@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Fangio

Fil des billets

vendredi 22 juillet 2016

Magazine Englebert






englebert00.jpg


Englebert Magazine est à mi-chemin entre le magazine promotionnel d'entreprise et la revue grand public traitant principalement, mais pas uniquement, de divers sujets concernant l'automobile. En fait ce n'est pas une publication indépendante comme peuvent l'être d'autres revues modernes sur l'automobile, mais plutôt un magazine publicitaire d'entreprise destiné à promouvoir l'image de marque de la société Englebert auprès de tous les salariés de la firme mais aussi d'un plus large public ....


englebert03.jpg


A l'origine, Englebert est une compagnie de manufacture de pneumatiques belge fondée par Oscar Englebert à Liège en 1877. Le fabricant a pris part à 61 Grand Prix de Formule 1 de 1950 à 1958, et a remporté huit victoires, toutes acquises avec Ferrari. En 1958, Englebert noue des relations avec le groupe US Rubber. Cette union donne naissance à la marque Uniroyal. En 1967, le nom de la marque Englebert est alors définitivement abandonné au profit d'Uniroyal, mais finalement en 1979, la marque Uniroyal est elle aussi rachetée par le groupe allemand Continental ....


englebert01.jpg

La principale originalité du Magazine Englebert, qui est donc d'expression française, provient du fait qu'il soit tout simplement publié en deux versions ou éditions différentes, l'une pour la Belgique et l'autre pour la France et ses colonies. Le secteur d'activités de la marque Englebert étant le négoce de produits manufacturés caoutchoutés, elle produisait également un autre magazine, la revue Englebert Vélo Magazine. Par contre cette revue n'était pas accessible au grand public mais seulement destinée aux négociants mécaniciens du cycle à partir de 1949 ....


pages1.jpg pages2.jpg pages3.jpg pages4.jpg pages5.jpg pages3.jpg


Le comité de rédaction du magazine souhaitait rompre absolument avec le système commercial trop souvent associé à la voiture, c'était une volonté ferme et assumée et finalement, la publicité n'y occupait qu'une place vraiment réduite seulement sur les deuxième, troisième et quatrième de couverture qui sont occupées par des publicités, uniquement pour les produits Englebert, qu'il s'agisse des pneumatiques vélos, motos, automobiles et camions, ou de tapis caoutchouc de salle de bain ....




Seules les quatre pages de couverture du Magazine Englebert sont en couleurs. Les plus prestigieux illustrateurs et graphistes de l'époque ont signé la première de couverture du magazine comme René Vincent, Géo Ham, Alex Kow, Pierre Laurent Brenot, Plinio Codognato, Pierre Pages, Jean Palayer, ou Herbert Libiszewski. Ces couvertures même si elles ne présentent pas toutes le même intérêt graphique, sont devenues une grande source de motivation pour les collectionneurs passionnés ....


englebert02.jpg


D'une manière générale, l'éclectisme des questions et des différents sujets abordées dans le Magazine Englebert est susceptible d'attirer plusieurs publics assez différents. En effet, les journalistes rendent compte des visites qu'ils effectuent sur les salons internationaux tels que Bruxelles, Paris, Genève, Berlin ou Amsterdam. L'actualité des rallyes et des Grand Prix est suivie de près, de même que celle des courses d'endurance, comme les 24 Heures du Mans ou les 500 Milles d'Indianapolis. Chaque numéro comporte une rubrique relatant l'actualité automobile outre-Atlantique, grâce à la présence d'un correspondant à New York car la Belgique sans industrie automobile forte a toujours été un pays d'importation d'américaines ....





Les articles sur les aspects purement techniques sont assez nombreux dans le Magazine englebert. L'actualité des diverses personnalités importantes du monde automobile est aussi rapportée, par exemple Ettore Bugatti, Jean-Pierre Wimille, Maurice Trintignant, Raymond Sommer, ou Fangio. Une multitude d'autres sujets liés à l'automobile complètent la revue comme les premières automobiles, l'industrie automobile en Allemagne ou en Grande-Bretagne, la visite de l'usine Ford, l'évolution des formes des voitures, la sécurité routière, le réseau routier, les tunnels ....





