@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 7 janvier 2016

Pietro Frua Design







frua00.jpg



frua01.jpg



Pietro Frua, fils de Carlo et Angela Frua, est né le 2 mai 1913 à Turin et mort le 28 juin 1983. C'était un designer automobile italien, qui débuta sa carrière dans les années 1930, et dont la renommée est toujours présente dans l'esprit de tous les passionnés de belles voitures tant son style reconnu de tous est unanimement apprécié de nos jours grâce aux merveilleuses voitures issues de son talent ....


frua02.jpg


Après avoir suivi des études secondaires classique, le père de Pietro Frua qui occupait un poste d'employé de bureau chez Fiat le fait entrer assez jeune dans l'école de mécanique interne de la firme ou Pietro va finir par obtenir un diplôme de dessinateur technique. Il occupe donc son premier emploi à l'âge de 17 ans dans les établissements de la carrosserie Farina, la future Pininfarina, comme dessinateur. C'est à partir de ce premier travail dans le domaine de l'automobile que le jeune Pietro commencera une étonnante carrière qui l'amène, à l'âge de vingt deux ans à peine, à occuper le poste de directeur du « Centro Stile Stabilimenti Farina » ....


frua03.jpg


En 1930, la carrosserie Farina, est déjà un des leaders de la carrossier à Turin employant plusieurs centaines de personnes et Pietro Frua y poursuit avec bonheur sa formation en faisant également la connaissance de personnes importantes comme Giovanni Michelotti qui va devenir son ami et aussi son successeur à la tête du Styling lorsque Pietro quitte la société pour créer son propre studio en 1937. Mais l'avènement de la Seconde Guerre mondiale interrompt brutalement cette toute nouvelle activité et son nouvel atelier est donc obligé de stopper ses projets ....





Prévoyant et entreprenant, Pietro Frua avait astucieusement racheté une usine partiellement bombardée pendant la guerre. Dès la fin du conflit, la situation enfin s'améliore et comme il l'avait prévu et planifié, Pietro reprend donc son activité et embauche quinze salariés dans son entreprise renaissante. Il va très rapidement embaucher avec ses ouvriers un assistant styliste Sergio Coggiola, et aussi acheter tout l'équipement nécessaire pour concevoir et construire des voitures. La première création de son cabinet de design remonte à 1946 et correspond à une voiture de type « barquette » sportive reposant sur une base de Fiat 1100A. Durant toutes les années 1950, Pietro Frua consacra son activité essentiellement sur des modèles Fiat, mais il sera également appelé par d'autres marques italiennes comme Maserati et Lancia ou étrangères comme Panhard et Renault mais aussi par Ghia ....





Au début des années 50, la plus part des carrossiers se sont déjà lancé dans la production industrielle, tandis que Pietro Frua sait encore produire des modèles uniques ou des petites séries inédites. C'est d'ailleurs à cette époque que Pietro va dessiner un superbe petit coupé doté d'un moteur de 1380 cm3 pour le fabriquant de voiture de sport Pasquino Ermini qui sera présenté avec succès au célèbre concours l'élégance de San Remo. A partir de 1957, la société de Pietro Frua cesse son activité car Luigi Segre patron de la Carrosserie Ghia décide de signer un nouvel accord de coopération avec Pietro qui devient le nouveau responsable du bureau de style de Ghia. Pietro Frua est donc désormais libéré de toutes les contraintes d'une gestion quotidienne, et peut donner libre court à ses talents de styliste et de manager ....





Mais cette période heureuse va être de courte durée car en 1958, Pietro Frua qui avait dessiné la belle Lloyd 600 Coupé, la mythique Volvo P1800 et également la superbe Renault Floride, va de nouveau entrer en désaccord avec Luigi Segre qui lui reproche de s'être attribuer publiquement la paternité de la Floride, et Ghia vexé le laisse libre de partir pour recréer son propre studio de design. Les années 1960 seront les années les plus prolifiques pour la société Frua. Il garde d'excellentes relations privilégiées avec Fiat et Maserati, et il sera très souvent sollicité par les constructeurs étrangers. En 1960, le préparateur Hector Bossaert s'adresse a Frua, qui lui dessine un coupé sur une base de Citroën DS 19 raccourcie de 47 cm et aussi rabaissée de 7 cm, ce coupé sera baptisé DS GT 19. C'est à cette époque aussi que Frua va dessiner la Jaguar XK 150, le coupé Alfa Romeo 1900 CSS, la Studebaker Italia, la Maserati Quattroporte, le coupé Maserati Mistral, le coupé AC 428, et la quasi-totalité des modèles du constructeur allemand Glas racheté par BMW ....





