@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Cadillac

Fil des billets

vendredi 20 septembre 2019

Sergio Pininfarina - Carrossier Designer









Sergio Pininfarina est un styliste et très talentueux designer, homme politique, homme d'affaires italien et président de la célèbre et réputée carrosserie Pininfarina SpA. Il est né le 8 septembre 1926 à Turin, et mort à Turin le 3 juillet 2012. Son nom « Farina » est devenu « Pininfarina » en 1961 par décret présidentiel. Il est par ailleurs le cousin de Giuseppe Farina premier champion du monde de Formule 1. Fils de Gian-Battista Pinin Farina fondateur de l'entreprise , il a longtemps dirigé cette société familiale, Carozzeria Pininfarina, le mythique designer partenaire historique de Ferrari ....





Après des études primaires plutôt classiques, Sergio Pininfarina va ensuite obtenir un diplôme d'ingénierie mécanique dans les années 1950 de "l'Institut Politecnique de Turin". Il va aussitôt enchaîner par des études secondaires plus poussées en Angleterre et aux États-Unis. Son parcours comme sa passion sont indissociables de ceux de son père. Lorsqu'il est en âge de travailler, il le rejoint dans l'atelier. À partir de 1946, il participe à toutes les grandes décisions. Durant les années 1930, le carrossier turinois ne s'était pas distingué par son avant-gardisme, mais au lendemain du second conflit mondial, il pose les jalons d'un style italien épuré et harmonieux qui va faire école. Il faut désormais compter avec la carrosserie turinoise signant ses réalisations d'un « F » ....





En 1951, Sergio Pininfarina est impliqué dans l'élaboration de l'accord avec American Motors concernant la construction de la Nash Healey. Il poursuit durant les années 50 son apprentissage à l'usine et travaille aussi avec les constructeurs automobiles américains Dodge et General Motors. Au début, il porte l'essentiel de son intérêt vers les études de style des voitures sportives, mais il entame une fructueuse longue collaboration avec Peugeot, pour qui il crée entre autres la carrosserie des Peugeot 403. Depuis cette époque, tous les nouveaux projets de la marque française sont mis en concurrence entre le centre de style interne de Peugeot, et le centre de design de Pininfarina, avec les créations des Peugeot 104, 204, 404, 504, 604, 205, 305, 405, 505, 306, 406 Coupé, et le récent 1007 ....





L'année 1952 est à marquer au fer rouge pour l'entreprise qui débute sa célèbre collaboration privilégiée historique avec Ferrari, avec le projet de la Ferrari 212 Inter. C'est en fait le début d'une relation intime entre Enzo Ferrari et les PininFarina père et fils. Dès 1953, Son père confie à Sergio Pininfarina une lourde responsabilité, celle de la relation avec Ferrari. Enzo semble surpris d'avoir affaire à un si jeune homme et Sergio se montre impressionné par la personnalité du Commendatore. Mais à force de travail, il va gagner peu à peu sa confiance et même finir par le convaincre d'adopter l'architecture technique à moteur arrière central avec le premier prototype, la Dino Pininfarina 206 GT Spéciale qui sera présentée au Mondial de l'automobile de Paris ....





A partir de 1959, Sergio Pininfarina succède à son père, qui se retire progressivement et devient donc directeur général, après avoir supervisé la construction et le lancement du nouvel établissement de Grugliasco, près de Turin, qui donne enfin à cette entreprise de grandes capacités d'études, de recherches et de fabrication. Dès lors Pininfarina va également travailler avec les plus grandes marques comme Volkswagen, BMW, Alfa Romeo, Honda, Lancia, Cadillac, Maserati, Citroën, Austin, Jaguar ou Rolls Royce. Mais Sergio est plus un industriel qu'un styliste. Il n'aura désormais de cesse que de faire grandir l'entreprise, tant sur le plan des moyens techniques que des volumes de production. Il sait s'entourer de stylistes de talent comme Aldo Brovarone, Lorenzo Ramaciotti, Paolo Martin, Leonardo Fioravanti, Pietro Frua ou Alfredo Vignale ....





