@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Chiron

Fil des billets

vendredi 11 octobre 2019

Bugatti Centodieci - 2019











Afin de célébrer les 110 ans de la marque, la firme Bugatti se devait de créer un évènement à la hauteur de son glorieux passé et de la qualité de ses voitures très réputées. On peut sans aucun doute dire que c'est chose faite. En effet la marque a dévoilé lors de la "Monterey Car Week" la sublime Bugatti Centodieci, dont les lignes et le nom rendent hommage à la EB110 autant qu'ils contribuent à célébrer les 110 ans du constructeur. Et comme son inspiratrice des années 1990, la Centodieci marque une nouvelle avancée technique pour la marque puisqu'il s'agit de la Bugatti de petite série la plus puissante de l'histoire ....





Au beau milieu du mois d'août, en Californie, pour cet évènement qui comprend notamment le très réputé Concours d'Élégance de Pebble Beach, la présentation de l'étonnante Bugatti Centodieci était au centre des attentions, non seulement de la part des médias, mais aussi de la part des équipes de la marque alsacienne. Il faut dire que cette hyper sportive est une voiture exceptionnelle bien plus extrême que les Bugatti précédentes de la marque Veyron, Chiron et Divo. Ce sublime engin exceptionnel entièrement produit à la main dans l'usine de Molsheim est limitée à seulement 10 exemplaires en tout et pour tout dans le monde entier qui seront vendus au prix moyen unitaire de 8 millions d'euros ....





Dans l'histoire de l'automobile, il y a des modèles de légende et les Bugatti en font partie, mais cette incroyable Bugatti Centodieci va certainement devenir un modèle carrément mythique pour la marque. Inspiré par la EB 110, on en retrouve plusieurs références tant en termes de formes que de design comme les vitres, les entrées d'air ou le bouclier, ou encore comme le fer à cheval à l’avant. Si le style et le look comportent certaines similitudes, elle a par contre très fortement évolué depuis le V12 de l'EB110 qui n'atteignait que le tiers de la puissance désormais délivrée par la version 2019 de la Centodieci ....





En comparaison avec la précédente Chiron, le poids à vide de la Bugatti Centodieci est réduit de 20 kg en faisant appel par exemple pour les essuie-glaces et les stabilisateurs à la fibre de carbone. Cela a permis d'atteindre un rapport poids-puissance digne d'une Formule 1 à la valeur incroyable de 1,13 kg par chevaux seulement. Le designer en chef de Bugatti, Achim Anscheidt a réussi un dessin qui mélange le passé et le moderne en conservant par exemple le petit fer à cheval sur sa face avant plongeante, également dotée de feux LED étroits. Les prises d'air sur les côtés ont également été conservées. A l'arrière, une imposante bande de feux LED a été installée, avec une "large sortie d'air" et quatre pots d'échappement ....





La Bugatti Centodieci propose donc un design atypique qui va attirer les commentaires avec cette carrosserie au look attractif. Arborant une réinterprétation moderne du design classique aux angles arrondis, la voiture se distingue par son élégance parfaite et sa beauté sculpturale qui font de la Centodieci un véritable chef-d’œuvre artistique. Mais les performances de cette supercar sont elles aussi hallucinantes, on parle de 1.6 G en accélération pour le pilote. Pour pouvoir s'offrir ce jouet d'exception, il faudra compter "un prix unitaire de 8 millions d'euros hors taxe" selon la marque alsacienne, mais inutile de rêver de toute façon, puisque les dix exemplaires sont d'ores et déjà tous vendus. Les Bugatti Centodieci seront livrées en 2021 à leurs acheteurs fortunés ....





L'habitacle intérieur de l'étonnante Bugatti Centodieci a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails. C'est un habitacle cossu, remarquable par l'excellence de sa finition dont la position de conduite est agréable. Le volant multifonctions conserve les classiques trois branches et arbore en son centre le logo Bugatti. En fait cet habitacle bien pensé propose une combinaison de cuir et d'alcantara élégants et confortables. Le tableau de bord dispose de gros compteurs numériques et digitaux qui permettent un contrôle complet sur toute la mécanique. Pour le reste, les moquettes épaisses se marient parfaitement en colorie avec le cuir des sièges qui équipent la voiture ....





Sous le capot de la belle Bugatti Centodieci se cache le moteur W16 de 8 litres de cylindrée précédemment utilisé sur la Divo, mais ce quadriturbo a été retravaillé et la puissance de cette nouvelle version a été portée à 1.600 chevaux à 7.000 T/mn, soit 100 chevaux supplémentaires. Ce fabuleux moteur est accouplé à une boite automatique à 7 vitesses DSG à double embrayage. Avec son poids plutôt restreint de 1.975kg, cette sublime hypercar offre des performances hors du commun comme par exemple le 0 à 100 km/h en 2,4 secondes, la barre des 200 km/h franchie en 6,1 secondes et celle des 300 km/h en 13,1 secondes. Sa vitesse de pointe est limitée électroniquement à 380 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : essence
  • Moteur : 16 cylindres en W
  • Cylindrée : 8 litres
  • Puissance : 1600 chevaux à 7.000 tr/min
  • Vitesse : Limitée à 380 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Bugatti - © AutoPlus - © Caradisiac




Bugatti Centodieci - 2019 ...






