@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 4 février 2016

Dodge Deora - 1967







deora00.jpg


Dans le milieu des années 60, les dirigeants du groupe automobile américain General Motors pensent qu'il serait commercialement judicieux de redonner un bon coup de jeune au look vieillissant de tous les pick-up de leurs différentes marques. En fait quelle que soit la marque, toutes leurs camionnettes à cabine avancée sont dépassées au niveau du style et présentent toutes un design cubique du genre cabine téléphonique. il devient urgent de se débarrasser de cet habitacle incontestablement plutôt laid en renouvelant le genre par quelque chose de beaucoup plus moderne ….


deora01.jpg


Pour se donner toutes les chances de réussir ce projet, le directoire de GM ne fera pas appel aux designers maison mais va choisir de passer par les deux meilleurs constructeurs de customs de tous les temps, les frères Larry et Mike Alexander qui ont remporté de nombreux succès et des Prix importants et reconnus dans ce milieu très spécial. Assisté de leur talentueux ami et génial styliste Harry Bradley, les deux frères Alexander vont alors partir d'un pick-up A100 stock de base fourni par Dodge pour mener à bien ce projet ambitieux tant souhaité par General Motors ….


deora02.jpg


Finalement quasiment trois années seront nécessaires pour parvenir à finaliser ce projet futuriste baptisé Dodge Deora, mais il va énormément influencer toute une époque, et certains passionnés iront même jusqu'à dire qu'il y a eu un avant et un après Deora. Il faut savoir que les véhicules de la concurrence comme le Ford Econoline ou le Chevy Greenbriar étaient déjà disponibles sur le marché. Chrysler a donc voulu créer une nouvelle identité distincte pour son entrée sur ce créneau en se démarquant complètement des "boites à chaussure à roulettes" existantes avec un véhicule au style nouveau beaucoup plus moderne qui devait rajeunir le genre ....


deora03.jpg


Le potentiel de création du génial styliste Harry Bradley ne devait pas être bridé par une "mentalité d'entreprise". Ainsi d'une simple boite à chaussure plate, Bradley a créé un étourdissante escarpin de style. En fait, pendant plusieurs semaines Bradley a mis ses idées sur le papier, mixant les divers ingrédients du design souhaité sous une forme cohérente. C'est ainsi que le Dodge A-100, simple bête de somme pataude était transformé peu à peu en un svelte et lisse custom, plus près du sol, plus fin et visuellement adouci. Naturellement les frères Alexander ont aimé les idées de Harry. Et chez Chrysler, après avoir découvert l'étendue du projet, d'enthousiaste encouragements ont également été prononcés et ce, malgré que cette proposition était à 180° des critères annoncés qui avaient été fixés dés l'origine ....


deora04.jpg


Le Dodge Deora allait avoir une faible hauteur de caisse, les lignes sont tout en subtilité sans angles vifs et ornements inutiles cela pour mettre en avant la douceurs de ses formes à la fois angulaires et arrondies. L'innovation majeure est une face avant agressive avec une cabine dont l'ouverture s'effectuerait sur le devant. Mais les meilleures idées de design, si elles ne veulent pas rester que des idées, se doivent d'être techniquement réalisables. Une cabine dont l'ouverture s'effectue sur l'avant frapperait certainement les esprits mais est-ce réalisable ? La façade avant devient un grand panneau de verre à ouverture frontale qui est fabriqué en utilisant la fenêtre arrière d'un break Ford de 1960. Pour que ce soit fonctionnel, le tout est complété par l'installation d'une porte de type "Split" pivotant sur un axe central ....


deora05.jpg


Totalement dépourvu de portes latérales, l'accès à bord se faisait donc par l'ouverture du pare brise du Dodge Deora qui actionnait simultanément un vérin faisant pivoter la face avant, du moins la partie située entre les phares, et un système qui déplaçait la transmission et son tunnel afin de libérer le passage au conducteur et à son passager. Ce système était rendu possible grâce à un panneau frontal inférieur qui s'intègre parfaitement entre les phares. Ce panneau devient la partie inférieure de la porte de la cabine. Il est articulé en son milieu pour faciliter l'entrée et la sortie du véhicule d'autant que toutes les commandes volant compris s'escamotent elles aussi, une idée de génie mais compliquée techniquement ....


