@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Autobianchi

Fil des billets

vendredi 27 juin 2014

Karl Abarth - Le génial préparateur automobile






abartlog.jpg


abarth01.jpg


Karl Abarth, né à Vienne le 15 novembre 1908 est mort dans cette même ville le 24 octobre 1979. C'est en 1945 qu'il décide d'émigrer en Italie, à Merano, dans la région du Haut-Adige, près de l'Autriche, où il prend la nationalité italienne et change son prénom Karl à consonance allemande pour l'italianiser en Carlo Alberto après la Deuxième Guerre mondiale lorsqu'il s'installera dans les faubourgs de Turin, à proximité des usines de Fiat et de Lancia, pour fonder sa propre société de préparation de voitures pour la course qui fabriqua en grande série surtout des modèles Fiat ....


abarth02.jpg


Le symbole fétiche de l'entreprise, qui est également repris dans son logo, est le scorpion, signe du zodiaque de son fondateur, et orne toutes les voitures de compétition de la marque, dont les premières réalisées sur les bases de modèles Cisitalia.
Entre les deux guerres, Karl Abarth mènera d'abord une double carrière. Tout en dirigeant un petit atelier mécanique en Yougoslavie, il pilote également des motos, d'abord celles des autres, puis celles qu'il construit lui-même. Après plusieurs accidents, il décide cependant de raccrocher son casque. Dans le courant des années trente, alors qu'il n'est encore qu'un jeune mécanicien, Karl Abarth rencontre à plusieurs reprises un autre ingénieur autrichien, plus âgé, Ferdinand Porsche. Le courant passe bien entre les deux hommes, animés par la même passion, à tel point qu'après la guerre, Karl Abarth est chargé de la distribution des brevets Porsche en Italie et de la préparation du réseau qui commercialisera la première Porsche officielle, la 356, au tout début des années cinquante ....


abarth04.jpg


Connu pour ses pots d'échappement au bruit si caractéristique produits pour un grand nombre d'autres voitures, notamment Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Gordini ou Porsche, il rencontre le grand industriel italien, Piero Dusio et sera recruté par le constructeur italien Cisitalia où il participa à la mise au point de la voiture de course Cisitalia 360 Grand Prix. Il deviendra ensuite le directeur sportif de l'écurie Cisitalia entre 1946 et 1948. Lorsqu'en 1949, Cisitalia abandonne la compétition, Carlo Abarth s'associe avec Armando Scagliarini pour fonder la société Abarth & C dont le siège et les ateliers seront implantés à Turin.
En plus de fabriquer des accessoires et des pots d'échappement, Abarth va modifier des voitures de série comme les Fiat 500 et 600, entre autres, et construire ses propres voitures. C'est ainsi qu'on compte plus de huit mille victoires de voitures portant la griffe Abarth et six titres de champion du monde en 22 ans de compétition. Carlo Abarth, comme il aimait se définir, était un vrai créateur d'automobiles « élaborées mais pas préparées ». C'est en effet grâce aux kits de transformation pour la Fiat 600 qu'Abarth fit ses plus grands pas vers le chemin de la gloire. Cette idée lui vint alors qu'il présentait à la presse la première voiture de série badgée Abarth, la « Fiat 600 dérivation Abarth 750 ». Comme on l'imagine, la première intervention fut effectuée sur la cylindrée, tout en maintenant l'implantation mécanique et tous les composants principaux de la berline de série, même la coque, qui dans la version spéciale aérodynamique carrossée par Pininfarina, établit plusieurs records internationaux ....


abarth03.jpg


Les premières Fiat Abarth dérivées de la normale Fiat 600 furent particulièrement renommées et appréciées par les jeunes générations de l'époque comme par exemple la Fiat-Abarth 750 dont la production débuta en 1956. Très rapidement le kit de transformation a été commercialisé pour les automobilistes les plus chevronnés et voulant opérer directement sur la voiture. À la fin de l'année 1960, Abarth débuta la fabrication de l'Abarth 850 TC (Turismo Competizione), qui restera au catalogue jusqu'en 1966. Fiat fournissait directement à Abarth les coques des Fiat 600 sans les parties mécaniques traitées par Abarth comme les arbres moteur, les freins, le carburateur et l'échappement, qui étaient montés directement dans les ateliers Abarth lors de la transformation de Fiat 600 en Abarth 850 TC.
L'Abarth 850 TC n'est pas une Fiat 850 transformée mais une Fiat 600 recevant un moteur porté à 850 cm3. Au cours de 1962, deux versions de la 850 TC furent réalisées :