Les années 1970 seront très riches en nouveautés étudiées et réalisées par le studio de design de Pietro Frua pour de très nombreuses marques italiennes ou étrangères et ceci sans aucune prédominance pour l'un ou l'autre des clients. Ainsi, l'importateur Suisse de Ferrari, Peter Monteverdi, qui a commencé à construire ses propres voitures de sport confie à Pietro le design de ses bolides, la première sortie sera la Monteverdi High Speed 375 S. Le " Studio Technico Pietro Frua " de cette époque va travailler avec bonheur sur de superbes voitures pour Opel, BMW, Volvo, VW, Porsche, Citroën, Fiat, Audi, Maserati, Lamborghini, Ford, Rolls Royce, Dodge, Chevrolet, Mercedes, Ligier, ou même étudier et réaliser des commandes spéciales inédites pour des clients fortunés comme le Shah de Perse ou l'Aga Khan ....





Maintenant dans la sixième décennie de sa vie, Pietro Frua était enfin reconnu et apprécié car il avais démontré son bon goût et tout son immense talent à la jeune vague de nouveaux stylistes qui avaient pris leur fonction dans le nouveau processus industriel. Bien qu'il n'y est plus une demande pour des prototypes complètement personnalisés et bien sur plus de clients pour des voitures spéciales uniques, la relève des nouveaux designers va largement suivre les traces de Frua. En automne 1983, à la suite d'une opération d'une tumeur maligne non réussie, il va finalement décéder le 28 Juin, quelques semaines après son soixante-dixième anniversaire. Pietro Frua restera dans la mémoire du monde de l'automobile comme l'un des plus grands designers indépendants de la "Scuola italiana", la fameuse qualité esthétique italienne. L'hebdomadaire britannique Picture Post l'a qualifié de « Fashion king of the world car ». Le magazine allemand Der Spiegel rappelle qu'il fait partie du gotha des plus grands carrossiers de la planète depuis le début des années 1950 avec Ghia, Bertone, Michelotti, Pinin Farina, Vignale ou aussi Zagato. On lui doit plus de 210 créations de superbes carrosseries pour beaucoup de grands constructeurs ....



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Autopassion




Fiat Frua 1100 Coupé - 1953 ...



Maserati A6G Cabriolet Frua - 1954 ...



BMW-Glas 3000 V8 Fastback By Frua - 1967 ...





JPBlogAuto

jeudi 17 décembre 2015

Leonardo Fioravanti











fioravanti01.jpg



Leonardo Fioravanti est un important designer automobile né le 31 janvier 1938 en Italie, certainement parmi les plus célèbres de l'histoire de cette industrie. Avec un cursus scolaire plutôt brillant, Il obtient un diplôme d'ingénieur en génie mécanique à l’École Polytechnique de Milan, avec une spécialisation en conception de carrosserie et aérodynamique grâce à une excellente thèse soutenue sur le thème de la berline aérodynamique. Leonardo Fioravanti appartient à un triumvirat de designer célèbres et reconnus, avec Marcello Gandini et Giorgetto Giugiaro, tous nés a quelques jours d'intervalle en 1938, et il est apprécié par tous les amateurs de voitures sportives pour toutes ses superbes créations notamment pour Ferrari. De très nombreux ouvrages qui lui sont consacré attestent de cet engouement pour son travail et sa réputation a rapidement dépassé toutes les frontières. Il fait lui aussi partie de l'Automotive Hall of Fame, le pinacle des designers automobiles ....


fioravanti02.jpg


Leonardo Fioravanti a étudié avec le professeur Antonio Fessia, un ingénieur accompli qui avait œuvré chez Lancia sur la Flaminia, la Flavia et la Fulvia. Trés apprécié par son professeur, à la fin de ses études ce dernier le présente en 1964 à Gian-Battista Pinin Farina, le patron de la Carrosserie Pininfarina, qui aussitôt l'embauche à seulement 26 ans en tant que designer ou il occupe les fonctions de dessinateur projeteur. L'entreprise Pininfarina et donc Fioravanti travaillent pour de nombreuses marques comme Lancia, Fiat, Alfa Romeo, Peugeot, Volkswagen et BMW. Mais se qui va faire la réputation de Leonardo et la reconnaissance de son travail, c'est incontestablement sa participation très active à la conception de toutes les Ferrari produites dans la période 1966 à 1986, ses plus beaux chefs-d’œuvre ....


