@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - AC Cobra

Fil des billets

vendredi 3 mai 2019

Franco Sbarro Designer Constructeur









Francesco Zefferino Sbarro plus connu sous le nom de Franco Sbarro fait parti de ces concepteurs designers d'automobiles italiens que l'on qualifie de petits génies de l'automobile moderne. C'est un dessinateur et constructeur de voitures de rêves qui est né le 27 février 1939 à Presicce, dans la région des Pouilles, dans le sud de l’Italie ....





Fils de fermier, le jeune italien va très vite s'intéresser tout jeune à tout ce qui touche à la mécanique, notamment les vélomoteurs et scooters dans son voisinage. Après ses études à Lecce, Franco Sbarro s'installe en novembre 1957 à Neuchatel en Suisse où il travaille comme mécanicien. Deux ans plus tard, il achète un petit garage et se met à son compte. C'est à cette époque ou il commence à travailler notamment avec Borgward, petit constructeur allemand aujourd'hui disparu ....





Au début des années 60, Franco Sbarro rencontre Georges Filipinetti qui le conduira au poste de chef mécanicien de la célèbre Scuderia Filipinetti. Il mettra au point et entretiendra les voitures de course de l'écurie comme par exemple les belles AC Cobra, Ferrari P3, Ford GT40, Ferrari GTO, Chevrolet Corvette, Porsche 904, ou Lola T70 . C'est aussi à cette époque que Sbarro construit sa toute première voiture, le " Coupé Filipinetti ", à partir des plans d'une VW Karmann Ghia à moteur 1600 cm3 ....





Mars 1968 est une date pivot qui marque un tournant dans la vie de Franco Sbarro. En effet, quittant définitivement l'écurie Filipinetti, il va créer sa propre structure baptisée ACA - Atelier de Construction Automobile, dans une ancienne usine de cigarettes. Sa toute première création entièrement personnelle dans ces nouveaux locaux est la Dominique III, une petite sportive munie d'un énorme aileron arrière. Ce modèle unique vendu, Sbarro s'attaque à la reconversion des Ford GT40 de compétition en modèle "routiers" plus civilisés ....




C'est une époque de pleine expansion pendant laquelle Franco Sbarro construit de nombreuses répliques qui le rendent célèbre dans le milieu automobile, comme par exemple les BMW 328, Ferrari P4 ou même carrément la Bugatti Royale. Rien n'arrête Sbarro, la qualité de son travail artisanal sera confirmée par les nombreux modèles, uniques ou fabriqués en petites séries. Il fabrique aussi des véhicules tout à fait originaux, susceptibles de concurrencer les productions de certains grands noms de l'automobile comme les Stash ou Windhound, qui révèlent les multiples facettes de son talent ....





Rien n'arrête Franco Sbarro qui se constitue une clientèle fidèle de riches amateurs particuliers attirés par l'originalité et le côté exclusif de ses créations. On vient le trouver de partout dans son atelier comme jadis on débarquait à Maranello pour prendre livraison de " sa " Ferrari. Il est devenu de bon ton de pouvoir échanger quelques mots avec Franco Sbarro car il est capable d'exécuter n'importe quel modèle à la demande, et à l'unité. Chez lui, le client est roi, à condition de disposer d'un portefeuille bien garni ....





Au tout début des années 70, Franco sbarro s’intéresse à la sécurité active et passive des voitures, avec le coupé SV1 « Safety Vehicle 1 » commandé par un industriel allemand, ce coupé avec portes « papillon » est entrainé par deux moteurs Wankel rotatifs jumelés, placés en position centrale arrière. Doté de trois places avec le passager arrière étant installé de travers, ce véhicule prouve que rien n’avait été oublié afin de protéger les occupants. Les deux coffres avant et arrière font office de zones déformables, la carrosserie réalisée en polyester recouvre un châssis tubulaire avec trois arceaux de sécurité intégré ....





