@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Brembo

Fil des billets

vendredi 13 avril 2018

Alpine A110 Première Édition - 2017











Alpine (Société des automobiles Alpine SAS) est un constructeur automobile français, propriété du groupe Renault. La société a été créée à Dieppe en France, en 1955 par Jean Rédélé, à l'époque concessionnaire Renault, qui fit une percée remarquable dans le secteur des automobiles sportives. Dix-sept ans après sa disparition, l'actuel PDG de Renault, Carlos Ghosn, annonce la renaissance d'Alpine et le 15 décembre 2017, la production reprend avec l'inauguration de la ligne de montage de l'Alpine A110 marquant le démarrage officiel de la construction ....





La belle Alpine A110 "Première Édition" est une automobile de type GT sportive officiellement présentée le 7 mars 2017 sur le stand Alpine du Salon de Genève 2017. Si la nouvelle Alpine ne porte pas le nom Renault, propriétaire de la marque, c'est parce que la marque Alpine est la marque premium et sportive du groupe Renault. Alpine fait donc le choix de reprendre la dénomination du mythique modèle de 1962, l'A110. Cette nouvelle Alpine est très importante pour la marque sportive. Dessinée par Anthony Villain, l'avenir de la marque est lié à la réussite de la nouvelle berlinette car en cas d'échec, la marque pourrait à nouveau disparaître ....





Après vingt années d'absence et cinq ans de mise au point, voici donc enfin une nouvelle Alpine ! Mais notre patience est récompensée car cette nouvelle A110 deuxième du nom est une réussite totalement digne de sa glorieuse devancière. Produite à Dieppe en Seine-Maritime dans l'usine historique de la marque, cette nouvelle Alpine A110 "Première Édition" est donc une berlinette sportive racée, à l'ambiance néo-rétro et au poids très contenu, disponible en trois coloris au choix, Bleu Alpine, Blanc solaire ou Noir profond ....





La nouvelle Alpine A110 "Première Édition" reste fidèle à l’ADN de la marque, car ce coupé de sport élégant et léger privilégie toujours l'agilité et le plaisir de conduire, sans transiger sur le confort au quotidien. Ce coupé deux places à moteur central arrière se caractérise par une structure en aluminium, pour la légèreté, et par des suspensions sophistiquées à double triangulation. La voiture est propulsée par un moteur implanté en position centrale arrière, et comme toutes les Alpine, c’est une propulsion. « La nouvelle A110 reprend les grands principes qui ont fait le succès d’Alpine dans les années soixante et soixante-dix – compacité et légèreté notamment –, tout en y appliquant les technologies d’aujourd’hui. Cette voiture est un vrai bonheur à conduire sur les routes de campagne comme sur circuit, mais elle est aussi très facile à vivre au quotidien. » confie Michael van der Sande, Directeur Général Alpine ....





Dès le premier le regard, la nouvelle Alpine A110 "Première Édition" vous ensorcelle. Un savant mélange de néo-rétro qui nous replonge immédiatement dans les années 60. Son format compact, sa largeur, ses muscles, ses galbes, elle s’admire comme son aînée du même nom sous tous les angles. Un coup de maître des designers qui ont du composer avec un cahier des charges des plus compliqués : renaissance d’une marque + évocation des modèles anciens + conserver la philosophie de la marque + nom mythique = casse-tête. Au final, la nouvelle A110 réinterprète les codes de son aînée, sans jamais lui manquer de respect, pas d’aileron, pas de fioritures, 4,18 mètres de long en finesse, 1,79 mètre de largeur en muscles, et 1,25 mètre de haut pour faire corps avec la machine, juste la pureté de la ligne ....





L'habitacle intérieur de la nouvelle Alpine A110 "Première Édition" a lui aussi été bien étudié et soigné et s’illustre par des touches en fibres de carbone, un pédalier sport en aluminium brossé et des sièges baquets Sabelt, qui sont revêtus d’un garnissage en cuir rembourré matelassé. Des surpiqûres courent dans tout l’habitacle qui rappellent la teinte de carrosserie, et un volant avec de la microfibre façon Alcantara soulignent le côté sportif mais GT. Elle est dotée d’un système de navigation et multimédia avec un écran tactile central de 7 pouces à cristaux liquides, moderne et lisible, une connexion Bluetooth, deux ports USB et une connexion smartphone qui fonctionne aussi bien sur iOS d’Apple qu’avec les systèmes Android. Alpine Telemetrics est l’outil permettant aux conducteurs sportifs d’afficher et de sauvegarder des données techniques et des prestations de conduite. Les amateurs de musique seront également comblés grâce au système sonore spécialement adapté pour l’Alpine par le spécialiste français du son, Focal ....