Concernant les textes du Magazine Englebert, parmi les grandes signatures on retrouve dès les années 30 celle bien connue de Charles Faroux, le rédacteur en chef de " La Vie Automobile " qui proposait aussi ses talents à d'autres revues. Après-guerre, d'autres rédacteurs seront aussi utilisés comme Pierre Allenet, Jean Bernardet, Victor Boin, Jean Bonnet, Paul Frère, Jacques Ickx, ou Marcel de Laborderie. Finalement ce magazine au format 240 X 310 sera édité de 1933 à 1962 avec une interruption en 1939 à cause de la guerre et une reprise après guerre fin 1946, sans évolution très significative tant dans la forme que dans le fond ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Englebert © - Carcatalog






JPBlogAuto

vendredi 15 juillet 2016

Rob Roy Illustrateur







rob00.jpg


rob01.jpg


Robert de La Rivière est un peintre aquarelliste et pilote automobile français plus connu sous le nom de Rob Roy, son pseudonyme créé à partir du célébré héros de l’écrivain Walter Scott, qui est né en France à Mont de Marsan dans le département des Landes, le 3 octobre 1909. Dès sa jeunesse, amoureux et passionné de belles automobiles, il n'a cessé de dessiner et de peindre pour mieux traquer l'instant, le mouvement et l'action. Il sut, grâce à ce don, faire vivre les voitures de compétition des belles années, les Vintages, et laissa ainsi un témoignage illustre de l'époque ....


rob03.jpg


Assez jeune, son père, Charles très bon caricaturiste et aussi dessinateur animalier, transmet à Rob Roy le don du dessin et le goût de l'automobile. Ainsi, en 1926, Robert assiste pour la première fois à la plus belle course du monde, les 24 Heures du Mans. C'est le coup de foudre, il devient alors un spectateur régulier, admiratif et attentif de ces duels automobiles entre des as du volant, tels que Varzi, Nuvolari, Chiron, Sommer, Ascari, Fangio, Vimille, Etancellin qu'il dessinera plus tard ....





De 1929 à 1930, Robert de La Rivière fait son service militaire, période qui lui est bénéfique pour perfectionner ses connaissances mécaniques. En 1930, il dessine pour la première fois pour le journal La Petite Gironde, à l'occasion du Grand Prix de Bordeaux, et déjà ses dessins révèlent un authentique talent au style très personnel. Il fait alors la connaissance de André Sirejols, et il lui achète une BNC 1000 cm3 d'occasion qui lui permet de s'engager dans des petits rallyes et autres courses de côte comme le Bol d'Or, dans la forêt de Saint Germain en Laye ....





Ses talents commencent à être connus et c'est l'époque ou il dessine des affiches et des catalogues car ses dessins sont très appréciés et font assez souvent l'objet de couvertures de revues automobiles et sportives comme Moto Revue, Action Auto, L'Equipe. Grâce à ses dessins, Rob Roy réalise enfin son rêve et achète une Bugatti 2300 turbo type 43 à compresseur et, avec tout une équipe de mordus et futurs champions Escoffier, Baudroy, ou Pison, il participe finalement à des courses ....





En 1939, Rob Roy s'engage dans la 3ème division et il sera fait prisonnier par les Panzer SS en juin 1940, il se retrouve au camp de Krems en Autriche, d'où il s'évade en décembre 1940 pour retrouver sa famille en mars 1941. Après la guerre, il reprend une activité professionnelle intense, principalement au service de l'industrie automobile, et consacre son temps libre à rester l'ami des grands champions de l'époque et à côtoyer le milieu de la compétition automobile. Il continu aussi à illustrer de nombreux magazines spécialisés comme L'Action Automobile ou L'Automobile ainsi que diverses publicités dans le domaine de l'automobile. On retrouve également sa signature au bas de nombreuses affiches de Grand Prix ....