Franco Sbarro, non content de dessiner et construire de superbes voitures, est aussi un génial inventeur qui présente régulièrement des innovations technologiques marquantes et très performantes comme ce nouveau concept de châssis, le "Dual Frame" devenu courant aujourd'hui. Mais aussi un nouveau type de roue sans moyeu, sous le nom d'Orbital intégrant le moteur en son centre et repris notamment par Michelin ....





Voulant transmettre son immense savoir et surtout ses connaissances accumulées au fil des ans, Franco Sbarro fonde tout d’abord aux débuts des années 90 à Grandson, là où il réside, le célèbre Espace Sbarro tout en ouvrant par la suite, deux écoles, l’une au Maroc et l’autre à Pontarlier déménagée depuis lors à Montbéliard qui sont chargées de former en moins d’un an, de super techniciens de l’automobile, des sortes de designers capables de concevoir en peu de temps un prototype roulant de A à Z ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - YouTube
© - Sbarro © - Gatsby © - Calvet © - Carcatalog





JPBlogAuto

lundi 19 septembre 2016

Le style Néo Rétro







neo00.jpg

Certains clients font preuve d'une nostalgie pour ces voitures qui renvoient à une certaine joie de vivre comme la "Fiat 500", ce "pot de yaourt" lancé dans les années 1950 qui symbolise l'accès pour tous à l'auto, tout comme la "Coccinelle" ou encore la "Deuche". D'autres consommateurs veulent avoir une voiture différente, mais sans paraître snob, et sont donc prêts à payer beaucoup plus que pour un modèle normal. En fait, depuis des années, le vintage est omniprésent dans notre société et le secteur automobile ne fait logiquement pas figure d’exception, cette tendance c’est le « Néo Rétro » qui pousse les constructeurs à relancer sur le marché d’anciennes gloires du passé. Cependant, l’intérêt pour les constructeurs automobiles n’est pas uniquement de relancer un modèle ayant fait le succès de la marque dans le passé, il s’agit également de lui apporter un nouveau design, voire une nouvelle cible de marché. Dans leur déclinaison moderne, la donne a changé. Tous ces modèles ont, certes, gardé leur nom et quelques anciens éléments de style, mais ils ont surtout subi d’importantes évolutions car ils ont gagné en poids et en taille, ils ont hérité d’un look actuel et moderne, mais également des toutes dernières technologies. Nous ne sommes plus du tout dans une démarche de « voiture du peuple », les constructeurs ciblent désormais une clientèle à fort pouvoir d’achat, à la recherche d’une voiture tendance et moderne, tout en satisfaisant leur désir nostalgique ....





Le renouvellement des formes et du design est devenu une obligation, pour séduire des consommateurs de plus en plus avides de nouveautés. Si certaines formes tombent dans l'oubli, d'autres ont lancé des modes de courte durée, et d'autres sont devenues des mythes, source d'inspiration pour les stylistes en charge de concevoir des voitures au style Néo Rétro. Le style Néo Rétro peut se définir comme une alliance entre l'ancien et le moderne, entre des lignes du passé et la technologie du moment, c'est un mouvement international qui s'applique tant en Europe qu'aux États-Unis ou au Japon. Cette tendance débute d’abord aux U.S.A. dans les années 90, mais des grands constructeurs généralistes suivent le mouvement et présentent depuis une dizaine d’années des modèles évoquant sans ambiguïté des succès passés. En Europe, c’est VW qui a fait le premier pas vers cette tendance du Néo Rétro en 1998, le constructeur allemand décide de donner une seconde chance à sa célèbre "Volkswagen Coccinelle" en lançant la "Volkswagen New Beetle". La démarche consistait à lui apporter un design plus moderne, tout en préservant l’authenticité de la Coccinelle, pour ne pas ébranler la légende. Fort du succès de cette New Beetle, VW planche en 2003 sur le projet "Volkswagen Microbus" qui devait être commercialisé à l'horizon 2007. Ses proportions et son museau tout en rondeur évoquaient le fourgon "Volkswagen Combi" des origines en 1950, devenu durant les " sixties " le véhicule symbole de la culture hippie mais motorisé aujourd'hui par un V6 puissant et équipé de tous les accessoires modernes ....





