@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Duesenberg

Fil des billets

vendredi 8 avril 2016

Figoni et Falaschi







figoni00.jpg



figoni01.jpg



Figoni et Falaschi est une petite entreprise française de renom qui fabriquait des carrosseries automobiles et qui a été créé par Giuseppe Figoni et Ovidio Falaschi en 1935 à Boulogne-sur-Seine. De nos jours, quand on parle de design automobile, on pense aux grands studios italiens qui ont si fortement marqué le style des belles carrosseries dans les années 50 et 60, mais on ne pense pas aussi spontanément au design lorsqu'on évoque l'automobile française des 50 dernières années. Et pourtant la carrosserie Figoni et Falaschi a construit des voitures au style flamboyant et aux dimensions démesurées qui ornaient entre les deux guerres certains quartiers chics de Paris ou de la Côte d'Azur et qui sont encore aujourd'hui toujours admirées ....





L'histoire commence au sortir de la Première Guerre mondiale, quand la France devient l'un des premiers pays industrialisés du monde, avec les Etats-Unis et l'Angleterre. De nombreux étrangers passionnés d'automobiles, ne pouvant exercer leur art dans leur pays, viennent en France trouver les débouchés qui leur manquent chez eux. C'est à cette époque qu'un jeune immigré Italien, Giuseppe Figoni, après avoir été apprenti chez le carrossier Vachet, où il a appris son métier de tôlier formeur, se met à son compte en 1923 à Boulogne-Billancourt. L'activité commence rue de l’Église par la construction de voitures de courses et de records pour Alfa Roméo, Delage et Delahaye qui trouvent en lui le partenaire idéal pour ce travail ....





Giuseppe Figoni encore tout jeune carrossier adopte toutefois dès ses débuts un style sportif et raffiné, inspiré par la construction aéronautique. De très grandes marques lui font immédiatement confiance et il travaille sur de beaux châssis comme Ballot, Hotchkiss, Salmson, Talbot, Hispano Suiza, Bugatti, ou Lancia. L'automobile était toutefois réservée à une élite fortunée capable de s'offrir ces merveilles habillées par des carrossiers rivalisant de créativité et de talent. Mais le talent ne manquait par à Figoni qui va donc rapidement s'intéresser à des châssis plus importants demandant beaucoup plus de travail, et en vient assez vite à habiller avec maitrise quelques unes des très rares Duesenberg qui arrivent en France ....





En 1935, l'entreprise de Guiseppe Figoni prospérant, l'affaire doit donc prendre une dimension plus importante pour se développer. Figoni s'associe à un compatriote, Ovidio Falaschi, pour créer la Carrosserie Figoni et Falaschi. Falaschi n'est pas un carrossier, mais un conseiller financier avant tout qui gère la comptabilité et ne s'occupe pas de carrosserie. Débarrassé des problèmes administratifs, Figoni a donc désormais les mains plus libre pour se consacrer exclusivement à la création. Le style du maître, qui se fait désormais appelé Joseph, s'affirme d'année en année et grâce à lui l'automobile s’affranchit définitivement du style hippomobile. Il s'impose comme le chef de file d'une nouvelle génération qui se démarque par son goût pour les formes fuyantes et les ailes enveloppantes qui vont révolutionner le design ....





La carrosserie Figoni et Falaschi réalise de nombreuses voitures à caractère sportif, le plus souvent des coupés et des cabriolets, dont beaucoup sont devenues de nos jours les reines des concours d’élégance. Un haut degré de finition est toujours de mise et ses créations sont caractérisées par un style très personnel, souvent assez flamboyant, mais toujours vraiment élégant. Le vent était l'ennemi de Giuseppe Figoni et il va donc pousser à l'extrême sa volonté d'explorer les possibilités offertes par les carrosseries aérodynamiques. Figoni n'a jamais traité cette science de manière empirique mais au contraire il recherchait l'efficacité dans les formes. Le talon d'Achille de l'automobile étant ses roues et ses pneus qui perturbent beaucoup l'écoulement de l'air en créant de la traînée, nombre de ses voitures étaient testées à Meudon dans un laboratoire spécialisé, sous le contrôle de Jean Andreau ....





Ce soucis extrême de l'aérodynamisme va emmener Figoni et Falaschi à construire celle qui va devenir la plus célèbre de ses voitures la fameuse "goutte d'eau". La divine Talbot-Lago T150-C-SS de 1937, était carrossée spécialement pour le compte du Maharajah de Khapurthala, qui l'a offerte à sa fille. La voiture et sa très fortunée maîtresse qui ont remporté en juin 1938 le Concours Femina a également remporté de nombreux concours d'élégance et continue à le faire aujourd'hui. C'est sans doute le plus célèbre modèle conçu par la carrosserie Figoni et Falaschi, tout au moins celui qui est encore connu par tous les passionnés d'automobiles de nos jours. A cette époque, la carrosserie Figoni et Falaschi est au sommet de son art et certainement au tout premier rang des carrossiers européens question design ....





