@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Cosworth

Fil des billets

vendredi 18 décembre 2009

McLaren MP4-12C - 2010



MCLAREN MP4-12C ….







Le pilote Néo-Zélandais Bruce McLaren fonde en 1963 sa propre structure McLaren Motor Racing Ltd avec pour objectif d’engager des châssis Cooper en Formule 1 et en endurance . Ce n'est qu'en 1966 que l'équipe McLaren devient non plus préparateur, mais un constructeur à part entière . A partir de 1968, motorisée par un Cosworth, l’équipe va commencer à connaître le succès . Au début des années 80, reprise par le célèbre Ron Dennis, l’équipe va prendre la dimension que l’on sait pour devenir un top team qui de nos jours présente le plus beau palmarès de la F1 juste derrière Ferrari . Uniquement axé sur la construction de voiture de course, il faudra attendre le début des années 90 et l’entrée de Mercedes dans son capital pour que McLaren Automotive se décide à construire sa première GT de route, la McLaren F1 ….



Avec son architecture à moteur central et son cockpit avancé, la nouvelle McLaren MP4-12C est la digne descendante de la mythique F1 de 1993 génial Gordon Murray . Selon le manufacturier anglais spécialiste des supercars, cette nouvelle sportive avec son architecture à moteur central et son cockpit avancé viendra jouer dans la catégorie des GT où elle retrouvera notamment la Ferrari 458 Italia, la Lamborghini Gallardo, la Porsche 911 Turbo ou encore l'Aston Martin DB9 . Bien que plus agressif, son design fait toujours la part belle à la fluidité et aux formes épurés . Dénuée d'appendice aérodynamique disgracieux, la MP4-12C compte sur l'appui généré par sa carrosserie, et sur un aileron déployable pour optimiser ses freinages . Conçue avec le même souci de légèreté que l’ancienne F1, la MP4-12C s'en éloigne en revanche en matière d'aides à la conduite . Inexistantes sur la première, elles sont en nombre sur la seconde, qui intègre désormais un correcteur de trajectoire avec fonction autobloquant, des configurations de suspensions et d'assitances adaptées aux mauvaises conditions et un "launch control" pour les plus joueurs . Pour autant, contrairement à son aînée, la MP4-12C ne bénéficie pas d'une coque en carbone et seule sa cellule centrale, pesant moins de 80 kg, fait appel à ce matériau ce qui augure d'un tarif plus abordable ….



La suspension "Proactive" de la McLaren MP4-12C repose sur un schéma à double triangulation et ressorts hélicoïdaux à l'avant et à l'arrière disponible en trois modes, Normal, Sport et High Performance ainsi que le système de freinage Brake Steer qui ralentit la roue arrière intérieure dans le virage . Les amortisseurs sont interconnectés entre eux grâce à un circuit hydraulique et ce système très évolué permet de supprimer les barres antiroulis traditionnelles . Au risque de faire hurler bon nombre de puristes, McLaren a renoncé à installer sur cette sportive un différentiel autobloquant, jugé trop lourd et son rôle est assuré par une fonction évoluée du contrôle de trajectoire . La MP4-12C est une propulsion à moteur central dont la structure baptisée Carbon Monocell est inspirée des coques de F1 et doit permettre à cette auto d'afficher un poids contenu et une répartition des masses qui est de 43/57. Le freinage et la suspension hydraulique complexe sont sous contrôle permanent afin d'offrir un comportement d'une efficacité diabolique . La MP4-12C propose une boîte, dotée d'une fonction appelée Pre-Cog qui anticipe le passage de vitesse, à double embrayage SSG (Seamless Shift Gearbox), ultralégère à 7 rapports et plusieurs modes de fonctionnement (auto, sport, hiver, launch control), dont les palettes de commandes au volant fonctionnent comme en F1, on tire pour monter les rapports et on pousse pour les descendre ....



La McLaren MP4-12C abrite sous son capot moteur un tout nouveau V8 entièrement fait maison d’une cylindrée de 3.8 litres bi-turbo développant la bagatelle de 615 chevaux à 8.500 tr/min pour un couple maxi de 600 Nm dont 80% sont disponibles dès 2000 tr/mn . Elle bénéficie notamment d’une monte en pneumatiques Pirelli de 19 pouces à l'avant et de 20 pouces à l'arrière, développée spécialement pour elle . Inutile de préciser que les performances de ce missile sont vraiment à la hauteur avec le 0 à 100km/h effectué en moins de 4 secondes et la v-max qui dépasse les 320 km/h . Ce qui range à coup sur la McLaren MP4-12C dans la catégorie des supercars, c'est l'utilisation du carbone pour sa coque mais aussi l’extrème qualité de sa finition . En fait elle semble réunir tous les ingrédients d'une supercar de rêve, belle, très performante, très bien équilibrée et malgré tout luxueuse et confortable . Autre avantage, celui du prix car la nouvelle McLaren devrait en effet être bien plus accessible que sa devancière en étant facturée moins de 200.000 euros, la concurrence va faire la grimace ….



