@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Eagle

Fil des billets

vendredi 19 mai 2017

AutoDiva Magazine






diva00.jpg


AutoDiva est un magazine généraliste automobile français créé en 2009 et publié par la société d'éditions de presse portant le même nom. Cette belle revue est gérée par Gérard Gamand, son fondateur, qui cumule avec un certain talent les fonctions de Rédacteur en Chef. C'est tout simplement un magazine exceptionnel sur l'histoire de la course automobile, une véritable bible sur les courses automobiles d’antan ....


diva01.jpg


En fait le magazine AutoDiva est entièrement dédié à l'histoire et à la mémoire de la course automobile. Cette revue a pour vocation de réunir tous les amoureux de cette formidable saga. Tous ceux qui se passionnent, génération après génération, pour son histoire exaltante, ses légendes, ses divas et cette belle aventure humaine ....





Le magazine AutoDiva dont le tout premier numéro trimestriel est sorti en Octobre - Novembre - Décembre 2009 est au format classique A4 d'environ 230 x 300, imprimé sur 128 pages et une couverture en beau papier glacé tout en couleur. Avec une maquette claire et moderne, c'est une revue brochée de très bonne qualité ....





Le magazine AutoDiva est réservé aux véritables passionnés et propose de nombreux articles d’histoire pour que vive et perdure la légende de la course automobile, essentiellement celle des circuits, avec dans chaque numéro de belles histoires d’autrefois, afin d’en transmettre la mémoire le plus justement possible. En effet cette revue nous emmène et nous entraine en détail dans les coulisses ....





L'iconographie du magazine AutoDiva est assez exceptionnelle et les photos dans chaque numéro sont très bien choisies. Rédigé par les meilleurs historiens, et illustrés par des centaines de documents inédits, c'est le tout premier magazine entièrement consacré à l'histoire de la course automobile, qui est conçu pour être collectionné et devenir une vraie encyclopédie de la mémoire de cette épopée ....





En fait le magazine AutoDiva devrait ravir pêle-mêle tous les archivistes passionnés, les geeks du sport auto et les maquettistes en mal de documentation précise. Un magazine qui brille par la qualité de ses nombreuses archives dont les thèmes abordés sont très variés, très précis et fort bien documentés avec notamment des photos de grande qualité de détails mécaniques introuvables nulle part ailleurs ....





Le magazine AutoDiva propose toutes les rubriques classiques de ce genre de revue mais ici l'accent est donné sur le circuit. De la Coupe Simca Shell, aux barquettes ARC, en passant par la Formule 1 et les 24 Heures du Mans ou la Renault 8 Gordini et la Formule 3 ou aussi la Canam et la Formule 2. En fait toutes les disciplines sont abordées et racontées années par années avec de nombreuses explications ....





Dans le magazine AutoDiva , les pilotes sont les véritables stars, mais bien sur les constructeurs de bolides ont aussi une place très importante. Au hasard de vos lectures vous y trouverez pèle-mêle Jackie Stewart, Didier Pironi, Henri Pescarolo, Jochen Rindt, François Cevert, Arturo Merzario, Jacky Ickx, ou Chris Amon ....





Pour ce qui est des constructeurs, le magazine AutoDiva est donc très bien achalandé avec par exemple Matra, Lotus, Surtees, Courage, Lola, Grac, Tyrrell, Eagle, Bristol, Mercedes, Chevron, Gordini, Alfa Romeo, Porsche, Bentley, Ferrari, McLaren, Williams, Brabham, ou Ford. Au final les quatre parutions annuelles de ce superbe magazine méritent très largement leur place sur les étagères de tous les passionnés de sport automobile ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images - © YouTube © - AutoDiva



Un essai réalisé par AutoDiva ...






JPBlogAuto

mercredi 20 juillet 2011

AMC Rebel The Machine - 1970



AMC REBEL THE MACHINE ….







Pour faire un peu d’histoire, la marque « A.M.C » (American Motors Corporation), est un constructeur automobile américain, créé en 1954 par la fusion de Nash Motors et Hudson Motor Car Company . À cette époque, elle fut la plus grosse fusion de sociétés réalisée aux États-Unis, évaluée à 1,44 milliards $US en 2006 . Quatrième constructeur américain, avec notamment la marque Jeep, AMC vit ses ventes décliner à la fin des années 1970 face à la concurrence des trois grands de l’auto américains et des constructeurs japonais . Il dût s’allier puis être repris par Renault en 1979 . Mais face aux difficultés du groupe français, AMC fut revendu à Chrysler le 2 mars 1987 . Ce dernier cessa l’utilisation de la marque AMC et des modèles venant de Renault pour ne retenir que la division Jeep et la marque Eagle ….



