@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Bugatti

Fil des billets

vendredi 18 mai 2018

Dominique Verien - Artiste Peintre









Dominique Verien est un artiste peintre Français né en 1957 à Villeneuve en Aveyron, dont les premières œuvres mêlent des paysages américains, des scènes de rues, de plage, les toits de Paris ou des bateaux de pèche. Autodidacte en dessin, il se passionne très jeune pour les automobiles et tout petit déjà, à l’école primaire, Dominique verien dessinait des voitures pour ses copains de classe, des voitures rouges comme en rêvent souvent les petits garçons ....





A la suite de cours pris a l'atelier de Christian Bousquet a Meaux en Seine et Marne pour parfaire sa technique, et un retour en Aveyron depuis quelques années seulement, Dominique Verien, se consacre désormais à l'art automobile qui était une de ses toute première passion. En fait comme tous les autres artistes de l'automobile il est doté du désir de partager cette passion avec le reste des autres amateurs ....





Les toiles de Dominique verien sont véritablement captivantes et désormais connues de tous les fans de voitures anciennes. Ces illustrations montrent les plus belles carrosseries vintage mais aussi les plus emblématiques bolides modernes. Dans tous les cas les autos sont mythiques, modernes ou anciennes, en tout cas elles constituent un nouveau projet qu’il a appelé " Gallery Race Car " ....





Tous les passionnés de vieilles voitures vont être surpris des compétences artistiques de Dominique Verien et de son sens aigu du cadrage, de la minutie employée dans l'ambiance du tableau et de son étonnant réalisme. Dans chaque œuvre, l’auteur a placé non seulement son talent et son savoir-faire mais aussi une partie de cet amour nourri depuis des décennies pour les voitures. Et année après année ses dessins charment toujours plus d’amateurs émerveillés par la beauté de son travail ....





Pour Dominique Verien les sujets qu'il choisi dans ses travaux sont très nombreux et on retrouve, sur des huiles sur toiles une fois de plus, des F1 des années 50, des Porsche 917 Gulf, un profil de Ford GT40, une F1 de Michael Schumacher, la Porsche RSR Turbo, des Maserati, Bugatti et Ferrari, ou les stands des 24 Heures du Mans par exemple. Ses toiles de vieilles voitures ne sont pas seulement techniquement parfaites, elles ont leur poésie. Dans son domaine, il n'a pas de véritable concurrence, mais il est beaucoup plus connu parmi les fans d'automobiles vintage anciennes que dans les milieux artistiques traditionnels ....





Si 50 ans plus tard être devenu un véritable artiste peintre,Dominique Verien a repris son thème de prédilection, c'est qu'il a découvert presque avec surprise, que sa passion de jeunesse pour les bolides anciens n’a finalement pas changée. En fait, s’il affectionne plus particulièrement ces « petits bolides » rouges, c’est parce qu’ils représentent une époque révolue de sa jeunesse où la mécanique primait sur l’électronique, une époque vintage où déjà, le rouge symbolisait la vitesse ....





Ces belles italiennes (Bugatti, Ferrari, Maserati), Dominique Verien les peint à l’huile et aux "alkydes", ces peintures glycéro-phtaliques qui sont utilisées comme liants dans le domaine des polyesters saturés modifiés par addition d'acides gras et de colophane. Ce genre de peintures spéciales s'utilisent généralement avec une technique de couleur vraiment spécifique qu’on appelle « les gris colorés ». Il s’en dégage une ambiance très particulière, créant une véritable identité artistique à ce peintre comme s'il devenait possible d'écouter le vrombissement du pinceau ....


