@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - DS

Fil des billets

vendredi 29 mars 2019

L'inévitable rapprochement entre la Formule 1 et la Formule E











Tous les passionnés de compétition automobile sont bien conscients que la pollution inquiétante qui règne sur les grandes villes, le réchauffement climatique, les émissions toxiques et d'autres facteurs liés à l'environnement sont très inquiétants pour la planète et menacent forcément le sport automobile dans son ensemble. Signe des temps, dans les travées du dernier Salon de Genève, on ne parlait que de motorisation électrique dans l’industrie avec les conséquences que l’on devine pour l’avenir du sport automobile ....





Le Championnat FIA de Formula E célèbrera le cinquantième E-Prix de sa jeune histoire ce week-end à Hong Kong, tandis que le cap du millième Grand Prix de Formule 1 sera atteint mi-avril, également en Chine, à Shanghaï. Grande puissance émergente du 21ème siècle, la Chine va exercer une influence grandissante sur le futur du secteur en représentant un marché énorme. La plupart des constructeurs y sont déjà présents et les consommateurs chinois vont dicter les grandes tendances de l’évolution de l’automobile dans les années à venir ....





Du coup, l’industrie automobile s’est engouffrée dans la brèche en pariant sur le tout-électrique, a fortiori dans la foulée du « diesel gate », et donc en orientant forcément la production vers des véhicules propres, autant que possible, et en privilégiant les motorisations électriques et/ou hybrides. Ainsi les grandes marques se positionnent dans le sport en fonction de cette tendance comme Peugeot qui s’est retiré du World RX car son passage à l’électrique a été retardé, ou Citroën qui menace d’en faire autant en WRC si les rallyes n’épousent pas la bonne cause écologique et même DS qui fait déjà partie des dix constructeurs impliqués en Formula E ....





On peu déjà constater que parmi les grandes marques présentes en Formule 1, Mercedes a déjà décidé de s’engager en Formula E dès la saison prochaine (avec HWA Racelab en poisson-pilote cette année) dans la foulée de ses concurrents allemands Audi, BMW et bientôt Porsche alors que Renault a cédé le flambeau à Nissan pour défendre les couleurs de l’Alliance dans le championnat électrique. Car pour les grands acteurs de l’industrie, le sport automobile a une raison d’être non seulement en matière de recherche et développement mais aussi sur le plan du marketing ....





Dans ce contexte, la Formule E tient le beau rôle avec un temps d'avance au détriment d’une Formule 1 qui doit se réinventer, elle dont le modèle économique obsolète met l’avenir de la discipline en danger. Le nouveau détenteur des droits commerciaux des Grands Prix, Liberty Media, peine à fédérer les écuries autour d’un projet à long terme rendant le sport à la fois économiquement et écologiquement correct. Car on sait déjà que cette problématique d’image va naturellement influencer les constructeurs dans les années à venir avec une production de masse basculant progressivement vers l’électrique d’ici 2030 ....





Dans un avenir assez proche, que va donc devenir le sport auto ? La Formule E n’a que cinq ans, mais que de chemin parcouru et quel potentiel prometteur depuis le premier E-Prix à Pékin ! La Formule 1, créée en 1950, va vers son millième Grand Prix, et pourtant c’est son avenir qui est incertain. Même si on ne peut pas du tout comparer les deux disciplines tant les monoplaces électriques sont loin de la redoutable efficacité des machines de Grand Prix, les considérables ressources déployées pour améliorer le rendement des batteries fera à terme converger les deux compétitions ....





Alors que la Formule 1 s’enferme dans un statu-quo en motorisation hybride pour avoir été incapable d’attirer un ou plusieurs nouveaux constructeurs pour la période post-2020, tôt ou tard, pensent beaucoup d’observateurs avertis et de spécialistes confirmés, les progrès technologiques vont rapprocher les performances des deux formules et l’éventualité d’une fusion s’imposera donc en toute logique ....





