@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Borg Warner

Fil des billets

vendredi 25 mars 2011

Davis Divan - 1948



DAVIS DIVAN ….







En 1941, le dandy millionnaire et occasionnellement coureur automobile des 500 Miles d’Indianapolis Joel Thorne, commande une voiture spéciale et unique à la compagnie Kurtis Kraft dirigée par le jeune entrepreneur Frank Kurtis . L’usine de la compagnie se trouvant dans un hangar d'avion à Van Nuys, en Californie, l’engin fut baptisé Le Californien . Quelques années après la deuxième guerre mondiale en 1948, un ami du millionnaire Gary Davis, vendeur de voitures en Californie ayant vu cet engin unique et très insolite décide de le construire en série . Après avoir soulevé assez d’argent par une souscription auprès d’investisseurs privés, il fonde la Davis Motor Car Company et s’entoure d’une petite équipe de jeunes ingénieurs pour lancer la production de sa voiture ….



Rebaptisée Davis Divan, la voiture est un petit roadster au look agréable, un genre de petite berline à deux portes et à trois roues avec un toit rigide amovible, des phares couverts escamotables et une carrosserie en forme de barre de savon, le tout livré pour un tarif très attractif de moins de 1.000 dollars, une affaire à l’époque . La carrosserie est entièrement en aluminium ce qui garantie un poids vraiment léger et donc des performances intéressantes et une consommation de carburant réduite . Techniquement simplifiée à l’extrême pour assurer une maintenance facile et peu couteuse, la voiture était proposée à la vente comme l’engin du futur par excellence . Son look la rapprochant de l’industrie aéronautique, le marketing va forcer le trait dans ce sens pour appâter la clientèle . Les roues de la Davis Divan étaient des 15 pouces et si la seule roue avant assurait la direction, les deux roues arrière étaient motrices ….



La Davis Divan était propulsé sur les tout premier modèle par un moteur de 47 chevaux de 132 cubic-inch de cylindrée de marque Hercules à quatre cylindres et rapidement sur les modèles suivant par un moteur de 63 chevaux de 162 cubic-inch de cylindrée de marque Continental toujours à quatre cylindres accouplé à une boîte manuelle Borg-Warner à trois vitesses . Parée de chromes étincelants, la voiture à fière allure et malgré l’aspect étroit de son habitacle, elle dispose d’une bonne habitabilité . La banquette est large et confortable . Le tableau de bord peint est simple mais beau, avec des jauges de chrome cerclées bien lisibles placées directement en face du conducteur . Le moteur offre une sonorité harmonieuse et agréable . Le délicat levier de vitesses et facile de maniement et propose des verrouillages souples mais fermes . Dans les rues animées d’une ville, les déplacements sont confortables car la suspension avant Y-joug et l'essieu arrière rigide ont la faculté d’absorber les bosses et de faciliter la circulation . L’unique roue avant directrice de la Davis Divan offre une manœuvrabilité supérieure à celle d’un taxi Londonien ....



Environ 13 berlines Davis Divan seront construites avant que la société n’entre dans les ennuis . En effet, après avoir trop rapidement prospéré dans cette frénésie de consommation consécutive à la deuxième guerre mondiale grâce à un marketing publicitaire énorme et à des accords de franchises mal étudiés, la firme va rapidement décliner poursuivie par ses créanciers . Les poursuites vont commencé à affluer à la fois des investisseurs et des concessionnaires ou franchisés si bien que Gary Davis va été traduit en justice pour 28 chefs d’inculpations et a fini par être reconnu coupable de 20 chefs d'accusations . Gary Davis est mort en 1973, de l'emphysème et son rêve d'innovation et de production d’une voiture à trois roues sera malheureusement mort avant lui ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 162 cubic-inch
  • Puissance : 63 chevaux
  • Véhicule : 3 roues
  • Vitesse : 80 km/h








La « Davis Divan », c'est ça ...



La « Davis Divan », c'est ça ...





JPBlogAuto

samedi 4 décembre 2010

Donkervoort D8 GT - 2008



DONKERVOORT D8 GT ….







Le hollandais Joop Donkervoort fait partie des innombrables admirateurs de Colin Chapman le génial créateur de la Lotus Seven . Animé par cette dévorante passion, il a décidé en 1983 de monter sa propre firme dans le but de faire évoluer l’esprit de la Seven pour la propulser dans le nouveau millénaire en la dotant d’arguments techniques modernes . Le résultat, ce sont ces incroyables voitures sauvages et innovantes au look de Seven mais beaucoup plus puissantes et vraiment plus évoluées techniquement qu’il propose sous la marque « Donkervoort tout simplement . Dès lors, qui mieux que le hollandais pouvait imaginer greffer un hardtop au plus mythique des roadsters anglais ? C'est ainsi qu'est née la D8 GT ….