fioravanti03.jpg


Leonardo Fioravanti restera finalement pendant 24 ans dans l'entreprise de la Carrosserie Pininfarina ou il évoluera au fil du temps jusqu'à finir par occuper la fonction de Directeur Général de la société. Le patron lui confiera également le poste de Directeur de la filiale de recherche "Pininfarina Studi & Ricerche". Pendant toutes ces années il dessinera de sa main les plus beaux modèles de Ferrari que Maranello ai construit. La première création de Fioravanti est la superbe Ferrari Dino 206 GT bientôt suivie par la sublime Ferrari Daytona au dessin moderne dégageant à la fois de la force et de la sensualité qui rompt définitivement avec le style des Ferrari des années 60. Deux voitures qui vont marquer les esprits ....





Leonardo Fioravanti est dorénavant présent aux salons auto et aux conférences de presse, il assiste même aux réunions de projets avec les clients de Pininfarina. Son travail pour Ferrari va s'affirmer avec le dessin de l'insolite Ferrari 365 GTC suivie de la Ferrari 365 GT4, deux voitures qui adoptent des lignes beaucoup plus tendues caractéristiques de la nouvelle décennie, loin des galbes des années 60, et qui s'inscrivent donc entre deux époques mais qui portent aussi la patte du maitre ....





Leonardo Fioravanti dessine également la belle Ferrari 308 GTB qui est une petite berlinette à moteur V8 qui se base sur l'architecture de la Dino et donnera naissance à une lignée de sportives très nerveuses. Outre le design très réussi, elle apparaîtra dans la sérié télévisée américaine Magnum, ce qui contribuera aussi à son succès. Fioravanti va aussi dessiner l'incroyable Ferrari 250 LM qui est une voiture de course destinée à remplacer la voiture victorieuse des 24 Heures du Mans, la 250 GTO, mais dans une déclinaison Grand Tourisme. Finalement elle remporta le Trophée des Prototypes du Championnat du monde des voitures de sport en 1965 ....





Leonardo Fioravanti a également conçu des voitures du type concept cars qui constitue un épiphénomène dans l'histoire de Ferrari comme par exemple cette extraordinaire Ferrari P5 équipée d'un moteur V12 avec une carrosserie toute en aluminium dotée de portes papillons qui offre un look vraiment très insolite avec son museau avant du type raie manta. La sublime Ferrari P6 qui suivra est en fait une version routière et moins typée course de la précédente P5 bien qu'elle utilise la même mécanique et le même châssis. Elle est probablement le dernier stade de l'évolution d'un style fondé sur l'aérodynamisme des voitures de compétition des années 60. Les spécialistes dirent à l’époque que ses formes souples et tendues à la fois allié à son profil plutôt allongé atteignent un certain degré de perfection ....





Outre les prototypes et les concepts cars, Leonardo Fioravanti va aussi dessiner et concevoir des supercars beaucoup plus classiques si on peut dire comme la très élégante Ferrari 288 GTO, une berlinette à moteur V8 compétitive sur route comme sur circuit qui ressemble visuellement beaucoup à la 308 GTB mais avec un look plus musculeux et plus félin. Toutefois celle qui représente le mieux cette catégorie des GT supercars dessinées par Fioravanti, c'est incontestablement la sublime et très rare Ferrari F40. Cette voiture de sport est au moment de sa sortie la Ferrari la plus rapide, la plus puissante et aussi la plus chère jamais proposée au public. Mais l'ultime déclinaison de Léonardo concernant ces supercars est l'incroyable Ferrari Testarossa, cette voiture de sport de Grand Tourisme animée par un moteur central arrière 12 cylindres à plat qui reprend le nom de la Ferrari 250 Testa Rossa le modèle de voiture de course mythique de la Scuderia Ferrari des années 1950. Véritable « must » des années 1980, elle est entrée depuis dans la légende Ferrari ....