JPBlogAuto

vendredi 15 juillet 2016

Rob Roy Illustrateur







rob00.jpg


rob01.jpg


Robert de La Rivière est un peintre aquarelliste et pilote automobile français plus connu sous le nom de Rob Roy, son pseudonyme créé à partir du célébré héros de l’écrivain Walter Scott, qui est né en France à Mont de Marsan dans le département des Landes, le 3 octobre 1909. Dès sa jeunesse, amoureux et passionné de belles automobiles, il n'a cessé de dessiner et de peindre pour mieux traquer l'instant, le mouvement et l'action. Il sut, grâce à ce don, faire vivre les voitures de compétition des belles années, les Vintages, et laissa ainsi un témoignage illustre de l'époque ....


rob03.jpg


Assez jeune, son père, Charles très bon caricaturiste et aussi dessinateur animalier, transmet à Rob Roy le don du dessin et le goût de l'automobile. Ainsi, en 1926, Robert assiste pour la première fois à la plus belle course du monde, les 24 Heures du Mans. C'est le coup de foudre, il devient alors un spectateur régulier, admiratif et attentif de ces duels automobiles entre des as du volant, tels que Varzi, Nuvolari, Chiron, Sommer, Ascari, Fangio, Vimille, Etancellin qu'il dessinera plus tard ....





De 1929 à 1930, Robert de La Rivière fait son service militaire, période qui lui est bénéfique pour perfectionner ses connaissances mécaniques. En 1930, il dessine pour la première fois pour le journal La Petite Gironde, à l'occasion du Grand Prix de Bordeaux, et déjà ses dessins révèlent un authentique talent au style très personnel. Il fait alors la connaissance de André Sirejols, et il lui achète une BNC 1000 cm3 d'occasion qui lui permet de s'engager dans des petits rallyes et autres courses de côte comme le Bol d'Or, dans la forêt de Saint Germain en Laye ....





Ses talents commencent à être connus et c'est l'époque ou il dessine des affiches et des catalogues car ses dessins sont très appréciés et font assez souvent l'objet de couvertures de revues automobiles et sportives comme Moto Revue, Action Auto, L'Equipe. Grâce à ses dessins, Rob Roy réalise enfin son rêve et achète une Bugatti 2300 turbo type 43 à compresseur et, avec tout une équipe de mordus et futurs champions Escoffier, Baudroy, ou Pison, il participe finalement à des courses ....





En 1939, Rob Roy s'engage dans la 3ème division et il sera fait prisonnier par les Panzer SS en juin 1940, il se retrouve au camp de Krems en Autriche, d'où il s'évade en décembre 1940 pour retrouver sa famille en mars 1941. Après la guerre, il reprend une activité professionnelle intense, principalement au service de l'industrie automobile, et consacre son temps libre à rester l'ami des grands champions de l'époque et à côtoyer le milieu de la compétition automobile. Il continu aussi à illustrer de nombreux magazines spécialisés comme L'Action Automobile ou L'Automobile ainsi que diverses publicités dans le domaine de l'automobile. On retrouve également sa signature au bas de nombreuses affiches de Grand Prix ....





Dans les années cinquante, Rob Roy abandonne définitivement le milieu de la compétition automobile car nombre de ses anciens amis ont disparu ou se sont retirés des circuits. Mais il continue à peindre pour son plaisir les bolides de la grande époque, avec de plus en plus d'obstination pour le détail technique et historique ce qui fera en quelque sorte sa marque personnelle. Il continuera toutefois à réaliser, pour quelques constructeurs et équipementiers automobile, des affiches publicitaires et il apportera aussi son concours pour la création d'affiches de course et de rallyes, et toujours bien sur pour des couverture de magazines ....


rob02.jpg




En 1952, Rob Roy réalisera pour le magazine mensuel "Moteur Course" une superbe série d'histoire en image des "Grand Champions du Volant". Il laissera une œuvre importante sur les Grand Prix comme Monaco, Spa, ou les épreuves sur route, comme les Mille Mille ou la Targa Florio. Mais aussi sur toutes les grandes marques de l'époque, Alfa Romeo, AutoUnion, Bugatti, Mercedes, Bentley, Ferrari, Jaguar, Maserati, Talbot, Amilcar, Delage ou Panhard et cela jusqu'à la fin de sa vie en octobre 1992. Homme au caractère courageux, énergique et passionné, Rob Roy aura marqué son époque par ses travaux qui restent toujours une valeur sure ....




Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Art-RobRoy
- © Autoartprints - © Carcatalog










JPBlogAuto