Dans les années cinquante, Rob Roy abandonne définitivement le milieu de la compétition automobile car nombre de ses anciens amis ont disparu ou se sont retirés des circuits. Mais il continue à peindre pour son plaisir les bolides de la grande époque, avec de plus en plus d'obstination pour le détail technique et historique ce qui fera en quelque sorte sa marque personnelle. Il continuera toutefois à réaliser, pour quelques constructeurs et équipementiers automobile, des affiches publicitaires et il apportera aussi son concours pour la création d'affiches de course et de rallyes, et toujours bien sur pour des couverture de magazines ....


rob02.jpg




En 1952, Rob Roy réalisera pour le magazine mensuel "Moteur Course" une superbe série d'histoire en image des "Grand Champions du Volant". Il laissera une œuvre importante sur les Grand Prix comme Monaco, Spa, ou les épreuves sur route, comme les Mille Mille ou la Targa Florio. Mais aussi sur toutes les grandes marques de l'époque, Alfa Romeo, AutoUnion, Bugatti, Mercedes, Bentley, Ferrari, Jaguar, Maserati, Talbot, Amilcar, Delage ou Panhard et cela jusqu'à la fin de sa vie en octobre 1992. Homme au caractère courageux, énergique et passionné, Rob Roy aura marqué son époque par ses travaux qui restent toujours une valeur sure ....




Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Art-RobRoy
- © Autoartprints - © Carcatalog










JPBlogAuto

vendredi 18 septembre 2015

Jean Graton Designer







graton00.jpg



graton01.jpg



Jean Graton, est né le 10 août 1923 à Nantes dans la Loire-Atlantique en France, c'est un scénariste, dessinateur, artiste et designer français. Il a créé la bande dessinée Michel Vaillant dans le Journal de Tintin en 1957. La série, qui compte plus de soixante-dix albums, est à l'origine de la vocation de nombreux pilotes de course et elle a inspiré des séries télévisées et un film de cinéma. Il devient même l’ami de nombreux pilotes, comme par exemple les célèbres Jacky Ickx ou Alain Prost, qui avoueront devoir leur vocation à la lecture de ses albums de Michel Vaillant ....


graton06.jpg graton07.jpg


En 1947, Jean Graton quitte sa Bretagne natale et débarque à Bruxelles ou il commence assez rapidement par réaliser des dessins pour le Journal Les Sports. Deux ans plus tard, il illustre des Histoires de l’Oncle Paul, récits complets en quatre pages à vocation éducative et documentaire pour le Journal Spirou. Mais sa véritable passion c'est l'automobile et aussi bien sur les courses automobiles. Ce n'est qu'à partir de 1957, que Jean Graton va pouvoir assouvir cette passion dans le Journal de Tintin en imaginant un univers formidablement riche et cohérent qui se passe réellement dans le milieu automobile, la saga Michel Vaillant était née ....


graton08.jpg graton09.jpg


Le véritable coup de génie de Jean Graton est d'avoir su très habillement mêler les personnages fictifs qu'il avait inventé pour ses histoires avec le monde réel des courses automobiles, des circuits, et des véritables pilotes en exercice pour chaque époque. Ainsi son Michel Vaillant va faire des courses contre Fangio, Stewart, Hill, Senna, Prost, ou Hamilton. Il va donc emmener ses lecteurs sur les circuits d'Europe et d'Amérique comme Sebring, Le Mans, Indianapolis, ou Monaco, qu'il va aussi représenter avec énormément de réalisme et de minutie, les lecteurs vont adorer. Pour que tout soit crédible, Jean Graton va même se transformer en véritable "Designer Automobile" pour imaginer une nouvelle marque de voitures " Vaillante ", qui donnera le jour à une gamme de modèles de compétition et de tourisme ....