La réussite de Volkswagen a évidemment donné des idées aux autres constructeurs automobiles qui se sont empressés de s’aligner sur cette tendance du Néo Rétro. Ainsi en Angleterre Aston Martin avait présenté au Salon de Londres en 1960 la superbe Aston Martin DB4 GT Zagato ce magnifique coupé très rare produit en 19 exemplaires seulement, belle, légère, et puissante. Après plus de vingt ans de silence, et une traversée du désert, une nouvelle version Aston Martin DB7 Zagato sera produite en seulement 99 exemplaires. Un autre modèle de la firme, l'insolite Aston Martin DB5 qui a été rendue célèbre grâce à James Bond va aussi être proposée en version Néo Rétro baptisée Aston Martin Speedback avec des lignes qui sont clairement inspirées de son aînée, même si la grille de calandre n'adopte plus la forme traditionnelle très reconnaissable et caractéristique de la maison ....





L'autre constructeur britannique célèbre Jaguar a lui aussi cédé à cette tendance. En fait un de ses modèles mythiques, le superbe cabriolet Jaguar XK-E Roadster qui est une star des sixties, a eue elle aussi une nouvelle version Néo Rétro. La société Eagle, grand spécialiste de la Jaguar E depuis 1982, a entrepris de peaufiner dans le moindre détail la Type E, en la modernisant, c'est la Jaguar Eagle Speedster. Mais ce modèle Type E est tellement emblématique chez cette marque que même la version Jaguar XK-E Coupé ne pouvait pas échapper à cette tendance. La firme Lyonheart aborda la question différemment, en dessinant une version inédite, aux lignes modernisées, équipée d'un V8 Jaguar poussé à 575 chevaux par Cosworth, c'est la très joli Jaguar Lyonheart Coupé, une excellente déclinaison Néo Rétro ....





La marque allemande BMW s'est elle aussi laissé séduire par la tendance Néo Rétro et l'un des tout premier modèle ou elle l'a utilisé est sans doute la petite Mini. Mais la plus réussi à mon avis est l’œuvre du designer allemand "Albrecht von Goertz", la superbe BMW 507 de 1955 qui sera déclinée en 2008 en une magnifique version Néo Rétro baptisée BMW Z8 et qui rencontra un vrai succès. Le designer "Paul Bracq" présentait en 1972 son concept-car BMW Turbo qui allait marquer durablement les esprits. Un hommage pour le moins Néo Rétro sera rendu à cette voiture en 2008 par le biais d'un autre concept-car la très étonnante et superbe BMW M1 Hommage ....





Les constructeurs italiens avec leur stylistes de génie ont eux aussi succombé aux sirènes du Néo Rétro. Ainsi Alfa Romeo et Touring créaient en 1952 l'incroyable Alfa Romeo Disco Volante C52 dont la dizaine de modèles de course se distinguèrent en compétition, aux mains entre autres, de Fangio. Touring, qui renaît de ses cendres depuis 2007, exposait à Genève en mars 2012 une carrosserie conçue pour habiller un châssis moderne qui devient la magnifique Alfa Romeo Disco Volante Touring une version Néo Rétro du modèle de 1952. En 1965, la firme milanaise avait aussi proposé une autre voiture de compétition baptisée Alfa Romeo Giulia TZ2 qui sera déclinée 46 ans plus tard dans une somptueuse version Néo Rétro par le designer Zagato baptisée Alfa Romeo TZ3 Stradale en neuf exemplaires dotés d'un V8 ....





