@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Englebert

Fil des billets

vendredi 22 juillet 2016

Magazine Englebert






englebert00.jpg


Englebert Magazine est à mi-chemin entre le magazine promotionnel d'entreprise et la revue grand public traitant principalement, mais pas uniquement, de divers sujets concernant l'automobile. En fait ce n'est pas une publication indépendante comme peuvent l'être d'autres revues modernes sur l'automobile, mais plutôt un magazine publicitaire d'entreprise destiné à promouvoir l'image de marque de la société Englebert auprès de tous les salariés de la firme mais aussi d'un plus large public ....


englebert03.jpg


A l'origine, Englebert est une compagnie de manufacture de pneumatiques belge fondée par Oscar Englebert à Liège en 1877. Le fabricant a pris part à 61 Grand Prix de Formule 1 de 1950 à 1958, et a remporté huit victoires, toutes acquises avec Ferrari. En 1958, Englebert noue des relations avec le groupe US Rubber. Cette union donne naissance à la marque Uniroyal. En 1967, le nom de la marque Englebert est alors définitivement abandonné au profit d'Uniroyal, mais finalement en 1979, la marque Uniroyal est elle aussi rachetée par le groupe allemand Continental ....


englebert01.jpg

La principale originalité du Magazine Englebert, qui est donc d'expression française, provient du fait qu'il soit tout simplement publié en deux versions ou éditions différentes, l'une pour la Belgique et l'autre pour la France et ses colonies. Le secteur d'activités de la marque Englebert étant le négoce de produits manufacturés caoutchoutés, elle produisait également un autre magazine, la revue Englebert Vélo Magazine. Par contre cette revue n'était pas accessible au grand public mais seulement destinée aux négociants mécaniciens du cycle à partir de 1949 ....


pages1.jpg pages2.jpg pages3.jpg pages4.jpg pages5.jpg pages3.jpg


Le comité de rédaction du magazine souhaitait rompre absolument avec le système commercial trop souvent associé à la voiture, c'était une volonté ferme et assumée et finalement, la publicité n'y occupait qu'une place vraiment réduite seulement sur les deuxième, troisième et quatrième de couverture qui sont occupées par des publicités, uniquement pour les produits Englebert, qu'il s'agisse des pneumatiques vélos, motos, automobiles et camions, ou de tapis caoutchouc de salle de bain ....




Seules les quatre pages de couverture du Magazine Englebert sont en couleurs. Les plus prestigieux illustrateurs et graphistes de l'époque ont signé la première de couverture du magazine comme René Vincent, Géo Ham, Alex Kow, Pierre Laurent Brenot, Plinio Codognato, Pierre Pages, Jean Palayer, ou Herbert Libiszewski. Ces couvertures même si elles ne présentent pas toutes le même intérêt graphique, sont devenues une grande source de motivation pour les collectionneurs passionnés ....


englebert02.jpg


D'une manière générale, l'éclectisme des questions et des différents sujets abordées dans le Magazine Englebert est susceptible d'attirer plusieurs publics assez différents. En effet, les journalistes rendent compte des visites qu'ils effectuent sur les salons internationaux tels que Bruxelles, Paris, Genève, Berlin ou Amsterdam. L'actualité des rallyes et des Grand Prix est suivie de près, de même que celle des courses d'endurance, comme les 24 Heures du Mans ou les 500 Milles d'Indianapolis. Chaque numéro comporte une rubrique relatant l'actualité automobile outre-Atlantique, grâce à la présence d'un correspondant à New York car la Belgique sans industrie automobile forte a toujours été un pays d'importation d'américaines ....





Les articles sur les aspects purement techniques sont assez nombreux dans le Magazine englebert. L'actualité des diverses personnalités importantes du monde automobile est aussi rapportée, par exemple Ettore Bugatti, Jean-Pierre Wimille, Maurice Trintignant, Raymond Sommer, ou Fangio. Une multitude d'autres sujets liés à l'automobile complètent la revue comme les premières automobiles, l'industrie automobile en Allemagne ou en Grande-Bretagne, la visite de l'usine Ford, l'évolution des formes des voitures, la sécurité routière, le réseau routier, les tunnels ....