deora06.jpg


Les occupants du Dodge Deora sont assis bas car le côté intérieur du passage de roue avant est modifié de façon à être déplacé vers l'arrière pour faire place à des sièges baquets. Le moteur est maintenant en saillie dans la benne du pick-up. Afin de faciliter le refroidissement, le radiateur est reculé dans la benne, juste avant l'essieu arrière. Deux écopes d'admission d'air frais sont découpées dans les flancs, et un ventilateur électrique est utilisé pour l'air de refroidissement. Le réservoir de carburant est déplacé de son emplacement d'origine vers l'arrière de la cabine. L'habitacle est garni d'un élégant cuir plissé. Le tableau de bord est transféré sur l'ancienne porte du côté conducteur, et une console centrale accueille un indicateur de vitesse et le tachymètre. Les modifications auront donc été importantes ....


deora07.jpg


Pour ce qui est de la mécanique de ce Dodge Deora, les concepteurs de l'engin vont donc utiliser un moteur de la firme à savoir le robuste Slant Six Chrysler qui développe la puissance somme toute modeste de 145 chevaux, mais dispose d'un couple important. Ce moteur est accouplé via un levier de vitesse sur mesure Hurst avec sélecteur au plancher à la transmission manuelle d'origine Dodge à trois vitesses. La ligne d'échappement est un tube "1 en 2" qui part vers l'arrière et est divisé au bout en deux afin de sortir de chaque coté du Deora pour le look ....


Caractéristiques techniques :

  • Moteur : Slant 6 cylindres
  • Énergie : Essence
  • Disposition : Centrale avant
  • Puissance : 145 ch à 4500 tr/min
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : Manuelle 3 vitesses


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © KustomKruzin



Le Dodge Deora ...



Le Dodge Deora ...







JPBlogAuto

jeudi 28 janvier 2016

Carrosserie Pichon - Parat







pichon00.jpg



pichon01.jpg



Pichon-Parat était une entreprise de carrosserie française spécialisée dans la conception automobile qui résidait à Sens dans le département de l'Yonne et qui débuta son activité au tout début des années 1950. Cette entreprise a étudié, transformé et créé, durant quasiment 40 ans, des voitures spéciales et sportives, dont l'originalité est toujours présente dans l'esprit de tous les passionnés de belles mécaniques tant leur style sortant de l'ordinaire ne laissait pas indifférent ....


pichon02.jpg


Au début des années 1950, les grandes heures de la carrosserie spéciale française étaient arrivé au bout du chemin. Tous les célèbres grands noms de la profession se plaignaient en attribuant ce malaise à la diminution des commandes d'habillage des prestigieux châssis de luxe. Mais ce déclin provenait aussi du fait que ces artisans confirmés ne renouvelaient pas leurs techniques de fabrication vieillissantes, et ne travaillaient quasiment que sur des bases anciennes comme les Delahaye, Delage ou Talbot. Heureusement, au sein de la génération d'après guerre, quelques adeptes de renouveau vont enfin arriver comme les carrossiers Bernard Pichon et André Parat qui eurent une carrière ainsi qu'une production plus diversifiée et plus abondante ....


pichon03.jpg


Bernard Pichon est né le 28 avril 1923, et André Parat le 9 mai 1923. Tous les deux installées à Sens vont faire connaissance juste après la libération alors qu'ils sont encore très jeunes, et une solide amitié va donc vite les rapprocher. Bernard Pichon entreprend une formation de tourneur, avant de faire l'acquisition d'un camion, et de s'installer quelque temps comme transporteur. André Parat intègre une école de chaudronnerie et obtient son brevet de soudeur ce qui lui permet d'avoir chez des garagistes des travaux de carrosserie. C'est en 1952 que Bernard Pichon propose à André Parat de s'associer pour créer des carrosseries selon ses idées. Les talents des deux hommes se complétaient à merveille, à l'un le soin de crayonner des lignes originales et de trouver les clients, à l'autre le travail des divers métaux, soit pour transformer des modèles déjà existants, soit pour créer des formes originales ....





