entre autres les 24 Heures de Fuji . Avec son toit démontable du type Targa, la Toyota Sports 800 propose un style aérodynamique assez peu courant pour l’époque qui va plaire aux clients japonais, d’autant plus qu’elle est légère et très agile car elle est construite sur un châssis rigide sur lequel sont montées des suspensions plutôt efficaces ....



Entre 1965 et 1969, environ 3131 unités de la Toyota Sports 800 ont été construites avec principalement la conduite à droite . Un nombre très limité de voitures seront produites en test avec la conduite à gauche mais finalement Toyota a décidé de ne pas l'exporter . Pendant les quatre années de production quelques légères modifications principalement mécaniques verront le jour et seulement de subtils détails stylistiques comme par exemple les feux de position latéraux . La suspension fait appel au traditionnel essieu rigide suspendu par des lames à l’arrière, alors que les roues avant indépendantes sont soutenues par des barres de torsion . La direction est à vis et galet et les roues en acier font 12 pouces de diamètre . L’habitacle conçu pour seulement deux personnes propose un intérieur assez minimaliste, pas de radio ni aucun accessoire de luxe, les sièges sont en vinyle et le recouvrement de sol est en caoutchouc . L’instrumentation de la Toyota Sports 800 est néanmoins très complète avec pas moins de six jauges pour les différentes fonctions ....



Pour ce qui est de la motorisation de la Toyota Sports 800, la voiture ne pouvait pas prétendre à impressionner car comme son nom l’indique, et comme c’est alors la mode au Japon, la cylindrée frôle le ridicule . Réalisé en alliage léger, son bicylindre à plat refroidi par air évoque celui des Panhard . Le bicylindre à plat dispose d’une cylindrée de 790 cm3, des soupapes en tête et un arbre à came latéral, il est d’une conception tout à fait classique, en fait, c’est pratiquement un moteur de Coccinelle coupé en deux . Grâce à ses deux carburateurs double corps Aisin, il développe 49 chevaux à 5400 tr/min . Toutefois le rendement en regard de la cylindrée est bon avec 60 chevaux au litre et le taux de compression est de 9:1 . Vu son faible poids, la vitesse de pointe est de 160 km/h . Curieusement, ce petit moteur va par la suite servir de moteur de climatisation auxiliaire pour les autobus Toyota . La transmission est assurée par une boîte de vitesse à 4 rapports tous synchronisés . Pratiquement pas exportée hors du Japon, la Toyota Sports 800 est devenue un modèle Vintage Classic très recherché par les collectionneurs de tous pays ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 2 cylindres à plat
  • Cylindrée : 790 cm3
  • Puissance : 49 chevaux à 5400 tr/min
  • Refroidissement : à air
  • Vitesse : 160 km/h
  • Poids : 580 kilos






La « Toyota Sports 800 », c'est ça ...



La « Toyota Sports 800 », c'est ça ...





JPBlogAuto