@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Alpine

Fil des billets

lundi 2 janvier 2017

Giovanni Michelotti Designer






giovanni00.jpg


Giovanni Michelotti est un très célèbre et très réputé designer automobile Italien né le 6 octobre 1921 à Turin en Italie et mort dans la même ville le 23 janvier 1980 qui est largement connu dans l'industrie automobile, car il fut entre les années 1940 et les années 1970, l'un des designers et stylistes les plus prolifiques du XXe siècle qui a signé quelques chefs d’œuvres pour les plus grands constructeurs automobiles ....


giovanni01.jpg


Giovanni Michelotti aurait dit-on dessiné suivant plusieurs sources sérieuses et bien informées plus de 1200 voitures ainsi que des camions et des autobus durant toute sa carrière. Ce designer assez génial et très inspiré a travaillé pour de très nombreux constructeurs automobiles, notamment BMW et Triumph, dont il dessine toute la gamme dans les années 1960, mais aussi pour Ferrari, Maserati, Felber, Daf, Volvo, DKW, Alfa Romeo, Lancia, Rédélé, Matra, Alpine, Hino, Prince, Siata, Abarth, Osca, OSI, Conrero, Zeta, Fiat, Dodge, Plymouth, Cunningham, Packard, Armstrong Siddeley, Lotus, Ford, Austin, BMC, Reliant, Neckar ou Jaguar ....


giovanni02.jpg


Tout juste âgé de 16 ans et venant de terminer sa scolarité, Giovanni Michelotti est embauché en 1937 comme apprenti chez le carrossier Giovanni Farina pour suivre les traces de son père alors employé dans l'atelier d'usinage de moteurs de Turin. Passionné de dessin, il fait ses premières armes avant d'être remarqué par la direction qui deux ans plus tard le nomme en 1939 à 18 ans dessinateur en chef de la firme. Mais la guerre va interrompre brutalement son curcus et ce n'est qu'à la fin du conflit qu'il va pouvoir signer de nombreuses carrosseries pour Ghia, Bertone, Allemano, Pininfarina ou Vignale car il maîtrise l'ensemble de la chaîne conduisant à un prototype, depuis l'esquisse initiale jusqu'à la maquette à l'échelle 1 ....





La General Motors lui propose au milieu des années 50 de prendre la direction de son bureau de style, mais il décline l'offre, préférant exercer son art à Turin avec ses confrères et amis carrossiers. C'est à cette époque qu'il a les honneurs d'habiller les premières Abarth 204 et 205 qui ne soient pas de strictes voitures de course. Pour ce même constructeur il dessinera aussi l'élégant coupé 2200 Allemano, le petit Spyder 207/A, la berlinette 750 MM, et le joli coupé Abarth 850 Scorpione ....





Depuis la fin de la guerre, les carrossiers italiens imposent sans réelle concurrence leur vision du design automobile. Ghia, Touring et PininFarina sont les maîtres incontestés. Quelques outsiders savent aussi se faire remarquer comme Giovanni Michelotti qui signe le dessin de la Cunningham C3 Continental. Les américains feront encore appel à ses services par l'intermédiaire du groupe Chrysler qui à partir d'un dessin de Michelotti produira la Dodge Zeder présentée à Turin en 1953 ....





Après-guerre, les grandes marques françaises de prestige sombrent les unes après les autres. Les grosses cylindrées disparaissent, mais une poignée d'artisans vont se satisfaire des petits moteurs fabriqués par Panhard, Simca ou Renault pour assouvir leur passion et Jean Rédélé est de ceux-là. La Rédélé Le Marquis dont les lignes sont l’œuvre de Michelotti est exposée à l'Auto Show de New York en janvier 1954. Plus tard Rédélé transformera sa marque en Alpine et confiera encore le design de ses nouvelles berlinettes Alpine A 106 et Alpine A 108 à Giovanni Michelotti ....





Au début des années 60, Giovanni Michelotti va dessiner la superbe Maserati 5000 GT qui sera confiée à la carrosserie Allemano. Cette voiture construite à seulement 22 exemplaires s'adresse aux personnes les plus riches de la société, pour qui une 3500 est trop commune. Évolution de la 3500 GT, la Maserati Sebring construite à 591 exemplaires est commercialisée en 1963. Sa carrosserie produite par Vignale sur un dessin de Michelotti paraît bien plus moderne que celle de sa devancière ....





