@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Dallara

Fil des billets

mercredi 9 février 2011

KTM X-Bow - 2008



KTM X-BOW ….







Le constructeur autrichien « KTM » était plutôt connu jusqu’ici pour ses motos tous-terrain et les nombreux succès qu’elles ont remporté au Paris Dakar . En fait cette firme a acquis une réputation mondiale dans le créneau du deux roues depuis de nombreuses années, et sa technologie et sa robustesse font référence dans le domaine . Le monde de l'auto et celui de la moto se croisent rarement car les technologies employées y sont souvent très différentes et la fracture entre les deux mondes s'étend jusqu'à leurs utilisateurs . Pourtant, de temps en temps, certains constructeurs essaient de combiner le meilleur des deux mondes . Il s'agit le plus souvent de combiner la légèreté et la sportivité des motos à l'adhérence supérieure procurée par les 4 roues et l'Angleterre fourmille d'artisans qui construisent de tels véhicules, comme Atom ou Westfield . C'est un peu dans ce créneau très spécifique que KTM s'engouffre aujourd’hui ….



La KTM X-Bow est le premier modèle automobile créé par le constructeur autrichien de motos . Aux origines de la conception de la X-Bow se trouve la volonté de la firme KTM de diversifier son offre . La marque autrichienne est alors le numéro deux européen de la construction de motos derrière l'allemand BMW, avec près de 100 000 unités produites par an, et se caractérise par ses productions au caractère assez « trempé ». Pour compenser l'érosion de sa clientèle motarde, KTM décide donc de proposer une offre pour les automobilistes . La marque ne souhaite pas se lancer dans le secteur extrêmement concurrentiel de l'automobile généraliste et opte pour la production d'un modèle radical, à vocation purement et explicitement sportive . Le cahier des charges définit les spécifications d'une barquette dénuée de tout confort moderne, dépourvue de portières, sans toit ni pare-brise . La X-Bow, allant au bout de son concept, ne propose ainsi ni climatisation, ni assistance électronique, ni coussin gonflable de sécurité, ni sellerie confortable . Afin de respecter son objectif de produire un modèle aussi léger que performant sur circuit, KTM opte pour l'utilisation de fibre de carbone, ce qui implique de recourir aux services d'un partenaire doté de l'expérience nécessaire au travail de ce matériau . La marque autrichienne fait appel à Dallara Automobili, un spécialiste de la construction de châssis pour la compétition automobile . La rencontre entre le constructeur de motos et le fabricant de châssis est en outre l'occasion pour Giampaolo Dallara de concrétiser un vieux rêve, celui de rendre hommage à Colin Chapman en créant une héritière digne de la fameuse Lotus Seven qui sera baptisée KTM X-Bow ….



Homologuée pour un usage routier, la KTM X-Bow est pourtant une barquette destinée essentiellement à un usage sportif sur circuit dont le châssis qui est par ailleurs entièrement conçu en fibre de carbone lui permet de maintenir son poids aux alentours de 790 kg . Dictées par les impératifs de performance, les proportions de ce châssis sont peu courantes avec 3,74 m de long pour 1,92 m de large, la KTM est à la fois bien plus courte qu'une Renault Clio et aussi large qu'une Ferrari F430 . Son empattement de plus de 2,40 m, valeur importante un véhicule de cette longueur, rejette les roues aux quatre coins et renforce son allure atypique . Poue ce qui est du look, l’engin ne fait pas dans la dentelle tout en étant plutôt séduisant . Avec sa gueule de crotale et ses yeux qui ont l’air de vous fixer, on remarque des lignes dynamiques et agressives qui empruntent à la fois au monde de la moto et de l'automobile . De toute évidence, l'X-Bow assume sa filiation avec le style très particulier de KTM . Le duo de couleurs orange et noir qui pare sa robe se transforme même en véritable signature . Notez que l'univers de la moto n'est pas bien loin, puisqu'il est vivement conseillé de porter un casque, car avec un pare-brise de seulement 7 cm, il y a de quoi s'enrhumer pour de bon lors des accélérations de la KTM X-Bow ....



Le développement d'un bloc moteur spécifique étant trop coûteux pour un tel projet, la KTM X-Bow doit emprunter une base mécanique issue d'un autre modèle du groupe VAG et arrête son choix sur le bloc 2,0 litres TFSI qui équipe les Golf GTI, León FR et Audi TT . D'une cylindrée de 1 984 cm3, ce bloc suralimenté à quatre cylindres en ligne développe une puissance de 240 chevaux et 310 newton mètres de couple, disponibles dès les plus bas régimes. Compte tenu du poids limité du véhicule, ce moteur permet à la KTM d'afficher un rapport poids/puissance de 3,3 kg/ch . En outre, une version musclée est aussi proposée, extraite de l'Audi S3 retravaillée pour afficher un généreux 300 chevaux et un rapport poids/puissance de 2,3 kg/ch, exceptionnel, quand on sait qu'une Porsche Carrera GT affiche 2,2 kg/ch . Un puissant moteur associé à une structure aussi légère que possible ça promet de belles accélérations suffisantes pour permettre de passer de 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes . En revanche, sa sonorité, déjà particulièrement discrète voire banale à l'arrêt, est vite entièrement couverte par les bruits aérodynamiques dus à l'absence de toit et de pare-brise . Ce moteur est accouplé à une boîte de vitesses mécanique à six rapports et commande manuelle également d'origine Audi . Côté tarif, la KTM X-Bow coûtera tout de même la bagatelle de 64.000 €, tarif comparable à celui de ses concurrentes les plus directes comme l'Ariel Atom et la Caterham CSR 200 ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 2.0 Litres
  • Puissance : 300 chevaux
  • Couple : 310 Nm
  • Accélération : Le 0 à 100 en 3’’9






La « KTM X-Bow », c'est ça ...



