@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Classic

Fil des billets

vendredi 7 juillet 2017

Bernardo Fissore Carrosserie






fissore00.jpg


La Carrosserie Fissore est une ancienne entreprise italienne de conception et de fabrication de carrosseries automobiles dont l'activité dura de 1921 à 1976 à Savillan, dans la banlieue de Turin. Dès 1914, Bernardo Fissore se lance dans le secteur automobile en créant un atelier de réparation de carrosseries et de modification de remorques agricoles et routières. En 1921, avec son frère Antonio Fissore, ils créent la société "Carrozzeria Fissore S.p.A". Leurs jeunes frères Giovanni et Costanzo les rejoindront plus tard ....


fissore27.jpg


Si à l'origine, l'activité de la Carrosserie Fissore est essentiellement portée sur les chariots agricoles, la réparation et la modification des carrosseries automobiles et véhicules utilitaires prend chaque année de l'ampleur jusqu'à devenir la seule activité au lendemain de la Première Guerre mondiale. En 1936, Bernardo Fissore prend seul la direction de la société et commence à se spécialiser dans la construction de carrosseries spéciales pour automobiles, ambulances, véhicules funéraires, commerces ambulants, fourgons postaux et les minibus. C'est ainsi que la société va acquérir une renommée internationale ....





Après la guerre, la société reprend ses activités premières de transformation de carrosseries de véhicules privés. L'année 1947 marque une étape importante pour l'entreprise avec le succès de la nouvelle Fiat 1100 dont la Carrosserie Fissore présente une variante "Giardinietta" qui propulse le carrossier sur le devant de la scène. Il enchaine les succès avec la mode des carrosseries spéciales construites sur plusieurs modèles Fiat. Fissore se fait remarquer aussi pour ses réalisations de véhicules publicitaires ce qui a contribué à faire croître l'entreprise au point où environ 200 personnes travaillaient au milieu des années soixante ....





C'est à cette époque que la Carrosserie Fissore est également sollicitée pour collaborer avec d'autres constructeurs automobiles pour la réalisation de petites séries. DKW, TVR et De Tomaso sont parmi les tout premiers clients. Même si Fissore n'a jamais atteint la notoriété de Pininfarina ou de Bertone dans ce domaine, il a toutefois acquis une reconnaissance mondiale et une excellente réputation ....





Dès le milieu des années 1960, la Carrosserie Fissore a connu son plus grand essor, en collaborant avec les fabricants célèbres dans la production de leurs voitures de sport et de course, parmi lesquels les célèbres marques italiennes Osca, Cisitalia, Lancia, Maserati et De Tomaso, mais aussi la marque Vemag du Brésil ou encore la Japonaise Mitsubishi et même l'allemand Opel ....





En 1969, la Carrosserie Fissore signe avec le constructeur suisse Monteverdi un contrat pour devenir son designer et atelier de carrosserie officiel. Ce contrat doit fournir un flux régulier de travail mais les volumes de vente atteints au cours de ces années obligent Fissore à renoncer à sa production artisanale et à orienter son usine vers une industrialisation de la production. Le designer Fiore Trevor est alors embauché chez Fissore, pour étudier et développer les modèles ....





Le 3 janvier 1973, Bernardo Fissore et son épouse décèdent en vacances à San Remo. La société est ainsi privée de son dirigeant visionnaire. En 1975, malgré la présence du constructeur suisse Monteverdi au capital de la société, la crise financière qui fait suite aux évènements sociaux qui ont débuté en France en 1968, en Italie en 1969 et dans les autres pays les années suivantes, conduisent à l'arrêt de la production de carrosseries et à réorienter l'activité de la société uniquement vers le design. La fille de Bernardo Fissore et son mari, Giulio Malvino, décident alors de maintenir le nom et la réputation de la marque en créant, en 1976, la société Rayton Fissore ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Carrosserie Fissore
© - YouTube © - Autopassion



La DKW Fissore ...



La Cisitalia DF85 Coupe Fissore ...