La Donkervoort D8 GT s'avère être un véritable concentré d'innovations sur le marché des supercars ultra légères . Pourtant, l'idée ne date pas d'hier puisque dès les premières Lotus 7 S1 , un hard-top à portes papillon (gull-wing) était proposé par la société Fibrepair pour lui permettre de courir dans les catégories GT. Sur la D8 GT, les changements ne sont pas qu'esthétiques mais résultent d'une mise au point totalement spécifique et pas d'une simple greffe de hardtop . La D8 GT se veut plus rapide, plus sûre et plus réactive profitant de l'expérience démarrée en 2004 et 2005 avec un record mémorable sur la fameuse Nordschleife sur une D8 carrossée par un har-top expérimental . Le châssis de la D8 a été modifié en plusieurs points . Ainsi, le nouveau toit en fibre de carbone avec arceau intégré fait partie à part entière de la structure et du châssis, augmentant la rigidité en torsion de 25% sans pour autant pénaliser le poids. En effet, ce hard-top et ses portes pèse à peine plus lourd que la capote et les portes en toile à armature métallique . Les vitrages de la Donkervoort D8 GT sont en polycarbonate mais la lunette arrière ne renie pas pour autant le dégivrage électrique . Ce coupé fuselé comme le carénage d'un avion ne pèse que seulement 650 kg ….



La nouvelle suspension avant de la Donkervoort D8 GT profite directement de la rigidité du châssis pour offrir un surcroît de précision dans la direction et le comportement de la voiture . Le résultat est une voiture à la fois plus douce et plus rigoureuse dans sa conduite . La suspension arrière a également été modifiée et élargie de 4 cm pour accueillir les jantes spécifiques de 17" signées du spécialiste japonais RAYS Engineering, pesant chacune seulement 6.5 kg . Les amortisseurs à réglage hydraulique de la hauteur et de la fermeté autorisent toutes sortes d'adaptation au goût du conducteur mais aussi de la configuration de la route . le freinage reçoit des étriers en aluminium à 6 pistons et des disques ventilés et rainurés à l'avant de 300mm de l'italien Tarox . Les divers aménagement de sa carrosserie comme la face avant, les phares intégrés, le fond plat et les ailettes, ont également permis d'augmenter la stabilité à haute vitesse, tout en lui octroyant un look sans pareil et un air menaçant, déconnecté de toute mode . Avec son long capot avant et son hardtop très reculé, la Donkervoort D8 GT ressemble à un véritable bathyscaphe et procure donc une aérodynamique très favorable ....



Pour ce qui est de la mécanique de la Donkervoort D8 GT, la firme propose le « Engine Package 270 ». Là, on entre dans une autre dimension qui est véritablement celle des supercars . ! Imaginez un peu le 1.8 Turbo de chez Audi gonflé à 270 chevaux à 6500 tr/mn avec une admission, un échappement et une cartographie spécifiques et 362 Nm de couple aux roues arrières . Avec un refroidisseur d'air et d'huile plus important, un différentiel auto bloquant limité, une boîte de vitesse renforcée à 5 vitesses Borg Warner, un poids limité de 650 kg et cette mécanique survoltée, les performances de ce missile sont de taille . La vitesse de pointe s'en tient à un presque modeste 250 km/h car elle est limitée électroniquement, mais le 0 à 100 km/h est expédié allègrement en l'espace de 3,8 s . Question confort, on est quand même dans le minimalisme, mais tous les équipements et l’instrumentation d’une vraie GT sportive sont bien présents . Le cuir se marie avec classe au carbone et à l’aluminium en donnant une touche racing . Si donc la Donkervoort D8 GT vous tente, sachez toutefois que clés en main, ce joujou extraordinaire dépasse facilement les 100.000 €uros avec les options ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres turbo
  • Cylindrée : 1.8 Litres
  • Puissance : 270 chevaux à 6500 tr/mn
  • Couple : 362 Nm à 5500 t/mn
  • Vitesse : 250 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’8






La « Donkervoort D8 GT », c'est ça ...



La « Donkervoort D8 GT », c'est ça ...





JPBlogAuto

mercredi 17 novembre 2010

Devaux Coupe - 2001



DEVAUX COUPÉ ….







