@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Damon Hill

Fil des billets

samedi 18 février 2017

José Maria Villafuerte






villa00.jpg


José Maria Villafuerte, est un artiste peintre argentin talentueux et réputé qui est né à Buenos Aires le 5 Juillet 1954. Après un parcours scolaire classique, il s'engage dans des études supérieures de dessin et de peinture à la Faculté des Beaux-Arts de l'Université nationale de La Plata ou il obtient un diplôme de peintre plasticien ....


villa02.jpg


Attiré depuis tout jeune par le dessin, et plus particulièrement celui des voitures, José Maria Villafuerte va finalement diplôme en poche parvenir à en faire son métier. En fait dès l'âge de 25 ans à peine, il est déjà repéré pour son talent et commence donc à collaborer avec plusieurs journaux et revues comme par exemple le journal brésilien Block ou même le magazine argentin Editorial Columba ....


villa01.jpg


Depuis tout jeune, José Maria Villafuerte a été élevé et a grandi dans la culture du sport automobile argentin et plus particulièrement du Championnat "Turismo Carretera". Ce championnat si particulier lui a donné le goût des vieilles américaines préparées pour ces épreuves assez unique et il en fera plus tard une de ses spécialités en reproduisant beaucoup de ces bolides en condition de course ....





José Maria Villafuerte fait parti de cette catégorie de peintre dits réalistes car il produit des œuvres vraiment très proches de la réalité souvent basées sur des documents d'époque. Sa technique de travail est somme toute assez conventionnelle et il utilise comme beaucoup de ses semblables la peinture acrylique sur toile. La beauté de son travail provient en fait du mélange des couleurs et de la lumière ....





Très tôt après avoir collaboré avec la presse quotidienne, José Maria Villafuerte va assez rapidement être sollicité par des firmes indépendantes pour la création graphique et l'illustration de catalogues de pièces automobile. Il va aussi bien vite être demandé pour travailler dans différents magazines importants liés au thème de l'automobile tels que "Figure", "Corsa", "Pare-brise" ou même "Full Motor" ....





En 1980 à l'âge de 26 ans, José Maria Villafuerte fait la connaissance de LA star argentine pour ce qui est de la course automobile, Juan Manuel Fangio. Cette rencontre va changer sa vie d'artiste car en plus de devenir son ami personnel il va énormément travailler sur ce pilote tout au long de son œuvre en produisant beaucoup de toiles sur le parcours sportif du célèbre champion argentin ....





Concernant son ami Fangio, José Maria Villafuerte dit " Il m'a donné son amitié et je pouvais enfin joindre deux passions, les voitures de sport avec ma passion pour l'art. Il était une personne humble et humaine qui avec quelques mots m'a donné en toute simplicité de nombreuses leçons. Il m'a appris que le plus important était de toujours vouloir essayer, pour moi, il a ouvert les portes du monde " ....





Les œuvres de José Maria Villafuerte vont devenir de plus en plus nombreuses au fil du temps si bien que petit à petit sa renommée va croître sans cesse. Naturellement il va produire des tableaux sur quasiment toutes les disciplines du sport automobile, la Formule 1, l'endurance, le rallye ainsi que sur de très nombreux pilotes célèbres et aussi différentes marques ou modèles réputés, et leurs championnats ....





Jose Maria Villafuerte peint donc des F1 récentes, mais aussi des plus anciennes, sans exclure aucune époque. Il remonte même aux premiers Grand Prix d’après la seconde guerre mondiale. Ses œuvres incluent aussi les voitures de sport, du temps où les gloires de la F1 se glissaient encore à leur volant. Une superbe peinture commémorative de Ayrton Senna sera édité en lithographie et commercialisée en Europe et au Japon. Ses œuvres seront remises à des pilotes comme Damon Hill, Mika Hakkinen, Jacques Villeneuve, Jackie Stewart, Michael Schumacher ou aussi Alain Prost pour leur titre de champion du monde. De plus en plus de musée commenceront alors à l’exposer et il entre dans des collections privées ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Fierrosclasico - © Villafuerte



Interview de José Maria Villafuerte ...







JPBlogAuto

jeudi 18 janvier 2007

Pourquoi je préfère Prost

smile4.gif Alain Prost sur sa Toyota a remporté ce week-end, à Super Besse, son premier titre dans le Trophée Andros . Auteur d'un carton plein vendredi, le quadruple Champion du Monde de Formule 1 a pu se contenter de gérer samedi, se permettant même d'offrir la victoire en course à son coéquipier, Olivier Panis . Alain Prost serait-il le meilleur pilote de tous les temps ?
A une époque si vous vouliez étalonner la valeur d’un pilote de F1 vous étiez obligé de le comparer à Juan Manuel Fangio . Moi qui suit assez friand de statistiques et de palmarès, je doit reconnaître que ce temps la est révolu et que maintenant la référence absolue en la matière s’appelle désormais Michaël Schumacher .