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8 biturbo
  • Cylindrée : 3.8 Litres
  • Puissance : 615 chevaux à 8.500 tr/min
  • Couple : 600 Nm à 2.000 t/mn
  • Vitesse : 320 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’9
  • Boîte : Pre-Cog SSG à 7 rapports






La Mclaren MP4-12C, c'est ça ...





JPBlogAuto

samedi 28 novembre 2009

Mastretta MXT Coupé - 2009



MASTRETTA MXT COUPE ….







Si le Mexique est plus connu pour ses "guerilleros" révolutionnaires du genre "Pancho Villa" ou ses fameuses distilleries de téquila que pour son industrie automobile, il est cependant le dernier pays à avoir construit la célèbre "Coccinelle VW" et l'un des rares à avoir proposé quelques sportives marginales comme la Willis Interlagos dont je vous avez déjà parlé dans un précédent billet . Fidèle à cette tradition, la firme Mastretta Design crée en 1987 est une société spécialisée en design industriel, et également en transformation automobile à ses heures . Bien que totalement inconnue sur le plan mondial, voire même très discrète chez elle au Mexique, elle a dessiné et conçue au cours des années 90, des véhicules au style parfois arrogant, rétro, utilitaire et parfois même baroque, généralement sur la base du châssis et des mécaniques de la "Volkswagen New Beetle" ….



Depuis 2007, cette firme de design annonce ses intentions d’œuvrer sur un registre supérieur en produisant un petit coupé sportif qui pour ce qui est du style ne révolutionne pas le genre mais fait preuve d'une certaine agressivité notamment grâce à ses hanches prononcées et à ses grosses entrées d'air en façade, un look "muy caliente". La Mastretta MXT est un petit coupé 2 places hautes performances à châssis aluminium et carrosserie en fibre de verre dévoilé récemment dans le cadre du Salon de l’auto de Londres . Ce n’est nullement par hasard si les dirigeants de Mastretta Design ont choisis le Salon de Londres pour dévoiler leur nouveau coupé car comme chacun sait, l'Angleterre est le royaume du petit constructeur indépendant de petites voitures de sport à tirage limité comme Lotus, Morgan, Caterham, Ginetta ou TVR, pour ne citer que ceux-là ….



La conception, le design et tous les éléments mécaniques ainsi que technologiques, exception faite de sa motorisation, sont faits maison . La Mastretta MXT ne pèse que 900 kilos grâce à l’utilisation d’un châssis semi-monocoque et plusieurs pièces en aluminium, associés à une carrosserie en fibre de verre . La direction à crémaillère est extrêmement directe passant d’une butée à l’autre en seulement 2,8 tours . Ses suspensions à double bras sont d’une fermeté exemplaire, mais bien amortie afin que son pilote, ne passe pas tout son temps chez son kiné . Cette petite bombe voit ses élans stopper par de puissants freins à disques de diamètre de 293mm, appuyés par un système antiblocage ABS performant . La transmission est confiée à une boîte manuelle à 5 rapports bien étagée qui participe au plaisir de conduite . La tenue de route est elle aussi à la hauteur grâce à la bonne répartition des masses et au centre de gravité assez bas d’autant que l’utilisation de jantes larges de 17 pouces en aluminium et les pneus de dimensions généreuses de 205/45 à l’avant et 235/45 à l’arrière participent grandement à la stabilité du véhicule ....



Ce qui range à coup sur la Mastretta MXT dans la catégorie des GT, c'est l'utilisation de la fibre de verre pour sa carrosserie, mais aussi de sa mécanique performante . Sous le capot de ce joli coupé sport deux places à propulsion, se cache un moteur central signé Ford Cosworth de la famille Duratec, muni d’un turbocompresseur . Il s’agit d’un quatre cylindres de 2,0 litres développant 240 chevaux et 249 Nm de couple . Un vrai moteur calibré à l’Européenne, afin de répondre aux goûts de ces derniers . Avec une telle cavalerie, le petit bolide propose des performances intéressantes et il peut atteindre les 100 km/h en moins de 5 secondes, tout en offrant une vitesse de pointe maxi de 241 km/h . Bref, même si la Mastretta MXT reprend des éléments mécaniques Ford, elle semble réunir tous les ingrédients d'une supercar de rêve . Ne boudons pas notre plaisir, cette propulsion magnifique est performante et bien finie . En ce qui concerne l'habitacle, ses géniteurs l'ont revêtu de cuir et équipé de la climatisation avec une instrumentation dignes d’une voiture de sport hautes performances ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 Cylindres Turbo
  • Cylindrée : 2.0 Litres
  • Puissance : 240 chevaux
  • Couple : 249 Nm à 5500 t/mn
  • Vitesse : 241 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 5’’0






La Mastretta MXT, c'est ça ...

