@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Citroën

Fil des billets

vendredi 2 août 2019

Carlo Bonzanigo Designer









Carlo Bonzanigo est un styliste et designer automobile Suisse-Italien talentueux qui est né le 29 septembre 1966 à Lugano la neuvième ville de Suisse, se situant au sud du pays en Suisse italienne, dans le canton du Tessin. C'est un jeune designer qui n'a pas encore la renommée de ses anciens confrères institutionnels italiens mais qui grâce à son talent va devenir lui aussi célèbre et réputé ....





Après des études primaires plutôt classiques, Carlo Bonzanigo va aussitôt enchaîner par des études secondaires plus poussées et obtenir brillamment ses diplômes. En fait entre 1985 et 1995 il sera diplômé d’un Master en Science de Design des Transports de l’Art Center Collège of Design et aussi d'un Master en Sciences et Ingénierie Mécanique de la section Aéronautique de l’École Polytechnique Fédérale de Zurich ....





En 1995, diplômes en poches Carlo Bonzanigo est embauché dans la Maison Pininfarina, où il prend de plus en plus de responsabilités grâce à son talent qui est reconnu à sa juste valeur par ses supérieurs. En effet, en 2002, son chef hiérarchique direct Lorenzo Ramaciotti, le nomme Responsable de Projet Design, un poste important à responsabilités justement mérité ....





Entre 2001 et 2003, c'est donc dans cette fonction que Carlo Bonzanigo a été, entre autres, responsable des novateurs et insolites Concept Cars Pininfarina Citroën Osée, dont il a aussi dessiné l’habitacle et l’aménagement intérieur, et aussi de l'étonnante Pininfarina Ford Start. On lui doit également la magnifique Maserati Granturismo Coupé de production avec laquelle il va marquer son passage chez Pininfarina ....





En 2004, Carlo Bonzanigo est repéré et appelé en France par Jean-Pierre Ploué alors Directeur du Style, qui lui fait intégrer le Groupe PSA Peugeot Citroën en lui confiant le poste convoité de Chef Designer au Centre de Création Citroën à Vélizy, devenant ainsi membre de l'équipe qui a donné un nouveau souffle au Design Citroën vieillissant et créé la nouvelle marque « DS » beaucoup plus moderne ....





En 2007, grâce à ses succès avec des modèles comme la C3 Picasso, la C4 Aircross, la DS Hypnos, la DS Revolte, le Tubik ou la C1 Urban Ride, Carlo Bonzanigo est nommé Directeur du Design des Concept Cars et des Programmes de Coopération Internationale, responsabilités auxquelles s’est ajouté un an après le domaine de l’Advanced Design. De 2008 à 2012, il a été « Maître Expert » du Groupe PSA Peugeot Citroën pour le domaine Design, représentant l’« Expertise Design » du Groupe dans les congrès et les instances internationales ....





Après 11 ans de bons et loyaux services, Carlo Bonzanigo va finir par quitter le Groupe PSA pour tenter une nouvelle aventure. De 2015 à fin 2016, il va diriger le Studio de Design Q-Red à Maranello en Italie, une équipe dynamique de modélistes et de concepteurs et il officie également en qualité de consultant chez Ferrari Design. Depuis janvier 2017, il est revenu à ses premiers amours en redevenant Directeur du Design de la maison Pininfarina à Cambiano, près de Turin ....

Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Pininfarina
© - Carlo Bonzanigo © - Groupe PSA © - Citroën - © YouTube






Interview Carlo Bonzanigo - Salon de Francfort 2009 ...





JPBlogAuto

vendredi 29 mars 2019

L'inévitable rapprochement entre la Formule 1 et la Formule E











Tous les passionnés de compétition automobile sont bien conscients que la pollution inquiétante qui règne sur les grandes villes, le réchauffement climatique, les émissions toxiques et d'autres facteurs liés à l'environnement sont très inquiétants pour la planète et menacent forcément le sport automobile dans son ensemble. Signe des temps, dans les travées du dernier Salon de Genève, on ne parlait que de motorisation électrique dans l’industrie avec les conséquences que l’on devine pour l’avenir du sport automobile ....





