@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Champion

Fil des billets

vendredi 1 septembre 2017

Rainer W. Schlegelmilch Artiste Photographe









Rainer W. Schlegelmilch est un artiste photojournaliste allemand qui est né en 1941 dans la ville de Suhl dans la province de Thuringe. Passionné de sports automobiles, c'est un photographe célèbre et réputé qui à couvert avec talent toutes les diverses disciplines et principalement la Formule 1 pendant plus d'un demi siècle ....





Après avoir effectué un cursus scolaire plutôt classique, Rainer Schlegelmilch obtient son baccalauréat à Francfort en 1960. Il enchaine aussitôt par des études à l'Académie de la photographie d'État de Bavière à Munich dont il sort avec un diplôme en poche. Dans le cadre de son examen final, il va assister en 1962 à l'âge de 21 ans à sa toute première course de Formule 1 en Belgique au fameux Grand Prix de Spa-Francorchamps, la passion est née et ne le quittera plus jamais ....


rainer03.jpg



Dès 1964, Rainer Schlegelmilch s'installe à son compte et ouvre son propre atelier à Francfort pour faire de sa passion son métier. A partir de ce moment il n'aura de cesse de parcourir le monde et les circuits pour prendre de très nombreuses photos, en noir et blanc à l'époque, pour les vendre ensuite à des célèbres magazines et revues spécialisés comme Auto Motor Sport, Powerslide, ADAC, Sport Car Graphic, Car & Driver, Road & Track, ou Autorevue. C'est à cette époque ou il apprends réellement le métier et ou il perfectionne sans cesse sa technique de prise de vue et l'étude poussée des possibilités de son matériel ....





Rainer Schlegelmilch va passer à la photo couleur au début des années 70 ce qui va lui ouvrir les portes des grandes entreprises internationales comme par exemple Philip Morris, Mobil, Shell, Champion, Ferrari, Red Bull, Mercedes ou BMW, et bien d'autres encore qui vont utiliser ses clichés et son talent dans leurs campagnes publicitaires. Une de ses spécialités va le rendre très célèbre car il est en effet un des tout premiers photographes à « avoir fait voler les Formules 1 ». En fait maitrisant la technique et la prise de vue à merveille il capte et fige le décollage des voitures en se plaçant à des endroits stratégiques, ces clichés sont vraiment extraordinaires ....





Au début des années 2000, l'évolution de la photographie numérique va permettre à Rainer Schlegelmilch de s'affranchir de la pellicule traditionnelle et de pouvoir ainsi multiplier à l'infini le nombre de clichés qu'il peut prendre sur une course. Ainsi on estime à plus de 600.000 le nombre de photos qu'aurait pris Rainer et ce n'est pas fini. Rainer capte tout, les voitures, les teams, les équipements, les managers, les circuits, les commissaires, les dirigeants, les ingénieurs, les mécanos, les pilotes, les épouses, etc..., il aurait fait par exemple 30.000 photos uniquement de Michael Schumacher. Toutes ces photos lui ont permis aussi de publier de nombreux livres et calendriers illustrés de différentes séries de course. Cela a aussi permis la construction d'importantes archives complètes de véhicules de différents constructeurs automobiles mais également sur l'histoire du sport automobile ....





En 2017, Motorsport Network, la plus importante compagnie média au monde couvrant les sports mécaniques, vient de faire l’acquisition de ces fameuses archives du légendaire photographe Rainer Schlegelmilch. “Je suis extrêmement fier de la collection de photos que j’ai bâtie et dont j'ai pris soin au cours de ma carrière. J’ai assisté à plusieurs des grands événements de sport automobile, et j’ai pris beaucoup de soin à illustrer sur film ce qui nous passionne dans ce sport. Il est crucial que ma collection soit désormais entre de bonnes mains" a déclaré Rainer Schlegelmilch ....





Aujourd'hui reconnues et très appréciées, les œuvres photographiques de Rainer Schlegelmilch se vendent logiquement à travers le monde et il continue à montrer son travail dans des galeries et à les diffuser via internet. Rainer est surement un des seuls capable de produire des photographies d'art uniques dans l'histoire du sport automobile grâce à sa parfaite maitrise technique. Il utilise le matériel, le zoom, la focale, les lentilles, le grand angle, les filtres, la vitesse, le ralenti, la prise en rafale, la lumière, le contraste et autres techniques comme personne ce qui lui permet de faire des photos qui ressemblent à des tableaux de peintres ....





En 2011 lors du Grand Prix de Monza en Italie, un temple de la Formule 1, le grand argentier du F1 Circus, Bernie Ecclestone a honoré Rainer Schlegelmilch en lui remettant un pass permanent et donc valide à vie de photographe F1, le premier et le seul à ce jour, pour avoir assisté à plus de 600 Grands Prix durant sa carrière de quasiment 60 ans. Une belle façon de rendre hommage à celui qui fait voler les F1, un des visages les plus connu dans les paddocks avec ses amis les pilotes ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Rainer W. Schlegelmilch - © MotorSport - © GettyImages




Rainer W. Schlegelmilch Artiste Photographe ...