Dès le début des années 70, Sergio Pininfarina comprend vite que le design automobile doit rompre avec une forme d'artisanat démodée. Il impose dans ses bureaux des machines de plus en plus perfectionnées d'assistance au dessin et se dote de calculateurs puissants et il fait aussi construire une soufflerie aérodynamique pour des voitures à l'échelle 1. Tous ces efforts et cette vision technologique vont payer car on fini par s'arracher les services de ce bureau de style spécialiste de l'automobile. Au milieu des années 80, tout cet effort industriel et la réussite qui va avec vont finalement permettre à Sergio de faire entrer l'entreprise Pininfarina en bourse. Son horizon ne s'arrête pas à l'automobile et en 1979, l'ingeniere Pininfarina se porte candidat aux élections européennes sous la bannière d'une petite formation de centre-droit, le Parti libéral italien et il est élu ....





Ambassadeur mondial du " made in Italy ", Sergio Pininfarina collectionne les récompenses en tant que designer et les décorations officielles. Francophile, il reçoit la légion d'honneur des mains de Valery Giscard d'Estaing puis est fait chevalier par un autre président de la République, Jacques Chirac. En 1988, Sergio Pininfarina est appelé à présider la Confindustria, le patronat italien. Une fonction qui finit toujours par échoir aux grands patrons transalpins et qu'il exerce jusqu'en 1992. En 2005, le chef de l’État le nomme sénateur à vie. En 1979 et 1994, il reçoit le prix Compasso d'Oro, la plus haute distinction en design. Au total, le centre de design de Pininfarina SpA a dessiné plus d'un millier de modèles et en a produit à peu près 250. Fin 2005, plus de trente millions de véhicules dans le monde avaient été créés avec le concours de Pininfarina ou en portaient la griffe ....

Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Pininfarina
© - Ferrari © - Unidivers - © YouTube






La sublime Ferrari Sergio en hommage à Pininfarina ...





JPBlogAuto

vendredi 24 mai 2019

La technologie au secours de la consommation











Pour faire face aux normes de plus en plus draconiennes visant à réduire la pollution et les rejets atmosphériques des véhicules, les constructeurs automobiles ont du beaucoup travailler. Leurs ingénieurs motoristes ont finalement proposé de réduire la consommation de carburant en diminuant la cylindrée du moteur tout en le suralimentant et en utilisant des solutions techniques améliorées pour conserver le confort de conduite et la capacité à déplacer le poids du véhicule ....





Plusieurs solutions techniques adaptés pour réduire la pollution et la consommation ont donc vu le jour ces dernières années comme par exemple le Compresseur, le Downsizing, le Cylinder on demand, le Turbocompresseur, le Valvelift, le Vtec, etc .... En fait chaque constructeur après de longues recherches a fini par proposer sa propre solution et les appellations fleurissent, TFSI, Ecoboost, TwinAir, THP sans compter le mix avec l'hybride qui utilise une partie électrique ....


2cyl02.jpg


Il y a quelques années en arrière, les conducteurs qui étaient en possession d'un véhicule doté d'un moteur à haute puissance savaient qu'ils allaient aussi fatalement subir une surconsommation de carburant. Mais de nos jours et grâce aux progrès des ingénieurs en mécanique, la technologie Cylinder On Demand limite dorénavant considérablement ce désavantage d'autrefois en réduisant sa consommation d'environ 30 % ....





Similaire dans l'idée à la technologie de Downsizing, cette nouvelle voie du Cylinder On Demand semble avoir la faveur maintenant car il divise par deux la cylindrée d'un moteur essence pour le rendre moins polluant et plus sobre, même si cette transformation n'est pas permanente. Cette technique de désactivation des cylindres n'est pas nouvelle, il y a plus de trente ans, Cadillac l'utilisait déjà. D'autres constructeurs ont suivi et Audi s'est également mis à utiliser ce système en Europe. Mais ce n'est que très récemment que le constructeur a déployé le Cylinder on demand sur des "petits" moteurs à quatre cylindres ....





Le système Cylinder on demand est un véritable atout d'économie pour les moteurs classés sportifs et puissants mais il est aussi disponible pour des petits quatre, six ou huit cylindres. La mise en fonction est vraiment simple par la désactivation d'une partie des cylindres dès lors que le véhicule atteint une vitesse stable généralement sur voie express ou encore sur autoroute. La transition est transparente pour le conducteur, pas de bruit particulier, d'à-coups ou de vibrations. Mieux, on ne ressent aucune perte de puissance. Seule la consommation du véhicule chute drastiquement de l'ordre de 30% ....





