tucker00.jpg



Après la Seconde Guerre mondiale, le public est en attente de nouveaux concepts automobiles mais les trois grands constructeurs de Détroit que sont Général Motors, Chrysler et Ford stagnent depuis 1941. L'opportunité se fait alors pour les petits constructeurs de développer de nouvelles voitures plus rapidement que les trois géants américains. Studebaker est le premier, mais Preston Tucker de Ypsilanti dans le Michigan prend une voie différente avec la conception d'une voiture sécuritaire avec des fonctions innovantes et un style moderne ….


tucker01.jpg


Preston Tucker souhaite donc offrir une voiture performante, efficace sur le plan énergétique, mais également plus sécuritaire que toute autre automobile vendue en Amérique du Nord à cette époque. Sa voiture se dote donc d’un phare central directionnel, de freins à disques, et de ceintures de sécurité. Sur le plan de l’ingénierie, on se démarque aussi par une suspension indépendante aux quatre roues et par une ligne à ce point aérodynamique qu’elle pourrait même se comparer avantageusement à celle de plusieurs voitures actuelles puisqu'elle bénéficie d'un coefficient aérodynamique de seulement 0.27 ce qui pour l'époque est assez incroyable. Ceci contribue d’ailleurs à ses aptitudes routières, puisqu’en plus d’être rapide, la voiture propose une meilleure maniabilité que la plupart de ses rivales ….


tucker02.jpg


Cette grande berline de 5,3 m avec un empattement de 3,3 m et une largeur de 2,08 m, a été dessinée par Alex Tremulis. L'habitacle de la Tucker torpédo est remarquablement spacieux et meublé de deux banquettes dont les coussins sont interchangeables « pour égaliser l'usure ». Le tableau de bord est capitonné, le pare-brise est éjectable, la carrosserie est déformable pour absorber l'inertie d'un choc et des ceintures de sécurité sont prévues. Le confort et la sécurité sont donc effectivement au rendez vous et les équipements sont plutôt complet comme un système de radio peut fréquent à cette époque ....


tucker03.jpg


Sur la Tucker torpédo, un renfort périmètrique ceinture le véhicule pour la sécurité de même qu'un arceau de sécurité s'intègre dans le toit. Le boîtier de direction est derrière l'essieu avant pour protéger le conducteur d'un accident frontal. Le tableau de bord est rembourré pour la sécurité, les manettes et tous les contrôles sont à portée de main au volant. Le pare-brise est cerclé et conçu pour s'éjecter dans une collision. Le frein de stationnement à clé est séparé pour qu'il puisse servir d'antivol. Les portes débordent sur le toit pour faciliter l'accessibilité. À l'époque 17 états avaient adopté des lois contre les voitures ayant plus de deux phares. Peu importe,Tucker fabrique un cache-phare à utiliser dans ces états ....


tucker04.jpg


Sur la Tucker torpédo, l'entretien et les réparations ont aussi fait l'objet d'une étude assez poussée. Ainsi, le moteur et la transmission son montés sur un ensemble porteur totalement séparé du châssis de la voiture. Six boulons seulement maintiennent l'ensemble et le tout peut-être rapidement échangé en concession en seulement 15 à 20 minutes par un simple mécanicien pour limiter les frais ....


tucker05.jpg


Le châssis de la Tucker torpédo est un cadre-caisson soudé de grande largeur entre les essieux retreint à l'avant et à l'arrière. La suspension aux quatre roues est assurée par des bras plates-formes en alliage léger forgé, tourillonnés sur des blocs de caoutchoucs travaillant en torsion cisaillement. Pour ce qui est de la carrosserie, le nuancier des couleurs de peinture propose six tons différents, Black, Waltz Blue, Green, Beige, Grey Silver et le Maroon ....


tucker06.jpg


Bien sûr, l’annonce de l’arrivée sur le marché d’une automobile aussi élégante que révolutionnaire ne fait pas le bonheur des grands constructeurs américains qui bénéficient de l’aide du gouvernement et possèdent tout le pouvoir nécessaire pour mettre des bâtons dans les roues d’un individu dont les moyens financiers sont loin d’être aussi élevés que ses ambitions. On fera donc tout à Detroit pour que la Tucker ne puisse voir le jour. Finalement 58 châssis ont été construits à l'usine, 36 berlines ont été achevées avant la fermeture de l'usine. Avant la liquidation de ses actifs, Tucker conserve un noyau de salariés qui assemblent 14 autres berlines, pour un total de 50 exemplaires seulement ....


tucker07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique de cette Tucker Torpédo, le moteur placé à l'arrière est un six cylindres à plat à soupapes en tête de 5,5 litres en aluminium dérivé de celui d'un hélicoptère Bell auquel on a ajouté un refroidissement par eau. Ce moteur de 166 chevaux est couplé à une boîte semi-automatique à quatre vitesses à présélecteur Cord et procure à cette propulsion des performances à faire rougir ses rivales avec une vitesse de pointe de 192 km/h et un chrono de 10 secondes pour boucler le 0 à 100 km/h ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : Franklin 6 cylindres à plat
  • Admission : à 12 soupapes
  • Cylindrée : 5 473 cm3
  • Puissance : 166 ch
  • Couple : 504 Nm
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : 4 vitesses manuelles à préselecteur



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © KustomMag




La Tucker Torpédo de 1948 ...



La Tucker Torpédo de 1948 ...








JPBlogAuto