@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Classic

Fil des billets

vendredi 4 mai 2018

Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe -1951











L'entreprise Friedrich Rometsch était une société allemande de construction de carrosseries, située à Halensee un quartier de Berlin et fondée en 1924. Elle fabriquait des carrosseries automobiles capables d'habiller différents châssis roulants à la demande du client. Rapidement la firme s'est concentrée sur la production et la transformation de taxi de qualité construits sur des modèles de la marque Opel. À la fin de la guerre, Rometsch commença à chercher à reconstruire des voitures civiles, et la Volkswagen était la base incontournable de leur travail d'après-guerre. La société est donc devenue connue pour la construction d'un VW Beetle Taxi à quatre portes ....





Dans son plan de développement d'après guerre, la Carrosserie Rometsch prévoyait de construire une alternative abordable aux voitures de sport de l'époque et le châssis Volkswagen Beetle s'est avéré être un point de départ idéal. Johannes Beeskow, un designer confirmé qui avait travaillé pour Erdmann & Rossi pendant les années 1930, sera donc embauché par Rometsch pour étudier et construire le premier prototype de ce coupé sportif rêvé. La production a commencé en 1950 et Rometsch a d'abord offert deux modèles, un coupé et un cabriolet baptisés Rometsch Beeskow Volkswagen ....





La décision visionnaire de Beeskow d'utiliser Volkswagen comme principale source de pièces a grandement simplifié la tâche de la Carrosserie Rometsch en matière de construction et a engendré le début d'une nouvelle ère pour Rometsch. Ainsi, en 1950, Rometsch Carrosserie devient l'une des premières entreprises de construction automobile à pouvoir produire une petite série de voitures alors que la quasi totalité de la concurrence ne se contentait que de modèles uniques. La superbe Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe était devenu en quelque sorte une voiture atypique dans tous les sens du terme ....





La dessin des lignes de chute sur l'avant et l'arrière de la carrosserie ont fait surnommer la surprenante Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe "la banane". Mais son design très réussi dans l'ensemble et son côté unique pour l'époque l'ont bien vite propulsé au rang d'enfant chéri de la haute société, en quelque sorte la préférée de la bourgeoisie malgré son prix élevé avoisinant celui d'une Porsche. Des célébrités comme Gregory Peck ou Audrey Hepburn se porterons acquéreur renforçant ainsi l'effet de mode et la notoriété de la belle qui sera d'ailleurs primée plusieurs fois dans un grand nombre d'événements Concours en Europe et plus tard aux États-Unis ....





Au début, pour produire l'insolite Rometsch Beeskow Volkswagen, le carrossier devait acheter le châssis et le train de roulement complet directement auprès du réseau Volkswagen. Ensuite il ajustait sur ce châssis roulant la carrosserie entièrement construite à la main, un genre de peau d'aluminium légère qui venait coiffer l'ensemble. Le package final donnait cette superbe voiture qui va tant plaire au public et aux spécialistes pour parvenir à décrocher la très convoitée « Rose d'Or de Genève » lors du Salon de l'auto. Bien que ce soit difficilement contrôlable, on estime à environ 250 exemplaires le nombre de Beeskow construites ....





L'habitacle intérieur de la belle Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe a lui aussi été bien étudié et soigné pour l'époque. La planche de bord reprenait la même couleur que la carrosserie et ses bonnes proportions permettaient d'incorporer une vaste boite à gants. Toute la sellerie est pourvue d'un superbe cuir rouge de qualité aux surpiqures élégantes et soignées. Les tapis de sol se marient avec l'épaisse moquette et assurent un confort bienvenue. Un élégant volant blanc à deux branche complète l'ensemble. Deux gros compteurs et un troisième plus petit permettent d'avoir un contrôle complet sur la mécanique. Chose plutôt rare pour l'époque, un poste de radio vient compléter le tableau de bord avec une grille chromé du haut parleur ....





