@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Coupé

Fil des billets

vendredi 2 septembre 2016

Jensen C.V8 - 1963







jensen00.jpg



L’histoire de la marque automobile britannique Jensen est intimement liée à celle des frères Richard et Allan Jensen d'origine danoise qui débute dans la production de carrosseries spéciales sur des châssis de grande série. Dès 1928, ils construisent leur première voiture à partir d'une Austin Seven de 1925. Puis, en 1934, les frères Jensen baptisent en leur nom l’entreprise dont ils ont pris le contrôle en 1931, la Carter Greens Company. Basée à West Bromwich dans les Midlands, la nouvelle petite compagnie anglaise d'automobile Jensen Motors Ltd se contente à ses débuts de transformer des voitures de tourisme en habillant sous forme de cabriolet ou de coupé des châssis d'autres marques Ford, Triumph, Morris, Singer, et Wolseley ....





La véritable première voiture de la marque, baptisée Jensen Interceptor, est une relecture de l’Austin A60 dont le design revient à Eric Neale et sera produite en 1949. Il se voit confier la Jensen 541 en 1953, un élégant coupé à la coque toute en fibre de verre et équipé du moteur Austin de 4 litres qui sera produite en plusieurs versions jusqu'en 1959. Parallèlement, l’entreprise continue de travailler aussi pour d’autres constructeurs, notamment pour l’assemblage de la Volvo P1800 apparue en 1961, de l'Austin Healey 100/6, du 4X4 Austin Gipsy, ou du roadster Sunbeam Tiger. Ce n'est finalement qu'en octobre 1962 qu'un tout nouveau coupé 4 places du type 2+2, la Jensen CV-8 prend le relais de la 541 S. Sa ligne dégage une élégance et un caractère certain, de plus elle est particulièrement confortable, très bien équipée et insonorisée, elle joue d’emblée dans la cour des GT performantes et affûtées ....





Présentée au Salon de Londres en 1962, et effectivement livrée aux premiers clients début 1963, la Jensen CV-8 succédait progressivement à l'ancienne 541. A la pureté du dessin initial avait succédé un avant et un arrière totalement remaniés qui offrait maintenant un résultat assez spectaculaire. En effet le look général de la voiture semble rappeler un compromis entre une berline Jaguar et un coupé Mercedes 300, un patchwork plutôt étonnant et insolite. Lors de l'étude de la voiture, il avait était initialement prévu qu'un plexiglas vienne couvrir les feux avant à l'image de la Jaguar Type E, mais une modification de dernière minute dans le programme aboutit à leur suppression pure et simple et il était trop tard pour redessiner les ailes ....





La Jensen CV-8 dispose d'un châssis très considérablement modifié par rapport à celui de la 541 pour le renforcer afin de mieux encaisser la motorisation puissante de son V8 Américain. De plus, qui dit puissance accrue dit obligatoirement freinage renforcé. Donc côté freinage la firme n'a pas lésiné en adoptant quatre freins à disques Dunlop largement dimensionnés et un système hydraulique à double circuit. Un pont arrière renforcé et équipé d'un différentiel à glissement limité permet également de bien répartir toute la puissance au châssis de cette GT tumultueuse. Pour domestiquer au mieux toute cette cavalerie, une boîte de vitesses automatique à 3 rapports Chrysler Torqueflite réputée très robuste et souple a été adoptée ....





La Jensen CV-8 propose également en série une suspension réglable avec des amortisseurs Selectaride électriques pour choisir un mode confort ou un mode performance au choix du propriétaire. Il faut savoir que dans les années 60, c'était une des rares GT capables de telles performances, en fait une des voitures à quatre places faisant parti des plus rapides de son époque. Les versions suivantes MKII et MKIII ne subiront que de très légères améliorations ou des changements mineurs comme par exemple de nouveaux pare-chocs ou la modification des charnières du couvercle de la malle arrière. L'habitacle sera lui aussi amélioré avec maintenant de nouveaux sièges avant plus enveloppants ou aussi le chauffage et la ventilation plus puissants ou même l'adoption d'une lunette arrière chauffante électriquement ....