Sources : - © Google Images - © Race Cars Paintings - © Dominique Verien






JPBlogAuto

vendredi 23 mars 2018

Giacinto Ghia Carrosserie






ghia00.jpg


La Carrosserie Ghia est une des plus anciennes entreprise italienne de design de voitures et de réalisation de carrosseries spécifiques automobiles créée en 1915 à Turin, par Giacinto Ghia. Né à Turin en 1887 Giacinto Ghia était un entrepreneur qui avait commencé sa carrière dans le domaine de l'automobile en tant que pilote d'essai chez Rapid et Diatto ....


ghia01.jpg

Ghia est l’un des grands noms de la carrosserie italienne qui a connu une histoire parfois difficile, mais a signé de nombreux chefs d’œuvres automobiles, tout en employant les plus grands designers. Pendant la première guerre mondiale dans son modeste atelier, il réalise ses premières carrosseries sur des châssis Seat, Itala et Diatto. Au lendemain du conflit, son affaire prospère et au cours des années vingt, l’entreprise s’est constituée une clientèle de riches particuliers en se spécialisant dans les voitures sportives mais aussi en répondant aux commandes des usines Scat, Fiat, Lancia et Spa. A ces partenariats s’ajoutent d’autres collaborations notamment avec Alfa Romeo ....





Avec Giugiaro, Italdesign, Touring, Pininfarina et Bertone, Ghia est l’autre grand de la carrosserie italienne. C’est également l’une des plus anciennes maisons de la péninsule, dont l’histoire foisonnante et complexe, voire chaotique, apparaît d’une grande richesse. Un parcours étonnant qui prend l’allure d’un roman, où, de Mario Revelli à Giorgietto Giugiaro en passant par Michelotti, Frua, Boano et Exner, se croisent quelques-uns des plus grands créateurs du design automobile. Avec pour conséquence une production en forme d’inventaire à la Prévert, où voisinent des modèles aussi divers que la Maserati Ghibli, la Volkswagen Karmann-Ghia ou les Chrysler construites en collaboration avec Detroit ....





Au début de l'activité, dans le domaine du design, Ghia entretient des relations privilégiées avec le comte Mario Revelli de Beaumont. Remarquable concepteur et designer au style novateur, ce dernier exercera une profonde influence sur le style de la maison au cours des années trente, notamment avec la vogue du style aérodynamique. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’usine turinoise est détruite par les bombardements. Quand Giacinto Ghia meurt subitement en 1944, la direction de l’entreprise revient à Mario Felice Boano, désigné dans son testament par le fondateur de l’entreprise. ....





A partir de 1948, la Carrosserie Ghia va fabriqué des modèles sur des châssis Fiat. En 1950, Luigi Segre est nommé directeur de l'entreprise et, à cette époque, les prototypes de Lancia Aurelia et Simca-Abarth sont construits. Notons également la réalisation de carrosserie hors-série sur les châssis Delahaye, Bentley et Talbot. Sous la direction de Luigi Segre , entre 1953 et 1963, de nombreuses firmes étrangères commandèrent des modèles chez Ghia, tels que Ford ou Lincoln mais aussi Volkswagen ou Volvo. Chrysler et son concepteur Virgil Exner est devenu un partenaire proche pendant 15 ans, et il y a même quelques Ferrari qui vont voir le jour à cette époque ....





Après la mort de Luigi Segre en 1963, la Carrosserie Ghia fut vendu trois ans plus tard, en 1966, à l'homme d'affaire Ramfis Trujillo, puis en 1967 à la société "Rowan Controller Co." en nommant l'Argentin Alejandro De Tomaso comme président et directeur général de l'usine de carrosserie italienne. Pendant ces années Ghia présentera divers modèles pour De Tomaso, Iso, Maserati, Simun, Oldsmobile, Isuzu, Fiat, Bugatti, Plymouth, Renault ou Lancia. C'est l'époque ou Ghia avait acquis l'importance et les dimensions d'une grande industrie, avec des activités et des intérêts qui englobaient tous les secteurs de l'activité, de l'étude des «voitures de rêve» aux projets de modèles de série, ou de véhicules spéciaux à la construction en série de carrosseries pour des tiers ....