Giovanni Michelotti va bien sur également travailler pour Fiat pour qui il dessinera au milieu des années 50 la très étonnante Fiat V8 Démon Rouge. Cet insolite coupé dessiné par Michelotti se distingue par son pare-brise panoramique, sa lunette inversée et sa casquette en prolongement du toit. En 1966, Michelotti expose au Salon de Genève un insolite coupé 2 + 2 Fiat 2300 S pourvu de roues à rayons et de phares semblables à ceux de l'Opel Kapitän. Plus tard, vers la fin des années 60, le styliste propose deux nouvelles interprétations assez proche de la Fiat 850. Enfin, Michelotti dévoile au Salon de Genève 1969 un coupé Fiat 125 aux lignes assez novatrices dont l'arrière étonne par la forme plutôt originale du coffre ....





Un autre constructeur transalpin, Lancia, fera également appel au talent de Govanni Michelotti en lui confiant dès 1957 le dessin d'une variation de sa vieillissante berline Appia pour la transformer en cabriolet Lancia Appia Convertible. Présenté au Salon de Turin, ce cabriolet est bas, racé et aux antipodes du style sévère de la berline née en 1953. Jusqu'en 1962, ce ne sont pas moins de 1.586 exemplaires qui trouvent preneurs, malgré un prix de vente très élevé. Au Salon de Genève 1962 est présentée une nouvelle version de la Lancia Flavia Convertible. Ses lignes sont dues à Michelotti, et il s'agit d'une des rares décapotables à quatre places du marché. La Flavia cabriolet s'adresse à une clientèle choisie, elle sera produite en 1.601 exemplaires jusqu'en 1967. En 1974, Giovanni sera chargé d'embellir et aussi de moderniser la triste berline Beta, il va donc dessiner l'insolite Lancia Mizar ....





Giovanni Michelotti dessinera aussi des voitures pour de très nombreux autres constructeurs aussi bien sur le marché européen que pour les États-Unis ou aussi le Japon. Il proposera par exemple sur le marché Japonais la berline Prince Skyline commercialisée à partir d'avril 1962, en version cabriolet et coupé. Il présente également à Turin en 1963 le petit spider Neckar StTrop 1200 S construit sous license OSI. Michelotti va encore créer ce superbe Coupé Jaguar D équipé de tous les accessoires mécaniques de la marque. Il dessinera aussi la Zeta, cette insolite automobile australienne sans portes équipée d'un moteur ZF. Mais aussi la Hino Contessa japonaise en version berline et coupé. En 1965, la Ford Anglia Torino destinée au marché du Benelux et de l'Italie. Plusieurs Ferrari sur commande de Luigi Chinetti ou de Felber seront aussi étudiées par Michelotti. On lui doit également des modèles originaux mais moins courants pour Volvo, Daf, Matra, Lotus ou DKW ....





Giovanni Michelotti sera un designer attitré de BMW dont il dessinera quasiment toute la gamme dans les années 60. Il est sollicité en 1957 pour proposer un aspect plus moderne aux productions bavaroises. Sa première création significative est la BMW 700, dans ses différentes versions de carrosseries, coach, cabriolet et coupé. Suivra ensuite le très élégant coupé BMW 507 exposé au Salon de Turin 1959. C'est toujours lui qui dessinera les berlines BMW 1500 et BMW 1800 assez largement influencé par la Chevrolet Corvair. On lui doit encore pour le compte de BMW, la 600, la 1600, la 2002, ou la 3200, qui ont largement participé au positionnement de la marque sur le marché mondial en tant que fabricant de voitures de sport ....





La plus importante collaboration de Giovanni Michelotti avec un constructeur sera celle qu'il va entretenir avec la marque britannique Triumph dont le tout premier modèle, le coupé Triumph Italia sera présenté au Salon de Turin en 1958 en combinant un châssis et une mécanique ayant fait ses preuves avec l'élégance d'une carrosserie italienne. Rapidement va suivre la Triumph Herald disponible en berline deux portes, coupé, cabriolet et break, et qui préfigure une longue collaboration avec le constructeur anglais durant les années soixante. Il va aussi dessiner le roadster Triumph TR4 avec quelques trouvailles qui ont fait date dans l'histoire de l'automobile, comme les phares intégrés à la calandre et munis d'une petite visière concédée par le capot. il signe encore les lignes de la Triumph Spitfire dévoilée au Salon de Londres 1962. On lui doit encore les berlines Triumph 2000 et 2500 PI, les coupés Conrero et Vitesse, puis les berlines 1300 et 1500 suivies de la fameuse Triumph Dolomite Sprint à vocation sportive qui terminera sa carrière en 1980 ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Michelotti



L'atelier de Giovanni Michelotti ...



Giovanni Michelotti Designer ...