  • la TC Nürburgring, dont le moteur développait 55 ch à 6 500 tr/min. Cette version fut construite pour célébrer la victoire obtenue en 1961 par une Abarth 850 aux 500 km du Nürburgring,
  • la TC/SS, dont le moteur développait 57 ch à 6 500 tr/min. Vers la fin de 1962, cette version a été rebaptisée « 850 TC Nürburgring Corsa » ....



abarth05.jpg


Fiche technique de la FIAT-Abarth 850 TC stradale

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, monté à l'arrière, refroidi par eau,
  • Alimentation par un carburateur Solex 32 PBIC,
  • Cylindrée : 847 cm3, alésage 62,5 mm x course 69 mm,
  • Puissance : 52 ch CUNA à 5 800 tr/min, 2 soupapes par cylindre.
  • Transmission : propulsion arrière, boîte à 4 rapports mécaniques,
  • Carrosserie : coque Fiat 600, 2 portes, 4 places,
  • Freins : avant à disque, arrière à tambours,
  • Suspensions à roues indépendantes,
  • Vitesse maxi déclarée : 140 km/h.



abarth06.jpg


En 1962, la FIAT-Abarth 850 TC fut complétée par une version FIAT-Abarth 1000 TC, qui était toujours dérivée de la Fiat 600, mais équipée d'un moteur de 982 cm3 développant 60 ch. Une autre version est la 850 TC groupe 5, réalisée en 1968 pour les courses. Son moteur comportait des soupapes radiales et développait 93 ch.
Abarth fabriqua de nombreuses versions des modèles Fiat en version sportive et notamment l'Autobianchi A112 Abarth.
Ses collaborations seront multiples et variées, et ceci tant avec des constructeurs que des petites officines et même des designers comme par exemple Ghia, Simca, Renault, Viotti, Zagato, Alemano, Opel, Bialbero, ou Osella ....


abarth07.jpg


L'entreprise reste indépendante jusqu'en 1971, année où elle est reprise par le géant Fiat Auto. À partir de ce moment-là, Abarth devient la référence des versions sportives des différentes marques du groupe, et notamment Autobianchi. Une importante collaboration intervint dès l'avant projet avec Lancia, en collaboration avec la carrosserie Pininfarina, pour la réalisation de la Lancia Rally 037.
L’écurie de course Abarth fut vendue à Enzo Osella et Abarth devient ensuite officiellement le département « sport » de la maison mère Fiat ....


abarth08.jpg


C’est ainsi que certains modèles Fiat, Lancia et Autobianchi également, puisque toutes ces marques appartiennent à Fiat Auto, furent cosigné Abarth.
Les plus célèbres élaborations Abarth furent les Fiat Abarth 595 SS et 695 SS. La dernière voiture à laquelle Abarth a collaboré fut la Autobianchi A112 Abarth.
En début d'année 2007 la direction de Fiat Group Auto a décidé de relancer la marque Abarth avec la Grande Punto Abarth, qui reprend le nom prestigieux du département sport de Fiat.
D'autres versions vont suivre comme les nouvelles 500 Abarth qui disposent d'une mécanique de 135 ch, et peut être même la Bravo Abarth, mais ceci est une autre histoire ....


Sources : © - www.carlo-abarth-foundation.com © - www.Wikipédia.fr



Carlo Abarth - Fiat 500 ...



La biographie de Carlo Abarth ...



Essai in board d'une Fiat Abarth 695 ...





JPBlogAuto

mardi 23 août 2011

Autobianchi Bianchina Eden Roc - 1965



AUTOBIANCHI BIANCHINA EDEN ROC ….







Grâce à la volonté de messieurs Edoardo Bianchi, ancien propriétaire de la marque Bianchi, Pirelli, patron du grand constructeur de pneumatiques et Agnelli, patron de Fiat, la société « Autobianchi » fut créée à partir de l'ancienne société F.I.V. Bianchi, constructeur de deux roues, de voitures mais surtout de camions avant la Seconde Guerre mondiale . En effet, après la Seconde Guerre mondiale, Fiat dont la division automobile voyait sa production augmenter de 30 % par an, n'arrivait plus à faire face et cherchait de nouveaux sites de fabrication mais aussi des capitaux . C'est pourquoi en 1955 on assista à la naissance du nouveau constructeur Autobianchi . Au salon de Turin 1957 la marque présente son nouveau modèle, la Bianchina, une petite voiture tri corps longue de 3.02 m, découvrable qui donnera naissance à une version break, la Panoramica, une version coupé 4 places, la Quattro Posti, une version utilitaire, la Furgoncino mais aussi à une version cabrio très chic qui prendra pour le marché français la dénomination exclusive de « Autobianchi Bianchina Eden Roc » ….