La « KTM X-Bow », c'est ça ...





JPBlogAuto

mardi 2 juin 2009

De Tomaso Pantera GT5 S - 1990

DE TOMASO PANTERA GT5 S ….





Arrivé en Italie en 1955 comme simple immigrant exilé, l’argentin Alessandro De Tomaso, passionné d'automobile, sera aidé par les frères Maserati qui vont lui mettre le pied à l'étrier en l'engageant comme mécanicien sur des voitures de course OSCA, puis finalement comme pilote . DeTomaso se forge rapidement un palmarès respectable, puis rêve bien vite de construire ses propres voitures . Quatre ans plus tard, le 28 octobre 1959, la société DeTomaso Automobili voit le jour près de Modène . Quelques années plus tard, DeTomaso tombe sous le charme bestial des AC Cobra et se prend à rêver de leur puissant V8 pour animer sa nouvelle voiture . Après négociations avec Ford, le partenariat est scellé et la Mangusta voit le jour à Turin en 1966 avec un V8 4L7 américain . Associée à Ford, la marque présente en 1969 la Pantera . Dévoilée au salon de New York de 1970, la voiture se voit assigner un objectif clair, se lancer à l’assaut du marché américain et concurrencer si possible la Chevrolet Corvette . A la très exclusive et sublime Mangusta de 1966, déjà motorisée par un V8 Ford de 4,7 litres, succède donc un modèle dont la vocation est d’offrir à la firme une dimension industrielle ….



L’affaire n’était pas gagnée d’avance car DeTomaso n'est pas la marque la plus réputée lorsqu'on parle d'automobile italienne . Avec leur cœur Yankee et leur robe Ritale, les DeTomaso sont des automobiles atypiques, souvent boudées par les puristes, mais pourtant dotées d'un très fort caractère . Certes, leurs mécaniques rustiques ne sauraient revendiquer un quelconque raffinement, mais les V8 de Detroit offrent le privilège de conjuguer la puissance et le souffle à la simplicité technique et à l’économie d’entretien . Conçue en Italie et motorisée par une mécanique Ford, la De Tomaso Pantera appartient à cette race . Basse et agressive dans ses formes, la Pantera ne manque pas d’allure ni de personnalité, avec ses lignes acérées son design est dû à un styliste américain, Tom Tjaarda . La carrosserie est fabriquée par Vignale à Turin . Techniquement, la voiture a été conçue et développée par deux ingénieurs de renom, Dallara (un ancien de Lamborghini), et Bertocchi (ex-Maserati) . Sa structure autoportante en acier reçoit la mécanique en position centrale arrière . L’âme puissante de la De Tomaso Pantera est le V8 Ford Cleveland de 351 c.i. (5,7 litres), un moteur au gros couple bourré de chevaux qui accouplé à une boîte de vitesses ZF à cinq rapports devient un vrai régal ….



Au fil des ans, la Pantera va connaître plusieurs variantes et évolutions . Dès 1977, elle est épaulée par une version GTS et la voiture dépasse les 250 km/h . En 1980, elle sera déclinée en version Pantera GT 5 S de 350 chevaux avec un look beaucoup plus agressif dont la panoplie se compose de roues chaussées de pneus de 335 à l’arrière et de 285 à l’avant, d’un spoiler, ainsi que d’élargisseurs d’ailes et de bas de caisse et d’un aileron arrière . Mais cette mise à niveau englobe également un meilleur refroidissement du moteur et une climatisation revue ainsi qu'un traitement anti-corrosion plus efficace, une présentation générale plus soignée et une nouvelle planche de bord . Ces versions se reconnaissent à leurs boucliers noirs à l'avant et à l'arrière . On note également la présence de jantes en alliage "Campagnolo" et de pneus "Goodyear" . Ainsi équipée la bête est une vraie sportive puissante et rapide mais fiable et confortable, une vraie GT avec en plus ce look inimitable de fauve ....



Ce qui range à coup sur la Detomaso Pantera GT 5 S dans la catégorie des supercars, c'est surement son exclusivité car sur une production totale de 7210 exemplaires de Pantera, seules 200 Pantera GT 5 S auraient été importées en Europe . Une rareté qui transforme chaque rencontre avec la bête comme un souvenir impérissable . Avec sa ligne bestiale de supercar et les vocalises généreuses de son gros V8, la Detomaso Pantera GT 5 S impressionne, même si son logo n'a pas le prestige d'un cheval cabré elle est toutefois aussi exubérante et sans doute aussi belle qu'une Lamborghini . Bref, même si elle reprend de nombreux éléments Ford, elle semble réunir tous les ingrédients d'une supercar de rêve . C’est une propulsion magnifique est très performante, bien équilibrée, confortable et très rare . Déclinés en plusieurs versions et malgré sa mécanique de grande série d'une insolente simplicité technique, la Pantera présente un caractère entier qui n'a pas beaucoup à envier à des rivales plus prestigieuses, elle continuera d'évoluer jusqu'en 1995 ...



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 4.7 Litres
  • Puissance : 350 chevaux à 6000 tr/min
  • Couple maxi : 430 Nm à partir de 3500 tr/min
  • Vitesse : 270 km/h suivant rapport de pont
  • Boite de vitesse : ZF à 5 rapports
  • Performances : 0 à 100 en 14’’2






La De Tomaso Pantera GT5 S, c'est ça ...



JPBlogAuto