Pour ce qui est de la mécanique de la superbe Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe, il s'agit d'un classique moteur de Volkswagen Coccinelle. C'est en fait un "Flat quatre" des années 50, soit le 4 cylindres boxer refroidit par air de 1.2 litre de cylindrée qui développe 30 chevaux. Ainsi motorisée cette propulsion assez légère avec sa carrosserie en aluminium et son bon aérodynamisme pouvait atteindre une vitesse maximale avoisinant les 120 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres boxer
  • Cylindrée : 1.192 cm3
  • Puissance : 30 chevaux
  • Vitesse maximal : environ 120 km/h
  • Transmission : Propulsion avec Boîte de vitesses non synchronisée à 3 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Rometsch - © CoachBuild




La Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe -1951 ...








JPBlogAuto

samedi 7 avril 2018

Tatra 603 - 1962











La marque Tatra est une entreprise tchèque fabriquant à l'origine principalement des camions et des poids lourds depuis 1898, qui a également exercé l’activité de constructeur automobile entre 1897 et 1998. Pionnier dans ce domaine en Europe centrale, Tatra a longtemps été réputé pour ses grandes routières aux lignes aérodynamiques. La marque a également produit des avions et des autobus ....





La voiture qui fait l'objet de cet article est un modèle assez méconnu de la marque. En effet, à partir de 1951, sur ordre du gouvernement, il fut ordonné à Tatra de ne fabriquer que des véhicules industriels. Mais les dirigeants tchécoslovaques manquèrent de voitures officielles et il fut donc décidé de produire à peu d'exemplaires une berline de prestige, capable de transporter les "apparatchiks" et ainsi de promouvoir avec classe le nouveau régime en place. L’équipe d’ingénieurs dirigée par Julius Mackerle se met au travail et le premier prototype roule en septembre 1955 ....





La présentation de celle qui sera baptisée Tatra 603 a lieu en 1956 à la Foire de Brno. Produite à partir du printemps 1957 dans l’usine de Příbor, la 603 étonne par son style très personnel et avant-gardiste, et surtout par ses trois phares avant, abrités par une glace. L’aérodynamique une des marques de fabrique de la firme est toujours excellente, puisque le Cx s’établit à 0.36. Dans les versions suivantes les trois phares avant laisserons place à quatre phares beaucoup plus classique mais ce détail marquera par son style inédit la première génération  ....





L'étonnante Tatra 603 ne peut pas laisser indifférent, même si l’on n'aime pas la voiture. En effet, elle propose plusieurs caractéristiques originales comme par exemple son moteur à l’arrière, car c’est une propulsion refroidie par air, mais aussi des suspensions arrières hydrauliques et surtout, surtout ce design de fou dans le milieu des années 50 ! C'est une sorte de croisement entre une Cox et une grosse américaine, mêlant cul rebondi et flèches acérées, avec des petits airs de Turbo Traction de chez Spirou. Pour pimenter le tout, elle arbore un regard de cyclope à ses débuts, entre 1956 et 1962, avec ses trois phares sur la calandre. Le premier restyling de 1962 lui offrira 4 phares plus conventionnels ....





L'insolite Tatra 603 avec son look presque subversif pour une voiture réservée aux membres éminents du Parti Communiste et ses performances étonnantes en ligne droite, ne pouvait éviter que tout se gâte en virage ou sur terrain glissant, à telle point qu’une blague locale attribue à la 603 plus de mort au sein du Parti que les purges staliniennes. La carrosserie autoportante est fixée sur un plancher plat. En 1959, la voiture perd son pare-brise originel en deux parties pour n'offrir maintenant qu'un pare brise panoramique d'un seul tenant ....





L'habitacle intérieur de la Tatra 603 où l’on remarque les leviers et le volant blancs, est particulièrement spacieux. On peut y trouver un chauffage indépendant installé sous le siège du conducteur. Une espèce de réchaud fonctionnant à l’essence. Cette grosse limousine d’apparat pour "apparatchiks" propose 6 places confortables. Le tableau de bord se trouve lui aussi fatalement d'une conception plutôt classique conforme à son époque mais fonctionnel et complet. Pour le reste tout est beaucoup plus classique avec du cuir sur les sièges et des moquettes de couleur pour compléter harmonieusement l'ensemble ....