L’insolite Autobianchi Bianchina Eden Roc était développée sur la base de la Fiat 500 et équipée du même moteur . Lancée en 1957, la Bianchina est le premier modèle de la marque Autobianchi fondée deux ans plus tôt qui se destine à une clientèle essentiellement féminine et huppée désireuse de conduire autre chose qu’une 500 jugée alors trop banale . Dans un souci déjà de rentabilité économique, Fiat proposa d'utiliser la base de sa propre Fiat 500, plateforme et mécanique, mais d'en modifier profondément la carrosserie . La voiture se présentait sous la forme d'une mini berline à presque trois volumes, le coffre étant plutôt symbolique, mais dotée d'un habitacle capable d'accueillir confortablement quatre adultes . Au côté de la petite Bianchina apparait un petit cabriolet très ludique en 1960, toujours dérivé de la Fiat 500, le petit cabriolet dénommé Autobianchi Bianchina Eden Roc pour la production française prend encore plus des allures de joujou de luxe . Un hard-top, appréciable et pas si commun sur des petites voitures, était disponible afin de se débarrasser des inconvénients de la capote en toile, surtout en hiver ….



Au vu des excellents résultats des ventes des six premiers mois, Fiat fait profiter de l'évolution mécanique de sa 500 en la dotant d'un moteur plus puissant que l’on retrouve également sur le jolie cabriolet Autobianchi Bianchina Eden Roc . En 1965, toute la gamme bénéficiera d'un restyling léger qui augmentera le niveau qualitatif et les finitions, mais sans toucher à la partie mécanique . C'est certainement la version la plus « frivole » de la gamme qui propose toutefois un look vraiment sympa et ludique mais qui devait être surement la seule dans le créneau des mini voitures à disposer d'une capote en toile complétée d'un hard top rigide . Elle est plutôt rondouillarde mais cependant gracieuse et décapotée elle offre même une allure de petit roadster sportif anglais, incroyable . Très agile en ville et facile à garer, elle offre un super compromis même de nos jours ou elle s’insère dans la circulation moderne sans aucun problème . Si la puissance pure n’est pas son cheval de bataille, elle n’a toutefois pas à rougir de la comparaison avec ses consœurs actuelles électriques, sauf pour ce qui est des rejets nocifs . Étonnante, insolite, mignonne et assez exclusive, la jolie Autobianchi Bianchina Eden Roc peut s’utiliser aisément de nos jours ....



Pour ce qui est de la technique, la charmante Autobianchi Bianchina Eden Roc utilise comme on a pu le voir la banque d’organes de Fiat . Le moteur choisi et utilisé est un 2 cylindres à plat disposé verticalement en porte à faux arrière . En revanche, il ne s’agit pas du moteur de 18 chevaux de la Fiat 500, mais de la dernière version de 25 chevaux (499 cm3) de la 500 sport, ce qui permet aux 515 kg de se propulser à près de 110 km/h . La distribution est à soupapes en tête et l’alimentation se fait par des carburateurs type Weber 26 IMB 5 . La transmission est assurée par une boîte de vitesses à 4 rapports et marche arrière à crabotage . La suspension est à roues indépendantes avec des leviers triangulés, des ressort à lames et des amortisseurs hydrauliques télescopiques . Le freinage est assuré par des tambours hydrauliques sur les quatre roues à rattrapage automatique du jeu . Produite à seulement 3150 exemplaires jusqu’en 1969 avant d’être remplacée par la fameuse A112, la géniale Autobianchi Bianchina Eden Roc est dans la catégorie des petites voitures une pièce de collection assez recherchée ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 2 cylindres à plat
  • Cylindrée : 499 cm3
  • Puissance : 25 chevaux à 4.500 tours/min
  • Puissance fiscale : 3 CV
  • Vitesse : 110 km/h
  • Consommation : 4,9 litres au 100 km








La « Autobianchi Bianchina Eden Roc », c'est ça ...



La « Autobianchi Bianchina Eden Roc », c'est ça ...





JPBlogAuto

lundi 21 février 2011

Abarth 500 R3T - 2009



ABARTH 500 R3T ….







La société Turinoise « Abarth » spécialisée dans la mécanique démarre ses activités en 1941 avant de devenir constructeur et préparateur . Ayant collaboré avec notamment Simca, Fiat, Porsche, Alfa Roméo comme constructeur ou Pininfarina, Ghia, Zagato, Bertone et Scaglione comme designer, la firme se construit une solide réputation et un palmarès sportif respectueux avec plus de 7000 victoires en courses et 113 records internationaux . Depuis, la petite firme italienne à fait du chemin, elle est devenue au fil des ans un genre de spécialiste reconnue de la petite et moyenne cylindrée . Une espèce d’officine spécialisée dans la course avec à sa tête un sorcier de la mécanique de course . Pour rester fidèle à sa réputation, Abarth est déjà présent en rallye IRC avec la Grande Punto S2000, mais aussi avec une 500 Assetto Corse pour limer de la piste . Voici venir pour les amateurs de rallye, la toute nouvelle et charismatique bobinette qui a pour cible la catégorie R3T (moteur turbo de 1 600 cm3 maximum) ….



