@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Etonnante

Fil des billets

vendredi 22 juin 2018

Citroën E-Mehari - 2018











La Citroën 2 CV, qui avait servi de base mécanique à la toute première Méhari avait été conçue dans les années 1940 pour les agriculteurs circulant sur de mauvais chemins et avait fait preuve dès l'origine de certaines capacités en tout terrain. Afin d'améliorer ce concept, le constructeur va produire entre 1968 et 1988 la première version de la Citroën Méhari qui est une voiture de plein air à deux places avec une carrosserie entièrement en plastique ABS ....





Pour fêter 50 ans après son illustre ainée, Citroën réinvente la Méhari du 21ème siècle, la descendante écologique baptisée " Citroën E-Méhari ". Une carrosserie découvrable, quatre places et un fonctionnement 100% électrique. Il n'en fallait pas plus pour devenir le véhicule de loisirs le plus branché du moment. En effet, l’iconique Citroën Méhari s’apprêtant à souffler ses cinquante printemps, c'était l'occasion pour la marque aux Chevrons de refaire parler de sa E-Mehari, un genre d'interprétation moderne de son mythique véhicule de loisirs tous chemins ....





La Citroën E-Méhari est un cabriolet électrique produit par Citroën depuis 2016. Il s'agit de la remplaçante et descendante de la Méhari basée sur la Bolloré Bluesummer, elle affiche une face avant inspirée du concept-car Citroën C4 Cactus M dévoilé au Salon de Francfort 2015. C'est avant tout une voiture d'image pour la marque Citroën afin d'affirmer la nouvelle orientation de la marque après la séparation avec DS Automobiles. Elle marque la volonté de concevoir des voitures au style audacieux et préfigure le style des modèles suivants de Citroën ....





Pour la base de cette toute nouvelle Citroën E-Méhari, le constructeur n'a pas fouillé dans ses propres tiroirs. La marque est entrée en affaires avec Bolloré, une société française spécialisée dans les voitures électriques. Bolloré produit notamment la Bluecar qui est utilisée à Paris, dans le système de partage de voitures Autolib, et la Bluesummer, un cabriolet électrique à quatre places. Le designer Pierre Authier n'ayant donc que des adaptations et des retouches à effectuer pour donner à cette voiture le style maison n'a donc pas eu besoin de partir d'une feuille blanche. Il a finalement suffi de seulement 8 mois pour étudier, concevoir et produire cette E-Méhari ....





La Citroën E-Méhari propose aujourd’hui une polyvalence jusqu’alors inconnue sur ce modèle avec une version hard-top qui élargit considérablement son champ d’action. Les intempéries ne sont plus à craindre et il est désormais possible de laisser ses effets personnels grâce à sa structure en dur et son verrouillage centralisé. Cerise sur le gâteau, si une ondée venait à vous surprendre, de simples toiles « clipsables » entre les deux arceaux sont aussi disponibles. Mais l'esprit de la Méhari originelle tient surtout à ses panneaux latéraux modulables, et à ses bâches de toit enroulables. Cinq minutes suffisent pour accroitre les sensations de conduite à l'air libre en retirant l'ensemble. Et le kit se range tout simplement « sous et derrière » la banquette arrière ....





L'habitacle intérieur de la nouvelle Citroën E-Méhari profite d’une sérieuse cure de modernité. Ce n’est pas encore Byzance, mais l’intérieur apparaît un poil moins obsolète en optant pour un nouveau dessin de planche de bord inspiré des modèles Citroën, d’un habillage faisant écho à la couleur de la carrosserie, de nouvelles commandes sorties d’une voiture « moderne » et d’un nouveau volant désormais doté d’un airbag. Les sièges avant sont aussi redessinés pour améliorer le confort d’assise et l’accès à la banquette arrière. Le revêtement des sièges est en Néoprène. C'est exactement la même matière utilisée pour les combinaisons de plongées, ou certaines selles de moto. C'est imperméable, ça ne craint pas la pluie, et ça sèche rapidement. On peut même le laver à l'eau courante car des siphons situés aux places avant permettent d'évacuer l'eau vous permettant ainsi de nettoyer facilement le sable en rentrant de la plage ....