S'il y a une autre marque italienne très célèbre qui ne pouvait pas échapper elle aussi au phénomène du Néo Rétro, c'est bien Ferrari et elle l'a fait par l'intermédiaire du fameux Pininfarina, lié depuis toujours avec cette firme. En effet la très étonnante Ferrari 250 Testa Rossa de 1957 est l'un des modèles les plus titrés du constructeur au cheval cabré et grâce à son V12 de 300 chevaux elle s'est imposé trois fois au 24 Heures du Mans. A défaut de lui ressembler, la Ferrari Pininfarina Rossa de 1999 construite sur une base de 550 Maranello en reprenait l'esprit mais en une sublime version Néo Rétro. Un autre modèle très insolite, la Ferrari 250 GT Nart Spyder était un roadster unique destiné à un client fortuné. Elle fut habillée en 1965 sous l'autorité de l'importateur Ferrari aux Etats Unis, Luigi Chinetti et Pininfarina va la décliner en Ferrari P540 Superfast Aperta Néo Rétro unique en 2010 pour un autre amateur américain fortuné séduit par les lignes de la première version de 1965 ....





L'autre constructeur italien réputé Lancia ne pouvait pas rester insensible à cette tendance et se devait donc elle aussi de proposer à sa clientèle des modèles Néo Rétro. La première voiture choisie pour cette métamorphose a été trois fois victorieuse au Championnat du Monde et trois fois au Championnat d'Europe des Rallyes. La fameuse Lancia Stratos avec ses lignes en coins fut élaborées dans les studios de Nuccio Bertone en 1973. Ce n'est qu'en 2010 que Pininfarina va finalement la décliner en une élégante version Néo Rétro baptisée Lancia Stratos Pininfarina. Auparavant en 1965, Lancia avait présenté un très jolie coupé aux lignes basses et lumineuses, la Lancia Fulvia qui marquera aussi son époque par de nombreuses victoires en rallye. Il faudra cependant attendre jusqu'en 2003 pour que Lancia, alors au creux de la vague, propose au Salon Auto de Genève une interprétation moderne au style Néo Rétro baptisée Lancia Fulvia Coupé qui fit rêver plus d'un amateur ....





En France, des constructeurs comme Citroën ou même Renault se sont eux aussi laissé séduire par cette tendance Néo Rétro. Afin de célébrer le 1/2 siècle de la Renault 4L, le constructeur de Billancourt va en 2010 présenter une version Néo Rétro de cette voiture dessinée par le styliste David Obendorfer et plutôt fidèle à la philosophie originale qui sera baptisée Renault 4 Ever. Bien plus tôt en 1946, la firme avais produit la voiture populaire française d'après guerre par excellence, la mythique Renault 4 CV. Cette fois encore il faudra attendre 1996 afin de célébrer le demi siècle de la 4 CV pour que la marque présente une version Néo Rétro baptisée Renault Fiftie qui offre des formes restant bien dans l'esprit de l'original ....





Les spécialistes sont quasiment unanimes pour dire que cette tendance Néo Rétro, directement inspirée du style d’antan, s'est manifesté d’abord aux U.S.A. dans les années 90. En fait les américains de chez Ford qui sont particulièrement prolixes ont développé des produits très proches de leurs modèles phares des années 50 et 60. La Ford Thunderbird de 1955 ce coupé de luxe pour père de famille en est la parfaite illustration. Après une longue absence, la Ford T Bird était de retour sur le marché en 2002, dans une version Néo Rétro au style qui évoquait la version initiale. L'autre modèle emblématique de la marque développé en 1965 par Caroll Shelby était une version plutôt musclée de la fameuse Ford Mustang GT 500. Ce n'est qu'en 2012 qu'elle sera déclinée en une version Néo Rétro très élégamment remodelée, dans un style proche des modèles des années 60, la superbe Ford Mustang GT Shelby ....