Le système Cylinder on demand fonctionne simplement au moyen d'actionneurs électromagnétiques qui déplacent les soupapes d'admission et d'échappement des cylindres, en les désactivant et en laissant deux cylindres opérationnels sur quatre. Cette action se produit bien sur également dans le sens inverse lorsque la pédale d'accélérateur est sous pression, d'où un basculement d'un mode à l'autre qui s'établit de façon instantanée en moins de cinq centièmes de seconde. Même la très luxueuse nouvelle Bentley Continental GT avec son gros V8 de 4.0 litres de cylindrée qui développe plus de 500 chevaux exploite la désactivation des cylindres pour gagner en efficience, en économie d'utilisation et surtout parce que technologiquement, c’est une excellente vitrine ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © FichesAuto - © SportAuto



Le système Audi Cylinder on demand ...





JPBlogAuto

mercredi 25 avril 2018

Robert LaDuke - Artiste Peintre









Robert LaDuke est un artiste peintre américain réputé né en 1961 aux États-Unis à Holyoke, une petite ville du Massachusetts, spécialisé dans le dessin des moyens de transport en particulier des années 1930 aux années 1950 qui réside actuellement à Huntington Beach, une municipalité côtière du comté d'Orange, située dans le sud de l'État de Californie ....





Robert LaDuke va effectuer un parcours scolaire plutôt classique pour finir par un diplôme de l'université de dessin d'art et de peinture de Chicago. Depuis sa plus tendre enfance, LaDuke se rappelle d'avoir dessiné des vieilles voitures, particulièrement celles qui étaient autrefois dans les publicités du magazine Life. Il aimait les couleurs vives et les comparait aux couleurs des bonbons de sa jeunesse, c'est pourquoi il a choisi d'utiliser des couleurs vives et amusantes dans ses propres peintures ....





Norman Rockwell, qui est un célèbre peintre connu pour ses représentations idylliques de la vie américaine, est l'une des principales influences de Robert LaDuke. Mais bien que LaDuke soit influencé par l'ère avant et après la Seconde Guerre mondiale comme Rockwell, il explore un côté plus profond et plus sombre et ses tableaux sont véritablement captivants. En fait, chaque toile semble raconter une histoire comme une bande dessinée. C'est un genre de scénario dans lequel LaDuke aime faire croire au spectateur que quelque chose va arriver ....





Les œuvres de Robert LaDuke sont dans un pur style narratif qui consiste en un amalgame de souvenirs et de nostalgie tout droit sortis ou influencés par la vie quotidienne de l'artiste. Cette nostalgie des longues heures d’enfance passées à jouer avec des modèles réduits populaires de l’époque est reproduite avec un certain ton sombre mais assez humoristique sur ses toiles dans un style bande dessiné de type cartoon ....





Avions, trains, voitures, navires sont essentiellement à l’honneur dans des acryliques aux couleurs vives de Robert LaDuke qui au final sont assez insolites et constituent son style reconnaissable entre tous. Ses souvenirs de balades en famille dans la Cadillac parentale qui tracte une caravane ″Airstream″, des souvenirs de voyage heureux et de camping desquels se dégage un mouvement générateur de rêves réaliste qui se contente de définir le cadre d’interprétations multiples et délicieuses que l'on ressent dans la peinture de Robert LaDuke ....





En raison d'un héritage de souvenirs tenaces de sa jeunesse avec ses anciens jouets en tôle, il n'est pas surprenant que ces mêmes jouets en métal apparaissent souvent aujourd'hui comme sujet dans de nombreux tableaux de Robert LaDuke et selon lui, son travail est plutôt axé sur les moyens divers de transport, en fait tout ce qui roule ou flotte et c'est pourquoi son œuvre a toujours cette nostalgie des années 40 ....





Les peintures de style art déco de Robert LaDuke aiment faire croire au spectateur que quelque chose va arriver. Les trains dévalent la piste, une voiture s'éloigne de la police, tout est en mouvement. LaDuke déclare : " J'adore créer des récits ayant des significations multiples dans mon travail. Bien que le réalisme domine souvent mon travail visuellement, il ne fait finalement que fournir un cadre de référence à une fin métaphorique. " ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Meyergallerie - © Robert W. LaDuke






JPBlogAuto

- page 1 de 12