@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Coventry Climax

Fil des billets

mercredi 16 novembre 2016

Lister Le Mans XJS - 1990











Lister est un petit constructeur de voitures de sport et de course britannique implanté à Cambridge, créé en 1954 par le pilote de course Brian Lister sous le nom de George Lister & sons, re-fondé en 1986 sous le nom Lister Cars. La firme créa sa première voiture de course en 1954, ses modèles utilisaient alors des mécaniques d'origines diverses, MG, Jaguar, Chevrolet, Coventry Climax, Maserati, Cooper ou Bristol. Lister s'imposa rapidement comme l'un des spécialistes Jaguar, à l'image d'un Alpina pour BMW ou d'un AMG pour Mercedes. L'usine est située depuis 1986 à Leatherhead, dans le Surrey et produit en petite série des Jaguar XJS modifiées ....





En 1990, la firme propose la très étonnante Lister Le Mans XJS dont l'objectif de production s'élève à 50 voitures. Basée comme on l'aura compris sur une Jaguar XJS, elle était principalement destinée à une clientèle plutôt aisée british, soucieuse de se démarquer des propriétaires de GT allemandes ou italiennes. En fait chez Lister on n'aime pas les berlinettes à moteur central dont on estime la conduite trop pointue et l'habitabilité insuffisante. On va donc conserver les cuir, bois précieux, moquette épaisse, qui font le confort de cette vénérable anglaise, avec son couple et sa classe, mais en lui faisant suivre une cure de jouvence pour le côté sportif ....





Les transformations pour l'insolite Lister Le Mans XJS sont assez importantes. Tout commence à partir d'une coque nue fournie directement par Jaguar. Les ailes sont découpées avant d'être élargies à l'aide de feuilles de métal soudées par points. Toute la partie arrière est remodelée. La banquette est reculée, les vitres latérales sont prolongées et la custode adopte une forme fast-back. Les feux arrière sont rehaussés pour encadrer un aileron. Ces modifications et le montage d'un gros réservoir d'essence de 128 litres ont bien sûr diminué la capacité du coffre à bagages. A l'avant, la courbure du capot a été prolongée et l'articulation de l'ouverture inversée. Les pare-chocs sont remplacés par d'imposants boucliers en fibre de verre montés sans jointure apparente et les traditionnels marchepieds sont raccordés aux passages de roue avec le même souci d'intégration minutieuse ....





Sur cette Lister Le Mans XJS les modifications apportées au train roulant sont aussi très importantes. Les articulations de la suspension avant sont inchangées mais la géométrie est retouchée pour diminuer les réactions. La flexibilité des ressorts, plus durs, est variable et les amortisseurs sont des Koni. Les points de fixation ont été rigidifiés et la direction, plus directe, a vu son assistance diminuée. Le diamètre des disques de frein ventilés est impressionnant, 33 cm et les pinces en alliage sont à 4 pistons. Un bâti tubulaire de renfort a été ajouté sous le plancher et le principe des demi arbres porteurs a été abandonné au profit de triangles inférieurs inversés de forte section, les disques de freins, non ventilés, ont été reportés dans les roues. Ils sont eux aussi commandés par des étriers à 4 pistons. Les roues de 17 pouces en alliage démontables sont chaussées des Pirelli P Zéro de la F 40, largeur 245 à l'avant et 335 à l'arrière. Enfin une tenue de route digne d'une vraie GT sportive ....





La Lister Le Mans XJS a donc vraiment changé suite à toutes ces modifications. Si à l’époque, sur la Jaguar originale, confort rimait avec hors-bord, ça gitait, ça tanguait, ça prenait du roulis, ça levait le nez ou plongeait au freinage, aujourd'hui tout ça est révolu. La suspensions en mode chewing-gum et le châssis pas très rigide qui ne permettaient pas d'exploiter la puissance en dehors d’une ligne droite, vous faisaient vite revoir vos ardeurs en vous donnant une leçon de physique avec un rappel sur la dynamique des forces. Cette nouvelle mouture revisité en profondeur gomme définitivement tous ces défauts. On a maintenant affaire à une véritable GT du type supercar. Le gros coupé Jaguar est enfin devenu sportif et séduisant ....