Dans le groupe General Motors, la belle Chevrolet Camaro apparait sur le marché américain en 1967, pour contrer la Ford Mustang qui faisait alors un tabac. Dans la catégorie nouvelle des " pony car ", après quatre générations, la jolie Camaro prenait une retraite méritée en 2002. Mais GM décide en 2009 de raviver la flamme avec une nouvelle version Néo Rétro rappelant étrangement son ancêtre né 42 ans plus tôt, c'est la nouvelle Chevrolet Camaro SS. Plus tôt en 1954, sur la base d'une Corvette, la GM avait construit un véhicule porteur d'une image forte, un genre de break baptisé Chevrolet Nomad. Le souvenir de cette voiture était si vivace que la firme a décidé en 2004 d'en proposer une nouvelle version Néo Rétro baptisée Chevrolet Nomad Concept, mais si l'esprit était encore bien présent, les lignes paraissaient bien dénaturées car vraiment trop lisses par rapport à l'original ....





L'autre grand constructeur américain Chrysler sous l'impulsion du groupe Fiat auquel il appartient aujourd'hui n'a pas tardé à emboiter le pas à Ford pour proposer un nouveau modèle Néo Rétro. En fait, la Chrysler 300 de 1955 qui fut ainsi nommée en raison des 300 chevaux issus de son V8 Hemi était le modèle le plus puissant du groupe, elle se fit une belle réputation sur les plus prestigieux circuits américains. Il était donc logique de la choisir pour la décliner en une version Néo Rétro qui impose sa gueule d'enfer dans nos rétroviseurs avec sa très imposante calandre, c'est la nouvelle Chrysler 300 C de 2004. Mais plus tôt en 1953, Virgil Exner le patron du style de la firme avait conçu l'étonnante Chrysler Elegance avec des formes basses et fluides peu courantes à l'époque. En 1998 cette superbe voiture à elle aussi était proposée dans une nouvelle version Néo Rétro avec une calandre béante et très arrondie ainsi que des ailes bien plus rebondies, c'est la Chrysler Chronos ....





Carroll Shelby ancien pilote vainqueur des 24 Heures du Mans, cessait pour raison de santé la compétition en 1960, et se consacrait au développement d'une voiture américaine capable de battre les Ferrari. Ce fut le mythique roadster AC Cobra, le croisement d'un châssis britannique et d'un V8 Ford. Quoi de plus logique pour la marque Ford de ressortir en 2004 une nouvelle version Néo Rétro de cette légende qu'ils vont appeler Ford Cobra Shelby pour nous rappeler ces lointains souvenirs, mais dont le look ne sera pas vraiment au rendez vous car les lignes générales de l'engin seront hélas trop neutres et plutôt fades. En 1964, Carroll Shelby avait encore présenté une autre voiture, le superbe Shelby Cobra Daytona qui était un coupé basé sur un châssis de son premier modèle AC Cobra. Ses formes aérodynamiques lui permettaient de lutter à arme égale avec sa concurrente la Ferrari 250 GTO. La encore en 2005, le géant Ford va une fois de plus proposer une nouvelle version Néo Rétro de l'engin qu'ils vont appeler Ford Shelby GR-1, mais qui cette fois sera plus réussi avec un design très élégant et fluide bien dans l'esprit du modèle original ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © AutoDeclics



Quelques réalisations du design Néo Rétro ...



Le grand retour des voitures Néo Retro ...





JPBlogAuto

vendredi 15 avril 2011

Gullwing 300 SL Panamericana - 2009



GULLWING 300 SL PANAMERICANA ….







Voici un petit constructeur de voiture américain qui est bien loin de ce que proposent les géants historiques bien connus de l’industrie automobile chez l’Oncle Sam . La firme qui a été fondée par deux associés Arturo Alonso et Alain Lubinsky sort vraiment des sentiers battus et propose des reconstructions de voitures anciennes . « Gullwing America », c’est son nom a débuté son activité en reprenant il y a quelques années déjà la production des anciennes et fameuses AC Cobra officielles avant de passer à la Bentley S3 Low-Rider . Autant dire que la firme ne manque pas d’expérience dans le néo-rétro car pour tout dire c’est devenu leur spécialité, partir d’une voiture vintage pour la moderniser avec la technologie actuelle, tout un programme ….