En 1970, la société «Rowan Controller Co.» a vendu l'entreprise, laissant à Ford 80% des actions et les 20% restants à Alejandro De Tomaso, qui a conservé son poste de président de la société jusqu'en 1972, année dans lequel il a donné ses 20% à Ford. Coïncidant avec le démarrage de cette nouvelle propriété, Ghia a développé une voiture qui était très populaire, la De Tomaso Pantera, avec des mécaniciens Ford. Depuis 1972, les stylistes Ghia ont travaillé presque exclusivement pour Ford. À partir de 1973, le nom de Ghia est devenu le meilleur niveau de finition de Ford dans sa gamme de modèles grand public. La tendance a commencé en Europe ( Granada, Capri, Cortina, Escort, Fiesta, et plus tard Sierra, Orion, Scorpion, Mondeo, Focus ont tous eu des niveaux Ghia), mais s'est rapidement répandue dans le monde entier, notamment aux États-Unis, en Amérique du Sud et en Australie ....

Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Carrosserie Ghia
© - YouTube © - Motorlegend



La mythique Volkswagen Karmann Ghia ...



La superbe Renault Floride Ghia ...





JPBlogAuto

vendredi 9 mars 2018

Bugatti Type 57SC Atlantic - 1936











En marge du salon parisien Rétromobile de Février 2018, la chaîne d'hôtels Peninsula a procédé à la remise des prix du «Best of the Best Award» lors d'un dîner dans le cadre privé à Paris. Ce prix, instauré en 2015, représente la plus haute distinction en matière de véhicules de collection. C'est un peu le concours des concours, un genre de superfinale. Le principe de ce trophée considéré comme la plus haute distinction en matière de véhicules de collection est de départager les véhicules qui ont obtenu un Best of Show au cours de l'année écoulée dans l'un des principaux concours d'élégance de la planète. Cette année, la superfinale voyait s'affronter huit véhicules primés en 2017. C'est ainsi que le jury composé de sommités du monde de l'automobile a eu à départager des fleurons de la carrosserie française, italienne et anglaise ....





Les véhicules en lice étaient tous des merveilles :

  • Alfa Romeo 8C 2900B Spider de 1939 produite par Touring et Best of Show au concours d'Amelia Island
  • Ferrari 212 Export Cabriolet de 1951 exécutée par Vignale et primée lors du Cavallino Classic
  • Alfa Romeo Giulietta Sprint Speciale Prototipo de 1957 Bertone primée au Concorso d'Eleganza Villa d'Este
  • Lancia Astura Aerodinamica Coupé de 1933/35 signée Castagna et récompensée au Concours of Elegance Hampton Court Palace
  • Ferrari 250 GT Cabriolet de 1957 Pinin Farina récompensée lors du Goodwood Cartier Style et Luxe Concours d'Elegance
  • Mercedes-Benz S Roadster de 1929 signée Barker et Best of Show l'an dernier à Pebble Beach
  • ATS 2500 GTS Coupé de 1964 dessinée par Franco Scaglione et primée à The Quail Motorsports Gathering
  • Bugatti Type 57 SC Coupé Atlantic de 1936 conçue par Jean Bugatti et récemment auréolée du Chantilly Arts & Elégance Richard Mille ....






Sans grand suspense, le jury a décerné la superfinale des Best of Show à la Bugatti 57 Atlantic appartenant à Peter et Mullin. C’est l’une des distinctions automobiles les plus convoitées car ce prix est devenu un événement incontournable désignant la voiture de collection la plus exceptionnelle. Pour beaucoup d'amateurs éclairés et de collectionneurs passionnés, ce coupé aérodynamique dessiné par Jean Bugatti est considéré comme la plus belle voiture au monde mais aussi comme la toute première véritable « supercar ». Le véhicule a été conçu à l’apogée de l’Art déco par Jean Bugatti, fils d’Ettore Bugatti le créateur de la marque. Jean a basé la voiture sur son autre design, le concept Aérolithe 1935, célèbre pour ses rivets externes, de peur que les composantes en alliage de magnésium ne prennent feu. Jean conserva ce rivetage unique sur la carrosserie tout en aluminium de cette superbe Atlantic ....