JPBlogAuto

vendredi 27 novembre 2015

Magazines auto Gazoline






gazoline00.jpg


Gazoline est un magazine Français de vulgarisation automobile plutôt axé sur la mécanique et la technique fondé en avril 1995 et dirigé par Jean Jacques Dupuis. Édité par la société Pixel Press Studio, il a adopté un slogan qui colle parfaitement à la revue " Le magazine qui vous aide à rouler en voiture ancienne. " Après avoir réussi à se faire une place dans le milieu plutôt encombré de la presse automobile mais tout en conservant son indépendance, Gazoline poursuit encore aujourd'hui ses parutions avec un tirage mensuel enviable qui avoisine les 120.000 exemplaires ....


gazoline14.jpg


Principalement destiné aux très nombreux amateurs de voitures anciennes dans l’hexagone, Gazoline est consultable en version papier et aussi sur Internet, ce média moderne incontournable, ce qui doit aussi contribuer à sa réussite. Cette réussite est néanmoins principalement due à la richesse et la diversité de son contenu qui propose chaque mois des essais, des chroniques, des tests, des fiches pratiques, des études, des historiques, des fiches techniques, des témoignages, des BD, des astuces, des produits, des photos et une iconographie très riche, enfin une foule de choses qui sont en rapport avec la voiture ancienne, un genre de bible ....


gazoline15.jpg gazoline16.jpg gazoline17.jpg gazoline18.jpg gazoline19.jpg gazoline20.jpg


Une grande partie du magazine est complètement consacré à la restauration et au reconditionnement, soit d'une voiture complète soit d'un élément mécanique ou de sellerie voir de carrosserie. Cette section est particulièrement bien faite et très didactique car elle explique en détail point par point le démontage, le nettoyage, la réparation ou le reconditionnement, l'amélioration ou la modernisation pour finir par le remontage et les tests. C'est ce qui fait aussi un des succès de cette revue ....


gazoline21.jpg gazoline22.jpg gazoline23.jpg gazoline24.jpg gazoline25.jpg gazoline26.jpg


Parallèlement au mensuel Gazoline, la société Pixel Press Studio a édité également une autre revue de voiture ancienne à parution bimestrielle ou trimestrielle intitulée " Gazoline - Votre Auto " dont le premier numéro de la collection est paru en mars 1998, et le dernier, le n° 40, en novembre 2007. Ce magazine était entièrement dédié a un seul modèle de voiture par numéro qui concernaient majoritairement des automobiles françaises des marques Peugeot, Citroën, Renault, Simca, Panhard, Ford France, Alpine et Matra. Les seules automobiles étrangères représentées furent la Fiat 500, la VW Coccinelle et également la Triumph Spitfire ....


gazoline01.jpg


La pagination la plus courante de ce magazine était de 68 à 84 pages, mais il y eut quelques rares exceptions entre 60 à 100 pages. Chaque numéro proposait une large section consacrée à l'histoire du modèle, avec des textes bien documentés à partir de documents publicitaires ou de dossiers de presse d'époque. L'évolution par millésime était très détaillée. Les accessoires, la préparation des mécaniques, les modèles hors-série réalisés par des carrossiers, l'utilisation des bases mécaniques par d'autres constructeurs et les bonnes adresses faisaient partie des sujets traités pour la plupart des voitures. Sur un plan plus technique, les paragraphes sur la restauration et l'entretien étaient aussi abordés. Ensuite, selon les véhicules, d'autres sujets étaient exploités comme les objets publicitaires, la documentation, les épaves, les teintes, les voitures publicitaires, ou l'exportation ....


gazoline02.jpg gazoline03.jpg gazoline04.jpg gazoline05.jpg gazoline06.jpg gazoline07.jpg


Voici la liste complète des 40 voitures abordées dans ce magazine " Votre Auto " avec le numéro de la revue et les années millésime de chaque modèle :