L'habitacle de la Lister Le Mans XJS appartient au monde de la course mais ici tout est soigné uniquement pour ce qui est du confort du pilote. L'habitacle est traité avec le luxe d'une Aston Martin ou d'une Bentley, à grand renfort de cuir Connolly dans la plus pure tradition anglaise. La planche de bord garde ses anciens inserts en bois massif. La climatisation les vitres électriques et le système audio sont conservés en l'état. Les sièges avant sont remplacés par des Recaro entièrement regarnis alors que des baquets individuels sont aménagés à l'arrière. Des inscriptions Lister en relief sont présente sur les sièges et les contre-portes. Un petit volant italien gainé de cuir remplace le modèle d'origine. L'instrumentation n'est pratiquement pas retouchée à l'exception du compteur de vitesse qui est gradué jusqu'à 320 km/h ....





Pour ce qui est de la mécanique, l'incroyable Lister Le Mans XJS est disponible avec le moteur V12 Jaguar mais avec une augmentation de cylindrée de 5,3 litres à 7 litres. C'est le plus gros VI2 actuellement utilisé sur route. Les 7 litres ont été obtenus en augmentant l'alésage de 4 mm et la course de 14 mm. Les conduits d'admission et les culasses sont polis. Les arbres à cames au profil retouché actionnent des soupapes géantes de 45 mm de diamètre à l'admission et 37 mm à l'échappement. Les pistons forgés signés Cosworth font passer la compression à 11,2, en conservant les culasses utilisées sur les VI2 ancienne génération. La carburation est gérée par un système maison utilisant des composants Marelli Weber et des collecteurs d'admission spécifiques à deux papillons. La puissance passe à 496 à 6.200 tr/mn et le couple à 69 mkg à 3.850 tr/mn. Une autre version "Le Mans Specifications" propose deux turbos pour une puissance de 620 chevaux ....





Pour passer convenablement une telle puissance aux roues arrière, la motorisation de la Lister Le Mans XJS est accouplée avec une boite mécanique manuelle Getrag à 6 rapports dont l’arbre et les pignons ont été renforcés aidée par un embrayage bi-disque AP à commande hydraulique et d'un autobloquant lui aussi renforcé. Côté performances, la voiture, disponible en coupé ou cabriolet, est dorénavant capable d'atteindre 324 km/h, des performances du niveau de la Ferrari Testarossa, avec un 0 à 100 en moins de 5 secondes. Tout en gardant un confort de haut niveau, la Lister est devenue plus précise dans sa conduite et se montre facile et prévenante. Si elle n'a pas la rigueur d'une Alpina, cette lourde berline met une seconde pleine dans la vue à la Porsche Ruf CTR et encore, sans forcer ....



Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V12 Jaguar à injection
  • Cylindrée : 7000 cm3
  • Puissance : 620 ch à 6500 t/mn
  • Couple : 69 mkg à 3.850 tr/mn
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : Manuelle Getrag à 6 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Lister




La Lister Le Mans XJS de 1990 ...



La Lister Le Mans XJS de 1990 ...








JPBlogAuto

vendredi 30 septembre 2016

Ginetta G32 - 1988







ginetta00.jpg



"Ginetta" est une marque automobile anglaise qui débute sont activité à Woodbridge dans le Suffolk en 1958. Les modèles de la marque sont essentiellement de petits coupés à tendance sportive avec des mécaniques Coventry Climax, Ford ou BRM de 4, 6 ou 8 cylindres. Ces voitures au début de conception plutôt artisanale sont légères et élégantes et s’illustrent dans plusieurs courses pour véhicules de tourisme et aussi en course de côte. Deux options étaient possible, la voiture complètement montée ou la formule en kit au coût de revient vraiment économique. De nos jours, les voitures sont fabriquées depuis 2007 dans une nouvelle usine située près de Leeds. Depuis 2008, Ginetta participe aux Championnats de course automobile d'endurance "Le Mans Series", "American Le Mans Series" et "24 Heures du Mans" ....





