@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Bridgestone

Fil des billets

vendredi 7 juin 2019

Le premier pneu automobile sans air







uptis00.jpg



Depuis que l’on a abandonné la roue de charrette et que tout ce qui roule est passé au pneu gonflé à l'air, les manufacturiers de pneumatiques rêvent secrètement de retourner au pneu sans air et y travaillent sans cesse. Les pneumatiques vont bientôt prendre un nouveau virage loin du premier cercle de caoutchouc commercialisé à la fin du XIXe siècle par John Boyd Dunlop. La révolution pourrait venir en effet du pneumatique increvable non gonflé. Alors qu’il est annoncé depuis une quinzaine d’années et qu'il roule déjà, Michelin propose finalement sa commercialisation pour 2024 ....





En 2017 déjà, le manufacturier Français avait alors proposé un premier prototype de pneu sans air sous la forme d'une roue alvéolée, imprimée en 3D avec des matériaux biodégradables composée d'un mélange de caoutchouc, de papier et de bois. C’est finalement deux ans plus tard en marge du salon international de la mobilité, « MovinOn », que le nouveau CEO de Michelin, Florent Menegaux, a dévoilé le prototype d’un pneumatique sans air et increvable. Baptisé Michelin Uptis, celui-ci ne restera pas à l’état de concept, le manufacturier prévoyant de le commercialiser au plus tard en 2024. Ce produit révolutionnaire offrirait le même confort qu’un pneu gonflable et serait bien plus avantageux pour l’environnement ....





Michelin insiste sur le fait que les caractéristiques de qualité, de confort et d’efficacité tant routière qu’énergétique de ce Michelin Uptis ne sont pas dégradées par rapport à un pneu traditionnel « tubeless ». Pour cela à Clermont-Ferrand, les ingénieurs ont travaillé avec le constructeur américain GM. Chez Chevrolet on a donc déjà testé avec succès ce pneu sur sa voiture électrique Bolt EV et on envisage maintenant un test de plus grande envergure, incluant des acteurs majeurs de la gestion des flotte ....


uptis03.jpg


A vrai dire, les pneumatiques increvables existent déjà pour certains engins de chantier. Mais le grand défi de l’entreprise française était de mettre au point un produit offrant le même confort qu’un pneumatique à air et capable de rouler à des vitesses plus élevées. Mais contrairement à un pneumatique « classique » à flancs fermés, la structure du Michelin Uptis est ouverte et repose sur un ensemble de lamelles en forme de chevrons qui supportent la bande de roulement et s’adaptent au relief de la route ou du chemin tout en supportant aussi le poids de la voiture. Ce produit va permettre de réduire considérablement les coûts et temps de maintenance pour les flottes automobiles ....





Ce nouveau concept de pneus sans air Michelin Uptis qui va bientôt arriver sur nos voitures de tous les jours va aussi faire l'effet d'une bombe dans le domaine automobile car il présente de très nombreux avantages comme par exemple :

  • Plus aucun risque de crevaison,
  • Sérénité totale des automobilistes durant leurs trajets en voiture,
  • Réalisation d’économies conséquentes,
  • Diminution des matières premières pour la fabrication,
  • Gains pour les propriétaires de flottes et aux professionnels grâce à la réduction des immobilisations liées aux crevaisons,
  • Optimisation de la productivité en éliminant les opérations d’entretien,
  • Réduction des coûts et des temps de maintenance,
  • Réduction de la pollution environnementale ....






Lorsque l'on sait que 20 % des pneumatiques dans le monde, soit près de 200 millions d’unités, sont jetés chaque année à cause d’une crevaison ou d’une mauvaise utilisation comme le sous-gonflage, on se rends mieux compte de l'utilité du futur Michelin Uptis. Le Michelin Uptis présente maintenant, après de longues années de recherche et développement, des améliorations révolutionnaires tenues secrètes. En effet de nombreuses innovations se cachent dans l’architecture et les matériaux composites utilisés, qui lui permettent de supporter à la fois le poids et la vitesse d’une voiture tout en conservant la longévité d'utilisation grâce à une dégradation maitrisée ....