  • 1 : Peugeot 203
  • 2 : Renault 4 CV
  • 3 : Citroën DS (1968/1975)
  • 4 : Simca Aronde
  • 5 : Peugeot 404
  • 6 : Renault Dauphine
  • 7 : Citroën DS (1956/1967)
  • 8 : Simca Vedette
  • 9 : Peugeot 403
  • 10 : Renault Frégate
  • 11 : Fiat 500
  • 12 : VW Coccinelle (1945/1967)
  • 13 : Panhard 24
  • 14 : Simca 1000
  • 15 : Peugeot 204 - 304
  • 16 : Renault 8 et Renault 10
  • 17 : VW Coccinelle (1968/1979)
  • 18 : Panhard Dyna Z & PL 17
  • 19 : Simca 1300 - 1500
  • 20 : Triumph Spitfire 21 : Citroën 2 CV (1948/1960)
  • 22 : Renault Floride - Caravelle
  • 23 : Ford Vedette
  • 24 : Renault 4 CV (1947/1953)
  • 25 : Citroën 2 CV (1961/1990)
  • 26 : Peugeot 504
  • 27 : Alpine A 110
  • 28 : Renault 4 (1951/1962)
  • 29 : Matra 530
  • 30 : Citroën Méhari
  • 31 : Peugeot 203
  • 32 : Simca 1100
  • 33 : Renault 16
  • 34 : Citroën SM
  • 35 : Alpine A 310
  • 36 : Peugeot 202 - 302 - 402
  • 37 : Renault 4 (1962/1970)
  • 38 : Simca 5 - 6 - 8
  • 39 : Citroën GS
  • 40 : Renault 4 (1971/1973) ....



gazoline08.jpg gazoline09.jpg gazoline10.jpg gazoline11.jpg gazoline12.jpg gazoline13.jpg


Conjointement à ces deux magazines, la société Pixel Press Studio a également édité deux numéros Hors Série toujours consacrés à la voiture ancienne :

  • HS 1/ Les populaires françaises qui affolent la côte
  • HS 2 / 28 populaires françaises pour rouler tous les jours



gazoline-hs1.jpg gazoline-hs2.jpg


L’amateur de voiture ancienne n’a rien à voir avec un collectionneur classique car il ne passe pas son temps à regarder l’objet de son irrépressible désir, il l’utilise. C’est même généralement l’aboutissement d’une longue période de restauration traversée de doutes. La récompense ultime, l’impression de redonner la vie à ce que les incultes comparent à un tas de ferraille. Encore faut-il trouver l’engin idéal. Pas trop âgé pour s’insérer aisément dans la circulation, suffisamment sécurisant et fiable pour envisager de longs parcours ou une utilisation au quotidien, pas trop gourmand en carburant et qui apporte malgré tout l’illusion de rouler différent.
Au final, c'est tout cela que nous expliquent en détail ces deux supers Hors série ....


Sources : © - YouTube © - Wikipédia © - Google Images © - Gazoline






Réunion Gazoline Juin 2015 ...



Réunion Gazoline Mars 2015 ...



Réunion Gazoline Février 2015 ...





JPBlogAuto

vendredi 27 janvier 2012

Renault R5 Turbo - 1984



RENAULT R5 TURBO ….







Dans les années 70, le constructeur français « Renault » a lancé son nouveau modèle R5 qui connait un énorme succès . Alors que la Renault 5 poursuit sa splendide carrière de citadine polyvalente, que la Renault 5 Alpine la transforme en bombinette sportive, voilà que les ingénieurs de chez Renault imaginent de créer une voiture à moteur central, avec des grosses roues et de grosses prises d'air pour augmenter l'impression sportive, une voiture qui soit maniable et dotée d'une tenue de route sans reproche servie par une puissance importante . En 1977, le projet naît de l'imagination de Jean Terramorsi, sous-directeur à la Direction du produit, chargé des petites séries à l'usine Alpine de Dieppe et Henry Lherm, son jeune adjoint . Ce haut de gamme devra aider à vendre les Renault 5 de base, il devra aussi répondre à un cahier des charges précis pour s'inscrire en compétition en FIA Groupe 3 puis en groupe B . C'est ainsi que les deux visionnaires réussiront à convaincre la direction d'étudier ce projet plus en profondeur . Cette étude sera effectuée à Dieppe, chez Renault Sport, avec l'aide de la société Alpine Renault ….



La Renault 5 Turbo est une auto très atypique . Extrapolée depuis une petite Renault 5, elle possède un moteur placée en position centrale arrière suralimenté par turbocompresseur . Elle fera grande impression tant sur la route qu'en compétition . Le style sera confié à Yves Legal, tandis que le moteur sera développé par Serge Masset et Philippe Chasselut . Finalement, l'étude du prototype roulant sera effectuée par Joël Michel . Le premier prototype à voir le jour subira de nombreuses évolutions et recevra différentes configurations et motorisation . Parti d'une coque nue, l'équipe modifiera la petite Renault 5 pour qu'à l'arrière, les tôles de la coque permettent d'accueillir un moteur et une boîte de vitesses comme prévu au cahier des charges . Pendant un temps, il a été question de fabriquer un châssis tubulaire, idée très vite abandonnée sous le sceau de l'impératif de rentabilité . Ne bénéficiant pas de budgets suffisants, l'équipe travaille avant tout par passion sans compter les heures supplémentaires heureusement, sans quoi la Renault R5 Turbo n'aurait peut-être jamais existé ….