Outre cette étonnante Jensen CV-8, la firme à aussi construit deux exemplaires en cabriolet et un unique exemplaire en roadster. Quelques rares exemplaires furent également fabriqués en conduite à gauche. Il s'agit en fait de la dernière " vraie Jensen ", car conçue sous l'autorité des deux frères Jensen avant qu'ils ne quittent finalement l'entreprise qui porte leur nom en 1967 ayant vendu leurs parts au Groupe Norcros. A l'époque, Jensen se posait en concurrent direct de Jaguar ou même de Aston Martin, à la différence qu'il avait fait le choix de ne pas s'investir dans la compétition. Ce modèle fut produit dans ses différentes versions à seulement environ 500 exemplaires. Évidemment, la société ne pouvait survivre avec ce faible niveau d'activité, et seules les opérations de sous-traitance permettaient de s'offrir un tel luxe. La C-V8 s'adressait essentiellement à une clientèle aisée car il fallait en effet disposer de moyens conséquents pour s'en offrir une, quand on sait qu'une Jaguar Mk II était facturée quasiment 50 % moins cher, ou qu'aux USA vous pouviez vous offrir aussi deux Corvette pour le même tarif ....





L'emménagement intérieur de cette étonnante Jensen C-V8 était lui aussi d'assez bonne facture. En effet le tableau de bord était équipé de six compteurs, quatre petits et deux gros, qui permettaient une surveillance complète et facile de la mécanique en offrant tous les contrôles possibles. De plus pour une voiture GT de tendance sportive un côté assez luxueux avait été conservé avec du cuir de couleur et des inserts et un tableau de bord en bois du plus bel effet. La console centrale, les divers accessoires, la climatisation, l'équipement audio, le volant alu cerclé de bois et les moquettes épaisses participaient aussi au confort général de cette GT ....





Pour ce qui est de la mécanique, le coupé Jensen C-V8 était équipée dans sa version la plus puissante d'un moteur américain provenant de la gamme Chrysler. Ce moteur est en fait un V8 d'une cylindrée de 6,3 litres et admission à 16 soupapes qui développe une puissance de 335 chevaux à 5000 tr/mn et un couple de 535 Nm à 3000 tr/min. Il est accouplé avec une boîte automatique à 3 rapports lui donnant des performances très honorables pour l'époque avec une vitesse maximale de 230 km/h. Une boite de vitesses entièrement manuelle est également disponible en option mais au final elle ne sera utilisée que sur les versions les plus sportives ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V 8 Chrysler
  • Disposition : Longitudinale Avant
  • Cylindrée : 6300 cm3
  • Puissance : 335 ch à 5000 tr/min
  • Couple : 535 Nm à 3000 tr/min
  • Transmission : Boite automatique à 3 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Jensen




La Jensen CV8 ...






JPBlogAuto

vendredi 5 août 2016

HMC Hidalgo - 2010







hidalgo00.jpg



Actuellement, la marque automobile Suisse HMC n'est pas vraiment connue du grand public et même pas en Europe. Force est de constater que pour l'instant vraiment très peu de constructeurs Suisses, pour ne pas dire aucun, sont implantés sur le vieux continent et que en plus cette jeune société ne produit des voitures uniquement qu'au compte goutte. En effet, la société Helvetic Motor Company, n'a été fondée seulement qu'en 2010. Il s'agit en fait d'une petite entreprise de construction et de transformation automobile qui est basée en Suisse dans le district de la petite commune de Kleinandelfingen située dans le canton de Zurich ....


hidalgo01.jpg


Pour l'instant cette jeune société dirigée par Christof Würgler qui emploie des anciens ingénieurs de Formule 1 n'a construit qu'un seul modèle de voiture, mais qu'elle voiture, un modèle qui sort vraiment des sentiers battus. Elle a pour nom HMC Hidalgo et c'est véritablement une merveille quasiment une œuvre d'art. Force est de reconnaitre que pour un coup d'essai c'est un vrai coup de maître car au final cette voiture au style plutôt néo-rétro un peu kitsch est vraiment sublime ....


hidalgo02.jpg


L'insolite HMC Hidalgo est née des désirs d’un riche client de cette très discrète entreprise Suisse qui avait une Mercedes SLK AMG, voiture déjà chère et rare, mais qui rêvait de posséder une Bugatti Atlantique autant dire le Saint Graal. Chez HMC, ils ont carrément relevé ce défi incroyable et se sont lancés dans la modification profonde du coupé-cabriolet Mercedes dans le but de créer un modèle exclusif alliant look rétro et plaisir de conduire comme le souhaitais le client potentiel ....