Concernant les textes du Magazine Englebert, parmi les grandes signatures on retrouve dès les années 30 celle bien connue de Charles Faroux, le rédacteur en chef de " La Vie Automobile " qui proposait aussi ses talents à d'autres revues. Après-guerre, d'autres rédacteurs seront aussi utilisés comme Pierre Allenet, Jean Bernardet, Victor Boin, Jean Bonnet, Paul Frère, Jacques Ickx, ou Marcel de Laborderie. Finalement ce magazine au format 240 X 310 sera édité de 1933 à 1962 avec une interruption en 1939 à cause de la guerre et une reprise après guerre fin 1946, sans évolution très significative tant dans la forme que dans le fond ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Englebert © - Carcatalog






JPBlogAuto

vendredi 24 juillet 2015

Anciens illustrateurs auto #1







Henry Cany, Walter Thor, Michel Beligond, Pierre Pagès, R. Geri, Jean Routier, Eric de Coulon, autant de noms qui vont suspendre pas mal d'entre vous. En effet je pense que vous ne devez pas être très nombreux à connaitre tous ces artistes, et je dois humblement avouer que moi même je n'avais jamais entendu parler de la moitié d'entre eux. En fait j'ai du effectuer beaucoup de recherches pour vous proposer cet article. Mais ce sont pourtant des anciens artistes dessinateurs et illustrateurs graphistes qui ont tous réalisé des travaux pour l'automobile. Cet article cherche donc tout simplement à essayer au mieux de mettre en valeur le talent de tous ces artistes cités, et à rappeler par la même occasion l'existence d'une époque révolue mais tellement kitch et vintage qu'elle me touche encore et toujours ....




doigtdesign.gif



- * MICHEL BELIGOND ...


beligond0.jpg

Michel Beligond, né en 1927, est surtout connu pour être l'auteur d'affiches pour les 24 Heures du Mans. Son travail apporta au graphisme plus de douceur, de paix, de couleurs. Il réalisera également de très belles couvertures pour le magazine l'Action Automobile. Durant les années 60, Michel Beligond travaillait pour Renault à la conception des véhicules du futur. Ce fut l'un des tout derniers peintres affichistes de l'automobile avant que la photo ne remplace progressivement l'aquarelle ....


beligond1.jpg beligond2.jpg beligond3.jpg beligond4.jpg beligond5.jpg beligond3.jpg



- * HENRY CANY ...


cany0.jpg

Henry Cany doit surtout sa notoriété pour avoir été durant de nombreuses années l'illustrateur attitré du fabricant d'accessoires Marchal. En effet il va produire une série impressionnante de publicités diverses pour quasiment toute la gamme des accessoires en catalogue produite par cet équipementier. Mais il dessinera aussi à la fin des années 40 et jusqu'aux années 50 de superbes couvertures pour des magazines comme les mensuels L'Automobile ou aussi l'Action Automobile ....


cany1.jpg cany2.jpg cany3.jpg cany4.jpg cany5.jpg cany3.jpg



- * ERIC DE COULON ...


coulon0.jpg

Eric de Coulon est né en 1988 à Neufchâtel en Suisse. Il a donc fait des études au Polytechnicum de Zurich et à l'école d'art de la Chaux-de-Fonds avant d'arriver à Paris en 1913. A partir de 1917, il va se lancer dans la carrière de dessinateur pour réaliser des affiches, des annonces publicitaires, des catalogues, des couvertures de revues et de magazines. Le parfum d'authenticité qui se ressent dans ses travaux va lui apporter de nombreuses commandes et un succès d'estime bien mérité qui lui vaudra des commandes de marques comme Studebaker, Talbot ou Renault ....


coulon1.jpg coulon2.jpg coulon3.jpg coulon4.jpg coulon5.jpg coulon3.jpg



- * R. GERI ...


geri0.jpg

R. Geri est un artiste dessinateur et graphiste de talent qui va réaliser de multiples travaux dans les années 40 et 50. Adepte de la ligne claire, son style et précis et coloré mais il sait aussi très bien faire ressortir l'impression de vitesse qui se dégage dans l'automobile. Cela lui sera utile pour réaliser des affiches, des annonces publicitaires, des catalogues ou des couvertures de magazine notamment pour des marques célèbres de l'époque comme Bugatti, Ford, SAF ou aussi Renault ....


geri1.jpg geri2.jpg geri3.jpg geri4.jpg geri5.jpg geri3.jpg



- * PIERRE PAGES ...


pages0.jpg

Pierre Pagès est un artiste peintre autodidacte natif de Tunisie. Aussi à l’aise à l’huile qu’au pastel, il campe des sujets variés allant des paysages aux marines ainsi que des portraits. Dans son style on ressent un doux mélange de qualité graphique avec une grande précision du trait et une grande liberté d’exécution car la lumière est apprivoisée et minutieusement dispensée. Tantôt diaphane, tantôt puissamment rendue, elle éclaire l’œuvre par un éclat rare. Ses atmosphères intimistes et douces s'enrichissent de clairs obscurs, inspirés des impressionnistes. On peut noter cela dans les superbes couvertures qu'il réalisera pour la revue belge Englebert ....