Avant la Seconde Guerre mondiale, lorsque Delahaye se porte acquéreur de Delage, il hérite de l'excellence technique de Delage en sport automobile. C'est à cette période que Figoni et Falaschi lance le cabriolet Delahaye 135 M « Narval » qui sera acheté par Charles Trenet et appelé ainsi à cause de son avant rappelant le cétacé. Ce cabriolet de type Mylord a été construit à 18 exemplaires, dont neuf existent encore aujourd'hui, chacun ayant ses particularités et sa propre finition. On reconnaît les lignes générales des Phaéton Grand Sport d'avant-guerre, mais elles arborent maintenant un avant agressif orné, au sommet de leur calandre, d'une bosse évoquant le rostre d'un narval, d'où leur nom. A l'arrière, des ailerons au dessin prononcé et les belles décorations chromées prolongent les ailes avec grâce ....





Un autre sommet de l'art de Figoni et Falaschi est la ligne dite goutte d'eau. C'est en fait l'un des dessins les plus fulgurants et les plus remarquables de la carrosserie française d'avant-guerre. Cette interprétation toute instinctive de l'aérodynamique est caractérisée par la forme ovale des vitres latérales et par l'aspect fuyant de la carrosserie, toute en courbes sensuelles. Le premier exemple apparaît en 1937 sur le châssis Talbot-Lago SS. On le retrouvera aussi sur d'autres châssis Talbot-Lago avec quelques changements. Le style Figoni a alors atteint son apogée. C'est aussi la période ou Figoni se lie d'amitié avec le jeune PininFarina, avec le carrossier Viotti, mais aussi avec le célèbre pilote de course italien Tazio Nuvolari. Ces relations lui permettent de faire connaître son travail de l'autre côté des Alpes, un juste retour aux sources pour cet immigré Italien. Ce faisant, il bénéficie d'un quasi monopole dans l'habillage des modèles Alfa Romeo vendues en France par l'importateur ....





Le Salon de l'Auto de Paris fait honneur aux voitures du carrossier et le nom de la carrosserie Figoni et Falaschi s'exporte bien. L'entreprise produit des carrosseries démesurées, aux lignes vraiment originales mettant très bien en avant des rondeurs si flatteuses qu'elles démodent tout ce que la concurrence peut proposer. Nombreux sont les confrères qui s'inspirent donc de ses réalisations comme Saoutchik, Pourtout, Franay, ou Letourneur et Marchand. La carrosserie Figoni et Falaschi exploite avec succès le principe du carénage intégral, qui consiste à passer une robe au châssis en l'enfermant dans une gaine aérodynamique. La période est encore euphorique pour le carrossier. Les voitures françaises de grand luxe plaisent aux étrangers fortunés, essentiellement américains et le gouvernement encourage ce type de vente ....


figoni31.jpg


Mais après guerre, le carrossier Figoni et Falaschi encore sur son nuage ne tient pas compte des mutations stylistiques en cours tant aux Etats Unis qu'en Italie et il persiste en s'attachant à ces formes déjà démodées, et en les grimant inutilement d'accessoires qui alourdissent l'harmonie d'ensemble. Les anciens châssis français se trouvent vite dépassés par les fabrications étrangères. Mais au delà de la finition désastreuse, Figoni et Falaschi tombe trop souvent dans la laideur gratuite, avec des chromes à la pelle, et des combinaisons de teintes criardes et mal assorties. En 1951, Ovidio Falaschi retourne en Italie, et y achète un hôtel. Le déclin des marques françaises de prestige semblant inéluctable, Guiseppe Figoni seul ne peut que se retourner vers les constructeurs de voitures " populaires " comme les Citroën 15 CV, Simca 8, Simca Aronde. En 1955, Figoni cesse définitivement son activité de carrosserie pour se consacrer à l'entretien de ses voitures pendant quelques années avant de devenir finalement agent Lancia en 1961 puis concessionnaire en 1975 ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Conceptcarz



Les Delahaye Figoni et Falaschi ...



Bentley Mark VI Figoni et Falaschi - 1947 ...