En plus des superbes voitures que l'on a découvert plus haut, Leonardo Fioravanti a dessiné pour Ferrari beaucoup d'autres superbes modèles comme la 246, la Boxer, la Mondial, la 328, la Pinin, la 512, ou encore la 275, ce qui fait qu'il sera très apprécié par Enzo Ferrari. Après 24 ans passés chez Pininfarina, le Commendatore le recrute en 1988 au poste de Directeur Général adjoint de Ferrari Spa, puis ensuite de Directeur Général de Ferrari Engineering. En 1990, Leonardo devient directeur du style avancé de Fiat, qui avait pris depuis 1989 le contrôle de Ferrari, mais il n'y reste qu'un an avant de reprendre sa liberté car il avait dans l'idée de monter sa propre entreprise. Finalement en 1991, il s'occupe désormais à plein temps de Fioravanti Srl. Sa société conçoit des études de style pour différents constructeurs à travers le monde. Sa toute première création est un étonnant concept car, l'insolite Fioravanti Sensiva, une berlinette dotée de moteurs électriques associés à une turbine à gaz. En 2000, il présentera la magnifique Fioravanti F 100 qui est prévue pour commémorer le centième anniversaire de la naissance d'Enzo Ferrari ....





Finalement libéré de toutes contraintes au sein de sa propre entreprise, Leonardo Fioravanti va donner libre cours à ses idées en concevant des belles voitures très novatrices et insolites. En 2001, avec la Fioravanti Vola conçue sur une base Alfa Romeo, Leonardo brevète un original et innovant système de toit transparent escamotable, qui pivote simplement au dessus des sièges pour se placer sur le couvercle de coffre. En 2002 il présente le Fioravanti Yak, un étonnant 4 x 4 hybride à moteur V8 qui associe des capacités en tout terrain avec le confort d'une berline de luxe. En 2004 il expose au Salon de Genève, la Fioravanti Kite une étonnante voiture qui conjugue les traits d'un coupé et l'habitabilité d'une berline. En 2013, BAIC, ce nouveau constructeur chinois qui tente de se forger une image de marque, fait appel a Fioravanti pour qu'il lui dessine une luxueuse berline haut de gamme, Leorardo proposera pour le salon de Shanghai la superbe BAIC 900 Fioravanti ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Leonardo Fioravanti

>

Leonardo Fioravanti Design ...



Leonardo Fioravanti Design ...







JPBlogAuto

vendredi 4 décembre 2015

Les FIAT de l'étranger







fiatlogo.jpg


On ne présente plus la marque automobile FIAT qui est vraiment très connue de tous. Cette vénérable firme dont l'acronyme est "Fabbrica Italiana Automobili Torino" ou en français Usine italienne d'automobiles de Turin, est un constructeur automobile italien, basé à Turin qui a été créée le 11 juillet 1899 par 30 actionnaires, dont le plus célèbre est un certain Giovanni Agnelli. Fiat Group Automobiles a réalisé un chiffre d'affaires de quasiment 28 milliards d'euros en 2010 avec environ 2 millions de véhicules produits et cela sur 5 continents. Giovanni Agnelli qui est un visionnaire adopte très vite une stratégie de croissance axée sur la mondialisation et conquiert des parts importantes sur des marchés porteurs et la firme Turinoise devient donc le moteur de l'industrie italienne. Dès 1906, Fiat vend plus d'automobiles à l'étranger que dans son propre pays. A partir de 1930 Fiat est devenu un véritable empire industriel et les voitures de la marque sont construites sous licence dans de très nombreux pays étrangers comme Fiat-Automoveïs au Brésil, Fiat-Concord en Argentine, Fiat-Tofas en Turquie, Fiat-El Nasr en Égypte, Fiat-Lada-AutoVaz en Russie, Fiat-NSU-Neckar en Allemagne, Fiat-Simca en France, Fiat-Steyr-Puch en Autriche, Fiat-Polski-FSO en Pologne, Fiat-Yugo-Zastava en Yougoslavie, Fiat-Seat en Espagne ou Fiat-Premier-Pal en Inde. Cette liste regroupe les modèles automobiles qui ont été fabriquées dans un passé plus ou moins lointain ou sont actuellement toujours fabriqués dans les usines Fiat ou sous licence Fiat ailleurs qu'en Italie avec une douzaine de ces marques étrangères assez étonnantes ....