Si ce fameux « pneu sans air » était jusqu'à présent une arlésienne que l’on nous promettait depuis des années, dorénavant les choses vont changer. Que ce soit Bridgestone avec le Air Free, Goodyear avec le Oxygen, Hankook avec le iFlex ou même Michelin avec le concept Vision, tous s'y étaient en effet déjà essayés. Mais force est de constater que seul le manufacturier clermontois possède aujourd'hui avec son Michelin Uptis un modèle performant qu'il propose enfin de commercialiser en 2024. Florent Menegaux, Président du groupe Michelin, a déclaré : « Uptis démontre que la vision de Michelin en faveur de la mobilité durable est un rêve atteignable. Vouloir transformer la mobilité nous permet de nous projeter dans l’avenir dès aujourd’hui ». ....



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Michelin - © MoniteurAuto - © Motor1



Le Michelin Uptis ...







JPBlogAuto

mercredi 9 décembre 2009

Marcos TSO GTC - 2009



MARCOS TSO GTC ….







En 1959, James Marsh et Franck Costin fondent en Angleterre une petite société de construction automobile dont la contraction des trois premières lettres de leur nom de famille donnera la marque Marcos . Bien connue outre-Manche et par les passionnés de course automobile du monde entier, la marque se spécialise dans les coupés et cabriolets à fort tempérament et propose dans ses ateliers de Kenilworth une gamme de sportives pour le moins charismatiques . Comme beaucoup d'artisans automobiles britanniques, Marcos a eu une vie très mouvementée, ponctuée de fermeture économique, de réouverture en fanfare, avant de remettre la clé sous la porte puis renaître à nouveau . Aujourd'hui, avec un nouveau propriétaire, une nouvelle équipe de designers et d'ingénieurs ainsi qu'une nouvelle usine, Marcos est de retour . Ce nouveau propriétaire Tony Stelliga, définit ses modèles comme "des Aston Martin vendues pour le prix de TVR" ….



Au premier regard on remarque tout de suite le changement radical dans le dessin de ces nouvelles Marcos TSO qui se déclinent en deux versions, le cabriolet-roadster RT et le coupé GTC . Fine et lisse, la Marcos d'aujourd'hui a un dessin bien plus mature, mais n'en reste pas moins une voiture de sport comme le conçoivent ces "artisans-constructeurs" britanniques qui proposent d’intéressantes alternatives aux incontournables GT italiennes et allemandes . Pour le look, les designers semblent avoir été inspirés par les mythiques Ferrari 250 GTO et Jaguar Type E avec un long capot moteur, des ailes arrières proéminentes, une prise d’air impressionnante à l’avant et des ouïes latérales qui dévoilent sans surprise le caractère sportif de cette Marcos . Après avoir connu des difficultés financières au tournant du siècle, le constructeur britannique fait à nouveau preuve d'un réjouissant dynamisme, comme le prouve sa dernière création ….



Malgré son long capot, la Marcos TSO ne mesure guère plus de 4 mètres de long pour 1,68 m de large . Sa carrosserie en composite lui permet de limiter son poids à 1,2 tonnes, tout en bénéficiant d’une rigidité suffisante pour maîtriser la fougue de sa mécanique . Son châssis est remarquable de rigidité et il se montre bien plus prévenant et stable qu'une TVR Sagaris dont la férocité est bien connue . La tenue de route de la voiture se rapproche de la perfection malgré l'absence d'aide à la conduite, grâce à une suspension fort bien étudiée et à l'excellent grip des Brigestone en 235/40 ZR 18 collant le coupé à la route et, une fois les limites dépassées, ne décrochant pas brusquement mais avec progressivité ....



Sous ses lignes de squale, la Marcos TSO cache un cœur américain, un V8 5,7 l Chevrolet développant 475 chevaux, une puissance respectable, et d'autant plus intimidante que le poids de l’engin est limité . La transmission se fait naturellement aux roues arrières, via une boîte de vitesses Tremec T56 à 6 rapports . Au final, la belle anglaise, en plus d'une ligne à couper le souffle, dispose de performances qui devraient lui permettre d'accéder au plus vite à une notoriété de premier ordre avec quatre petites secondes seulement pour parcourir le 0 à 100 km/h, alors que la vitesse de pointe est fixée à 298 km/h . Performante mais pas dépouillée, la Marcos est une stricte deux places pouvant être personnalisée grâce à de nombreux équipements, système de navigation, intérieur cuir, installation audio, aluminium brossé du tableau de bord, climatisation, tout est possible du moment qu’on y met le prix . Bref, même si la Marcos TSO reprend une mécanique Chevrolet, elle semble réunir tous les ingrédients d'une supercar de rêve . Ne boudons pas notre plaisir, cette propulsion magnifique est très performante, bien équilibrée et confortable . Déclinés en deux versions, Coupé ou Spider pour un tarif compétitif de 72 000 euros pour la GTC et 79 000 pour la R/T mais les options seront bien sur en plus ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 5.7 Litres
  • Puissance : 475 chevaux
  • Vitesse : 298 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 4’’0
  • Boîte : Tremec T56 à 6 rapports






La Marcos TSO GTC, c'est ça ...