Pour ce qui est de la mécanique de la superbe Alpine A110 "Première Édition", il s'agit d'un inédit bloc moteur quatre cylindres TCe de 1.8 litre de cylindrée turbo à injection directe et reliée à une boîte robotisée automatique à double embrayage DCT à 7 rapports Getrag avec palettes au volant. Ce moteur qui développe 252 chevaux et 320 Nm de couple s'avère être plein partout et délivre un son rauque plutôt sympathique. Ainsi motorisée et campée sur de belles jantes aluminium forgé de 18 pouces avec finition exclusive noir mat OttoFuchs, équipée d'un système de freinage performant Brembo, la A110 est capable de performances élevées. Son excellent rapport puissance/poids de 4,3 kg/ch, lui permet d’accomplir le sprint de 0 à 100 km/h en seulement 4,5 secondes avec une vitesse maximale avoisinant les 250 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres turbo TCe
  • Cylindrée : 1798 cc
  • Puissance : 252 ch à 5800 t/mn
  • Couple maximal : 320 Nm
  • Transmission : Propulsion avec Boîte de vitesses robotisée DCT à 7 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Alpine - © MotorLegend




La berlinette Alpine A110 - 2017 ...








JPBlogAuto

vendredi 16 février 2018

Mini John Cooper Works Countryman - 2017











Mini est la marque automobile anglaise bien connue fondée en 1969 par Alec Issigonis, filiale du groupe allemand BMW depuis 1994. Sous la nouvelle direction, la marque a d'abord commercialisé pendant quelques années la Mini originale, avant de lancer en 2001 un nouveau modèle. BMW a alors choisi de l'écrire en capitales, MINI, pour différencier la série de véhicules produite depuis 2001 de l'ancien modèle. La deuxième génération conçue par BMW a été lancée fin 2006. Depuis 2013, les Mini sont déclinées en sept carrosseries, berline 3 portes, cabriolet, Clubman (break), Countryman (4×4), Paceman (coupé du Countryman), coupé 2 places, et roadster. Et l'on a fêté le 500.000e exemplaire aux États-Unis ....





La Mini Countryman est une automobile de type SUV développée par le constructeur allemand BMW sous la marque Mini. Premier SUV de la gamme Mini, sa commercialisation en version 4x2 et 4x4 a commencé fin 2010. Elle est fabriquée à Graz chez le constructeur autrichien Magna Steyr. Dévoilée pour la première fois au public sous la forme d'un concept car lors du mondial de l'automobile de Paris en septembre 2008, dans une version proche du modèle de série, elle emprunte son nom à une version break de chasse de la Mini originale. C'est un tout nouveau véhicule qui n'a jamais eu d'équivalent dans la gamme. Toujours plus grosse, elle s'éloigne peu à peu du concept original mais permet à la marque de se diversifier, tout en restant dans l'air du temps ....





Une version destinée à disputer le Championnat du monde des rallyes, catégorie WRC, a été présentée en 2010 au Mondial de l'Automobile de Paris sous forme de prototype. Dénommée Mini John Cooper Works WRC, c'est la première voiture de rallye construite depuis le milieu des années 1960. Développé à partir de longues années d’expérience sur les circuits automobiles et les pistes de rallye, le tout nouveau Mini John Cooper Works Countryman sera présenté au public pour la première fois au mois d’avril 2017 lors du Salon automobile de Shanghai. Le lancement sur le marché est prévu au début de l’année 2017. Le Mini Countryman de la deuxième génération est le modèle le plus grand et le plus variable de la gamme de la marque de tradition britannique. La sensation de course sur la route tout autant que la joie au volant extrême hors des rubans d’asphalte atteignent un nouveau niveau ....





Les excellentes caractéristiques de performance du nouveau Mini John Cooper Works Countryman se manifestent également par son élasticité en vitesse intermédiaire, son agilité dans les virages et ses valeurs de ralentissement. Elles sont le résultat d’un paquet global conçu sur la base du savoir-faire acquis en compétition et comprenant, outre le moteur et la transmission intégrale, une suspension sport avec des roues en alliage léger 18 pouces et un système de freinage Brembo, des éléments de carrosserie affirmés visant à optimiser les caractéristiques aérodynamiques et l’alimentation en air de refroidissement ainsi qu’un cockpit propre au modèle avec des sièges sport. La position d’exception du nouveau Mini John Cooper Works Countryman au sein du segment des véhicules compacts premium est mise en exergue par la dotation de série exclusive comprenant les modes Mini Driving, des projecteurs à LED, un accès confort et la radio MINI Visual Boost ....