<





JPBlogAuto

lundi 16 novembre 2009

Marussia B2 - 2010



MARUSSIA B2 ….







Débuter dans la construction automobile en produisant directement une GT sportive paraît être le sport à la mode car après l’Espagne avec la GTA Spano, la Russie elle aussi propose sa supercar nationale . « Marussia  » est une entreprise née du désir du richissime Nikolaï Fomenko ( ancien chanteur reconnu et ancien présentateur TV ) et de Yefim Ostrovsky de produire une supercar russe pour aller taquiner les Ferrari, Porsche et autres Lamborghini sur les routes mais aussi sur la piste . Fin 2007 déjà, Marussia s’était fait connaître avec fracas en dévoilant sa première voiture, la berlinette B1 . Mais récemment au dernier salon de Francfort, la firme russe nous dévoile leur dernier bébé qui vient d'être homologué dans son pays natal, et autant le dire tout de suite, ils ont réussi à fabriquer une supercar au design particulièrement attirant ….



La Marussia est une voiture de sport d’un genre nouveau . Cette stricte deux places pourrait se définir comme une voiture de sport à la personnalisation ultime car le client choisit la carrosserie et les spécifications . En fait, Marussia permet au client de choisir aussi bien les équipements qu'il désire dans sa voiture, les aspects techniques mais également la carrosserie qui lui plait . Ainsi, ils sont capables de modifier également le look général de l'auto à la demande . Généralement, ce type de projet de designer brille soit par une immaturité bien compréhensible, soit par un penchant too much qui laisse penser que le designer a voulu impressionner à tout prix et donc le résultat est souvent décevant . Mais ici, le look de l'engin est cohérent et saisissant, une auto à l’aspect dynamique et pas trop dérangeant tout en étant dans l’air du temps ….



La Marussia est une voiture de sport hybride qui associe un V6 3,5 litres développant 245 chevaux (sans doute d’origine Renault-Nissan) à un moteur électrique dont l’autonomie permettrait de parcourir 400 km . Mais comme nous somme dans le créneau de la fabrication personnalisée, il est possible d’avoir plusieurs motorisations, hybride ou non car le constructeur verrait bien sa Marussia engagée dès 2010 en FIA GT, sans doute dans le nouveau championnat européen GT2 . A la demande donc, la voiture peu être propulsée par un V6 (conçu en collaboration avec Cosworth) de 3,6 litres de cylindrée qui développe 430 chevaux . Avec un poids contenu de 1100 kilos, elle promet des performances à la hauteur avec un 0 à 100 km/h avalé en 3,8 secondes et une vitesse de pointe de l’ordre de 250 km/h . La transmission est confiée à une boîte robotisée avec palettes au volant de 5 vitesses et le freinage propose des disques ventilés avec quatre pistons par étriers, une vraie GT sportive avec un vrai look ....



Ce qui range à coup sur la Marussia dans la catégorie des supercars, c'est l'utilisation du carbone pour sa coque mais aussi la qualité de montage et des équipements . Ainsi, le tableau de bord tout en courbe comporte trois écrans LCD qui permettent l’accès au GPS, à la Hifi Bose avec ampli 5.1, à la TV, au Wifi, au Bluetooth, au Wimax, et qui offrent toutes les connections disponibles sur le marché . Cerise sur le gâteau, les amateurs de musique apprécieront le disque dur de 500 Go qui est à disposition pour stocker tous les types d’informations, de musiques ou de films . Bref, même si la Marussia reprend des éléments mécaniques Renault, Nissan ou même Cosworth, elle semble réunir tous les ingrédients d'une supercar de rêve . Cependant, déclinée en de multiples versions, son tarif s’échelonne entre 70 et 100.000 €, suivant la motorisation et les équipements que vous aurez choisis ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V6
  • Cylindrée : 3.6 Litres
  • Puissance : 430 chevaux
  • Poids : 1100 Kg
  • Vitesse : 250 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’8






La Marussia B2, c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 2 de 3 -