JPBlogAuto

jeudi 17 avril 2014

Virgil Max Exner - Un designer pas ordinaire






virgil01.jpg


"Virgil Max Exner", plus communément baptisé "EX" par ses collaborateurs, est un célèbre Designer automobile reconnu entre autre pour son projet "Forward Look" (Regard vers l'avenir) ou aussi pour sa plus grande contribution au design qui est le fameux look de « 100 millions de dollars », lancé en 1957. Son goût pour les « nageoires-ailerons » sur les voitures à la fois pour des raisons esthétiques et aérodynamiques permettent de distinguer son travail. Loin du diktat paupérisant de la rationalité comme règle cardinale, où l'on gagne en technicité ce que l'on perd définitivement en élégance, Virgil Exner saura plier la raison au service de ses rêves les plus ambitieux avec une dextérité, une vision absolument unique, inusitée, déployant sa virtuosité légendaire dans la création de modèles exclusifs, novateurs et insolites pour l'industrie automobile Américaine, puis dans l'aéronautique ....


virgil02.jpg


Très jeune déjà, Virgile montre un vif intérêt pour l'art et l'automobile. Il étudie l'art à l'Université de Notre Dame dans l'Indiana en 1928, mais abandonne après deux ans en raison du manque de fonds. Il prend un emploi comme aide dans un studio d’art spécialisé dans la publicité. En 1938, Exner est à la tête du studio de conception interne de "Raymond-Loewy-Associates" entièrement dédié à Studebaker. Mais Virgil Exner est délibérément un franc tireur, après avoir collaboré avec Raymond Loewy dont il "prendra congé" pour devenir vice-président du studio de style avancé de la Chrysler Corporation en 1949 avant que de fonder son propre bureau de style en 1964. Les gigantesques ailerons, le vitrage en quantité, le chrome discret et les lignes de ceinture basses dans toute la gamme. La Christine du film éponyme, une Plymouth 1958, ça vous rappelle quelque chose? L'homme derrière la Chrysler 300 originale a remporté six trophées nationaux de design. Sa Valiant 1960 avait un capot immense, radical, un profil avec un arrière plus court, et a été la première à utiliser la conception assistée par ordinateur ....


virgil03.jpg


Début 1944, il est congédié par Loewy et est directement embauché par Studebaker à South Bend, Indiana et son équipe de conception commence à travailler sur la Studebaker d'après-guerre. Une douce courbe avec un pare-brise fortement incurvé. Les ailes avant font partie intégrante du flanc, ce qui souligne la grille en pleine largeur. Elle sortira en 1947 et même s'il y a débat, beaucoup estiment que Virgile est le principal concepteur du coupé Studebaker Starlight très acclamé, bien que Raymond Loewy ait obtenu les palmes pour la conception de la voiture.
Sa première vraie œuvre de conception solitaire est pour Général Motors, où il est embauché en 1945 comme chef de studio au bureau de style du célèbre Harley Earl. Lorsque Exner rejoint Chrysler, le corps des voitures est façonné par les ingénieurs au lieu des designers. Exner se bat, et obtient le contrôle du processus de conception, y compris les prototypes et les modèles d'argile utilisés pour créer l'outillage de production ....


virgil04.jpg


En 1949, il établi un partenariat avec Cliff Voss et Maury Baldwin. Là, il travaille également avec Luigi "Gigi" Segre, l'italien de chez "Carrozzeria-Ghia" en Italie. Il a créé le concept Dodge Firearrow construit par Ghia. Les hommes créent un lien personnel fort, qui contribue à relier les entreprises par une étroite collaboration tout au long des années 1950. Cette alliance produit les modèles Chrysler-Ghia, comme l'Aventurer 1952, la Chrysler K-310, ainsi que les modèles élégance de Chrysler et DeSoto ....
Le premier dessin d'Ex est la Phaéton parade suivie par la Chrysler K-310, avec un travail de peinture bi-tons, des roues à rayons métalliques logés dans de larges passages de roues arrondis, une fausse roue de secours sur le coffre, et feu arrière chromés rapportés. Le style Chrysler 1955 Imperial reprend les éléments de design de la voiture de parade et de la K-310. La Chrysler 300C a un impact durable sur le design des autos à Detroit. Ces conceptions fines contribuent à créer son fameux «Forward Look» (Regard vers l'avenir) ....


