@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Classic

Fil des billets

vendredi 20 janvier 2017

Peerless Warwick GT - 1962







warwick00.jpg



La Seconde Guerre Mondiale ayant eu des conséquences sur l'industrie automobile britannique, les raisons qui ont présidé à la création de la marque « Peerless » sont plutôt insolites et assez étonnantes . En effet au début, la société Peerless Cars Ltd établie à Slough dans le Berkshire en Angleterre et dirigée par Bernie Rodger qui construisait des voitures entre 1957 et 1960 fut déclarée en faillite en février 1960. Bernie Rodger ne pouvant pas se résoudre à abandonner cette voiture qui avait rencontré un certain succès décide donc de créer une nouvelle société au nom de Bernard Rodger Developments Limited à Colnbrook dans le Buckinghamshire pour améliorer l'ancienne Peerless, qui pour l'occasion devenait alors une Warwick ....





Ce petit coupé de sport britannique conçu par Bernie Rodger était donc initialement baptisé Peerless GT au moment où la production en série a commencé en 1957 pour le compte des créateurs d'entreprise John Gordon et James Byrnes. Les deux associés financiers avaient en fait calculé qu'il serait commercialement rentable de concevoir et de construire une petite GT sportive en petite série produite à faible coût et facilement exploitable pour les gentleman drivers argentés de l'époque. Afin de limiter les coûts de fabrication la voiture sera donc construite sur la base d'une mécanique de Triumph TR3 avec les mêmes trains de roulement dans un châssis cadre tubulaire avec un pont De Dion pour la transmission et suspension arrière ....





Tous les éléments mécaniques de cette Peerless GT sont emballés dans une élégante carrosserie et au début de l’année 1957, le coupé deux places est prêt à être testé. Les résultats dépassent leurs espoirs car l’auto atteint les 200 Km/h et franchit la barre des 100 en moins de 10 secondes. Fier de leur réalisation, ils pensent que puisque cette auto est belle et performante, autant la vendre. Ils décident donc de rajouter deux places à l’arrière et d’élargir l’habitacle puis finalement de la présenter au public en exclusivité au salon de l’automobile de Paris en 1957 ....





L’accueil de la Peerless GT y est plus que chaleureux. Les dirigeants de Triumph sont enthousiastes. Sitôt le salon terminé, la voiture file à l’usine Triumph pour être décortiquée et la marque décide de soutenir le projet. Triumph fournit aussi de nombreuses pièces mécaniques et d’accastillage à bas prix, la production des châssis et l’assemblage de la mécanique sont sous-traités chez un spécialiste du coin. Seule la carrosserie qui pose problème est produite par British Resin Products Company, voisine de palier elle aussi, qui apporte la solution avec une coque en plastique renforcé de fibre de verre. La société peut livrer des coques montées pour un coût tout à fait raccord avec le cahier des charges en moins de dix jours ....





Les lignes de la Peerless GT sont superbes, plutôt basse, bien équilibrée, elle intègre parfaitement la mode des ailerons et le toit de 2+2 des sportives anglaises. A l’intérieur, l’ergonomie est reprise de celle de TR3, qui était dans la bonne moyenne pour l’époque. La sellerie en vinyle présente un assez bel aspect. John Gordon fera ajouter des leviers de vitre en provenance de Rolls Royce qui avec un quart de tour suffisent à monter ou à baisser la fenêtre. Finalement, en Mai 1958, la première Peerless GT en résine sort des chaînes pour être directement inscrite aux 24 Heures du Mans ou elle finira 16eme sous une pluie battante. Cet événement va enfoncer le clou et dorénavant la voiture possède une notoriété folle. Les journaux l’encensent, la qualifiant de Family Sport Car simple et très facile à entretenir ....





Les prévisions de vente de la Peerless GT sont de 1500 autos par an. Seulement, l’usine n’arrive pas à suivre car les commandes affluent et les délais s’allongent. Finalement la marque mère, aux USA qui est plus que mal en point doit déposer le bilan, retirant au passage à Peerless Cars UK le droit d’utiliser ce nom. Comme en Angleterre, l’argent ne rentre pas autant que prévu, les deux compères restant décident de se dissocier de la marque américaine mettant fin à l’aventure de la Peerlees GT après une production totale de 300 véhicules. Ne souhaitant cependant pas perdre les investissements réalisés, Jimmy et Bernie revoient légèrement leur copie en équipant la Peerless d’un capot basculant d’une pièce, d’un châssis et d’une coque renforcés. Ils lancent ainsi la nouvelle version Warwick GT en 1960 ....