JPBlogAuto

vendredi 30 juin 2017

Packard Caribbean - 1954







packard00.jpg



Packard Motor Car était une marque américaine d'automobiles de luxe, dont le siège était à Detroit dans le Michigan qui a commercialisé ses automobiles de 1899 à 1958. Fondée par les frères James Ward Packard et William Doud Packard, la marque sera un précurseur du côté mécanique en proposant des solutions innovantes mais en gardant une qualité de construction exemplaire pour l’époque . Bien vite «Packard» va proposer des moteurs de 6, 8 et même 12 cylindres puissants et qualifiés d’incassables ainsi que des boîtes de vitesses automatiques beaucoup plus fiables et performantes et donc ces modèles vont acquérir une réputation de voitures robustes et luxueuses qui fera leur succès ....


packard01.jpg


C’est donc dans la démesure souvent que Packard va trouver son inspiration. Il va être le premier au monde au milieu des années 30 à mettre en série, sur une voiture de tourisme, un moteur de 12 cylindres en V bien avant que Ferrari ne le suive dans cette voie quelques années plus tard. Dans les années 50, les trois grands américains Ford, Général Motors et Chrysler vont littéralement écraser les petits constructeurs Américains indépendants. La plupart des indépendants tentent en fait de sauver leur peau en lançant des voitures plus simples et surtout plus économiques. A contrario, Packard qui est sorti de la guerre en bonne santé financière grâce à la fabrication des chasseurs P51 Mustang continue de vouloir concurrencer la plus prestigieuse marque Cadillac ....


packard02.jpg


La Packard Caribbean de 1954 s’adressait à de riches amateurs de conduite en plein air. Elle ambitionnait de contrer la diffusion de la prestigieuse Cadillac Eldorado et de repositionner à nouveau la marque réputée avant-guerre au sommet du marché du luxe américain. D’abord commercialisée en convertible coupé lors de son lancement, elle sera en 1956 également proposée en coupé hard top. L’objectif de Packard est très clair, c'est de concurrencer les modèles convertibles de Buick et surtout de Cadillac. Un objectif que l’on retrouve dans le prix de vente car la Caribbean est vendue 5.210 Dollars soit 1.000 Dollars de plus que la Cadillac convertible séries 62 ....


packard03.jpg


Au cours des années qui suivirent immédiatement la fin de la Seconde Guerre mondiale et malgré une qualité de fabrication exemplaire, Packard ne parvint pas à suivre le rythme de l'évolution stylistique des autres constructeurs américains. A la traine face à ses concurrents, Packard va pourtant sortir la Caribbean avec le secret espoir de pouvoir faire la différence. Construite sur un châssis de 3,10 m d'empattement, dotée d'une suspension avant indépendante, le résultat est un splendide roadster dont la faible garde au sol accentue l’allure sportive. La roue de secours était placée au dessus du pare-chocs arrière, dissimulée dans un cache basculant en tôle d’acier peint de la teinte de l’auto ....


packard04.jpg


La Packard Caribbean aura même, en série, une direction assistée ce qui était très rare dans les années 50. En 1955, Richard Teague, le jeune styliste de la maison, va relooker les Packard mais cela ne suffira pas à créer un nouvel engouement. Seulement 750 exemplaires seront commercialisés l’année du lancement en 1953 et malgré les améliorations Packard ne réussira à vendre que 400 exemplaires de la Caribbean en 1954 et 500 exemplaires entre 1955 et la fin de série en 1956. Un coupé hardtop Caribbean est lancé, mais en août, les créanciers font fermer l’usine Packard qui est finalement rachetée par Studebaker et Packard tombe dans l’oubli ....


packard05.jpg


L'habitacle de la belle Packard Caribbean est très bien équipée car elle veut s’affirmer comme un modèle de Luxe. Elle bénéficie d’une finition extrêmement soignée avec garnissage en cuir, radio avec antenne électrique, sièges et vitres a commandes électriques. Autant d’équipements que l’on ne trouvait à l’époque que sur le très haut de gamme. Le tableau de bord propose trois compteurs qui permettent de surveiller au mieux tout ce qui concerne la mécanique. On peut aussi trouver de confortables moquettes au sol et du cuir bicolore sur les sièges assorti à la couleur de la peinture de la voiture ....


packard06.jpg


Pour ce qui est de la mécanique, l'insolite Packard Caribbean était disponible équipée dans sa version la plus puissante d'un moteur V8 d'une cylindrée de 5.880 cm3 alimenté par carburateur qui développait une puissance de 300 chevaux au régime de 5500 t/mn. Accouplé à une boite manuelle à trois vitesses, cette motorisation offrait des performances honorables pour l'époque. Malheureusement elle fut victime dès 1956 de l'effondrement de la demande et la production de ce modèle original cessait définitivement ....


packard07.jpg




Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 5.880 cm3
  • Puissance : 300 ch à 5500 t/mn
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : manuelle à 3 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Packard




La Packard Caribbean - 1954 ...