Le progrès par rapport au modèle précédent se manifeste non seulement par une augmentation de la puissance maximale et l’exécution optimisée en termes d’efficience du système ALL4, mais aussi par des dimensions extérieures plus grandes et un surplus sensible du confort d’habitat, de variabilité et de fonctionnalité. Le surplus de quelque 17 centimètres en longueur et de 3 centimètres en largeur ainsi que de 7,5 centimètres concernant l’empattement se répercute par une habitabilité nettement optimisée et cinq places assises complètes. Quant au volume du coffre, il peut être modulé en fonction des besoins et passer de 450 à 1 390 litres. Le nouveau Mini John Cooper Works Countryman devient ainsi un athlète haut niveau avec des qualités multiples qui enthousiasme aussi bien sur le circuit de course que hors des rubans d’asphalte dans le trafic quotidien tout autant que sur les longs trajets avec une joie au volant extrême et une variabilité exceptionnelle ....





L'habitacle intérieur procure plus d’espace pour la passion de la compétition. Les caractéristiques de performance variables peuvent être vécues dans l’habitacle du nouveau Mini John Cooper Works Countryman sur cinq places assises complètes et dans une ambiance de voiture sport caractéristique. Outre les sièges sport avec appuie-tête intégrés, le volant sport avec touches multifonctions, le levier de commande ou de sélection ainsi que le ciel de pavillon de couleur anthracite confèrent une sensation de course intense. L’agencement exclusif du cockpit est combiné à un confort d’espace optimisé et une variabilité élevée. L’espace au niveau de la tête, des épaules et des jambes à l’avant et à l’arrière est nettement plus généreux que sur le modèle précédent. Les sièges arrière peuvent être décalés longitudinalement de jusqu’à 13 cm dans le sens longitudinal ....





Pour ce qui est de la mécanique, le moteur quatre cylindres de 2 litres monté transversalement à l’avant du nouveau Mini John Cooper Works Countryman bénéficie d’une version spécifique de la technologie Mini TwinPower Turbo avec un système de suralimentation intégré dans le collecteur en fonte d’acier, une injection directe d’essence, une commande entièrement variable des soupapes Valvetronic et un système de calage variable des arbres à cames (double Vanos). Le turbocompresseur fabriqué à partir d’une matière très résistante aux températures génère une pression de charge de 2,2 bars. Le moteur atteint sa puissance maximale de 231 chevaux dans la plage de régimes de 5 000 à 6 000 tr/mn pour un couple de 350 Nm. La boîte manuelle à 6 rapports de série se distingue par une optimisation du poids ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 1997cc
  • Puissance : 231 ch à 5500 t/mn
  • Transmission : Propulsion avec boite à 6 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Alfa Romeo - © MotorLegend




La Mini John Cooper Works Countryman - 2017 ...








JPBlogAuto

mercredi 29 juin 2016

Mega Monte Carlo - 1996







mega00.jpg



L'histoire débute en 1975 lorsque en pleine crise pétrolière naît à Vénissieux dans la banlieue de Lyon l'entreprise "Arola" qui construit des mini voitures à trois et quatre roues, sans permis, motorisées par des petits moteurs de cyclomoteurs. En 1983, l'industriel Georges Blain rachète la société Arola, et la rebaptise Aixam. En 1992, le groupe se diversifie en créant une marque de véhicules utilitaires et aussi de loisirs baptisée Mega. Pour l'occasion Aixam va donc se transformer en Aixam-Mega près d'Aix-les-Bains. Cette nouvelle marque Mega a acquise très rapidement une réelle notoriété en participant à des courses automobiles sur glace, notamment les "24 Heures de Chamonix" et le fameux "Trophée Andros", qu'elle remporte dès 1994 ….





La firme savoyarde se développe alors rapidement et les revenus tirés de ces voitures sans permis permettent à Georges Blain d'envisager la production de véhicules automobiles divers et notamment quelques sportives sous sa nouvelle marque Mega. Georges Blain, PDG du groupe Aixam, et Philippe Colançon, ingénieur automobile, tous deux passionnés de mécanique, décident alors de développer leur idée un peu folle, celle de produire et commercialiser un coupé sportif utilisable sur route ou sur circuit par tout temps et cela en toute sécurité, même à des vitesses élevées, une sportive qui n'existe pas en France à l"époque ….





En 1996, pour concrétiser ses idées et atteindre son but, Mega va donc plus loin et reprend la société "Monte-Carlo Automobile" de Fulvio Ballabio, italien d'origine, qui créait au début des années 90 une GT de prestige et qui faute de pouvoir développer son affaire, venait de jeter l'éponge. Ce rachat est idéal car il permet de produire rapidement un véhicule à hautes performances, mais ici, dans une optique sportive routière. La Mega Monte-Carlo sera une de ses premières voitures homologuées sur la route à bénéficier d'un châssis à coque en carbone. À l'époque, seule la McLaren F1 avait recours à cette nouvelle solution technique innovante et très couteuse ....





