@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Ariel

Fil des billets

vendredi 1 juillet 2011

Javan R1 Roadster - 2011



JAVAN R1 ROADSTER ….







L’histoire commence par une petite firme artisanale Écossaise qui lance au début des années 2000 la construction d’une petite voiture de sport bien dans l’esprit britannique . En fait quasiment personne ne connait la marque Strathcarron, d’autant plus qu’elle n’a produit que deux modèles, et qu’en plus son activité a été de courte durée, puisque l'entreprise a cessé toutes activités en 2001 après un changement de règlementation britannique concernant l'homologation des véhicules de petite série . Le businessman anglais Javan Smith, a toujours eu une véritable passion pour le sport automobile à partir d'un âge très précoce et a été activement impliqué dans l'industrie et le commerce notamment avec l’entreprise de construction d’automobiles au 1/8° qu’il dirige avec succès . L’idée est venue à notre passionné de racheter les moules et l'outillage de la société moribonde Strathcarron pour y construire enfin à l’échelle 1 sur 1 la sportive de ses rêves . Dès 2002, il installe sa nouvelle société, Javan Sports Car, à Helston, à l'ouest de Cornwal en Cornouailles . Il charge son bras droit, Andrew Fletcher, d’étudier et de mettre en production un petit Roadster sportif conçu pour accueillir trois possibilités de motorisation sans compromis, des moteurs thermiques à combustion, des moteurs électriques ou des moteurs hybrides capables de s’adapter à toutes les configurations possibles du véhicule ….



En 2006, la voiture roule, elle est baptisée Javan R1 Roadster et elle est présentée pour la première fois au Goodwood Festival of Speed . Le cahier des charges été assez ambitieux, offrir une véritable voiture de sport qui est ultra légère avec une performance satisfaisante, qui a été soigneusement construite à la main pour les propriétaires, avec l'accent sur la qualité et l'excellence . L'objectif est de rejoindre les Ariel Atom, Lotus Elise et autre Caterham superlights au rayon des poids plume de l'automobile . La voiture est faite avec des panneaux de carrosserie en fibre de verre et dispose d'une structure alvéolaire monocoque en aluminium, ce qui aide à garder le poids vers le bas sans compromettre la rigidité . Le châssis assez révolutionnaire est étudié par des hommes issus de l'aéronautique et utilise une monocoque faite de panneaux d'aluminium en nid d'abeille collés à la colle époxy, au final seulement 670 kg sur la balance . La conception générale a été faite en informatique, géométrie des suspensions, système de freinage, trains roulants et même le design qui est assez réussi . L’intention première était d’adopter le même esprit de conception de la Lotus Elise, mais avant que les hommes du marketing n’aient mis la main sur elle, en quelque sorte ne garder que le meilleur . C’est sans doute pour cela qu’elle nous offre ce look très étonnant et plutôt insolite de petite barquette sportive et délurée . La face avant dispose de deux groupes de 3 phares chacun sous cloche qui sont montés sur le bas des ailes bombées pour entourer l’incurvation du capot plongeant, magnifique . L’arrière est dans le même esprit mais surmonté d’un discret petit aileron, la classe . Le profil tout en rondeurs est plutôt original et assez sobre, et donc pour finir, la Javan R1 Roadster plait bien à la clientèle, même féminine ….