graton10.jpg graton11.jpg


En scénariste avisé, Jean Graton va créer son écurie de course "Vaillante" et va lui adjoindre un adversaire qui aura le rôle du méchant le team "Leader". Cette longue saga va au final réclamer beaucoup d'imagination et énormément de travail pour inventer et designer plus de 150 voitures différentes. Jean va donc se trouver dans l'obligation de constituer une petite équipe pour l'assister, le "Studio Graton" qui au fil des décennies verra défiler des assistants talentueux comme Christian Denayer, Daniel Bouchez, Claude Viseur, Nedzad Kamenica, Christian Papazoglakis, ou Guillaume Lopez. Un certain Luc Donckerwolke designer Belge de talent et ami personnel de Jean Graton, celui la même qui œuvre dans le groupe Volkswagen pour des marques comme Audi, Skoda, Seat, Lamborghini ou Bentley, a aussi été pigiste de luxe pour aider à designer certaines Vaillante dans quelques albums. Finalement le superbe Design de toutes ces merveilleuses voitures va grandement participer au succès de Jean Graton et de son héros le pilote Michel Vaillant ....


graton12.jpg graton13.jpg


Voici une sélection d'une cinquantaine de modèles les plus réussis :



graton02.jpg graton03.jpg


Le public est conquis, et tout un univers se développera au fil des albums autour des usines Vaillante. Cette passionnante reconstitution romancée des compétitions automobiles réelles depuis les années cinquante ne laissera pas les médias insensibles et la presse automobile spécialisée louera même le talent de designer de Jean Graton à maintes reprises. Il était donc logique que plusieurs marques réelles comme Honda, Seat, BMW, Skoda, Chevrolet ou Peugeot veuillent associer leur nom à ce phénomène. Ainsi on verra rouler sur nos routes certaines de leurs voitures badgées "Vaillante" ou même courir sur circuits en compétition d'autres voitures entièrement décorées aux couleurs "Vaillante", la fiction se mélange à la réalité ....


graton04.jpg graton05.jpg


Ainsi cerise sur le gâteau, les Vaillante conçues et dessinées par Jean Graton vont véritablement courir en compétition aux 24 Heures du Mans, aux 24 Heures de Spa Francorchamps, aux 24 Heures de Barcelone ou dans le monde entier en Championnat WTCC, une véritable consécration. Cette reconnaissance sera même complétée par une série télévisée et un film cinéma réalisé par Luc Besson. En 2009 sera créé à Bruxelles la Fondation Jean Graton qui a pour but la conservation, la pérennité, et le développement de la notoriété de l’œuvre ce qui a permis à Jean Graton de faire son entrée dans le monde de l'Art Contemporain avec les premiers "Michel Vaillant Art Strips" qui sont des adaptations de dessins retravaillés et mis en valeur par Dominique Graton, belle-fille de l'artiste et directrice artistique ....


graton14.jpg graton15.jpg


En 2004, Jean Graton décide de s’accorder une retraite bien méritée et arrête de dessiner, laissant crayons et plumes au "Studio Graton" qui se charge désormais de la totalité du travail graphique. La même année, le Ministre de la Culture français le fait Commandeur dans l’Ordre des Arts et Lettres. En 2005, en Belgique cette fois, il devient Chevalier de l’Ordre de Léopold. Maintenant, depuis son lieu de retraite bruxellois confortable, Jean Graton observe avec grand intérêt et aussi bienveillance la suite des aventures de son héros Michel Vaillant dirigé par son fils Philippe Graton qui a pris la succession et soutenu par les éditions Dupuis ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
© Dupuis - © Michel Vaillant - © Fondation Jean Graton




La Vaillante Chevrolet en WTCC ...



La Vaillante Courage aux 24 Heures du Mans ...



Les Vaillante Grand Défi sur le circuit du Mans ...



Michel Vaillant le film de Luc Besson ...





JPBlogAuto

- page 1 de 2