JPBlogAuto

samedi 17 juin 2017

Europe Auto Magazine






europe00.jpg


Europe Auto est un ancien magazine généraliste mensuel consacré à l’automobile créé en 1958 dont la rédaction est installée 16 rue Etienne Marcel à Paris. Le directeur de la publication est Gérard Harmand et le rédacteur en chef Jean Recanati assisté de Jacques Foulon. Ce mensuel est diffusé sous la forme d'un journal papier jusqu'au début de l'année 1967 avec pour devise comme son nom l'indique, " le périodique automobile européen " ....


europe18.jpg


En fait dès le début, les ambitions du magazine Europe Auto étaient clairement dévoilées aux lecteurs dans son tout premier numéro " Un nouveau journal pour tous les amateurs de voitures en provenance de toute l'Europe, sans esprit de chapelle et sans exclusive, seulement destiné à aider l'automobiliste à se faire une opinion. Ni louanges inconditionnelles ni dénigrements systématiques, mais nous savons à l'occasion prendre parti avec sérieux et équité " ....

Le premier numéro du magazine Europe Auto va donc sortir en 1958 sous la forme d'un journal papier jusqu'au début de l'année 1967 contrairement à d'autres publications de l'époque consacrées aux voitures qui sont d'une qualité bien supérieure. Mais le magazine va changer d'aspect à partir du numéro 102 de mars 1967 qui va porter ainsi la désignation de numéro 1 de la nouvelle série. Il se présente sous de nouveaux atours bien plus séduisants et passe désormais au format plus traditionnel proche du A4 ....





Cette nouvelle formule du magazine Europe Auto propose désormais une revue élégante, de format pratique, offrant à la fois plus de textes et plus d'illustrations, et réalisée à l'aide des procédés d'impression les plus modernes. 68 pages qui ont pour ambition de joindre l'utile à l'agréable avec banc d'essai international, analyse de l'actualité, Europe Auto essai, matches entre modèles s'adressant à la même clientèle, expérience de l'usager, etc... Les quatre pages centrales imprimées sur un papier de fort grammage sont réservées à une étude historique des grandes marques du sport automobile ....





Le magazine Europe Auto propose également son dictionnaire technique. Les termes utilisés dans le milieu de l'automobile sont définis, expliqués et illustrés à l'aide d'exemples et de croquis. Souvent un petit poster représentant un modèle prestigieux occupe les deux pages centrales de la revue. En tant que périodique automobile européen, la rubrique " banc d'essai international " fait intervenir certains journalistes étrangers reconnus. Les plus réguliers des essayeurs sont Didier Merlin, Joachim Schaufuss, Paolo Romani et Jacques Foulon ....


europe22.jpg


Dès le numéro 24 de mars 1969, le nombre de pages du magazine Europe Auto passe de 68 à 80. Le mensuel sera jusqu'à la fin de sa parution, à l'exception des numéros salon, au format 220 x 280. Le prix de vente en kiosque évolue quant à lui au fil des ans et de l'inflation. Si le magazine traite des voitures courantes, il n'hésite pas toutefois à présenter des modèles plus marginaux, de plus petits constructeurs. Ouverture à l'Europe oblige, le mensuel accorde une place très importante aux productions des autres pays, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Suède ....


europe16.jpg


L'ingénieur Jean Albert Grégoire devient un consultant intermittent qui tient dans certains numéros une rubrique mensuelle inédite. A partir de 1964 le magazine Europe Auto propose un numéro annuel " Salon de l'Auto ". La collection complète compte onze numéros, de 1964 à 1974 et cette édition annuelle d'Europe Auto est avec celle de l'Auto Journal l'une des plus complètes qui soit. Au fil des années, le numéro salon va s'ouvrir à des productions plus exotiques, non commercialisées en France avec des photos représentent les voitures, en noir et blanc au début, puis partiellement en couleur à partir de 1970 ....





En 1968 et 1969, alors que la pagination du magazine Europe Auto est renforcée, un cahier " spécial sport " regroupe en fin d'édition sur une trentaine de pages l'ensemble des modèles à vocation sportive. Malheureusement, cette revue comme tant d'autres, s'est trouvée au carrefour de deux crises, celle de l'édition résultant de la formidable hausse du papier qui a doublé en un an, et celle de l'automobile, se traduisant par une baisse des achats de voitures et, par voie de conséquence, par une baisse des ventes d'une publication qui ne parlait que l'automobile. La disparition d'Europe Auto est inéluctable et la fusion de la revue Europe Auto Magazine et de l'Automobile Magazine intervient avec le numéro 344 de février 1975 de ce dernier ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Europe Auto © - Carcatalog






JPBlogAuto

- page 1 de 66