Dans sa configuration actuelle, la Javan R1 Roadster offre au conducteur un des meilleurs compromis qui soit sur le marché concernant la voiture de sport idéale et le rapport prix/performances . En plus, il faut savoir qu’un "service de signature" spécial existe à l’usine pour vraiment personnaliser la voiture aux exigences de son propriétaire à partir des options disponibles et des désirs de chacun . Ses principaux atouts sont bien sur son look très agressif et vraiment exclusif, mais aussi ses réelles qualités de montage et de finition qui enchantent les heureux possesseurs . Mais sa principale force, c’est son châssis très novateur à la fois hyper rigide mais aussi très léger qui permet de recevoir tous les types de motorisation, thermiques, électriques ou hybrides, le top . Sous des dimensions réduites (Largeur : 1702mm, Hauteur : 1400mm et Longueur : 3607mm), et son design réussi, l’effrontée cache une technologie affutée comme des suspensions indépendantes à double triangulation et amortisseurs réglables, un volant en rack rapide avec 2,4 tours de butée à butée, un système de freinage avec à l’avant des étriers AP Racing et des disques ventilés et à l’arrière des étriers AP et des disques pleins, un maître-cylindre AP Racing, des roues en alliage de course Team Dynamics de 17 pouces très légères et une aérodynamique optimisée en soufflerie . Malheureusement, la société n'a pas l'intention de construire plus de 12 exemplaires par an de cette incroyable Javan R1 Roadster ….



L’insolente Javan R1 Roadster offre en prime un habitacle à tendance sportive plutôt soigné et complet, mais surtout des performances époustouflantes . Pesant seulement 670 kg, la deux places a un rapport poids puissance très avantageux qui lui permet d’abattre le 0 à 100 km/h en seulement 3.6 secondes et le 0 à 200 km/h en moins de 10 secondes . Le 1000 mètres quant à lui est avalé en à peine 18.2 secondes pour atteindre rapidement une vitesse de pointe bridée à 220 km/h . Cette performance provient en bonne partie de l’installation d’un moteur puissant en position centrale basse du châssis qui transmet tous ses chevaux aux roues arrière via une boîte manuelle très bien étagée à six vitesses . Le choix s’est porté sur un moteur connu de 2 litres à 4 cylindres i-VTEC de Honda DOHC (de la Civic Type-R) qui développe 220 chevaux à 8600 tr/mn . Ce moteur Honda est bien connu pour sa robustesse malgré son admission variable VTEC qui lui offre des régimes très élevés, et il est donc également utilisé par d’autres constructeurs comme par exemple l'Ariel Atom l'une des principales rivales de notre insolite Javan R1 Roadster . Cet engin destiné en priorité aux marchés anglais et américains sera facturé moins de 44.000 euros TTC, mais sa production ne dépassera pas les 12 exemplaires par an ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres i-VTEC
  • Cylindrée : 2 Litres DOHC
  • Puissance : 220 chevaux à 8600 tr/mn
  • Vitesse : 220 km/h limitée
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’6
  • Accélération : Le 0 à 200 en 9’’8
  • Performance : Le 1000 m D.A en 18’’2








La « Javan R1 Roadster », c'est ça ...





JPBlogAuto

mercredi 9 février 2011

KTM X-Bow - 2008



KTM X-BOW ….







Le constructeur autrichien « KTM » était plutôt connu jusqu’ici pour ses motos tous-terrain et les nombreux succès qu’elles ont remporté au Paris Dakar . En fait cette firme a acquis une réputation mondiale dans le créneau du deux roues depuis de nombreuses années, et sa technologie et sa robustesse font référence dans le domaine . Le monde de l'auto et celui de la moto se croisent rarement car les technologies employées y sont souvent très différentes et la fracture entre les deux mondes s'étend jusqu'à leurs utilisateurs . Pourtant, de temps en temps, certains constructeurs essaient de combiner le meilleur des deux mondes . Il s'agit le plus souvent de combiner la légèreté et la sportivité des motos à l'adhérence supérieure procurée par les 4 roues et l'Angleterre fourmille d'artisans qui construisent de tels véhicules, comme Atom ou Westfield . C'est un peu dans ce créneau très spécifique que KTM s'engouffre aujourd’hui ….