La dernière création en date de Gullwing America est donc basée sur une voiture mythique, rare et chère, que les collectionneurs s’arrachent quand ils arrivent à en trouver une, la célèbre et superbe Mercedes 300 SL . La nouvelle Gullwing 300 SL Panamericana est un restyling moderne et parfait de l’allemande car ses lignes originelles sont respectées mais épurées et modernisées . Que les conservateurs afficionados de la marque de Stuttgart soient rassurés la légende est toujours reconnaissable car les changements visuels sont minimes et le côté rétro et conservé bien évidement avec les portes papillons indissociables du modèle d’origine . En effet Gullwing navigue subtilement entre rétro dans la lignée stylistique et néo dans l’utilisation des matériaux ainsi que sur la partie moteur pour un résultat terriblement charmant . Ce subtil assemblage mi vintage mi moderne est baptisé Gullwing 300 SL Panamericana pour rendre hommage au modèle original qui avait remporté cette célèbre course dans les années 50 ….



La belle Gullwing 300 SL Panamericana utilise donc des matériaux modernes pour alléger l’ensemble grâce à l’utilisation massive de fibre de verre et d’aluminium . Cette superbe réplique des temps modernes respecte les lignes "old school" de l’originale mais utilise la technologie actuelle et beaucoup plus hi-tech pour le côté technique . La carrosserie de la belle se base sur l'utilisation de la technologie des matériaux composites et se compose d'une couche pulvérisée d'aluminium d'une épaisseur de 0,5 mm dans un moule sur laquelle une colle époxy est posée et plusieurs couches de tissu de fibre de verre tissé sont ensuite appliqués avec de la résine époxy . Le châssis est en acier renforcé et enduit de poudre RHS . Elle est pourvue de suspensions indépendantes entièrement réglables aux quatre roues . Le système de freinage est lui aussi complètement revu et propose désormais quatre freins à disques avec des étriers peints en rouge . La Gullwing 300 SL Panamericana reçoit également des jantes aluminium AMG caractérisées d’old school de 17 pouces montées sur des pneumatiques Continental Sport 245/35 R17 ....



La Gullwing 300 SL Panamericana accueille un bloc d’origine Mercedes évidemment . Le choix s’est porté sur un V8 de 5.5 litres de cylindrée d’une puissance de 370 chevaux pour un couple de 530 Nm à 5400 tr / min qui est associé à une transmission speedtronic manuelle à six vitesses . En option le client peut choisir un V6 de 320 chevaux . Un nouveau système d’échappement et des radiateurs spéciaux ont été étudié pour cette nouvelle motorisation . L’habitacle est des plus luxueux et utilise un savant mélange de carbone d’aluminium de cuir et de tissu à carreaux typique du modèle original . Les équipements sont complets et toute l'instrumentation de la 300 SL d'origine est bien présente y compris la radio Becker Mexico munie maintenant d’un lecteur de CD . Comme pour son illustre ancêtre de course, la Gullwing 300 SL Panamericana sera peinte en argent ou en blanc ou même en noir avec des touches de bleu ou de rouge sur les ailes avant . Au final, c'est une véritable renaissance de la légendaire 300 SL mise à jour 50 ans plus tard avec la technologie moderne et actuelle des sportives d’aujourd’hui ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 5.5 Litres
  • Puissance : 370 chevaux
  • Couple : 530 Nm à 5400 tr / min
  • Vitesse : 250 km/h limitée électroniquement








La « Gullwing 300 SL Panamericana », c'est ça ...



La « Gullwing 300 SL Panamericana », c'est ça ...





JPBlogAuto