La friponne baptisée Abarth R3T arbore un look de baroudeur classe . Cette version compétition, dévoilée lors du 51e Rallye de San Remo, servira en outre à la création l'an prochain d'un trophée spécifique destiné aux pilotes privés et débutants . Un ramage qui se rapporte au plumage de l'engin qui affiche clairement sa vocation de voiture de rallye . Caisse abaissée, peintures de guerre, boucliers 'body-buildés', prise d'air de toit, jantes OZ de 17 pouces et une impressionnante rampe de phares longue-portée . Bref, Abarth connaît la chanson et à bord, rien ne manque non plus avec l'arceau cage réglementaire, un frein à main hydraulique et des sièges baquets avec harnais 6 points . Du sérieux mais irrésistible, comment voulez-vous rester insensible à une telle frimousse . Le poids de l'auto ( 1.080 kg) reste assez contenu (quoique supérieur au modèle "civil"), et devrait donc concourir à la fougue de l'italienne . Les roues avant de la coquine Abarth R3T mordront l'asphalte ou la terre avec la complicité d'un autobloquant bienvenue pour la motricité ….



Pour la firme au Scorpion, avec la sortie de cette Abarth R3T, il s'agit également d'un retour à une compétition qui a fait sa gloire et sa renommée durant trente ans, depuis 1977, quand fut organisée la première édition du championnat avec la fameuse Autobianchi A112 Abarth, à laquelle se sont succédées les Fiat Uno, Uno Turbo, Cinquecento, Seicento, Punto Kit et Super 1600, Stilo et Panda Kit . L'Abarth 500 destinée aux rallyes sera homologuée dans le groupe R3T, catégorie des voitures de cylindrée allant jusqu’à 1600 cm3 et équipées d’un turbocompresseur . Une classe destinée à assurer l’avenir de la spécialité, dans la mesure où elle offre un excellent compromis entre coût et performances des véhicules . C’est également la catégorie idéale pour les pilotes privés et les jeunes désireux de se mettre en évidence aux commandes d’une vraie voiture de course, capable de performances d’exception . Une attention particulière a été accordée à la possibilité d’affiner les réglages des suspensions pour obtenir l’assiette répondant le mieux au style de conduite de chaque pilote . Les amortissements sont réglables en course à l’aide d’un ressort coaxial et d’une bague de réglage de la hauteur de caisse . Des plaques spécifiques contribuent par ailleurs à une régulation des angles d’incidence de la géométrie du véhicule . Les jantes aluminium accueillent des pneumatiques de type 19/62-17 . Les freins à disques de cette Abarth R3T sont signés Brembo, ventilés et munis de quatre étriers à l’avant et, à l’arrière, à disques pleins avec répartiteur et régulateur de freinage ....



Pour la sécurité de cette Abarth R3T, elle est munie d’un arceau de sécurité spécifique intégré à la carrosserie par soudage, de tous les dispositifs de sécurité nécessaires et de sièges homologués FIA avec ceintures de sécurité à six points d’ancrage . Sous le capot pour la motorisation, Abarth a naturellement fait appel à l'incontournable 1.4 litre de cylindrée de la version Fiat de série, mais couplé à un turbo Garret GT 1446 à géométrie fixe . De quoi en tirer 180 chevaux à 5.500 tr/min et 300 Nm de couple, une petite furie . Autres "légères" améliorations au programme, la boîte séquentielle à six rapports, un différentiel à glissement limité, et un double-embrayage renforcé . Une attention particulière a également été portée aux détails, notamment au design de la livrée, en parfaite adéquation avec la tradition, ou encore à la finition soignée de l’habitacle et des instruments . Voilà, vous aurez été prévenu, si vous achetez une Abarth R3T, ne pensez pas faire vos courses en ville avec, son terrain de jeu favoris serait plutôt la petite route sinueuse à souhait de nos belles campagnes ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 1.4 Litres
  • Puissance : 180 chevaux à 5.500 tr/min
  • Couple : 300 Nm
  • Turbo : Garret GT 1446 à géométrie fixe






La « Abarth R3T », c'est ça ...



La « Abarth R3T », c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 2