Pour ce qui est de la mécanique, la Tatra 603 est animée par un V8 de 2,5 litres de cylindré refroidi par air développant 105 chevaux. La marque développera même une version 603 B5 pour le rallye disposant de 150 chevaux et emmenant la limousine à 195 km/h. La transmission est de type propulsion avec des roues arrières motrices et une boîte de vitesses manuelle à 4 rapports avec un embrayage monodisque à sec. Cet engin offre donc des performances qui permet une vitesse de pointe avoisinant les 170 km/h ce qui pour l'époque et le type de voiture est plutôt classique ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8 refroidi par air
  • Cylindrée : 2472 cm³
  • Puissance : 105 cv à 5800 tr/min
  • Transmission : Propulsion avec boite à 4 rapports
  • Vitesse : Environ 170 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Tatra - © Stubs




La Tatra 603 ...








JPBlogAuto

vendredi 9 mars 2018

Bugatti Type 57SC Atlantic - 1936











En marge du salon parisien Rétromobile de Février 2018, la chaîne d'hôtels Peninsula a procédé à la remise des prix du «Best of the Best Award» lors d'un dîner dans le cadre privé à Paris. Ce prix, instauré en 2015, représente la plus haute distinction en matière de véhicules de collection. C'est un peu le concours des concours, un genre de superfinale. Le principe de ce trophée considéré comme la plus haute distinction en matière de véhicules de collection est de départager les véhicules qui ont obtenu un Best of Show au cours de l'année écoulée dans l'un des principaux concours d'élégance de la planète. Cette année, la superfinale voyait s'affronter huit véhicules primés en 2017. C'est ainsi que le jury composé de sommités du monde de l'automobile a eu à départager des fleurons de la carrosserie française, italienne et anglaise ....





Les véhicules en lice étaient tous des merveilles :

  • Alfa Romeo 8C 2900B Spider de 1939 produite par Touring et Best of Show au concours d'Amelia Island
  • Ferrari 212 Export Cabriolet de 1951 exécutée par Vignale et primée lors du Cavallino Classic
  • Alfa Romeo Giulietta Sprint Speciale Prototipo de 1957 Bertone primée au Concorso d'Eleganza Villa d'Este
  • Lancia Astura Aerodinamica Coupé de 1933/35 signée Castagna et récompensée au Concours of Elegance Hampton Court Palace
  • Ferrari 250 GT Cabriolet de 1957 Pinin Farina récompensée lors du Goodwood Cartier Style et Luxe Concours d'Elegance
  • Mercedes-Benz S Roadster de 1929 signée Barker et Best of Show l'an dernier à Pebble Beach
  • ATS 2500 GTS Coupé de 1964 dessinée par Franco Scaglione et primée à The Quail Motorsports Gathering
  • Bugatti Type 57 SC Coupé Atlantic de 1936 conçue par Jean Bugatti et récemment auréolée du Chantilly Arts & Elégance Richard Mille ....






Sans grand suspense, le jury a décerné la superfinale des Best of Show à la Bugatti 57 Atlantic appartenant à Peter et Mullin. C’est l’une des distinctions automobiles les plus convoitées car ce prix est devenu un événement incontournable désignant la voiture de collection la plus exceptionnelle. Pour beaucoup d'amateurs éclairés et de collectionneurs passionnés, ce coupé aérodynamique dessiné par Jean Bugatti est considéré comme la plus belle voiture au monde mais aussi comme la toute première véritable « supercar ». Le véhicule a été conçu à l’apogée de l’Art déco par Jean Bugatti, fils d’Ettore Bugatti le créateur de la marque. Jean a basé la voiture sur son autre design, le concept Aérolithe 1935, célèbre pour ses rivets externes, de peur que les composantes en alliage de magnésium ne prennent feu. Jean conserva ce rivetage unique sur la carrosserie tout en aluminium de cette superbe Atlantic ....