virgil05.jpg


L'Impériale 1957 s'inspire de l'avion Lockheed P-38 Lightning. Harley Earl crée de petites «ailerons» sur les ailes arrière des modèles Cadillac 1948. Exner a vu le détail de la conception (également en cours d'expérimentation par certains fabricants italiens) et la fait sienne en élargissant les ailerons mais en les rendant plus visible. Exner croit dans les avantages aérodynamiques des ailettes fais des essais en soufflerie à l'Université du Michigan. (En fait, il aime surtout les effets visuels sur l'auto.). Exner son équipe reçoivent la médaille d'or de l'"Industrial Designers Institut". Les campagnes de publicité de 1957 chantent : "Tout à coup, c'est 1960 !" ....
Dans les années 60, Exner crée le style Valiant comprenant un long capot avant et un arrière court, sur les flancs des chromes découlent de l'aile avant au bord des feux arrière, des passages de roues ouverts. Une méprise de la haute direction de Chrysler Corporation contraint à réduire la taille des Plymouth et Dodge 1962 et ceci force Exner à revoir ses plans et à adapter un nouveau style très tard dans le processus de production. Ce changement, associé à des problèmes de qualité, réduit l'attrait des voitures et provoque une baisse significative des ventes. Exner devient bouc émissaire, et est remplacé en tant que vice-président du style à l'automne 1961. Il est autorisé à conserver une position en tant que consultant pour qu'il puisse prendre sa retraite avec pension à l'âge de 55 ans. Il est remplacé par Elwood Engel

virgil06.jpg


Mais après son remplacé en tant que vice-président Virgil a rebondi très vite rebondi et avec son fils Virgile Jr, ils montent une agence de design industriel en 1962 : " Buehler Turbocraft Division " à Indianapolis. Gearworks commande à la société le développement d'une gamme complète de bateaux de pêche, runabouts de sport, et yachts mesurant jusqu'à 28 pieds ....


virgil07.jpg


En 1963, le magazine spécialisé "Esquire" publie des dessins d'Exner pour ce qui doit devenir le "renouveau automobile." Le néo-classique attire son attention sur Duesenberg, Mercer, Packard. C'est la genèse de la Stutz Blackhawk 1970 produit par Stutz Motor Cars USA. La nouvelle société Stutz produira différents modèles.

Virgil Exner décède le 22 décembre 1973 à Royal Oaken ....




Virgil Exner Retrospective ...



Virgil Exner's Dream Car ....



Virgil Exner's Mopars ....





JPBlogAuto

vendredi 19 mars 2010

Top Ten des enchères de 2009




A plusieurs reprises déjà sur ce blog je vous ai parlé du marché des voitures de collections et ce nouveau billet va traiter du même sujet . En fait, force est de constater que la crise financière et économique qui normalement ne semble épargner aucun pays de la planète paraît n’avoir que très peu d’emprise sur le marché de l’automobile de collection . En réalité c’est même tout à fait le contraire qui se produit à en juger par les dix plus grosses ventes aux enchères de l’année 2009 qui ont atteint des records historiques . Force est de constater à la vue de ce Top Ten que l’exceptionnel se porte bien et que les trésors ne vieillissent jamais ….



Les officines spécialisées dans se genre de ventes aux enchères telles que Christie’s,Osenat, RM, Mecum, Gooding ou Bonhams avaient bien fait les choses cette année en présentant de superbes modèles dans des endroits choisis . Ainsi les ventes de Monaco, Pebble Beach, Monterey, Rétromobile, ou Scottsdale ont remporté un franc succès et les enchères ont atteint des sommets ….

  • - 1 - Ferrari - 250 TR - 1957 – 9.184.000 €
  • - 2 - Shelby – Cobra Daytona – 1965 – 5.512.480 €
  • - 3 - Ferrari – 250 California – 1960 – 3.730.320 €
  • - 4 - Ferrari – 250 California – 1961 – 3.634.719 €
  • - 5 – Bugatti – 57 S Atalante – 1937 – 3.471.960 €
  • - 6 – Alfa Romeo – 8C 2300 Cabriolet – 1938 – 2.970.308 €
  • - 7 – Talbot – T150 CSS – 1937 – 2.652.672 €
  • - 8 – Bugatti – Type 18 Black Bess – 1913 – 2.470.300 €
  • - 9 – Ferrari – 250 GT Tour de France – 1956 – 2.352.000 €
  • - 10 – Duesenberg – SI Roadster – 1935 - 2.344.980 €


Le montant total de ces dix enchères s’élève à plus de 38 millions d’euros soit une moyenne de presque 4 millions d’euros par voiture . Sur les dix ventes réalisées, cinq d’entre elles ont établi un nouveau record mondial soit pour la marque soit pour le modèle, c’est dire si l’intérêt pour les anciennes voitures de collection et de prestige ne faiblit pas, bien au contraire ….



L'ambiance des ventes aux enchères, c'est ça ...



L'ambiance des ventes aux enchères, c'est ça ...





JPBlogAuto

- page 1 de 2