Au début des années 70, Avec la Javelin et l’AMX, AMC améliore son image en matière de véhicules performants, mais n’est pas présent dans le segment des plus gros véhicules, les véritables Muscle Cars, comme la Pontiac GTO ou la Plymouth Road Runner . C’est à un dérivé de la Rebel que sera dévolue cette tâche, avec une appellation digne d’un film de série Z, AMC Rebel "The Machine" . La firme s’était déjà frotté en 1969 à ce marché avec la S/C Rambler, version plus performante de la Rambler, mais va plus loin en 1970 avec la Rebel, qui devient The Machine, conçue en collaboration avec Hurst . Elle est dévoilée à la presse le 16 octobre 1969, mais effectue ses débuts publics le 25 octobre à l’occasion de la finale du championnat du monde de course de dragster organisé par la National Hot Rod Association, à Dallas . Le dragster sera l’un des points clés du marketing de cette Machine, et le constructeur voulait que les 1000 premiers exemplaires soient exclusivement proposés en blanc avec bandes bleues et rouges . En réalité, seuls les 300 premiers modèles de cette AMC Rebel "The Machine" seront dotés de cette décoration, le catalogue s’est ensuite enrichi de teintes plus classiques, mais avec le capot peint en noir ….



Le style allongé du coupé AMC Rebel "The Machine" avec son imposant montant de lunette arrière et son long porte à faux interminable est également enrichi d’une entrée d’air sur le capot, très stylée et non factice . C’est un grand coupé deux places plus deux enfants à l’arrière qui serait presque une familiale . Mais ne nous y trompons pas, faite pour concurrencer les Muscle Cars de General Motors, Ford et Chrysler, la voiture tend plutôt vers la sportive cachée . Avec cette élégante ligne de toit en pente qui contraste avec cette face avant plutôt massive, la voiture inspire le respect, on sent bien l’agressivité qui se cache en elle . Ce look Vintage, unique et si particulier, plutôt trapu et massif, rehaussé par une décoration savamment choisie, inspire la puissance et la vivacité et donc impose le respect . La calandre avant propose une nouvelle forme de grille avec cette nouvelle bouche béante rectangulaire impressionnante . La longue ligne de toit harmonieuse tombe en pente douce sur un long coffre à bagages qui se termine par un imposant pare choc qui englobe avec style tous les feux . Bien campée sur de large pneus et dotée d’une suspension adaptée, on la sent capable de distiller de très bonnes sensations . A bord, le l’insolite AMC Rebel "The Machine" , six occupants pourraient prendre place sur les deux banquettes, et seul un logo spécifique sur la planche de bord rappelle que l’on est à bord d’un véhicule doté de performances bien différentes de celles d’une sage berline familiale ....



Pour ce qui est du côté technique de ce coupé AMC Rebel "The Machine" , c’est en réalité la que réside le secret . La voiture a été extrêmement bien étudié pour l’époque et elle est dotée des meilleures technologie du moment . Tout y passe, l’amortissement amélioré, le châssis plus rigide, le freinage plus puissant, la suspension qualifiée de Heavy Duty qui lui donne une allure beaucoup plus agressive en relevant l’arrière par l’installation des amortisseurs plus fermes de la version break de la Rebel . Un choix dans le cahier des charges qui sera validé pour supporter au mieux la puissance de la motorisation choisie . Car la aussi, ils ont fait fort . Un changement majeur a été de passer de l’ancien moteur V8 à la norme 290 cu de 4,8 Litres qui a été remplacé en 1970 par un tout nouveau V8 à la norme 390 cu de 6.4 litres de cylindrée qui développe pour l’époque quasiment 350 chevaux (255 kW) et surtout un couple énorme de 583 Nm à 3600 tr / min . Il est doté de soupapes à têtes spéciales, d’un nouvel arbre à cames plus pointu, ainsi que d'une alimentation plus sophistiquée complétée par un nouvel échappement mieux adapté . Pour ce qui est de la transmission, la aussi on ne lésine pas, c’est la boîte manuelle réputée à 4 rapports Borg Warner modèle T10 qui sera choisie . Ainsi métamorphosée avec ses peintures de guerre, cette étonnante Vintage Classic qu’est la AMC Rebel "The Machine", était capable de performances qui ne seraient pas ridicules de nos jours comme le 0 à 100 km/h parcouru en 6,4 secondes et une vitesse de pointe supérieure à 200 km/h . Seulement 2.326 exemplaires seront assemblés avant sa disparition à la fin de l’année 1970 remplacée par l'AMC Matador ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 6.4 Litres
  • Puissance : 350 chevaux
  • Couple : de 583 Nm à 3600 tr / min
  • Vitesse : 200 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 6’’4








La « AMC Rebel "The Machine" », c'est ça ...