Mais l'après-guerre n'était pas une période faste pour l'automobile et ils vont se faire la main avec des transformations de voitures américaines des années 40 en breaks ou en fourgonnettes, pour des artisans et commerçants qui, en ces temps difficiles, ont du mal à trouver des modèles adaptés et peu onéreux pour leur travail. Les premières automobiles modifiées furent des occasions ou des voitures accidentées reprises à moindre prix, mais le soin apporté à ces transformations, tant sur le plan esthétique que technique, apporta rapidement aux deux associés une très bonne réputation. Cela va leur permettre en 1949 de transformer la pataude limousine Ford Vedette en une berline trois volumes, un très élégant coupé et même une version break, le tout présenté dans la revue "Action Automobile et Touristique" ....





Les affaires de Pichon-Parat prenant de l'ampleur, le succès de leurs réalisations leur ouvre d’autres horizons. Grâce aux rencontres de “gentlemen-drivers” que Bernard Pichon côtoyait lors de compétitions automobiles locales ou nationales, ils voient arriver des commandes de petites séries de voitures destinées à la course. Ainsi leurs transformations de Panhard Dolomite et Renault 4 Izoard sortent de leur atelier et se classent très honorablement dans les épreuves de rallyes. L’essor fulgurant de ce petit atelier dans le domaine du sport leur permet d’asseoir leur réputation d’ouvriers rapides et efficaces. Toutes leurs réalisations artisanales mais élégantes sont sujets de conversations et finalement ils louent pour la première fois en emplacement au Salon Automobile du Grand Palais à Paris en octobre 1951 ....





C'est afin de se diversifier que durant l'été 1952, Pichon-Parat présentent en vrai précurseur un cabriolet Renault Frégate. Ils étaient les premiers à y songer, bien avant la version de Letourneur et Marchand et celle encore plus confidentielle de Mignot et Billebault, toutes deux disponibles seulement à partir de 1954. Dès le 2 octobre, jour d'ouverture du Salon de Paris, le cabriolet Frégate par Pichon Parat faisait honneur au stand du carrossier. Elle se singularisait par sa calandre en forme d'écusson, sa prise d'air aménagée sur le capot, et les très nombreux chromes qui décoraient les flancs et les ailes. Dès l'année suivante, l'atelier va pleinement se consacrer à l'habillage des châssis de Panhard Dyna et Panhard Junior car le constructeur de la Porte d'Ivry était très ouvert aux nombreuses idées et innovations proposées par cet artisan-carrossier préparateur d'automobile peu conventionnel ....





En 1952, Pichon-Parat va également proposer une version améliorée de la célèbre Citroën Traction 15/6. L'intérieur est revu avec l'adoption d'un levier de vitesses au volant. A l'extérieur, les quatre ailes sont largement modifiées et les phares avant sont maintenant intégrés dans les ailes. Des ouïes d'aération sont aussi ajoutées sur la face avant, seul le pavillon et les portes arrière restaient d'origine. Début 1953, Pichon Parat offrait un toit à la Dyna Junior qui était dorénavant habillée d'une robe en Duralumin très profilée. L'économie de poids avait été poussée à l'extrême et de ce fait, les Dolomites ne pesaient que 510 kg. Compte tenu de sa faible hauteur de 119 cm, le centre de gravité de la voiture se trouvait abaissé au maximum et sa tenue de route en était tout naturellement accrue. La Dolomite fit l'objet d'une série d'environ 60 exemplaires, et demeura au programme jusqu'en 1956. Pendant des années, on allait la voir engagée dans plusieurs rallyes régionaux, mais aussi sur les circuits où elle se retrouvait en concurrence avec les redoutables DB Panhard ....