Le Championnat FIA de Formula E célèbrera le cinquantième E-Prix de sa jeune histoire ce week-end à Hong Kong, tandis que le cap du millième Grand Prix de Formule 1 sera atteint mi-avril, également en Chine, à Shanghaï. Grande puissance émergente du 21ème siècle, la Chine va exercer une influence grandissante sur le futur du secteur en représentant un marché énorme. La plupart des constructeurs y sont déjà présents et les consommateurs chinois vont dicter les grandes tendances de l’évolution de l’automobile dans les années à venir ....





Du coup, l’industrie automobile s’est engouffrée dans la brèche en pariant sur le tout-électrique, a fortiori dans la foulée du « diesel gate », et donc en orientant forcément la production vers des véhicules propres, autant que possible, et en privilégiant les motorisations électriques et/ou hybrides. Ainsi les grandes marques se positionnent dans le sport en fonction de cette tendance comme Peugeot qui s’est retiré du World RX car son passage à l’électrique a été retardé, ou Citroën qui menace d’en faire autant en WRC si les rallyes n’épousent pas la bonne cause écologique et même DS qui fait déjà partie des dix constructeurs impliqués en Formula E ....





On peu déjà constater que parmi les grandes marques présentes en Formule 1, Mercedes a déjà décidé de s’engager en Formula E dès la saison prochaine (avec HWA Racelab en poisson-pilote cette année) dans la foulée de ses concurrents allemands Audi, BMW et bientôt Porsche alors que Renault a cédé le flambeau à Nissan pour défendre les couleurs de l’Alliance dans le championnat électrique. Car pour les grands acteurs de l’industrie, le sport automobile a une raison d’être non seulement en matière de recherche et développement mais aussi sur le plan du marketing ....





Dans ce contexte, la Formule E tient le beau rôle avec un temps d'avance au détriment d’une Formule 1 qui doit se réinventer, elle dont le modèle économique obsolète met l’avenir de la discipline en danger. Le nouveau détenteur des droits commerciaux des Grands Prix, Liberty Media, peine à fédérer les écuries autour d’un projet à long terme rendant le sport à la fois économiquement et écologiquement correct. Car on sait déjà que cette problématique d’image va naturellement influencer les constructeurs dans les années à venir avec une production de masse basculant progressivement vers l’électrique d’ici 2030 ....





Dans un avenir assez proche, que va donc devenir le sport auto ? La Formule E n’a que cinq ans, mais que de chemin parcouru et quel potentiel prometteur depuis le premier E-Prix à Pékin ! La Formule 1, créée en 1950, va vers son millième Grand Prix, et pourtant c’est son avenir qui est incertain. Même si on ne peut pas du tout comparer les deux disciplines tant les monoplaces électriques sont loin de la redoutable efficacité des machines de Grand Prix, les considérables ressources déployées pour améliorer le rendement des batteries fera à terme converger les deux compétitions ....





Alors que la Formule 1 s’enferme dans un statu-quo en motorisation hybride pour avoir été incapable d’attirer un ou plusieurs nouveaux constructeurs pour la période post-2020, tôt ou tard, pensent beaucoup d’observateurs avertis et de spécialistes confirmés, les progrès technologiques vont rapprocher les performances des deux formules et l’éventualité d’une fusion s’imposera donc en toute logique ....





Pour étayer ces propos on sait déjà que les mêmes acteurs économiques sont aux manettes des deux côtés avec Liberty Global, le groupe Discovery et Liberty Media. La seule incertitude qui plane encore, c'est "quand" interviendra cette croisée des chemins, que d’aucuns estiment inévitable, et c’est la grande question à suivre, évidemment ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © FIA - © Formula1
- © FormulaE - © AutoHebdo - © F1i - © Pierre Van Vliet





JPBlogAuto

vendredi 15 février 2019

La F1 Vaillante-Crosslé à Rétromobile 2019






g


Rétromobile 2019 est la 44e édition du salon automobile qui est consacré aux voitures anciennes et à l’ensemble des thèmes de la voiture de collection. Il se tient au Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris, en France. Cette édition fête deux anniversaires prestigieux, les 100 ans de Citroën avec une exposition intitulée « Origins Since 1919 », mais aussi les 100 ans de Bentley la vénérable marque britannique ....





