En 1938, l'Amérique sortait à peine de la Grande Dépression économique, la guerre se profilait à l'horizon et la promesse d'un lendemain radieux semblait une pure utopie. Le design et la conception populaire de quasiment tous les objets de l'époque était le "Streamline-look", un style minimaliste car l'architecture, le mobilier, les appareils électroménagers et même les objets courants portaient cette lisse et fluide philosophie de conception. Concernant l'automobile, la Chrysler Airflow et la Pierce Silver Arrow, sont deux des exemples les plus familiers de cette tendance qui ne marquera pas les esprits ….





Aucune voiture de cette époque n'était élaborée selon une conception véritablement artistique du moins au style étudié de leur carrosserie et ceci jusqu'à ce que la Phantom Corsair apparaisse. Son concepteur, Rust Heinz qui est le second fils du richissime H.J Heinz le grand manitou de l’empire du ketchup Heinz veut créer sa propre voiture. Né en 1914 et sorti de l'université de Yale, avec une spécialisation en architecture navale, Rust a déjà conçu des bateaux à moteur profilés assez révolutionnaires. Dès la fin des années trente il est déjà certain de détenir en lui la vision de la première supercar américaine ….





Bien que sa famille soit peu disposée à financer sa vision automobile de l'avenir, la tante de Rust Heinz, une richissime excentrique qui adorait son neveu, est quant à elle très heureuse de payer les factures. En moins d'un an, la vision de Rust devient une réalité et ainsi né la Phantom Corsair, en contrepartie d'un chèque de 25.000 $ de la part de sa généreuse tante. Connaissant bien évidemment les bonnes personnes pour mener à bien son projet, Rust Heinz s'était adressé à Christian Bohman et Maurice Schwartz, propriétaires de la célèbre carrosserie Bohman & Schwartz de Pasadena en Californie pour concevoir cette voiture de rêve ....





Basée sur une Cord Westchester Sedan de 1936, la carrosserie de la Phantom Corsair a été conçue dans une soufflerie puis construite par Maurice Schwartz en personne. Ressemblant à un poisson ventouse au format "baleine", la carrosserie Fastback incorpore des évents (louvers). Les phares "Woodlites" verticaux de la célèbre "Dupont" sont ici sculptés comme les yeux d'une grenouille en protubérance, une caractéristique biologique qui se fond dans la forme principale. Le pare-brise scindé en deux parties est dramatiquement bas tandis que les vitres latérales remontent dans l'arrondi du toit. Le résultat sera à la hauteur des espérances car le coupé possède des lignes fluides très en avance sur son temps ....





La Phantom Corsair peut accueillir six personnes malgré sa ligne de toit tombante. Il faut dire que la caisse est si large qu’elle permet d’accueillir quatre personnes côte à côte sur la banquette avant. L'intérieur de cet insolite coupé offre donc de la place pour six personnes, quatre à l'avant et deux à l'arrière. Le tableau de bord a une forme étonnante en style d'instrumentation aéronautique. Les autres caractéristiques uniques incluent les portes à bouton-poussoir automatiques, un contrôle thermostatique de la température, des vitres de sécurité teintées, des pare-chocs hydrauliques. Des entrées d'air ont alors été découpées sous le pare-chocs avant et finalement deux radiateurs de Lincoln Zephyr ont remplacé le radiateur Cord d'origine ....





Un autre problème important apparaît sur la Phantom Corsair car les vitres latérales merveilleusement incurvées, le pare brise de la taille d'une trappe de boîte aux lettres et la minuscule vitre arrière sont trop petits pour fournir une vision acceptable. En effet, le conducteur téméraire et inconscient ne voit strictement rien pour lui permettre de circuler normalement. Pour aggraver les choses, aucun rétroviseur n'est installé, les changements de voie et le stationnement s'avèrent dès lors des manœuvres pénibles, voire impossibles, et pourtant, strictement rien de tout cela n'importe à son créateur, qui continue d'avancer sur ce design ....





La Phantom Corsair sera finalement présentée à la New York World's Fair en 1939. Destinée à être produite en nombre limité, elle affichait le prix de 12,500 $ ce qui était une très grande fortune à l'époque. Mais aucun ordre d’achat n’est venu récompenser l’infortuné Rust Heinz pour sa conception excentrique, réduisant ainsi la Corsair à une option très coûteuse. Le projet prit tragiquement fin en juillet 1939 avec la mort prématurée de Rust Heinz, décédé de graves blessures à la suite d’un accident de la route. Il n'avait que 25 ans ....





Pour ce qui est de la mécanique de cette Phantom Corsair, les concepteurs de la voiture ont utilisé un moteur V8 Cord d'origine d'une cylindrée de 4,7 Litres disposant d'une suralimentation préparé par Granatelli qui lui permettait de développer 192 chevaux. Potentiellement l'engin était capable de performances redoutables pour les années 30 avec par exemple une vitesse de pointe avoisinant les 200 km/h. Finalement un seul exemplaire verra le jour ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : Cord V8
  • Disposition : Porte à faux avant
  • Cylindrée : 4.7 litres
  • Puissance : 192 chevaux à 4.800 tr/m
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : 3 vitesses manuelle



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Gatsby




La Phantom Corsair de 1938 ...



La Phantom Corsair de 1938 ...








JPBlogAuto