La KTM X-Bow est le premier modèle automobile créé par le constructeur autrichien de motos . Aux origines de la conception de la X-Bow se trouve la volonté de la firme KTM de diversifier son offre . La marque autrichienne est alors le numéro deux européen de la construction de motos derrière l'allemand BMW, avec près de 100 000 unités produites par an, et se caractérise par ses productions au caractère assez « trempé ». Pour compenser l'érosion de sa clientèle motarde, KTM décide donc de proposer une offre pour les automobilistes . La marque ne souhaite pas se lancer dans le secteur extrêmement concurrentiel de l'automobile généraliste et opte pour la production d'un modèle radical, à vocation purement et explicitement sportive . Le cahier des charges définit les spécifications d'une barquette dénuée de tout confort moderne, dépourvue de portières, sans toit ni pare-brise . La X-Bow, allant au bout de son concept, ne propose ainsi ni climatisation, ni assistance électronique, ni coussin gonflable de sécurité, ni sellerie confortable . Afin de respecter son objectif de produire un modèle aussi léger que performant sur circuit, KTM opte pour l'utilisation de fibre de carbone, ce qui implique de recourir aux services d'un partenaire doté de l'expérience nécessaire au travail de ce matériau . La marque autrichienne fait appel à Dallara Automobili, un spécialiste de la construction de châssis pour la compétition automobile . La rencontre entre le constructeur de motos et le fabricant de châssis est en outre l'occasion pour Giampaolo Dallara de concrétiser un vieux rêve, celui de rendre hommage à Colin Chapman en créant une héritière digne de la fameuse Lotus Seven qui sera baptisée KTM X-Bow ….



Homologuée pour un usage routier, la KTM X-Bow est pourtant une barquette destinée essentiellement à un usage sportif sur circuit dont le châssis qui est par ailleurs entièrement conçu en fibre de carbone lui permet de maintenir son poids aux alentours de 790 kg . Dictées par les impératifs de performance, les proportions de ce châssis sont peu courantes avec 3,74 m de long pour 1,92 m de large, la KTM est à la fois bien plus courte qu'une Renault Clio et aussi large qu'une Ferrari F430 . Son empattement de plus de 2,40 m, valeur importante un véhicule de cette longueur, rejette les roues aux quatre coins et renforce son allure atypique . Poue ce qui est du look, l’engin ne fait pas dans la dentelle tout en étant plutôt séduisant . Avec sa gueule de crotale et ses yeux qui ont l’air de vous fixer, on remarque des lignes dynamiques et agressives qui empruntent à la fois au monde de la moto et de l'automobile . De toute évidence, l'X-Bow assume sa filiation avec le style très particulier de KTM . Le duo de couleurs orange et noir qui pare sa robe se transforme même en véritable signature . Notez que l'univers de la moto n'est pas bien loin, puisqu'il est vivement conseillé de porter un casque, car avec un pare-brise de seulement 7 cm, il y a de quoi s'enrhumer pour de bon lors des accélérations de la KTM X-Bow ....



Le développement d'un bloc moteur spécifique étant trop coûteux pour un tel projet, la KTM X-Bow doit emprunter une base mécanique issue d'un autre modèle du groupe VAG et arrête son choix sur le bloc 2,0 litres TFSI qui équipe les Golf GTI, León FR et Audi TT . D'une cylindrée de 1 984 cm3, ce bloc suralimenté à quatre cylindres en ligne développe une puissance de 240 chevaux et 310 newton mètres de couple, disponibles dès les plus bas régimes. Compte tenu du poids limité du véhicule, ce moteur permet à la KTM d'afficher un rapport poids/puissance de 3,3 kg/ch . En outre, une version musclée est aussi proposée, extraite de l'Audi S3 retravaillée pour afficher un généreux 300 chevaux et un rapport poids/puissance de 2,3 kg/ch, exceptionnel, quand on sait qu'une Porsche Carrera GT affiche 2,2 kg/ch . Un puissant moteur associé à une structure aussi légère que possible ça promet de belles accélérations suffisantes pour permettre de passer de 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes . En revanche, sa sonorité, déjà particulièrement discrète voire banale à l'arrêt, est vite entièrement couverte par les bruits aérodynamiques dus à l'absence de toit et de pare-brise . Ce moteur est accouplé à une boîte de vitesses mécanique à six rapports et commande manuelle également d'origine Audi . Côté tarif, la KTM X-Bow coûtera tout de même la bagatelle de 64.000 €, tarif comparable à celui de ses concurrentes les plus directes comme l'Ariel Atom et la Caterham CSR 200 ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 2.0 Litres
  • Puissance : 300 chevaux
  • Couple : 310 Nm
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’9






La « KTM X-Bow », c'est ça ...