Ginetta est l'une des rares marques britanniques indépendantes nées pendant les années cinquante à avoir survécu jusqu'à nos jours. En 1988, la marque lance la jolie Ginetta G32, un petit coupé à propulsion à tendance sportive avec un moteur central-arrière. Ce coupé est une stricte deux places d'une longueur de 3,75 mètres et d'une largeur de 1,65 mètres qui ne pèse que 760 kilos en ordre de marche et qui est censé concurrencer la MR-2 Toyota. Présentée pour la première fois au Salon de Birmingham en 1988, la G32 descend en droite ligne du prototype G25 de 1984 ....





A cette époque, la firme restait une entreprise aux moyens limités, sur un marché restreint. La Ginetta G32 devait notamment faire face à une forte concurrence aussi séduisante, et souvent équipée d'une mécanique assez ambitieuse. Autant dire que le créneau était assez délicat à occuper et qu'il fallait donc impérativement faire preuve d'innovations mais en adoptant des solutions assez économiques pour tirer son épingle du jeu. Les ingénieurs vont donc opter pour un design assez sobre et plutôt classique sans extravagences qui se distinguait par des formes nettes et une ceinture de caisse très basse valorisant le côté sportif de ce petit coupé. L'avant est assez fluide et plutôt élégant grace à l'adoption de phares escamotables ....





La Ginetta G32 à l’image des générations précédentes, propose des principes de construction longuement éprouvés qui demeurent les mêmes qu'aux débuts de la marque, à savoir un châssis tubulaire, léger et rigide, et une carrosserie en fibre de verre. Afin de réduire au maximum les coûts de fabrication, un grand nombre de composants utilisés sur la voiture proviennent de la banque d'organes proposée par Ford. Ainsi les portes, le pare brise et des parties intérieures de l'habitacle étaient les mêmes éléments que la Ford Fiesta. Le châssis étant entièrement galvanisé et la carrosserie en fibre de verre, le seul souci pour ce qui est de la corrosion concerne donc uniquement les portes en acier provenant de la petite Ford fiesta XR2 ....





La Ginetta G32 bien que fabriquée de façon économique et calculée proposait cependant une construction plutôt soignée. Elle utilisait les meilleurs matériaux et éléments disponibles dans la vaste banque d'organes du catalogue Ford. Son prix contenu s'en ressentait donc face à la concurrence et Ginetta qui avait des ambitions mesurées en terme de volume de vente réussi donc à atteindre ses objectifs d'environ 120 exemplaires. Le but de la marque était de produire quelques véhicules avec sérieux, pour une clientèle moyenne et ce fut un succès, ce qui permit de proposer assez rapidement une version cabriolet à performance quasiment égale ....





L'emménagement intérieur de cette étonnante Ginetta G32 était lui aussi d'assez bonne facture. En effet le tableau de bord était équipé de compteurs bien disposés qui permettaient une surveillance complète et facile de la mécanique en offrant tous les contrôles possibles. De plus pour une voiture à tendance sportive un côté assez cosy avait été conservé avec du cuir, des inserts et un tableau de bord en bois du plus bel effet. La console centrale, les vitres électriques, l'équipement audio, le volant alu gainé de cuir et les moquettes participaient aussi au confort général ....





Pour ce qui est de la mécanique, le coupé Ginetta G32 etait initialement prévu pour être équipé du moteur Ford 1600 RS Turbo. Mais le compartiment moteur exigu placé derrière les sièges chauffait tellement que Ginetta renonça à produire cette version en série. Elle fut remplacée par une version améliorée du moteur Ford 1.9 litres issu de l'Escort XR3i. Cette mécanique proposait 135 chevaux à 5750 t/mn pour un couple de 180 Nm à 2850 tr/min. Pour le freinage la voiture était équipée de freins à disques ventilés à l'avant. Equipée d'une boîte de vitesses à cinq rapports elle pouvait atteindre une vitesse maximale de 190 km/h enviable pour l'époque ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres
  • Disposition : Centrale arrière
  • Cylindrée : 1.9 litres
  • Puissance : 135 ch à 5750 tr/min
  • Couple : 180 Nm à 2850 tr/min
  • Transmission : Boite manuelle à 5 vitesses



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Ginetta




La Ginetta G 32 ...