La « AMC Rebel "The Machine" », c'est ça ...





JPBlogAuto

vendredi 15 janvier 2010

Mitsubishi Eclipse GT - 2009



MITSUBISHI ECLIPSE GT ….







Mitsubishi est l’un des plus ancien groupe industriel japonais qui trouve ses origines en 1873. Ce très puissant conglomérat regroupe des entreprises de transport, de chimie, d’énergie, d’aviation, de matières premières, de photographie ou même de finance et depuis 1917 de construction automobile . Pendant un temps associé à Chrysler puis ensuite au groupe Daimler, le constructeur automobile Mitsubishi à retrouvé sa totale indépendance en 2006. Si la marque est réputée pour sa production de camions et ses fameux 4X4, elle n’en demeure pas moins un constructeur proposant une gamme de voitures intéressantes qui comporte notamment quelques sportives débridées au caractère affirmé ….



Le coupé Mitsubishi Eclipse qui fait parti intégrante de ces fameuses sportives a commencé sa carrière en 1990 au Canada chez Chrysler en tant que Plymouth Laser et Eagle Talon, deux marques qui ont aujourd’hui disparu et donc permis à l’Eclipse de voler de ses propres ailes et de se décliner en plusieurs versions jusqu’à nos jours . La silhouette du coupé Mitsubishi Eclipse GT de 2009 propose un design futuriste, assez plat, très sportif et plutôt agressif qui accroche l’œil . Vraiment elle a une belle allure avec sa gueule de requin béante et sa carapace profilée, un véritable squale, mais la ou elle étonne et excelle, c’est au niveau mécanique . La belle GT a évidemment droit à la crème soit un V6 double arbre de 3,8 litres à distribution variable 24 soupapes qui développe 265 chevaux à 5750 t/mn et un couple de 262 Nm à 4500 t/mn accouplé à une transmission manuelle à six rapports ou en option une automatique à cinq vitesses . L'ensemble est très performant et c'est grisant de faire monter le moteur en régime puisqu'il émet un son très agréable à l'oreille . Les rapports sont faciles à passer et très bien étagés ce qui, vu le faible poids de la voiture, facilite les bonnes performances . Avec son système antipatinage progressif et le contrôle de stabilité électronique, la voiture offre une tenue de route à la hauteur des performances ….



La Mitsubishi Eclipse GT propose une sécurité active de haut niveau avec son système de freinage performant et son ABS avec répartition de la force de freinage composé de disques de gros diamètre ventilés à l'avant et pleins à l'arrière qui se chargent d'arrêter la voiture avec efficacité . Sa suspension offre un bon compromis entre le confort et la performance et la tenue de route est excellente grâce à une direction assistée très précise et à une assistance fort bien dosée . Les jantes aluminium de 18 pouces équipées de pneus Goodyear Eagle RS P235/45R18 relient la voiture au bitume de bonne manière et participent à la bonne stabilité de l’ensemble et donc la voiture est très agréable à conduire même à vive allure . À l'intérieur de l'habitacle, le grognement profond du moteur vous rappellera également que vous êtes assis dans une voiture sport, ce qui est plaisant comme la disposition du tableau de bord qui est pratique et facile d'utilisation . En bref, la silhouette du coupé Mitsubishi Eclipse GT à la performance et la mécanique n'aura aucune difficulté à vous procurer des sensations fortes mais en prime avec une bonne sécurité et de équipements de bon niveau ....



La Mitsubishi Eclipse GT propose un équipement de série, très performant pour une voiture de cette gamme, qui comprend un système de climatisation, une direction assistée, quatre lève-vitres électriques, un toit coulissant électrique et un limiteur-régulateur de vitesse et une installation sonore de haut niveau vraiment puissante, ses 650 watts faisant vibrer la voiture lorsque le volume est trop élevé . Le changeur à 6 CD peut lire les fichiers MP3 et le système "Rockford-Fosgate" avec 9 haut-parleurs plus le « sub » de 10 pouces est impressionnant . Sa qualité de son est excellente et il aurait été surprenant qu'il en soit autrement vu la puissance du système et les dimensions réduite de l'habitacle . L'intérieur est tendu d’un superbe cuir bicolore « terra cota » du plus bel effet et le pédalier et les inserts en aluminium ajoute une note sportive harmonieuse et bienvenue ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V6 a 24 soupapes
  • Cylindrée : 3.8 Litres
  • Puissance : 265 chevaux à 5750 t/mn
  • Couple : 262 Nm à 4500 t/mn
  • Vitesse : 235 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 7’’0
  • Poids : 1485 kg






La Mitsubishi Eclipse GT, c'est ça ...





JPBlogAuto