La phase 2 Warwick GT sera moulée en une seule partie, la rendant à la fois bien plus rigide et plus légère. Au passage, les phares reculent dans leur logement, la calandre abandonne le P de Peerless, les fixations des ouvrant changent légèrement et des buttoirs sont ajoutés aux portes. C'est maintenant une des toutes premières véritables Grand Tourisme, qui offre quatre places, une bonne tenue de route, avec une performance et un « look » de voiture de sport. Sur la route, elle assure maintenant à la fois un comportement neutre à la limite, tout en présentant un intérieur confortable avec dorénavant des sièges en cuir et une instrumentation complète. Reconnue comme assez bruyante, elle est aussi qualifiée de performante sur le plan de l’accélération et du freinage, au final une vraie GT britannique ....





Pour ce qui est de la mécanique, la petite Peerless GT etait équipée dans sa version phase 1 du même moteur que la Triumph TR3, un quatre cylindre atmosphérique de 2 litres de cylindrée qui développe une puissance de 110 chevaux à 5500 tr/mn. Après le changement de nom de Perless GT à Warwick GT, la phase 2 sera aussi proposée avec une mécanique plus ambitieuse, un 3.5 litres de cylindrée ou 305GT en alliage léger, le moteur V8 Buick qui sera ensuite aussi repris par Rover et qui développait une puissance de 165 chevaux à 5600 tr/mn. Mais malgré tous ces efforts, le répit ne sera que de courte durée car Warwick mettra à son tour la clé sous la porte en 1962 après une production de 40 exemplaires seulement ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres ou V8
  • Disposition : Avant
  • Cylindrée : 1991 cm3 ou 3500 cm3
  • Puissance : 110 ch à 5000 tr/min ou 165 à 5600 tr/mn
  • Transmission : Boite manuelle à 4 vitesses ou automatique



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © AutoReverse




La Peerless Warwick GT ...



La Peerless Warwick GT ...






JPBlogAuto

vendredi 13 janvier 2017

Rémi Bonnaure Illustrateur Graphiste






wrems00.jpg


Rémi Bonnaure, dit "As Wremss" est un artiste peintre, illustrateur et graphiste Français talentueux né à Montpellier en 1974. Résidant dans le département de l'Hérault dans la région du Languedoc. Il est aussi infographiste et designer passionné depuis son plus jeune âge de vieilles voitures américaines et européennes, et aussi de tout ce qui concerne le monde des guitares électriques et de la musique blues ....


wrems01.jpg


Après un parcours scolaire des plus classique au Lycée Jean Baptiste Dumas à Ales ou il obtient un Bac G3, Rémi Bonnaure va poursuivre par des études supérieure pour obtenir un BTS en communication et actions publicitaires au Lycée Jean Monnet à Montpellier. Il va ensuite vouloir se perfectionner à la "technique du trompe l’œil" et va donc suivre une formation spécifique à l’École Images de Nîmes ....





Comme vous l'aurez sans doute compris à la vue de ses travaux, Rémi Bonnaure est aussi passionné par la mécanique et la culture Américaine et donc fatalement ses dessins sont aussi inspirés par des Hot-rods et des Kustoms. Afin de compléter ses compétences, il est aussi passé par l’École BGS à Paris qui propose une formation plus poussée d'infographiste webdesigner spécialisé dans le graphisme web ....





En 2001, avec ses diplômes en poche, Rémi Bonnaure va rentrer dans la vie active professionnelle dans une Web-agency sur Paris "Numeriland" pour qui il va réaliser des travaux promotionnels pour des grandes marques telles que Nike, Wilkinson, Wanadoo, Playtex, Zebank, Chateaudeau, Tetrapond,ou Peugeot. Par la suite il devient le Directeur artistique d'une autre entreprise spécialisée Dreamcentury toujours à Paris, et ceci pendant cinq longues années, de 2002 à 2007 ....





Finalement lassé de la vie trépidante parisienne, Rémi Bonnaure va décider en 2007 de rejoindre sa région natale ou il trouvera un nouvel employeur, Actiplay à Montpellier, qui va lui proposer un poste pendant 8 ans en tant que Graphiste webdesigner 2D, pour la réalisation de sites professionnels et promotionnels pour des grandes marques telles que Air France, Renault, Brossard, Canal+, Quick, Elba, Système U, Bic, Ferrero, Mc Donald, Coca Cola, Kinder, Kellog's, ou Carrefour ....





De 2015 à Juin 2016, Rémi Bonnaure va assurer pendant quelques mois une mission freelance dans une nouvelle société EXM Company de Montpellier pour la réalisation de modules e-learning, mais également de web design pour leur antenne de Lyon et aussi de recherche de logos pour leurs annexe de Toulouse. Pour Rémi il s'agissait d'un emploi alimentaire car son projet de s'installer à son compte avec sa société personnelle était lancé, mais il fallait un peu de temps pour démarrer l'activité ....