La Ginetta G 32 ...



L'usine Ginetta aujourd'hui ...






JPBlogAuto

vendredi 12 novembre 2010

Coventry Climax Concept - 2008



COVENTRY CLIMAX CONCEPT ….







Décidément, le Royaume-Uni est un cas vraiment spécial en ce qui concerne l’industrie automobile . Quasiment tous les constructeurs prestigieux qui ont pesé lourd pendant des années ont de nos jours disparus ou ont été rachetés par des groupes étrangers . Par contre, concernant les petits artisans indépendants, ils semblent fleurir comme les tulipes au printemps . Un des deniers venus « Coventry Climax Cars » est le fruit de trois étudiants de l'Université de Coventry Auto Design qui se sont lancé dans la construction d'un nouveau Sportster typiquement britannique dont le nom a sciemment été choisi car il évoque celui d'un constructeur célèbre de moteurs de F1 patrimoine du sport automobile utilisés en Grand Prix par plusieurs équipes et qu’il rappelle donc la compétition et le sport ….



La devise des trois frères est simple : « Nous souhaitons faire revenir Coventry Climax sous les projecteurs du monde automobile en réinventant la voiture de l'avenir ». L'inspiration pour leur tout nouveau modèle la « Coventry Climax Concept » vient de la nécessité de réduire notre dépendance au pétrole tout en offrant en même temps à l'automobiliste un véhicule accrocheur, une alternative réaliste à des voitures de sport déjà existantes . Pour cela, Ils ont créé une voiture biplace de sport qui peut fonctionner au bioéthanol comme carburant et offre des performances similaires à une Lotus Elise . N’allez surtout pas croire qu’il s’agit d’une rétro-voiture ou d’une sportive hybride, non la « Coventry Climax Concept » une véritable voiture de sport moderne conçue avec les amateurs exigeants qui ont réinventé le British Sports Car en offrant une expérience de conduite unique ….



La « Coventry Climax Concept » est une voiture de sport ouverte de deux places, moderne et assez révolutionnaire qui a été conçue pour établir une nouvelle norme dans la niche des voitures de sport du marché de l'automobile . Le châssis est construit à partir de pièces moulées en aluminium léger et profilés . La carrosserie est en option soit en aluminium fabriquée à la main soit également en fibre de carbone, dans les deux cas, légère . Pour ce qui est du design, il a été entièrement orienté vers la compétition avec une allure générale qui rappelle les grandes heures du Mans . Par exemple, l'absence délibérée de portes qui signifie que de monter dans la voiture doit évoquer des souvenirs classiques de compétition . Des marques reconnues comme Koni pour les amortisseurs, Alcon pour le système de freinage ou Dymag pour les roues en carbone ont également été impliqués depuis les stades de développement de la Coventry Climax Concept ce qui rassure sur la conception technique ....



Pour ce qui est de la motorisation, la « Coventry Climax Concept » utilise un quatre cylindres qui fonctionne au bioéthanol et développe la puissance de 270 chevaux à 6500 t/mn accouplé à une boîte manuelle à 5 vitesses . L’innovation majeure selon le constructeur est ce système spécifique baptisé Control Climax mis au point par les ingénieurs qui permet une gestion personnelle de l’unité centrale du moteur (ECU) . Le conducteur de la voiture sera capable de programmer sa consommation de carburant via un ordinateur portable et faire les ajustements à l'ECU du moteur en utilisant une simple clé USB . Cette possibilité de réglages différents de la gestion du moteur permet d’avoir deux voitures en une seule . Le premier réglage économique pour la ville et le second débridé pour le sport . Vu son faible poids, la Coventry Climax Concept affiche des performances assez enviables comme le 0 à 100 abattu en moins de 4 secondes et une vitesse maxi bridée à 250 km/h ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Énergie : bioéthanol
  • Puissance : 270 chevaux
  • Vitesse : 250 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’8








La « Coventry Climax Concept », c'est ça ...



La « Coventry Climax Concept », c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 3