La « KTM X-Bow », c'est ça ...





JPBlogAuto

mercredi 15 décembre 2010

Fun Car Twintech - 2006



FUN CAR TWINTECH ….







Voici un engin assez méconnu qui mérite d’être découvert et dont le billet justifie pleinement sa place dans cette rubrique . Il est le fruit de trois ingénieurs américains, Jay Novak, Dave Piontek et Kip Ewing, qui sont passionnés de roadsters anglais du genre Morgan Super Sport ou plus récent comme les Lotus Seven et autres Caterham ou plus récent encore l’Ariel Atom . En 2006, ils fondent la société « Fun Car » dans le Michigan aux Etats-Unis pour construire leur propre voiture Twintech, un genre d’hybride mi moto mi auto, une bonne façon de se démarquer des légions de kit cars britanniques ….



La Fun Car Twintech, c’est son nom, nous emmène faire un tour dans les années d’avant-guerre par son look, pour nous ramener immédiatement dans le 21ème siècle par ses performances . L’engin est construit sur un châssis tubulaire de 1,75 pouce en acier très rigide contemporain et moderne, qui repose sur quatre roues munies de jantes en aluminium forgé de marque Kosel de 17 pouces équipées de pneus Goodyear F1 . La suspension est entièrement réglable par des bras ovales tous indépendants dont le contrôle est facilité car tous le système est apparent et hyper facile d’accès . Plusieurs autres éléments, y compris les étriers de freins, sont usinée dans la masse ce qui garantie une solidité à toute épreuve . La voiture bénéficie d'une parfaite répartition du poids 50/50 . Pour ce qui concerne la carrosserie, l’engin est muni du strict minimum, une baignoire baquet mais en carbone et quatre mini protections de roues ….



Question mécanique, les habitués des manifestations d’ancêtres connaissent les pétarades des Morgan Super Sport qui posaient leur moteur bicylindre en avant du capot, une idée que reprend la Fun Car Twintech . Le fabricant étant américain, le moteur utilisé est pour l’instant un S&S de 125 chevaux, mais il n’est pas interdit d’imaginer de plus grosses mécaniques avec ou sans compresseur de suralimentation . Ce moteur installé en porte à faut avant fait le contrepoids à un pont arrière Volkswagen accouplé à une transmission à boîte Hewland séquentielle . Compte tenu que la voiture pèse moins d’une demi tonne, vous devinais facilement que le rapport poids/puissance est très favorable . Les performances sont donc à la hauteur avec un 0 à 100 km/h en seulement 4,5 secondes, et une force centrifuge latérale qui peut atteindre 1.1 G . Le freinage est lui aussi performant et peut passer de 100 km/h à 0 en moins de 80 mètres ....



Si la Fun Car Twintech est un engin plutôt orienté pour la piste et le sport, il est toutefois utilisable et homologué pour la route . A ce titre il est équipé de tous les accessoires de signalisation et d’éclairage nécessaires et indispensables . Phares, clignotants, feux stops, même réduit au strict minimum, tout est bien présent, même deux rétroviseurs . Le tableau de bord est complet et bien lisible, la position de conduite est idéale et les sièges Sparco Evo offrent un bon soutien pour la conduite sportive sur et en dehors de la piste . L’engin est mis à prix à 50.000 dollars et est principalement destiné à la piste . Il y affrontera sans doute l’Ariel Atom à laquelle il ressemble fort pour ce qui est de la philosophie motorisation exceptée . Pour rester dans la tradition britannique, une version en kit à bas prix de la voiture pourrait même apparaître assez vite ....







Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V Twin
  • Cylindrée : 2 cylindres
  • Puissance : 125 chevaux
  • Accélération : Le 0 à 100 en 4’’5


  




La « Fun Car Twintech », c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 3