Au Salon de Paris 1954, Pichon-Parat va présenter une superbe Salmson 2300 Sport largement retouchée et réalisée en aluminium. Le pilote René Cotton s'illustra à son volant au Monte Carlo, à la Coupe des Alpes, au Liège Rome Liège ou encore sur le Lyon Charbonnières. Au Salon de Paris 1955 l'atelier va proposer le coupé à portes papillon Renault 4 CV Izoard qui ne pesait que 532 kg, soit environ 80 kg de moins qu'une 4 CV en sortie d'usine. D'une manière générale, la presse se montrait assez unanime vis à vis de ces productions artisanales avec un style qui leur était propre, et leur aspect qui n'avait rien à envier aux meilleures des réalisations italiennes. L'atelier va aussi procéder à l'allégement de voitures par l'utilisation du duralumin sur des Peugeot 203 engagées en rallye ou des barquettes Talbot engagées au Mans en 1956. Pour sa sixième participation au Salon de Paris, l'entreprise va proposer un insolite coupé Simca Aronde, aux formes très originales, avec un pavillon muni d'un pare-brise panoramique et par ses superbes lignes arrière concaves. Ce coupé eut les honneurs de la couverture dans le mensuel l'Automobile de décembre 1956 ....





Les carrosseries réalisées par Pichon-Parat étaient réputées pour leur légèreté, et tranchaient avec les productions des derniers grands carrossiers de l'ancienne école. Cette renommée, qui fit rapidement le tour du milieu automobile, de même que la réputation de travailler vite avec des moyens limités, et donc Raymond Loewy, un des plus grands stylistes de l'époque d'origine française qui travaillait aux USA chez la marque Studebaker prend contact avec Bernard Pichon afin de faire réaliser des transformations. Le premier projet confié par Loewy fut la réalisation d'un coupé BMW 507 revu et corrigé avec un pare-brise à double courbure qui annonçaient déjà le style de la future Studebaker Avanti de 1962. Elle sera présentée en 1957 au Salon automobile de Paris en même temps qu'un superbe Coupé Peugeot 403 au pavillon surbaissé sans montant latéral, doté d'un pare-brise et aussi d'une lunette arrière panoramiques. Après la BMW 507, Raymond Loewy, satisfait de la rapidité et de la qualité du travail confiait au carrossier un nouveau projet sur une base Cadillac ....





Raymond Loewy va continuer au début des années 60 à alimenter l'atelier avec des commandes spéciales mais Pichon-Parat va aussi travailler sur d'autres projets personnels et assez insolites comme le premier break quatre portes sur base Dyna Panhard. Très élégant, il offrait un choix supplémentaire face à l'unique berline du catalogue. Suivrons des projets comme le tout premier karting en Europe le Pipat Kart ou le roadster Vespa Esterel. L'entreprise fut également sollicitée par plusieurs différents constructeurs au milieu des années 60/70 pour élaborer des prototypes ou transformer des modèles existants comme par exemple la Ligier JS2 dessinée par Frua ou la Citroën DS dessinée par Figoni pour la transformer en Coach ou même la Matra 620. Mais la grande spécialité de la maison devenait la transformation de berlines en break pour par exemple BMW, Peugeot ou Renault. Finalement courant 1960, Bernard Pichon quitte la carrosserie “Pichon-Parat” pour se faire embaucher d'abord chez Anthony Lago avant de devenir inspecteur commercial au sein de la division travaux publics de Fiat. L'entreprise n’ayant pas changé de nom, voit André Parat continuer seul à faire de la réparation et à carrosser des voitures spéciales. La carrosserie sera malheureusement radiée des registres officiels des métiers et du commerce en Novembre 1983 hélas lors de sa cessation d'activité définitive ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Carcatalog



Ford Vedette Coupé Pichon Parat ...



Simca 8 Sport Cabriolet Pichon Parat ...





JPBlogAuto

vendredi 22 janvier 2016

Les voitures de collection : plus qu’une passion !







vendre00.jpg



On ne naît pas les mains dans le cambouis, mais pour certaines raisons on peut vite y finir. Belle mécanique, jolie carrosserie, les voitures de collection ont tout pour nous ravir. Au-delà de leur valeur financière, elles représentent une véritable passion. Quelles sont ces nouvelles autos qui font grimper les chiffres et tourner les têtes ? Pourquoi séduisent-elles tous les passionnés de tous les continents ? ....


vendre01.jpg


Les Oldtimers mythiques :