Pour ce qui est de la mécanique de l'insolite Citroën E-Méhari, il s'agit d'un inédit moteur électrique du Groupe Bolloré qui délivre une puissance maximale de 50 kW soit environ 70 chevaux et un couple de 166 Nm, qui est alimenté par une batterie de lithium-métal-polymère de 30 kWh. Cela crée une autonomie théorique de 200 km. Cette voiture 100% électrique est équipée d’une technologie de batterie issue de l’expertise française du Groupe Bolloré, la batterie LMP® (Lithium-Métal-Polymère) procure une expérience de conduite inédite, à la fois performante et respectueuse de l’environnement. Cette nouvelle version gagne d’ailleurs en vivacité, avec un couple moteur augmenté de près de 20%. Les accélérations sont plutôt vigoureuses grâce au couple maxi disponible immédiatement et on dépasse même rapidement la vitesse maxi homologuée de 110 km/h avec une pointe à 122 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Électrique
  • Moteur : Bolloré 50 KW
  • Puissance : 70 chevaux
  • Couple maximal : 166 Nm
  • Vitesse : 120 km/h maximum
  • Autonomie : 200 km



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Bolloré - © Citroën - © Autonews




La Citroën e-Mehari - 2016 ...








JPBlogAuto

vendredi 11 mai 2018

La collection BMW Art Cars









BMW Art Car est une série de dix-sept voitures BMW, qui associe la compétition automobile, le design et l'art. Initiée en 1975 par le pilote de course automobile français Hervé Poulain, ces voitures sont peintes par de nombreux artistes d'art contemporain célèbres et réputés pour le compte de la marque BMW ....





Le concept des BMW Art Cars naît en 1975, alors que le commissaire-priseur et pilote de course Hervé Poulain se prépare à prendre le départ des 24 Heures du Mans auquel il va participer 11 fois. L’idée lui vient de demander à un artiste de modifier l’apparence de sa BMW 3.0 CSL de 480 chevaux. C’est son ami Alexander Calder qui est chargé de concevoir cette œuvre d’art de compétition. Le résultat reçoit un accueil si enthousiaste que BMW décide de poursuivre l’expérience. L’année suivante, l’artiste new-yorkais Frank Stella couvre une BMW de ses motifs caractéristiques en forme de grilles, et en 1977 c’est au tour de Roy Lichtenstein de transformer une nouvelle voiture ....





La diversité internationale et artistique de la collection BMW Art Car s’accroît encore dans les années 1980 et 1990, pour embrasser aujourd’hui le travail d’artistes célèbres du monde entier. La série ne cesse de s'enrichir depuis régulièrement avec le temps, avec de nouvelles voitures repeintes par de nombreux artistes d'art contemporain de renom et ceci dans toutes les tendances comme par exemple le Pop art, l'art abstrait, l'art ethnique, l'art conceptuel, l'art baroque, ou même l'art minimalisme. Voici quelques exemples des plus connus : ....


- 1975 / BMW 3.0 CSL - Alexander Calder



- 1976 / BMW 3.0 CSL - Frank Stella



- 1977 / BMW 320i Turbo - Roy Lichtenstein



- 1979 / BMW M1 Group 4 - Andy Warhol



- 1982 / BMW 635 CSI - Ernst Fuchs



- 1986 / BMW 635 CSi - Robert Rauschenberg



- 1989 / BMW M3 Group 1 - Ken Done



- 1989 / BMW M3 - Michael Nelson



- 1990 / BMW 535i - Matazo Kayama



- 1990 / BMW 730i - Cesar Manrique



- 1991 / BMW Z1 - A.R. Penck



- 1991 / BMW 525i - Esther Mahlangu



- 1992 / BMW M3 GTR - Sandro Chia



- 1995 / BMW 850 CSi - David Hockney



- 2010 / BMW M3 GT2 - Jeff Koons




La collection a été exposée dans des musées d’envergure mondiale, tels que le Louvre à Paris, le Palazzo Grassi à Venise, la Royal Academy à Londres, le Guggenheim à New York, le Museum Ludwig à Cologne et la Haus der Kunst à Munich, pour n’en citer que quelques uns. A travers chacun de ses exemplaires uniques, la collection BMW Art Cars reflète l’ensemble de la culture contemporaine et participe à l'image de marque et à la publicité de la firme allemande ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - BMW © - YouTube © - Motorlegend



Hervé Poulain l'inventeur des BMW Art Cars ...



La collection BMW Art Cars de 1975 à 2010 ...