Pour étayer ces propos on sait déjà que les mêmes acteurs économiques sont aux manettes des deux côtés avec Liberty Global, le groupe Discovery et Liberty Media. La seule incertitude qui plane encore, c'est "quand" interviendra cette croisée des chemins, que d’aucuns estiment inévitable, et c’est la grande question à suivre, évidemment ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © FIA - © Formula1
- © FormulaE - © AutoHebdo - © F1i - © Pierre Van Vliet





JPBlogAuto

vendredi 21 décembre 2018

Chevronnés Magazine









Chevronnés est un magazine automobile français grand public, totalement indépendant, spécialisé et exclusivement dédié à la marque Citroën. Comme l’indique son nom « Chevronnés » s’adresse à tous les passionnés de la marque aux chevrons et ils sont nombreux avec pas moins de 140 clubs et 8.000 adhérents en France. Lancé en Novembre 2013 par Thierry Astier, ancien journaliste automobile amoureux de la marque du Quai de Javel, et sa femme Katel Riou photographe et graphiste de talent, la revue et édité par la société Post Scriptum Éditions à Trégourez dans le département du Finistère en Bretagne ....





Chevronnés Magazine est donc un magazine spécialisé qui veut fédérer les amateurs de Citroën cette marque populaire et avant-gardiste à part dans le paysage automobile mondial. C'est en fait le seul magazine de langue française vendu en kiosque qui fait la part belle à la riche histoire du constructeur français mais propose également toutes les dernières nouveautés systématiquement présentées à l'essai, et même de gros dossiers thématique, sans oublier le côté sportif de la marque ....





Chevronnés Magazine est un bimensuel de 84 pages plutôt luxueux avec une maquette moderne, claire et dynamique qui va plaire à tous les "Citromaniaques" car il revisite la riche histoire de la marque mais tout en étant tourné vers l'avenir. Sans pour autant oublier les nombreux passionnés de tous les anciens modèles, la revue est aussi à l'écoute de l'évolution du public et des nouveaux jeunes clients de cette marque mythique faisant la part belle à la technique et à l'innovation ....





Chevronnés Magazine est le premier magazine consacré à la marque qui ose s'éloigner du triptyque des Traction, 2 CV et DS. Parce que tous les "Citroënistes" ne se ressemblent pas et que les Visa, BX, ou XM valent mieux que leur image de modèles ringards, le magazine ambitionne de renouveler le genre sous une forme plus élégante et qualitative que ses prédécesseurs. En cette ère du tout numérique et des magazines consultés sur tablette, Thierry Astier et Katel Riou ont voulu créer un "bel objet qui se conserve", un outil de référence pour les amateurs et les collectionneurs d'anciennes ....





Chevronnés Magazine propose une véritable recherche iconographique très riche censée mettre en valeur l'esthétisme des carrosseries signées Bertoni ou Opron, aussi bien que l'avant-gardisme des intérieurs modelés par Harmand. Le tout ramené à la vie par la plume alerte de Thierry Astier et de ses collaborateurs talentueux comme Stéphane Barré, Johann Kucera, Eric Davene, ou Julien Cosso. De quoi proposer un magazine avec du fond et une forme appétissante, ce qui n’est pas toujours le fort des «mono-marques» ou mono-modèles, trop souvent rédigés avec une passion aveugle ....





Chevronnés Magazine est finalement une revue joliment ficelé et en plus intéressante pour le néophyte. On retiendra un coin bibliothèques, qui traite des nouveautés, mais aussi des incontournables avec verve et doit permettre à l’ignorant de devenir érudit de la marque aux chevrons à la recherche d’une information de qualité. Le guide d’achat, les dossiers thématiques, les essais routiers complets, les dernières nouveautés, les comptes rendus d’enchères, la côte utile et précise, les petites annonces, apportent à ce magazine un vent de fraîcheur et prouve que le média papier a encore toutes les raisons d’exister quand il est bien fait ....





Chevronnés Magazine est donc un magazine qui revisite la riche histoire de la marque en étant tourné vers l’avenir et qui ambitionne aussi de lever le voile sur des pans méconnus de l'histoire de Citroën de ces quarante dernières années. Les concepteurs souhaitaient également que le magazine soit agréable à parcourir, et d'une lecture aisée et conviviale, avec un design moderne et attrayant, car Citroën l’a été durant toute son histoire ....





Chevronnés Magazine est finalement une douce sensation promise à tous ceux qui osent s'écarter du dogme de la Citroën ancienne pour ouvrir leurs horizons aux voitures modernes sans oublier les toutes dernières Citroën de la gamme classique et celles, plus bourgeoises, de la griffe DS conçues sous l'ère Peugeot ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Citroën © - Autonews



Thierry Astier du magazine Chevronnés et la Citroën C4 Cactus ...