hidalgo03.jpg


Force est de reconnaitre que le défi technique était de taille. En effet il fallait allier une esthétique classique ayant quelques similitudes avec la célèbre Bugatti Type 57 ou la mythique Bugatti Atantique, mais aussi proposer une technologie moderne et Hi-Tech issue de la Mercedes SLK AMG, pas gagné d'avance, un véritable casse tête technologique. Mais le résultat est la car vu sous tous les angles, la très étonnante HMC Hidalgo remue des émotions nouvelles, c'est effectivement une automobile d'exception, comme créée dans les années 30, mais par des artisans actuels, leaders dans les dernières technologies disponibles. Cette combinaison moderne plus ou moins subtile produit au final un mélange fascinant et vraiment très désirable ....


hidalgo04.jpg


La réflexion chez HMC partait du constat que dans les années 1920 à 1940 il était courant d'acheter un châssis roulant avec sa motorisation et de le faire habiller par un carrossier styliste designer indépendant. On peut même dire que ce furent les années les plus prolifiques de cette pratique courante qui ont produit quelques unes des plus belles et artistiques voitures que nous ayons jamais vu. C'était l'âge d'or de la carrosserie, Bugatti, Talbot, Hispano-Suiza, presque un art perdu, parce que l'apparition dans les années 50 des carrosseries autoporteuses, a sonné le glas des carrossiers dites de "haute couture" qui habillaient les châssis sur commande. C'est finalement cette solution qui sera adoptée pour la sensuelle HMC Hidalgo ....


hidalgo05.jpg


Pour HMC le travail était assez simple, il suffisait d'utiliser des panneaux en polyester formant une sorte de clone de Bugatti Atalante et de les repositionner en place des éléments de carrosserie d'origine, tout en conservant un maximum de la voiture "donneuse", la Mercedes SLK. Mais ce n'est quand même pas aussi simple car pour créer une sorte de voiture des années 30, qui ressemble effectivement à une voiture des années 30, il est impératif de modifier l'empattement ce qui est très complexe avec un moteur avant et propulsion arrière. En effet pour bien rallonger l'empattement il faut pour cela avancer tout le train avant de la HMC Hidalgo ....


hidalgo06.jpg


Pour mener à bien cette transformation de la HMC Hidalgo, il y a un faux-châssis pour augmenter l'empattement et supporter l'essieu avant, car il était nécessaire pour le look général, de modifier la position du moteur et de la colonne de direction. Tout a été réalisé à la main. Des moules en céramique ont été utilisés pour la fabrication des composants en carbone et en fibres de verre, combiné avec le reste de la carrosserie de la Mercedes. L'habitacle entier est lui aussi celui de la Mercedes avec seulement un changement des cuirs et des moquettes. Plus de 6.000 heures de travail seront nécessaires pour mener à bien toute la transformation ....


hidalgo07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique, la HMC Hidalgo est disponible avec le même moteur que la voiture donneuse, à savoir un V8 de 5,4 litres revu par AMG développant 360 chevaux à 5750 t/mn et 510 Nm de couple à 4000 t/mn qui se cache sous son capot avant, lui permettant de revendiquer un 0 à 100 km/h effectué en 3,4 secondes. Cette puissance est transmise aux roues arrière par un pont autobloquant et une boite robotisée à sept vitesses de type 7G-Tronic de chez Mercedes ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8 AMG
  • Cylindrée : 5400 cm3
  • Puissance : 360 ch à 5750 t/mn
  • Couple : 510 Nm à 4000 t/mn
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : 7G-Tronic Mercedes



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © HMC




La HMC Hidalgo de 2010 ...



La HMC Hidalgo de 2010 ...








JPBlogAuto

vendredi 29 juillet 2016

Ermanno Cressoni







cressoni00.jpg



cressoni01.jpg


Ermanno Cressoni est né le 22 Juillet 1939 à Milan et décédé le 30 Juin 2005 à Milan en Italie. C'est un designer automobile Italien réputé qui n'a travaillé que dans son pays d'origine. Il a conçu des modèles très importants pour Alfa Romeo et Fiat au cours de sa carrière. De nos jours il est considéré par tous les spécialistes du monde automobile comme l'un des grands designers qui a eu le mérite de laisser la plus grande liberté aux stylistes, en encourageant l'expression de leur créativité et se déclarant prêt à accueillir des points de vue différents, au nom de l'innovation ....


cressoni03.jpg


Après avoir poursuivi avec succès des études d'architecture à Milan, Ermanno Cressoni tout juste diplômé est embauché à l'âge de 26 ans au Centre de Style Alfa Romeo à Arese en 1965. C'est à l'époque le tout premier architecte qui ai jamais été employé dans un centre de design automobile, du jamais vu dans la profession. Sa forte personnalité combinée avec de grandes qualités humaines, ainsi que ses compétences professionnelles ne sont pas étrangères à cette embauche qui sur le papier ne paraissait pas très évidente dans l'industrie automobile. Mais finalement ce choix assez osé du directoire de la firme surtout à l'époque va s'avérer gagnant ....