Parmi les modèles traditionnels, on retrouve bien entendu tous ceux de l’entre-deux-guerres depuis la Belle Époque jusqu’aux années 40. Ford T, Peugeot Quadrillette ou Bugatti Royale, toutes ces fameuses voitures sont aussi mythiques qu’inaccessibles. Devenues de véritables placements financiers, leur prix ont énormément augmenté jusqu’à 400 % au cours des dix dernières années d’après la revue américaine Forbes. Ces automobiles valant des millions sont évidemment rares et loin d’être à la portée de tous. Alors comment accéder à la propriété, lorsqu’on est un passionné avec un petit capital ? C’est possible, si l’on s'intéresse à leurs cadettes un peu plus jeunes. Car c’est un fait, chaque année la famille des véhicules de collection s’agrandit de tous les modèles atteignant leur 30 ans et donc éligibles pour la fameuse mention. Il ne reste plus donc qu'à surveiller les derniers modèles arrivés, pouvant faire le bonheur des amateurs aux petits budgets ....


vendre02.jpg


Les Youngtimers trentenaires en 2016 :

Parmi celles arborant une plaque à fond noir et soufflant leurs 30 bougies cette année, on retrouve des voitures aussi différentes que variées telles que l’Audi 80 B3, la BMW série 7 E32, la Jaguar XJ40, la Citroën AX, l’Opel Omega A ou la Renault 21. Ces Youngtimers, les cadettes des Oldtimers peuvent toutes prétendre à la certification “de collection”, sur simple demande de leur propriétaire. Pour ce qui est de l’aspect juridique, il faut savoir que toute requête d’un classement dans cette catégorie spécifique se fait au guichet de la préfecture uniquement. Soumises à une obligation de contrôle technique tous les cinq ans, ces voitures anciennes peuvent conserver leur plaque d’origine à la condition bien sur d’être classées en véhicules de collection mais la police routière se montre toutefois tolérante, en l’absence de mention sur la carte grise à condition que les autres documents soient valides ....


vendre03.jpg


Une jeune clientèle pour les heureuses élues :

Quels amateurs, ces modèles de collection “bon marché” peuvent-ils intéresser et pourquoi ? Les soixante-huitards sont leur premier public. Tous nostalgiques de leur première auto et aussi amateurs de sensations de pilotage d’une autre époque, ils représentent des acheteurs potentiels sérieux. Si vous vous trouvez être l'heureux propriétaire de l’une de ces série, vendre sa voiture en 2016 peut apporter une plus-value. Par exemple, les professionnels du secteur chiffrent à près de 5.000 € les modèles des années 1990-2000. Un chiffre pas si mal, qui laisse présager une bonification enviable de leur prix pour les années à venir ....


volvo-p1800-06.jpg



Pour Rouler en véhicule de collection y-a-t-il des règles à respecter :

Le vrai plaisir de posséder un véhicule de collection, c’est tout de même de pouvoir le conduire ! Mais que dit la loi à ce sujet ? À chaque type de cylindrée, son propre règlement. Du fait de l’obligation de "Contrôle Technique", aucune restriction géographique de circulation ne s’applique aux voitures anciennes et classées. Pour ce qui est de leur assurance, il n’y a pas de clause de bonus-malus. Mais bien sur les compagnies exigent des assurés, qu’ils disposent d’un véhicule moderne pour se déplacer au quotidien. De fait, la diminution du risque d’accident justifie le prix peu élevé des cotisations. Concernant le code de la route, les véhicules de collection ne doivent pas obligatoirement se conformer à la réglementation en vigueur en matière d’équipement. Ceci est dû à leur conception. En effet, leur habitacle ne permet pas toujours d’accueillir des dispositifs actuels tels que ceintures de sécurité ou airbags.

Voilà, vous en savez désormais un peu plus sur les voitures de collection et les fameuses Oldtimers et Youngtimers. Désormais, il ne vous reste plus qu'à savoir laquelle pourrait vous plaire pour enfin franchir le pas et assouvir votre passion ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube



Le phénomène des Youngtimers ...



Concentration de Oldtimers et Youngtimers ...





JPBlogAuto

- page 1 de 61