JPBlogAuto

vendredi 9 décembre 2016

Champion Magazine






champion00.jpg


Le Magazine Champion était un ancien mensuel dit de vulgarisation automobile consacré à l'automobile, à la moto, et d'une manière plus générale aux sports mécaniques de tous horizons. Son fondateur Jean Lucas était le directeur de la publication, Jean-Pierre Zachariasen était le rédacteur en chef et Franck Dominique était reporter. Le pilote Jean-Pierre Beltoise avait en charge la rubrique essais. A partir du numéro 10, le célèbre journaliste José Rosinski intègre l'équipe de Champion avec le titre de directeur de la rédaction. A partir du numéro 66, Olivier de la Garoullaye rejoint la revue, en tant que rédacteur en chef adjoint ....





Dés son lancement le magazine précisait fièrement : "Champion fuit les paddocks aseptisés, les discours lissés-policés et les règlements torturés. En quête de course à l’état pur, Champion revisite les circuits d’hommes, part à la rencontre de pilotes bavards. Champion vit dans un monde imparfait mais authentique. Un monde imprévisible dans lequel un moteur parfois ratatouille avant de se taire dans un épais nuage de fumée. Un monde où tous les héros se battent, luttent, trébuchent, se chamaillent et s’accrochent. Champion c'est le magazine à 300 à l'heure" ....





Le tout premier numéro de Champion magazine parait en Janvier 1966 et comporte un édito vraiment très spécial puisqu'il est rédigé par le fameux pilote Jim Clark qui donne sa vision personnelle de ce qu'est un champion automobile. Ce premier numéro qui compte 64 pages est imprimé au format 210 x 270. Comme Sport Auto une autre revue du même groupe, la rédaction de Champion est installée au 51 avenue des Ternes, dans le XVIIe arrondissement de Paris. Les deux titres partagent d'ailleurs également le même chef de la publicité de presse, Alain le Fauconnier ....





Les sujets traités dans Champion sont assez diversifiés, et concernent avec un juste équilibre les deux roues et les quatre roues mais aussi des sujets plus liés aux sports mécaniques en général. Ainsi la course est donc omniprésente, qu'il s'agisse de Formule 1/2/3, de Formule Renault, de courses d'endurance comme les 24 Heures du Mans ou Indianapolis, mais aussi sur circuit comme la Coupe Gordini ou les épreuves de Can-Am. Sans oublier le rallye avec des épreuves mythiques comme le Rallye des Cimes, le Monte-Carlo, le Londres Sydney ou le Londres Mexico ....





Chaque numéro du mensuel Champion propose une soixantaine de pages jusqu'au numéro 25. Ensuite, le magazine est imprimé sur 76 pages et parfois plu. Les numéros spéciaux consacrés aux 24 Heures du Mans ou au divers Salons automobiles peuvent atteindre une pagination largement supérieure. Dans les années 70, on compte jusqu'à 144 pages dans ce mensuel, et même jusqu'à 160 en 1973, ceci en raison d'un nombre de pages dévolues à la publicité. Né au format 210 x 270 mm, le magazine adopte le 210 x 284 mm à partir du numéro 38 de février 1969 ....





Pour l'essentiel et depuis ses débuts, le magazine Champion est imprimé en noir et blanc. Le plus souvent, huit pages seulement sont imprimées en couleurs sur un papier brillant, ce qui donne un peu de gaîté à la revue. Ces pages couleurs sont surtout l'occasion de découvrir quelques bolides en course. Au fur et à mesure de l'augmentation de la pagination, la couleur va prendre de plus en plus de place, jusqu'à compter plus d'une vingtaine de pages dans le milieu des années 70. Les premières de couverture représentent le plus souvent des scènes liées à la compétition auto mais les automobiles de tourisme sont rarement illustrées ....





Chaque numéro de Champion propose aux lecteurs quelques essais de voitures de course comme par exemple la Matra 650, la Porsche 917, la Lola T70 ou la Ferrari 512. Le mensuel s'intéresse aussi à quelques occasions récentes, ou à des vraies anciennes dont l'essayeur maison prend le volant, mais l'essentiel des essais concerne des modèles de série. Le mensuel va également à la rencontre des pilotes, par exemple Johnny Servoz-Gavin, Jean-Pierre Jaussaud, Jochen Rindt ou Henri Pescarolo. Mais c'est une époque terrible et cruelle pour les coureurs automobiles car un article élogieux sur tel ou tel pilote est parfois suivi dans le numéro suivant ou quelques mois plus tard par l'annonce de sa mort lors d'une compétition ....





L'amateur de technique lira avec intérêt les articles très divers consacrés par Champion au châssis, au moteur, à la tenue de route, aux suspensions, au freinage ou à l'aérodynamisme. Un poster central sur un papier standard ou de plus fort grammage est agrafé en double page au centre de chaque numéro et dans les années 70 son format est parfois doublé. Cette publication d'une régularité sans faille a compté 99 numéros jusqu'au dernier numéro de Champion daté du 15 mars 1974. Au final, avec Champion, l'amateur d'automobiles "de tourisme" reste un peu sur sa faim. Le titre ravira plus les spécialistes qui s'intéressent aux compétitions de cette période sur quatre roues, et aussi à la découverte des "champions du passé" ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Éditions Champion © - Carcatalog






JPBlogAuto