TOYOTA SPORTS 800 ….







En 1890, la firme anglaise « Triumph Cycle Company » s’installe à Coventry pour construire des bicyclettes et ce n’est qu’en 1902 qu’elle commencera à construire des motos qui connurent un succès croissant et donnèrent à la marque sa renommée internationale . Il faudra attendre 1923 pour voir apparaître la première voiture de la firme . Au salon de Londres en 1927, « Triumph » va présenter la « Super 7 » le premier modèle qui va marquer pour la firme son premier vrai succès commercial . A partir des années 30, « Triumph » va commencer à développer quelques modèles à tendance plus sportive mais tout en poursuivant ses modèles plus luxueux . Après guerre, à partir des années 1950, « Triumph » va faire un retour aux voitures de sport qui avaient été oubliées en 1939 avec la nouvelle série « TR » qui va devenir mythique et se décliner en plusieurs versions (TR2, TR3, TR4, TR5 etc ….) ….


La Triumph Spitfire 1500 est la 5ème et ultime version de la Spitfire . C'est en 1958 que commence l'histoire de la Triumph Spitfire, avec l'émergence de l'idée d'une version sportive de l'Herald, alors en cours de conception . Le but est de créer une petite voiture de sport bon marché, située un niveau de gamme en dessous de celui des roadsters TR, alors représentés par la TR3 . En 1960, la société concurrente « British Motor Corporation » commence à produire l'Austin-Healey Sprite, qui correspond justement à ce cahier des charges et pour concrétiser le projet, l'ingénieur en chef de Triumph, Harry Webster, prend contact avec Giovanni Michelotti, carossier déjà auteur de l'Herald . Le but est d'en utiliser le plus possible d'éléments, afin de limiter les coûts . Un châssis d'Herald est envoyé en Italie, et le prototype est renvoyé au Royaume-Uni en octobre . Toutefois, Standard, propriétaire de Triumph, est en crise, donc le projet est-il mis en sommeil . Il sera relancé suite au rachat de Standard-Triumph par Leyland Motors, et approuvé officiellement par le comité de direction en juillet 1961 . La Triumph Spitfire est présentée au public au salon de l'automobile de Londres Earls Court en octobre 1962, où elle reçoit un accueil enthousiaste ….



Produit entre décembre 1974 et août 1980, la Triumph Spifire 1500 doit une partie de son existence aux nouvelles normes de sécurité américaines . En effet, les Etats-Unis avaient déjà pris des mesures pour éviter l’émission de gaz nocifs, mais le seul moyen connu à l’époque pour que les moteurs ne soient pas trop polluants était d’abaisser leur taux de compression . Manque de chance, pour faire cela, les performances des véhicules en subissaient les conséquences . Ce problème ne s’appliquant pas à l’Europe, il y a eu au final 2 versions de la Spitfire 1500 . La version 1,5l continental pour l’Europe et une version bridée pour les Etats-Unis . Autant dire que le modèle américain est à éviter pour ses performances, cependant, pas d’inquiétude, il existe peu de modèles américains importés en France . Si l’allure de la Triumph Spifire 1500 se rapproche farouchement de celui de la MK4, on notera néanmoins quelques petites différences avec tout d’abord la présence d’appuis tête en série, une mention « Spitfire 1500 » souvent présente à l’avant du capot, des ceintures de sécurité à enrouleur et enfin, un tissu pour les sièges façon « pied-de-poule » ....



Bien que légèrement plus chère que sa rivale, l'Austin-Healey Sprite (puis MG Midget), la Triumph Spifire 1500 connaîtra de meilleures ventes que celle-ci tout au long de sa carrière . Restée sans succession après l'arrêt de sa production en août 1980, la Spitfire a cédé la place aux GTI, qui ont représenté le grand succès de cette décennie dans la catégorie des petites sportives . On devra attendre de longues années avant de retrouver une postérité digne de la Spitfire, au premier rang de laquelle s'inscrit la Mazda MX-5, qui en est inspirée . La Triumph Spitfire est un roadster britannique à deux places et moteur 4 cylindres en ligne avec une carrosserie dessinée par Giovanni Michelotti . Prévue pour être une voiture de sport à bon marché, elle est basée sur la Triumph Herald, une petite berline . La Triumph GT6, un coupé à moteur 6 cylindres, en est dérivée . Durant ces 18 ans de production, les différentes versions de la Spitfire resteront sensiblement les mêmes voitures, ne connaissant que des évolutions techniques et esthétiques limitées tout en gardant la même structure . Dans le même temps, la catégorie des roadsters plus haut de gamme de la marque verra se succéder quatre modèles entièrement différents, les Triumph TR4, TR5, TR6 puis TR7 en plus de la jolie et très surprenante Triumph Spifire 1500 ....



Pour ce qui est de la motorisation de la Triumph Spifire 1500, le moteur utilisé est un donc comme son nom l’indique un 1500 cm3 avec 4 cylindres en ligne à longue course qui ne brille guère par sa puissance, avec seulement 63 chevaux . Il ne permet pas d'accélérations foudroyantes, avec un très modeste 14,3 secondes pour parcourir le 0 à 100 km/h . La vitesse de pointe est tout de même un peu supérieure à 160 km/h . Pour autant, le plaisir de conduire une Spitfire se situe ailleurs, dans le cabriolet cheveux au vent, dans le plaisir de conduire une voiture basse et légère et au comportement vif . Au final, ce sont plus de 310.000 Triumph Spifire 1500 qui ont été produites dans l’usine de Canley, ce qui en fait de nos jours un modèle Vintage Classic assez recherché surtout dans sa version européenne par les collectionneurs avertis ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres enligne
  • Cylindrée : 1500 cm3
  • Puissance : 63 chevaux à 5500 tr/min
  • Vitesse : 160 km/h
  • Performances : 0 à 100 km/h en 14,3 s






La « Triumph Spifire 1500 », c'est ça ...



La « Triumph Spifire 1500 », c'est ça ...





JPBlogAuto