On peut donc dire que la superbe Mega Monte Carlo est une GT supercar produite en 1996 par le constructeur automobile français Mega. Elle est entrée dans l’histoire des automobiles françaises sportives de prestige directement par la grande porte car l'impressionnante définition technique de la Monte-Carlo, son potentiel sportif et sa base industrielle crédible ainsi que son châssis très moderne et révolutionnaire utilisant le carbone kevlar en ont fait une des toutes premières marques dans ce créneau à offrir autant de technologie sur une voiture de route typée sportive ....





Au milieu des années 90, la Mega Monte-Carlo fut d'ailleurs testée dans différentes versions de pré-série sur plusieurs circuits où se déroulaient au même moment des essais de développement de la Bugatti EB100. Les divers témoins autorisés à assister à ces essais privés sont tous unanimes et reconnaissent aujourd'hui qu'en performance sur la piste, la Monte-Carlo s'imposait largement, c'est dire si l'engin était déjà à l'époque très bien étudié et suffisamment sophistiqué pour pouvoir entrer rapidement en production sans devoir y apporter de grosses modifications ....





La cellule initiale de la Mega Monte-Carlo était constituée d'un treillis tubulaire, simplement habillée d'une peau de carbone un peu à la manière d'une Ferrari F40. Mais suite au rachat, il est décidé de passer à une vraie coque centrale tout carbone et nid d'abeille, avec les éléments de suspension entièrement repensés et une toute nouvelle implantation mécanique greffée sur des structures tubulaires avant et arrière. La carrosserie en fibre de carbone avait d'abord été redessinée par la SERA, un cabinet de design français bien connu, dans un style plus agressif et bien moins conventionnel, à partir du pare-brise et des portes d'origine. Là encore, tout fut repris de zéro pour obtenir un dessin fluide et homogène et donc un look affiné ....





Le choix de la SERA n'est pas innocent car c'est un spécialiste de l'aérodynamique doté d'une soufflerie. De sorte que la Mega Monte-Carlo peut se prévaloir d'un Cx de 0,35, excellent pour une voiture de ce type avec de grosses roues et une traînée de refroidissement importante, tout en bénéficiant d'une excellente stabilité à haute vitesse sans recourir à de gros ailerons mais à un extracteur arrière qui fleure bon l'enseignement de la compétition. Les suspensions ont elles aussi été entièrement repensées avec de solides triangles superposés offrant des fonctions anticabrage et antiplongée. Les combinés ressorts et amortisseurs français Donerre à bombonnes séparées, paramétrables en tout sens, sont disposées horizontalement. Si l'on peut noter une minuscule barre antiroulis verticale à l'avant, le train arrière en est lui complètement dépourvu, selon l'école anglaise initiée par Colin Chapman. Le but est d'assurer une motricité maximum à l'aide d'une suspension arrière assez souple ....





Côté freins, la Mega Monte-Carlo est pourvue de galettes de 35cm de diamètre pincées par des étriers Brembo quatre pistons mais les puristes pourront même s'offrir un équipement tout carbone fabriqué par la société française Carbone Industrie comme en F1. Les pneumatiques sont des Michelin Pilot Sport spécialement développés pour cette voiture par la firme de Clermont-Ferrand. Il est important également de transmettre raisonnablement une telle puissance à la route, c'est pour cela que la voiture est équipée de stabilisateurs et d'un correcteur d'assiette hydraulique. Par ailleurs, elle est idéalement équilibrée car son moteur central arrière permet une excellente répartition du poids sur les essieux avant/arrière puisqu'elle est de 44 et 56 % ce qui est un gage d'une excellente tenue de route ....





Pour ce qui est de la mécanique, la Mega Monte Carlo est donc propulsée par le V12 Mercedes extrêmement puissant qui réjouira sans doute les propriétaires de berlines rapides puisqu'il provient de la 600 S. Mais tandis que, sur le modèle d'origine, chaque cheval doit transporter un poids de 5,3 kilos, il n'est responsable, sur la Monte-Carlo beaucoup plus légère, que du déplacement de 3,4 kilos. La boîte de vitesses est une ZF longitudinale dans laquelle a été installé un sixième rapport. Les performances en sont donc d'autant meilleures car pour une puissante totale de 394 chevaux et un couple maximal de 570 Nm, la Monte-Carlo bondit en 4,5 secondes de l'arrêt à 100 km/h alors qu'elle couvre le kilomètre départ arrêté en 22,2 secondes. Avec son faible poids de 1350kg, sa vitesse de pointe avoisine les 300 km/h ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 12 cylindres en V
  • Disposition : Centrale
  • Cylindrée : 5991 cc
  • Puissance : 394 ch à 4800 tr/min
  • Couple : 570 Nm à 5200 tr/min
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : Longitudinale à 6 vitesses



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Autodrome - © GTFrance




La Mega Monte Carlo de 1996 ...



L'usine d'Aixam Mega ...






JPBlogAuto

- page 1 de 6