pages1.jpg pages2.jpg pages3.jpg pages4.jpg pages5.jpg pages3.jpg



- * JEAN ROUTIER ...


routier0.jpg

Jean Routier était un dessinateur illustrateur de talent né en 1884 à Astaffort dans le Lot et Garonne. Fortement inspiré par Caran d'Ache, il va débuter ses travaux par des notices succinctes dans les ouvrages spécialisés. Après guerre, durant les années 20, il va diversifier ses dessins pour se spécialiser encore un peu plus sur l'automobile qui devient importante et lui réclame beaucoup. Son graphisme étant précis et détaillé, il finira par collaborer avec plusieurs publications automobiles comme Automobilia ou L'Auto Garage, et aussi quelques publicités automobiles pour des marques ou accessoires comme Solex, De Dion-Bouton, Fit ou Voisin ....


routier1.jpg routier2.jpg routier3.jpg routier4.jpg routier5.jpg routier3.jpg



- * WALTER THOR ...


thor0.jpg

Walter Thor est né en 1870 à Neusalz en Allemagne. Élève de l'Académie des Beaux Arts de Munich, il travailla à ces débuts durant quelques années à Paris. Ses travaux souvent teintés d'un air légèrement humoristique sont cependant composés d'un style plutôt précis et assez coloré. Son graphisme vraiment détaillé et soigné se note sur les diverses affiches que vont lui commander les marques de l'époque connues ou moins connues comme Griffon, Peugeot, Vital, Barré ou aussi Darracq ....


thor1.jpg thor2.jpg thor3.jpg thor4.jpg thor5.jpg thor3.jpg



insolite.gif


Ces superbes créations artistiques étaient très souvent composées de couleurs chatoyantes. Dans leur style on note un savant mélange de qualités graphiques avec une grande précision du trait et une utilisation de la lumière qui est apprivoisée et minutieusement dispensée car elle éclaire l’œuvre d'un éclat rare. Au final on a affaire à des superbes œuvres graphiques vraiment vintage et très kitch qui nous embarquent pour un petit voyage bucolique dans un univers suranné, j'adore ....


Sources : © -L'Illustration © - Wikipédia © - Google Images © - Carcatalog






JPBlogAuto

lundi 3 novembre 2014

Alex Kow - Dessinateur publicitaire automobile






akow01.jpg


Alex Kow de son vrai nom Alexis Kojewnikow était d'origine Russe, mais il coupa définitivement les ponts avec son pays natal lors de la révolution de 1917. En effet, Russe , mais aussi Russe blanc, il se vit claquer au nez la porte de son pays natal par les bolchéviques. Le père d'Alexis était un universitaire russe parlant sept langues, homme de lettres et journaliste, qui voyageait beaucoup en Europe Occidentale.
A la suite des évènements politiques de 1905, il quitta son pays. Son fils Alexis fut mis en pension à Lausanne en Suisse en 1908. Grâce à la générosité d'une famille helvétique, il parvint à poursuivre ses études jusqu'à intégrer le Collège Technique des Arts et Métiers de Genève. C'est dans cette famille d'accueil qu'il attrapa le virus de l'automobile car le chef de famille possédait une splendide Rochet Schneider, et c'est à son bord que le jeune étudiant fit ses premiers tours de roues en tant que conducteur ....


akow02.jpg akow03.jpgakow04.jpg


La révolution sociale et technologique de l’après-guerre fera démarrer sa carrière et son activité de dessinateur publicitaire. Grâce çà sa formation de dessinateur industriel des Arts et Métiers et avec ses diplômes en poche, Alex Kow va passer de l’autre côté de la frontière, la France de l’entre-deux-guerre et son effervescence de constructeurs d’autos qui offre aux jeunes hommes un terrain d’action riche d’opportunités. L’ère est au modernisme, le culte de la machine atteint son apogée, déclamé par les poètes qui s’extasient devant la beauté et les bienfaits de la matière enfin maîtrisée. Dans ce climat d’euphorie mécanique, l’automobile est reine et Kow devient son apprenti-courtisan ....