Julius Kruta, responsable de la tradition chez Bugatti précise : « La Bugatti Type 57SC Atlantic est un véritable joyau du circuit automobile. Cette voiture a été la pièce maîtresse de Jean Bugatti, avec ses lignes élégantes et captivantes, en plus d’une performance record pour l’époque. Aujourd’hui, elle reste l’expression ultime de l’héritage Bugatti: une puissance inégalée et un design de toute beauté. » Ce modèle (numéro de châssis 57374), a été le premier Type 57 Atlantic construit, et il est le seul « Aéro Coupé » restant, une désignation donnée aux deux premières voitures qui étaient très similaires à l’Aérolithe sur le plan mécanique. La voiture a été livrée en 1936 au britannique Nathaniel Mayer Victor Rothschild, troisième Baron Rothschild, et a depuis connu peu d’autres propriétaires au cours de ses 82 années d’histoire ....





Pour cette troisième année, le critère ultime de notation du prix Peninsula Classics Best of the Best a été la qualité et un design sans compromis. Cela a bien sûr rendu le processus de sélection très exigeant pour les candidates en lice. Au final, la Bugatti Type 57 SC Coupé Atlantic de 1936 est sortie victorieuse, avec son design vraiment unique, théâtre d'une somptueuse alliance entre art et technologie. Cette Bugatti lauréate est un des quatre modèles Type 57 Atlantic jamais produits, et dont seulement trois existent encore aujourd'hui. La voiture a été souvent présentée en exposition à l’échelle internationale, et tout récemment au Petersen Automotive Museum, à Los Angeles, dans le cadre de l’exposition « Art of Bugatti » ....





Pour la petite histoire, La Bugatti Type 57 est un des modèles les plus importants dans l’histoire de la marque Bugatti commercialisée de mars 1934 à mai 1940. La Bugatti Type 57 est présentée pour la première fois au mondial de l'automobile de Paris en octobre 1933 et remplace la Bugatti Type 49. Elle utilise un châssis conventionnel de Type 49, mais sa mécanique est plus moderne avec un moteur à 8 cylindres en ligne. Exclusive et chère, habillée de carrosseries élégantes en aluminium et sportives à 2 places, reconnaissable à son radiateur en coupe-vent, la T57SC est sans doute la voiture qui illustre le mieux le concept de « grand tourisme rapide ». La 57SC a une suspension indépendante à l'avant et utilise un compresseur qui fait monter la puissance à 200 chevaux et permet une vitesse de pointe d'environ 210 km/h, incroyable dans les années 30 ....





Pour ce qui est de la mécanique, le moteur huit cylindres en ligne de 3,2 litres monté longitudinalement à l’avant bénéficie d’une version spécifique à double arbre à cames en tête, et d'une alimentation d’essence par un carburateur double-corps Stromberg. Doté d'un compresseur ce moteur délivre une puissance de 200 chevaux à 4500 t/mn. Le moteur forme un bloc avec l'embrayage et la boîte, le tout faisant office d'entretoise de châssis. La boîte manuelle à 4 rapports de série se distingue par une optimisation du poids. Cette voiture est un véritable mythe automobile, considérée par beaucoup comme une auto parfaite et reconnue pour avoir été incroyablement en avance sur son époque. Cela explique donc qu'elle se soit échangée contre une somme folle, variant entre 25 et 30 millions d'euros selon les sources ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 8 cylindres en ligne
  • Cylindrée : 3257 cc
  • Puissance : 200 ch à 4500 t/mn
  • Transmission : Propulsion avec boite manuelle à 4 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Sylvain Reisser - © Peninsula Classics




La Bugatti Type 57SC Atlantic - 1936 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 71