JPBlogAuto

mardi 10 novembre 2009

Bridgestone se retire



Unique fournisseur du championnat du monde de Formule 1 depuis le retrait du français Michelin à la fin de la saison 2006, Bridgestone a décidé de ne pas prolonger le contrat qui le lie à la FIA jusqu'à la fin 2010 . "L'environnement d'affaires est en train de subir de grands changements et nous devons concentrer nos ressources dans les domaines stratégiques et dans le renouveau technologique", a récemment déclaré à la presse Makoto Shiomi le porte-parole de Bridgestone . Selon l'AFP, le groupe annonce qu'il ne signera pas de nouveau contrat de fourniture de pneus avec le championnat du monde de Formule 1 de la FIA . Le contrat actuel doit expirer à la fin de la saison 2010, a indiqué le groupe dans un communiqué ….



Pourtant, Bridgestone est l’un des poids lourds de l’industrie du pneu dans le monde . Cette compagnie fondée par Sojiro Ishibashi en 1931 à Kurume au Japon doit son nom à l’appellation ( Bridge Stone) ou pont de pierre en japonais . Bridgestone était entré dans la F1 en 1997, en devenant le fournisseur de cinq écuries . Il cherchait alors à accroître la visibilité de la marque en Europe afin de contester la suprématie de Michelin . Depuis le retrait de ce dernier en 2007, il était le seul fournisseur du championnat de F1, qu'avait déjà quitté l'américain Goodyear à la fin de la saison 1998 . L’entreprise nippone est actuellement le manufacturier unique jusqu’en 2010 en Formule 1 mais elle est également un important sponsor de la discipline . Outre la Formule 1, la compagnie possède une filiale, en l’occurrence Firestone, qui équipe les monoplaces de l’IndyCar Series, et elle a remporté l’an passé le MotoGP avec Ducati et Casy Stoner ….



La renommée actuelle de Bridgestone, on l’a doit principalement à Ferrari qui a gagné 7 titres mondiaux en étant chaussée par le manufacturier japonais . La Scuderia a en effet développé des liens très importants avec l’entreprise, ce qui lui a permis d’améliorer ses performances en piste tout en profitant de la compétitivité des gommes Potenza . L’entreprise japonaise est devenue récemment le N°1 mondial du pneumatique juste devant Michelin et Goodyear . La Formule 1 a certainement boosté les ventes de Bridgestone Corporation qui en 2009, a fabriqué quelque 40.000 pneus de Formule 1 pour le compte de dix écuries dans son usine de Kodaira, dans la banlieue de Tokyo . Le groupe japonais a remercié l'ensemble des acteurs de la F1 pour leur enthousiasme et leur soutien à Bridgestone au cours des 13 dernières années . La crise économique est invoquée pour justifier cette nouvelle défection après la vente de l'écurie Honda à Brawn, l'annonce par Toyota de l'arrêt du Grand Prix du Japon que le groupe japonais hébergeait sur le mont Fuji puis de son retrait de la F1, le retrait de l’écurie BMW-Sauber ….


BMW et Bridgestone en F1 ...


On entend cependant un autre son de cloche à Tokyo : "Je ne pense pas qu'ils ont quitté les sports automobiles juste à cause des mauvaises conditions économiques . En fait le concept de voiture n'est plus ce qu'il était . Avant, une auto était jugée sur la vitesse, sa performance, son design et son style . C'était ce qui attirait les jeunes consommateurs, et gagner en Formule 1 était ce que les gens aimaient . Mais maintenant les gens veulent des voitures respectueuses de l'environnement, économes en carburant et sûres . Faire partie de la Formule 1 suppose beaucoup de coûts . Cela devient trop cher par rapport aux besoins des entreprises", a commenté Tatsuya Mizuno, directeur d’un des plus importants cabinets de consultants japonais ….




Jean-Louis Moncet explique la situation ...





JPBlogAuto

- page 1 de 2