Les dessins et les travaux de Rémi Bonnaure sont soignés et précis car il est très méticuleux dans toutes ses créations et on sent bien qu'il aime le travail bien fait. Aujourd'hui reconnu et réputé son œuvre plutôt conséquente se vends fort bien car il propose un travail unique et de qualité sur commande ou sur stock qui demande pour chaque illustration entre 25 et 30 heures de travail au minimum suivant l'importance des transformations et les modifications envisagées sur la voiture de base ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © As-Wremss





JPBlogAuto

jeudi 5 janvier 2017

Prospectus Automobiles Vintage






pro00.jpg


Quel passionné d'automobiles n'a pas en sa possession au moins un exemplaire d'un quelconque document publicitaire d'une marque qu'il affectionne. Que ce soit un catalogue, un flyer, une brochure, un prospectus, un dépliant, une carte postale ou un dossier, le choix est si vaste et si varié que certains en font même collection ....


pro0a.jpg


Je me suis volontairement limité dans cet article pour vous présenter seulement un petit échantillon de quelques prospectus basiques, donc un simple feuillet en recto verso sur un papier légèrement épais et d'un format plutôt réduit. Il faut savoir que le premier prospectus publicitaire a été édité par Panhard et Levassor en 1892 et que c'est ensuite devenu un support en vogue très prisé par tous les constructeurs automobiles. Après guerre, toutes les marques, même les plus rares, populaires ou luxueuses ont droit aussi à leur prospectus, c'est devenu un incontournable ....





Suivant la marque automobile qui le produit, le prospectus publicitaire est souvent une question de moyens, d'inspiration ou simplement de mode. Tantôt basiquement descriptif, quelque fois poétique, simplement technique ou au mieux artistique, le prospectus publicitaire fait souvent rêver et permet à celui qui les collectionne de rassembler un musée imaginaire que personne n'arriverait à concrétiser en réel ....





Si les plus anciens prospectus publicitaires des années 30 à 40 étaient les plus simples et les plus classiques, le plus souvent en noir et blanc ou au mieux en trois couleurs avec un message très court qui devait frapper les esprits, ceux des années 50 étaient carrément plus beaux, bien plus soignés et invitaient donc a une visite au showroom de la marque pour un essai de la voiture présentée. En fait ils créaient un style à part entière car ils étaient illustrés de dessins très réalistes et colorés ....





Ce style si particulier du genre art-déco est le plus recherché par les collectionneurs car on y trouve des œuvres graphiques de dessinateurs illustrateurs célèbres de l'époque comme par exemple Géo Ham, Alex Kow, Rob Roy, Janko, Gerry Bishop, Théo Brugière, R. Géri, René Luc, Raoul Auger, Luc Barbier, André Bermond, Philippe Chapellier, Pierre Collet, André Dumas, ou aussi Théo Roger ....





A une époque aujourd'hui révolue ou les nouvelles technologies modernes du numérique et de la photo n'avaient pas encore pris le pas sur la peinture ou l'aquarelle, les superbes dessins et les magnifiques illustrations réalisés par ces artistes de grand talent faisaient le bonheur de toutes les marques automobiles de l'époque qui n'hésitaient pas à faire appel à leur service pour leurs prospectus ....





Cette époque révolue mais tellement kitch et vintage fait aussi le bonheur des collectionneurs les plus avertis car il est essentiel que les souvenirs de chaque génération soient préservés. En effet, il n’y a pas bien longtemps, les amateurs de voitures anciennes ne juraient que par l’avant-guerre, mais les voitures populaires des années 50 sont aujourd'hui reconnues comme "collectionnables" et ont donc suscité un nouvel engouement pour les prospectus publicitaires qui s'y rattachent ....





L'intérêt pour ces prospectus des années 50 se double d’une rareté évidente car aujourd'hui beaucoup des marques automobile de l'époque ont disparues. En effet plus de Salmson, Talbot, Panhard, Hotchkiss, Delage, Delahaye, Rosengart, Facel Vega, Simca, ou Matford, sans parler de la production étrangère, et donc ces différents prospectus sont aujourd'hui très recherchés par les collectionneurs. Pour les français, les début du "marché commun" ont accéléré l’importation de véhicules étrangers comme les Fiat, Ford, Austin, Opel, ou Mercedes qui devenaient enfin abordables. Ces marques rivalisaient de moyens publicitaires de plus en plus importants pour se faire une place aux côtés de nos constructeurs nationaux ....


pro0b.jpg


Le dessin a progressivement laissé la place a la photographie a partir de 1960 car ces années virent la généralisation de la quadrichromie, et donc une meilleure qualité de l’illustration photo qui poussait vers la sortie les artistes illustrateurs des années précédentes. Les collectionneurs avertis estiment à plus d'un million le nombre de catalogues ou prospectus publicitaires automobiles différents imprimés, c’est dire le travail de recherche qui reste à accomplir si vous souhaitez vous lancer, courage ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Tido © - Zazzle






JPBlogAuto

- page 1 de 62