Il est une région du globe dont je ne parle pas très souvent sur ce blog, l’Australie . Si ce vaste continent n’est pas très connu pour sa production automobile qui n’abrite aucun gros constructeur réputé, il n’en demeure pas moins intéressant car il abrite pas mal d’artisans de l’automobile, à l’image de leurs cousins britanniques, qui sont assez innovants . « Devaux Cars » est une entreprise fondée à Victoria, aimable bourgade situé à 150 km au nord de Melbourne, par l’australien David Clash, designer industriel de son état, qui dessine aussi bien des automobile que des meubles ou des yachts . C’est un nostalgique du temps où les autos étaient conçues par des artistes et réalisées par des artisans carrossiers, époque à laquelle la ligne, le raffinement et le confort avaient autant d’importance que les performances ….



Sa dernière création, la Devaux Coupé, est en fait un genre de grand tourer avec un look des années 30, mais moderne . Elle revendique clairement son inspiration européenne, mais ne singe aucune production passée . Au premier regard, la Devaux fait immanquablement penser aux icônes de ces années folles comme la Talbot-Lago, la Bugatti Atlantic, l’Alfa Romeo 8C ou encore la Bentley Streamline . Ses lignes sportives et élégantes soulignent un capot moteur interminable, flanqué de deux ailes « pontons ». La grille ovale et quatre optiques donnent la dernière touche à son avant sophistiqué . Chaque angle de vue vous donne une autre perspective et suscite une nouvelle série d'émotions grâce à sa ligne épurée, magnifique, qui lui procure cette attitude agressive et sportive . Vu de côté elle, la Devaux est tout aussi impressionnante avec sa ligne interminable mourant en une poupe « goutte d’eau » et son profil bas . Les deux immenses ailes pontons sont envahissantes, tandis que les portes conducteur et passager sont soigneusement taillées dans la ligne de toit et disposent de glaces coulissantes . À l'arrière, la queue aux grandes courbes intègre une aile large qui a été méticuleusement sculptée en forme de goutte d’eau . L’accès aux bagages ainsi qu’à la roue de secours de la Devaux Coupé se fait par l’intermédiaire d’un hayon relevable qui est équipé d’une « split-window » ….



La Devaux Coupé est construite sur un châssis en acier léger, sur lequel la carrosserie en fibres de verre est fixée . Ce choix volontaire de matériaux hi-tech permet à la voiture de n’afficher qu’un poids de 1125 kg sur la balance . Pour la mécanique, la firme a choisi de monter un bloc moteur Chevrolet V8 de 5,7 litres qui développe 361 chevaux pour 470 Nm de couple . La transmission est quant à elle confiée à une boîte automatique à 4 rapports . La suspension est de conception moderne, constituée de doubles triangles superposés combinés avec des amortisseurs à gaz, le tout entièrement réglable . Le pont arrière rigide Borg Warner est accroché par quatre bras et rotule Panhard . Son empattement mesure 2794 mm, sa voie 1385 mm, pour 4800 mm de long et 1612 mm de large . Pour le freinage, on utilise des freins à disques de 300 mm . Quant aux roues, elles sont équipées avec des jantes Dayton de 16 pouces et 72 fils pour les rayons a écrou central, et des pneus Dunlop 215 - 65 R 16 . Finalement, les seuls indices trahissant la jeunesse de la Devaux Coupé, sont la présence de ceintures de sécurité et celle d'un sélecteur de boîte automatique, sinon pour le reste, visuellement on reste dans la plus pure tradition du « grand tourer » des années 30, une vraie merveille ....



On retrouve la même présentation datée dans l'habitacle de la Devaux Coupé qui dispose d'un intérieur douillet où trône une magnifique planche de bord en bois et un volant à l'ancienne . Les compteurs sont tous regroupés au centre . Depuis le poste de pilotage, le pare-brise donne une généreuse vue sur le long capot et ses 128 ouvertures d’aération . Son habitacle confirme son esprit « années 30 », avec son intérieur et ses sièges entièrement recouverts de cuir aviation Muirhead et son immense volant à quatre branches Moto-Lita en alliage et en bois qui peaufine l’ambiance rétro . Au milieu du tableau de bord, une large place est réservée au tachymètre et compte-tour, flanqués de quatre autres indicateurs (eau, huile, température, charge) . La console finie en bois, en chrome et en aluminium bouchonné donnent la touche finale à la Devaux Coupé . Au final, cet engin fait figure de véritable OVNI dans le monde actuel automobile, mais pourtant qu’elle allure incroyablement attirante ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 5.7 Litres
  • Puissance : 361chevaux
  • Couple : 470 Nm à 5500 t/mn
  • Vitesse : 250 km/h limitée
  • Poids : 1125 Kg










La « Devaux Coupé », c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 3 de 4 -