Le projet de carrosserie de Marcello Gandini pour Bertone n'a pas été retenu pour la Renault R5 Turbo et c'est finalement un collaboration entre Renault et Heuliez qui aboutira aux traits définitifs de la voiture . Aussi c'est la structure de la Renault 5 qui fut choisie, puis confiée à Heuliez pour la rallonger afin de recevoir le moteur central . Ensuite les caisses sont envoyées à Dieppe chez Alpine . Certaines pièces sont réalisées en polyester (ailes et capot avant) afin de conserver un poids plume, une technique naissante à l'époque qui confèrera un aspect très artisanal à la fabrication de la Renault 5 Turbo . Afin de ne pas trop augmenter le prix, la voiture reçoit la boite 5 vitesses de la Renault 30 TX, les 4 freins à disque proviennent de la R17 pour l'avant et de l'Alpine A310 pour l'arrière, et les clignotants avant sont tout droit issus de la Renault 16 TX . Un fois tout assemblé, la voiture présente les meilleures qualités routières possibles, une tenue de route digne des meilleures sportives, une agilité et une maniabilité sans égale . En juillet 1978, la foule ébahie découvre la Renault 5 Turbo qui n'a plus rien de commun avec la Renault 5 de série . Finalement la production ne démarre qu'en 1980 à Dieppe, dans les ateliers Alpine . Les 1000 exemplaires sont vendus en très peu de temps ....



C'est en compétition que la Renault R5 Turbo se fait une légende . Dès le premier rallye, elle lutte contre les Lancia Stratos et autres Porsche 911 pourtant presque deux fois plus puissantes . Au bout de quelques spéciales, la R5 est en tête, et le team course n'en revient pas de voir la compétitivité de la voiture . Dans le milieu des années 80, les victoires en Championnat de France, au Tour de Corse, au Monte-Carlo se succèderont . Bénéficiant d'une excellente répartition des masses, la Turbo se plie aux exigences de son pilote . En fait, elle associe, tenue de route, motricité, direction précise et maniabilité, freinage et puissance, autant de qualités qui manquaient à la R5 Alpine groupe 2 . La très étonnante petite Turbo est belle, impressionnante et le cœur des passionné est aussitôt conquis par ses galbes généreux et sensuels . Pourtant, produite à raison de 5 voitures par jour à son démarrage, il faut s'armer de patience en passant la commande . Côté coup de pub, le but est atteint et sa cote de popularité va sérieusement profiter à l'image de marque de Renault, bien au-delà des frontières hexagonales . La Renault R5 Turbo est un symbole, un mythe, une légende à travers le monde entier de par ses succès sportifs et sa relative rareté, c’est devenue une véritable Vintage Classic ....



Pour ce qui est de la mécanique de la Renault R5 Turbo, les ingénieurs vont opter pour le 1400 cm3 « Cleon » déjà monté sur les R5 Alpine, mais qui avec l'aide d’un turbo voit sa puissance augmenter de 70 % . De fait, il est impératif de le consolider, culasse et joint renforcés, soupapes avec guides en laiton, manetons, vilebrequin, pompe à huile, remplacement du carburateur double corps par une injection mécanique Bosch K-Jetronic . L'allumage est transistorisé et sans rupteur, le taux de compression est réduit à 7:1 . Enfin, le turbo retenu pour apporter le souffle requis est un Garett T3, aidé par un échangeur air/air . Délivrant, en standard, 160 chevaux à 6000 tr/min et un couple de 21,4 mkg à 3250 tr/min pour un poids de 970 kg, elle s'autorise des performances dignes des références de l'époque comme le 1000 m DA en 27"8, le 0 à 100 km/h en 6"4, et 220 km/h en pointe, avec en plus, un coup de pied dans les fesses plutôt démoniaque lors des accélérations . Proposant par la suite une évolution à 185 chevaux, puis divers kits sportifs, le 1400 cm3 n'en fini pas de vous siffler dans les oreilles sa puissance peu domestiquée . Au total, 5000 Renault R5 Turbo ont été produites dans les différentes versions jusqu'en 1987 . Il faudra attendre la Clio V6 24 pour lui trouver une descendante ....




Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindre
  • Cylindrée : 1.4 Litres
  • Puissance : 160 chevaux à 6000 tr/min
  • Couple : 21,4 mkg à 3250 tr/min
  • Vitesse : 220 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 6’’4
  • Performance : Le 1000 m D.A en 27’’8






La « Renault R5 Turbo », c'est ça ...



La « Renault R5 Turbo », c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 8