Rétromobile c'est Le rendez-vous annuel pour tous les passionnés d’automobile à ne surtout pas manquer. Les différents pavillons abritent des trésors automobiles pour le plus grand bonheur des 120 000 hommes et femmes visiteurs du monde entier. L’inédit, l’extraordinaire et l’inattendu se disputent la vedette, mais c’est la passion qui est finalement le dénominateur commun de ce salon hors du commun. En ces temps moroses, c'est le moyen de voyager dans le temps ou d'assouvir votre passion. Rêver, s’extasier, s’informer, investir, aller à la rencontre des artistes, constructeurs, clubs, fédérations, vendeurs de pièces détachées et de miniatures, restaurateurs, marchands d’automobile, tout est permis car Rétromobile c'est :

  • 650 exposants
  • 72 000 m² d'exposition
  • 600 voitures exposées
  • Plus de 100 clubs présents
  • Des constructeurs
  • Des clubs et fédérations
  • Des organisateurs d'événements
  • Des médias
  • Des marchands d'automobilia
  • Des marchands de pièces détachées et l'outillage
  • Des marchands de véhicules
  • Des maisons de ventes aux enchères
  • Des restaurateurs carrossiers
  • Des restaurateurs mécaniciens
  • Des assureurs
  • Des galeries d'art automobile ....






Parmi les nombreuses voitures de collection présentes à la Porte de Versailles, une petite monoplace bleue a braqué les projecteurs sur elle. Grâce aux efforts du Studio Graton et son directeur du développement Jean-Louis Dauger, le petit constructeur Crosslé et la Classic Racing School, une « vraie » Vaillante sentant bon la compétition des années 60 a été présentée ....





En effet, dans le carré des artistes, le stand Michel Vaillant qui expose ses superbes Art Strips (reproductions très qualitatives de dessins tirés de l’œuvre du dessinateur Jean Graton) est l’un des plus fréquentés. Et, surprise pour les visiteurs de Rétromobile : la présentation du premier exemplaire d’une « vraie » Vaillante terminée il y a quelques jours seulement. Basée sur une Crosslé 90F, cette jolie petite machine bleue de France a été inspirée des Vaillante de Formule 1 que l'on découvre dans l’album « L’honneur du samouraï » sorti en 1964 ....





Dans ce dixième tome de la saga, Michel Vaillant et Steve Warson doivent affronter un singulier pilote japonais nommé Yori Yoshisa qui pilote une Lotus équipée d’un moteur Honda. Un adversaire qui leur donnera bien du fil à retordre et deviendra plus tard leur allié ....





A l’instar de la Vaillante Grand Défi du début des années 2000, aujourd'hui la superbe « Vaillante - Crosslé » est un passage fidèle de la fiction à la réalité où jouer aux sept erreurs est presque mission impossible. Le logo du plus célèbre des constructeurs de bande dessinée est omniprésent jusqu’au pommeau de levier de vitesse en passant par le harnais ou le centre du volant ....





Cette petite entreprise basée en Irlande du Nord fabrique depuis les années 50 des voitures de course, notamment pour les championnats de Formule Ford. Cette belle Vaillante vintage sera produite à 13 exemplaires seulement et pas un de plus ne seront construits. Un chiffre chargé en symboles pour les fans les plus fidèles de Michel Vaillant. Jean-Louis Dauger, responsable du développement de Michel Vaillant, et Paul McMorran, patron de Crosslé, sont assez fiers de leur coup ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - SpeedMag
© - Crosslé © - F1i © - ArtStrips






JPBlogAuto

- page 1 de 33