A partir de 1965 dès son embauche et pendant quelques années, le jeune Ermanno Cressoni va faire ses classes en apprenant ce nouveau métier avec application et sérieux. On lui confie l'étude graphique de lignes modernes pour peaufiner des idées de nouvelles voitures. Il étudie également des tableaux de bord différents et des emménagements intérieurs d'un nouveau genre pour habiller au mieux la gamme déjà existante mais aussi pour trouver du volume et de la place dans l'habitacle ....





En 1975, soit seulement dix ans après son embauche, la direction générale de la firme conquise par ses travaux prometteurs lui confie finalement la direction du Centre de design Alfa Romeo. Après avoir largement aidé dans le processus de création d'un grand nombre de voitures légendaires de la marque comme par exemple l'Alfetta GTV, Ermanno Cressoni va enfin pouvoir donner libre cours à son imagination et s'entourer des stylistes de son choix pour développer la gamme ....





Devenu responsable du Centre de Design alfa Romeo, Ermanno Cressoni s'attaque à la tâche avec l'aide de sa nouvelle équipe de styliste pour renouveler la gamme de la firme. Ensemble ils vont inventer en seulement deux ans les formes totalement radicales de la nouvelle Alfa Romeo Giulietta, une berline confortable et spacieuse qui sera produite à partir de 1977. Cette Guilietta va servir de modèle de base à la suivante qui sera encore une berline baptisée Alfa Romeo 33 à partir de 1983 ....





Ermanno Cressoni est considéré comme l'inventeur du design à arêtes vives, appelé «La Linea» ou la "ligne en coin", qui se retrouve sur les voitures de l'époque. En 1985 il dessine avec ce style une autre berline, la belle Alfa Romeo 75 pour laquelle il dépose un brevet qui concerne la console centrale qui comporte un espace de stockage supplémentaire à la suite de l'adoption d'un frein à main en forme de "U". En 1994, la marque propose la petite Alfa Romeo 145 une autre réussite dessinée dans son équipe par Walter da Silva équipée du moteur boxer 4 cylindres à plat ....


cressoni02.jpg

Suite au rachat d'Alfa Romeo par le géant Fiat, Ermanno Cressoni va s'occuper pendant un temps du design des deux marques avant de prendre le relais de Gian Paolo Boano à la direction exclusive du style Fiat. C'est à cette époque qu'il va s'entourer de styliste influents comme Chris Bangle, Walter de Silva ou Andreas Zapatinas qui plus tard deviendront eux aussi célèbres. Ainsi il dirige l'équipe qui donne naissance à la Fiat Cinquecento de 1991, un petit véhicule plutôt réussi, petit à l'extérieur mais grand à l'intérieur. En 1995, ce sera le tour de la Fiat Brava et son dérivé à 3 portes la Fiat Bravo qui seront élues voitures européennes de l'année ....





Cette fine équipe de stylistes dirigée par Ermanno Cressoni est également à l'origine de la très jolie voiture de sport connue sous l’appellation Fiat Coupé produite entre 1993 et 2000, la remplaçante à la fameuse Fiat 124 Coupé qui va bien vite s'imposer sur le marché avec le meilleur rapport prix/qualité/plaisir de conduire. Cette même équipe est également à l'origine du petit roadster très sympathique Fiat Barchetta avec une recette simple, un moteur pétillant dans un spider à deux places aux lignes à la fois rétro et sensuelles entièrement tourné vers la passion et le plaisir de conduite. Malheureusement cet architecte-designer qu'étais Ermanno Cressoni est mort à Milan en Juin 2005 après une lutte de plus d'un an contre le cancer ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © ItaliaSpeed



La Fiat Coupé de Ermanno Cressoni ...



L'Alfa Romeo 75 de Ermanno Cressoni ...



La Fiat Barchetta de Ermanno Cressoni ...





JPBlogAuto

- page 1 de 97