JPBlogAuto

vendredi 4 mai 2018

Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe -1951











L'entreprise Friedrich Rometsch était une société allemande de construction de carrosseries, située à Halensee un quartier de Berlin et fondée en 1924. Elle fabriquait des carrosseries automobiles capables d'habiller différents châssis roulants à la demande du client. Rapidement la firme s'est concentrée sur la production et la transformation de taxi de qualité construits sur des modèles de la marque Opel. À la fin de la guerre, Rometsch commença à chercher à reconstruire des voitures civiles, et la Volkswagen était la base incontournable de leur travail d'après-guerre. La société est donc devenue connue pour la construction d'un VW Beetle Taxi à quatre portes ....





Dans son plan de développement d'après guerre, la Carrosserie Rometsch prévoyait de construire une alternative abordable aux voitures de sport de l'époque et le châssis Volkswagen Beetle s'est avéré être un point de départ idéal. Johannes Beeskow, un designer confirmé qui avait travaillé pour Erdmann & Rossi pendant les années 1930, sera donc embauché par Rometsch pour étudier et construire le premier prototype de ce coupé sportif rêvé. La production a commencé en 1950 et Rometsch a d'abord offert deux modèles, un coupé et un cabriolet baptisés Rometsch Beeskow Volkswagen ....





La décision visionnaire de Beeskow d'utiliser Volkswagen comme principale source de pièces a grandement simplifié la tâche de la Carrosserie Rometsch en matière de construction et a engendré le début d'une nouvelle ère pour Rometsch. Ainsi, en 1950, Rometsch Carrosserie devient l'une des premières entreprises de construction automobile à pouvoir produire une petite série de voitures alors que la quasi totalité de la concurrence ne se contentait que de modèles uniques. La superbe Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe était devenu en quelque sorte une voiture atypique dans tous les sens du terme ....





La dessin des lignes de chute sur l'avant et l'arrière de la carrosserie ont fait surnommer la surprenante Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe "la banane". Mais son design très réussi dans l'ensemble et son côté unique pour l'époque l'ont bien vite propulsé au rang d'enfant chéri de la haute société, en quelque sorte la préférée de la bourgeoisie malgré son prix élevé avoisinant celui d'une Porsche. Des célébrités comme Gregory Peck ou Audrey Hepburn se porterons acquéreur renforçant ainsi l'effet de mode et la notoriété de la belle qui sera d'ailleurs primée plusieurs fois dans un grand nombre d'événements Concours en Europe et plus tard aux États-Unis ....





Au début, pour produire l'insolite Rometsch Beeskow Volkswagen, le carrossier devait acheter le châssis et le train de roulement complet directement auprès du réseau Volkswagen. Ensuite il ajustait sur ce châssis roulant la carrosserie entièrement construite à la main, un genre de peau d'aluminium légère qui venait coiffer l'ensemble. Le package final donnait cette superbe voiture qui va tant plaire au public et aux spécialistes pour parvenir à décrocher la très convoitée « Rose d'Or de Genève » lors du Salon de l'auto. Bien que ce soit difficilement contrôlable, on estime à environ 250 exemplaires le nombre de Beeskow construites ....





L'habitacle intérieur de la belle Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe a lui aussi été bien étudié et soigné pour l'époque. La planche de bord reprenait la même couleur que la carrosserie et ses bonnes proportions permettaient d'incorporer une vaste boite à gants. Toute la sellerie est pourvue d'un superbe cuir rouge de qualité aux surpiqures élégantes et soignées. Les tapis de sol se marient avec l'épaisse moquette et assurent un confort bienvenue. Un élégant volant blanc à deux branche complète l'ensemble. Deux gros compteurs et un troisième plus petit permettent d'avoir un contrôle complet sur la mécanique. Chose plutôt rare pour l'époque, un poste de radio vient compléter le tableau de bord avec une grille chromé du haut parleur ....





Pour ce qui est de la mécanique de la superbe Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe, il s'agit d'un classique moteur de Volkswagen Coccinelle. C'est en fait un "Flat quatre" des années 50, soit le 4 cylindres boxer refroidit par air de 1.2 litre de cylindrée qui développe 30 chevaux. Ainsi motorisée cette propulsion assez légère avec sa carrosserie en aluminium et son bon aérodynamisme pouvait atteindre une vitesse maximale avoisinant les 120 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres boxer
  • Cylindrée : 1.192 cm3
  • Puissance : 30 chevaux
  • Vitesse maximal : environ 120 km/h
  • Transmission : Propulsion avec Boîte de vitesses non synchronisée à 3 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Rometsch - © CoachBuild




La Rometsch Beeskow Volkswagen Coupe -1951 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 76