Julius Kruta, responsable de la tradition chez Bugatti précise : « La Bugatti Type 57SC Atlantic est un véritable joyau du circuit automobile. Cette voiture a été la pièce maîtresse de Jean Bugatti, avec ses lignes élégantes et captivantes, en plus d’une performance record pour l’époque. Aujourd’hui, elle reste l’expression ultime de l’héritage Bugatti: une puissance inégalée et un design de toute beauté. » Ce modèle (numéro de châssis 57374), a été le premier Type 57 Atlantic construit, et il est le seul « Aéro Coupé » restant, une désignation donnée aux deux premières voitures qui étaient très similaires à l’Aérolithe sur le plan mécanique. La voiture a été livrée en 1936 au britannique Nathaniel Mayer Victor Rothschild, troisième Baron Rothschild, et a depuis connu peu d’autres propriétaires au cours de ses 82 années d’histoire ....





Pour cette troisième année, le critère ultime de notation du prix Peninsula Classics Best of the Best a été la qualité et un design sans compromis. Cela a bien sûr rendu le processus de sélection très exigeant pour les candidates en lice. Au final, la Bugatti Type 57 SC Coupé Atlantic de 1936 est sortie victorieuse, avec son design vraiment unique, théâtre d'une somptueuse alliance entre art et technologie. Cette Bugatti lauréate est un des quatre modèles Type 57 Atlantic jamais produits, et dont seulement trois existent encore aujourd'hui. La voiture a été souvent présentée en exposition à l’échelle internationale, et tout récemment au Petersen Automotive Museum, à Los Angeles, dans le cadre de l’exposition « Art of Bugatti » ....





Pour la petite histoire, La Bugatti Type 57 est un des modèles les plus importants dans l’histoire de la marque Bugatti commercialisée de mars 1934 à mai 1940. La Bugatti Type 57 est présentée pour la première fois au mondial de l'automobile de Paris en octobre 1933 et remplace la Bugatti Type 49. Elle utilise un châssis conventionnel de Type 49, mais sa mécanique est plus moderne avec un moteur à 8 cylindres en ligne. Exclusive et chère, habillée de carrosseries élégantes en aluminium et sportives à 2 places, reconnaissable à son radiateur en coupe-vent, la T57SC est sans doute la voiture qui illustre le mieux le concept de « grand tourisme rapide ». La 57SC a une suspension indépendante à l'avant et utilise un compresseur qui fait monter la puissance à 200 chevaux et permet une vitesse de pointe d'environ 210 km/h, incroyable dans les années 30 ....





Pour ce qui est de la mécanique, le moteur huit cylindres en ligne de 3,2 litres monté longitudinalement à l’avant bénéficie d’une version spécifique à double arbre à cames en tête, et d'une alimentation d’essence par un carburateur double-corps Stromberg. Doté d'un compresseur ce moteur délivre une puissance de 200 chevaux à 4500 t/mn. Le moteur forme un bloc avec l'embrayage et la boîte, le tout faisant office d'entretoise de châssis. La boîte manuelle à 4 rapports de série se distingue par une optimisation du poids. Cette voiture est un véritable mythe automobile, considérée par beaucoup comme une auto parfaite et reconnue pour avoir été incroyablement en avance sur son époque. Cela explique donc qu'elle se soit échangée contre une somme folle, variant entre 25 et 30 millions d'euros selon les sources ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 8 cylindres en ligne
  • Cylindrée : 3257 cc
  • Puissance : 200 ch à 4500 t/mn
  • Transmission : Propulsion avec boite manuelle à 4 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Sylvain Reisser - © Peninsula Classics




La Bugatti Type 57SC Atlantic - 1936 ...








JPBlogAuto

- page 2 de 22 -