Donc pour connaître la véritable valeur d'Alain Prost on est bien obligé de comparer sa carrière à celle de Michaël . Au niveau du palmarès, y’a pas photo, c’est 7 titres pour l’allemand et 4 pour le français . Mais si Alain a effectué 13 saisons complètes de 1980 à 1993, Michaël lui en a effectué 15 de 1992 à 2006 soit 2 saisons de plus .

J’entends déjà vos commentaires oui 2 saisons de plus ça ne veut pas dire deux titres de plus ! Ok, c’est sur, surtout à l’époque d'Alain Prost ou il y avait une lutte acharnée avec 10 Champions du Monde sur la grille de départ d’un Grand Prix (Nelson Piquet, Alan Jones, Kéké Rosberg, Emerson Fittipaldi, Jody Scheckter, Mario Andretti, Nigel Mansell, Niki Lauda, Ayrton Senna, et Michaël Schumacher) .
Les choses ont du être plus facile pour Michaël qui lui n’en a côtoyé que 6 (Ayrton Senna, Mikka Hakkinen, Alain Prost, Damon Hill, Jacques Villeneuve, Fernando Alonso) . Le regretté Ayrton Senna n’ayant fait que quelques Grands Prix avant de trouver la mort et Alain Prost une seule saison avec Schumi, force est de constaté que Michaël a réalisé 14 saisons avec seulement 4 Champions du Monde comme adversaire, l'avantage est de taille . De plus si on se souvient que Fernando Alonso n'est arrivé que sur la fin, finalement Michaël n'avait que Hakkinen, Villeneuve et Hill pour lui faire de l'ombre . Cette concurrence beaucoup moins fournie fait qu’il aura fallu 5 saisons complète avant qu’Alain ne gagne son premier titre pour seulement 2 à Michaël qui a rencontré moins de résistance .

Alain et Michaël - Dessin de Jean Graton ....
Pour être plus complet encore, il faut aussi analyser les 7 saisons de Michaël chez Ferrari ou il était 1er pilote avec un coéquipier aux ordres (Rubens Barichello et Eddy Irvine) pour ne pas les nommer . Alain Prost lui n’a couru chez McLaren que 5 saisons complètes mais sans statut privilégié avec des partenaires comme Niki Lauda qui lui ravira 1 titre pour un demi point, ou Ayrton Senna qui lui ravira 2 titres dont un volé (Ayrton le déclarera plus tard) et un autre perdu de quelques points (malgré un total de points supérieur mais seulement 11 GP retenus) . Pour faire simple :

  • Michaël - 15 saisons contre 5 Champions du Monde – 7 titres gagnés
  • Alain - 13 saisons contre 10 Champions du Monde – 4 titres gagnés


L'avisé Jean Todt aurait retiré les deux Champions du Monde Ayrton Senna et Niki Lauda des pattes d’Alain Prost s'il avait été directeur technique chez McLaren en les remplaçant par des pilotes moins performants tels Rubens Barichello et Eddy Irvine aux ordres comme chez Ferrari pour éviter de partager les victoires, et vous auriez 7 titres gagnés comme Schumi mais en deux saisons de moins et avec le double de concurrence, voila ce qu’il fallait dire, et ça ce ne sont pas des suppositions ou des spéculations hasardeuses, ce n’est que la stricte réalité des chiffres et des faits ….
Pour confirmer la masse de chiffres et de dates que je vous annonce dans ce billet, vous pouvez vous reporter sur l’excellent site de statistiques sur la Formule 1 qui est ici et dont je me suis copieusement servi pour rafraichir ma mémoire viellissante ….

Pour conclure, j'avoue humblement que m'on esprit cocardier a un peu monté la mayonnaise, car si je le confesse j’adore Prost, je ne dénigre pas pour autant Schumi chez qui je reconnaît volontiers la rapidité et la constance des grands . Et même si Michaêl m’a moins donné le frisson (sauf son dernier Grand Prix au Brésil justement) qu’Ayrton ou qu’Alain (question de feeling sans doute), je reste admiratif devant un tel palmarès car ce n’est jamais le fruit du hasard .

Donc bravo Messieurs, mais quand même ….



JPBlogAuto