JPBlogAuto

samedi 17 décembre 2016

Thierry Métroz Designer






metroz00.jpg


metroz01.jpg


Thierry Métroz est un célèbre designer automobile né en 1963 en France qui est largement connu dans le secteur automobile car il s’est particulièrement investi dans l’innovation et qu'il est à l’origine de véhicules qui ont marqué le paysage automobile de ces dernières années. A la pointe du design automobile il a en effet signé quelques chefs d’œuvres automobiles avant-gardistes de notre époque. N'ayant travaillé que pour seulement deux marques c'est toutefois un styliste reconnu ....





"J'ai de l'essence qui coule dans mes veines", avoue Thierry Métroz. "A 10 ans, en regardant le championnat du monde des rallyes, j'ai eu un coup de cœur pour l'Alpine A 110. Dès lors je n'ai plus eu qu'une idée en tête, travailler chez Renault". Diplômé de l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art, il finira par débuter sa carrière de designer chez Renault. En effet il rentre dans cette grande firme en 1985 ou il commence par faire ses premières armes en étudiant de petits projets comme par exemple le regard malicieux de la première Twingo ....





Après avoir collaboré à l'élaboration de plusieurs concept cars, notamment la Renault Laguna Evado en 1995 ou la Renault Avantime en 1999, les patrons de Thierry Métroz sensibles à son talent vont lui confier des responsabilités qui le conduisent à implanter des bureaux de style à l'étranger et à piloter des projets internationaux en Asie et au Brésil. C'est ainsi que Renault va lui confier en 1999 la direction générale du bureau de style de la marque à Barcelone. En 2006 il prends encore de la promotion et succède maintenant à Antony Grade à la Direction du design extérieur pour les deux marques du groupe Renault et aussi Dacia ....





En 2009, Thierry Métroz quitte finalement l’entreprise Renault, quand Laurens van den Acker est nommé directeur du style de la marque pour remplacer Patrick Le Quément, et ceci après plus de vingt années de bons et loyaux services. Mais son talent ne va pas rester longtemps inexploité car en designer confirmé et reconnu il va rejoindre très rapidement le groupe concurrent PSA où Jean-Pierre Ploué, devenu patron du style du groupe, le charge de la direction du design de Citroën ....





La nouvelle mission confiée à Thierry Métroz par la direction de Citroën est de concevoir des véhicules pour la marque qui doivent rester à la pointe sur ce segment du Design très particulier et très sensible du monde automobile actuel. Pour ce faire, il va tout en s'occupant des modèles classiques de la gamme s'attaquer aussi à des voitures plus raffinées pour exposer dans les salons automobiles et les expositions comme par exemple la superbe Citroën GQ de 2010. Celle-ci sera bien vite suivie toujours en 2010 par la luxueuse et magnifique Citroën Metropolis ....





Convaincu par les nouvelles technologies, Thierry Métroz va aussi s'attaquer à ce créneau en proposant en 2010 l'étonnante Citroën Survolt ce petit coupé deux places, équipé de deux moteurs électriques « sportifs » qui cumulent 300 chevaux, capable d'une vitesse de pointe de 260 km/h et de passer de 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes. Mais il va aussi proposer l'insolite Citroën Tubik appelé ainsi en référence au style du Citroën TUB et du Type H. Il s'agit d'un monospace futuriste de 4,80 m de long et 2,08 m de large propulsé par la motorisation hybride Diesel de la Peugeot 3008 qui peut accueillir neuf personnes dans un habitacle très modulaire ....





En 2012, PSA annonce une restructuration du design en scindant le style Citroën en deux directions, l'une consacrée à la "gamme C" est confiée à Alexandre Malval, l'autre dédiée à la ligne DS est assurée par Thierry Métroz. Finalement le blason DS devient une marque indépendante de Citroën le 1er juin 2014. C'est à cette époque que Thierry Métroz va présenter la grande berline Citroën Numéro 9 qui cherche à donner « une nouvelle vision du haut de gamme » en prenant la forme d'un long break de chasse qui arbore les codes stylistiques naissants de DS. En 2016 il crée une énorme surprise en dévoilant un concept car préfigurant une GT électrique performante à l’habitacle futuriste. Arborant une silhouette séduisante avec sa partie arrière totalement fermée sans lunette, ce coupé Grand Tourisme entièrement électrique, le concept DS E-Tense développe 402 chevaux grâce à deux moteurs électriques ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Caradisiac - © Carcatalog





Thierry Métroz parle du Design DS ...



Thierry Métroz lance le concours de Design DS ...



Thierry Métroz au salon de Genève ...





JPBlogAuto

- page 1 de 3