akow15.jpg akow05.jpg akow06.jpg akow16.jpg akow07.jpg akow14.jpg


Son premier emploi, il le trouva dans le bureau d'études d'un carrossier de Levallois. Curieux de ce qui se passait dans les ateliers et avide de conseils, il y fut chaleureusement reçu par les contremaîtres, mais conscient de ses faiblesses techniques, Alexis ne manquait pas de parfaire son savoir le soir chez lui en étudiant des ouvrages spécialisés. Ainsi donc, il fait ses premières passes d’armes sur des châssis, comme le veut la tradition du moment. La clientèle des années 20 recherche l’automobile exceptionnelle qu’elle fait souvent réaliser en combinant mécanique de fiabilité éprouvée et carrosserie dessinée par des hommes dont c’est l’unique métier.
C’est à cette école aussi enrichissante qu’astreignante, que Alexis Kow développe sur le papier ce qui sera son style. Des lignes d’une grande élégance exprimées par une rigueur de trait, une attaque de l’image dynamique renforcée par des lignes de fuite tendues, une mise en valeur des surfaces par le travail des ombres et des hautes lumières ....


akow08.jpg akow09.jpg akow10.jpg


Son employeur était emballé par le coup de main de Kow, capable grâce à sa formation artistique de présenter des automobiles en perspective, ce que ne savaient pas faire les dessinateurs industriels. Les clients de la carrosserie croyaient ainsi avoir à faire avec une grosse société, dotée de moyens conséquents, et cela attirait inévitablement une nouvelle clientèle qui contribuait à la notoriété grandissante de l'entreprise.
Alexis Kow, tout en travaillant sur des maquettes publicitaires pour son employeur, ne cessait d'être sollicité par d'autres carrossiers, séduit par son talent rare. Mais il déclinait poliment les offres, ce qui inévitablement avait pour effet de faire monter les enchères. Finalement, il décida de proposer ses services à plusieurs constructeurs et il eut l'embarra du choix, et sélectionna la maison Panhard et Levassor ....



akow11.jpgakow12.jpgakow13.jpg


Le premier travail de Kow pour Panhard date de 1922. Il exposa trois idées à la marque, deux s'inspirant des recommandations du constructeur, et une de sa propre inspiration, et c'est cette dernière qui fut retenue. Il s'agissait d'un torpédo reposant sur une flèche, avec le texte " Rapide comme la flèche ". Finalement la collaboration avec Panhard fut suspendue en 1923. Artiste au talent désormais reconnu, Kow, qui n'avait pas encore 25 ans en ce début des années folles, fut contacté pour assurer l'exécution des catalogues et annonces publicitaires de plusieurs marques ou il donne la pleine mesure de son amour pour l’art mécanique. Ainsi les pages du magazine « L’llustration » reproduiront pendant deux décades les traits à l'encre de chine d'Alexis ou savamment il a contribué à formuler, à sa manière et dans son domaine, le caractère de cette vision qui s’appelle déjà l’Art nouveau ou l’Art moderne.
Le travail de l'artiste fut reconnu au Polo de Bagatelle en 1933 par l'obtention du " Premier Grand Prix ", la plus haute récompense. Grâce à cette notoriété, on doit à Alexis Kow, hormis les catalogues et les publicités pour Panhard, quelques monuments de l’image publicitaire pour d'autres marques comme entre autre Bugatti, Cibié, Delahaye, Englebert, Hotchkiss, Licorne, Marchal, Matford, Peugeot, Pirelli ou Salmson ....


akow17.jpg akow18.jpg akow19.jpg


Après guerre, la roue tourne et l’automobile avance sur la voie du banal, de la production de masse, de l’objet-outil, en laissant de côté ceux qui chantèrent ses louanges et démode la fonction même de dessinateur publicitaire. L’élégance n’est plus de mise, seul compte le prix, et beaucoup ne se relèveront pas de cette fracture. Alex Kow, l’homme des années 30, pondéré, élégant, mondain n'est plus à la mode et une page est tournée.
Au final, une nouvelle génération d'illustrateurs affichistes voyait le jour, proposant un style plus novateur qui ne faisait, malgré les efforts de Alexis Kow, que dater un peu plus sa griffe si personnelle mais il demeure un tâcheron, un petit maître dans son domaine. Ses œuvres, classiques dans leurs exécutions à la gouache et aquarelle ou bien à la plume et au crayon gras, possèdent cependant un charme que l’on ne pourrait leur ôter. Harmonieuses, équilibrées et raffinées, elles sont les témoins d’une époque où seuls comptaient les signes extérieurs d’élégance ! Une qualité qui n’a pas de prix ....

Sources : © - Panhard Racing © - Wikipédia © - Google - Images © - Carcatalog






JPBlogAuto

- page 1 de 2