* FRANCE : SIMCA - FIAT :

fiat00.jpg

L'histoire commence en 1929 lorsque Henri Théodore Pigozzi, un jeune homme d'affaire de 28 ans né dans le Piémont est nommé directeur de la nouvelle société Safaf (Société Anonyme Française des Automobiles Fiat) qui va produire directement ses automobiles dans l'Hexagone. La toute première Fiat a être produite dans notre pays à partir de cette organisation est la Fiat Balilla. Le modèle original est né en Italie et il est disponible dorénavant en France sous la désignation Fiat 6 CV. Dés 1934, une nouvelle structure, la Société Industrielle de Mécanique et de Carrosserie Automobile (SIMCA) sera créée et même si c'est Fiat qui est derrière ce projet il s'agit d'une société française. La production débute en juillet 1935, et la gamme comporte maintenant deux modèles, la Simca-Fiat 6 CV auparavant assemblée à Suresnes, et la luxueuse Simca-Fiat 11 CV très proche de la Fiat 518 Ardita. En 1936, soit trois mois avant son homologue italienne, Simca présente à Nanterre la Simca 5, identique à la Fiat 500 Topolino. Pour le millésime 1938, une petite fourgonnette d'une charge utile de 250 kg qui bénéficie d'une silhouette agréable complète la gamme qui grâce à son économie de fonctionnement, la fera choisir par de nombreuses entreprises, en particulier les services de l'administration postale ....





Pour remplacer la Simca-Fiat 6 CV, Pigozzi présente au salon de Paris en octobre 1937 la Simca 8 1100 6 CV. Cette berline quatre portes, équipée d'un 1090 cm3 de 32 ch, classée dans la catégorie fiscale des 6 CV, correspond à la Fiat 1100 508C. En partant de la berline, l'équipe crée le Coupé Simca 8 1100 qui est la première Simca à ne pas avoir d'équivalent chez Fiat. Finalement la Simca 8 est très vite disponible en break, berline, berline découvrable, coupé deux places et cabriolet décapotable quatre places. La Simca 6 est présentée au salon de Paris en octobre 1947. Il s'agit d'une Simca 5 remise au goût du jour, dérivée de la Fiat Topolino 500C. Son style a été rajeuni avec une face avant intégrant les optiques, et un coffre de plus grande dimension. Une nouvelle Simca 8 1200 7 CV est présentée au salon de Paris en octobre 1949 avec la calandre plus bombée, les pare-chocs plus épais et la malle arrière qui est enfin accessible par l'extérieur. La première Simca dont la carrosserie diffère totalement des modèles italiens va s'appeler Aronde, et elle arrive en mai 1951. Au final fin 1962, Fiat qui souhaite avec le développement du marché commun créer sa propre filiale française se désengage de Simca ....





* ALLEMAGNE : NSU - NECKAR - FIAT :

fiat-nsu00.jpg

NSU est une entreprise allemande fondée en 1873. La construction d'automobile débute en 1905 et NSU signe un premier accord en 1922 avec Fiat en vue de produire sous licence des voitures italiennes en Allemagne, faisant rapidement de Fiat la deuxième marque étrangère du pays. En 1929, victime du crash boursier qui secoue le monde, NSU est contraint de vendre son usine et Fiat s'en porte donc acquéreur. Désormais, les Fiat pour le marché allemand seront donc produites avec de la main d’œuvre allemande, sous licence Fiat. Les premières automobiles de l'ère Fiat sont d'anciens modèles NSU, mais rapidement il s'agit de véritables voitures Fiat. Après guerre, la production ne reprend qu'à l'aube des années 50, avec quelques voitures similaires aux gammes produites en Italie mais NSU souhaite retrouver sa marque dans le domaine automobile. C'est dans ce contexte que l'industriel négocie avec Fiat le rachat de son nom, et que les NSU-FIAT deviennent des Neckar. Le modèle par excellence est sans aucun doute la Neckar 1100. Elle est commercialisée sous la marque NSU-Fiat en juin 1953, quatre mois après que la Fiat 1100 dont elle est une copie quasi conforme ait été présentée à Genève et elle devient un grand succès ....





En novembre 1960, la Neckar 1100 se dédouble en deux modèles distincts. La " Neckar " conserve le toit arrondi, les portes avant ouvrant dans le mauvais sens et les petites vitres du modèle d'origine, tandis que la " Neckar Spezial " adopte la carrosserie plus moderne empruntée à la 1200, caractérisée par un toit plat aux montants plus fins, des portes avant ouvrant dans le bon sens, et toutes les vitres agrandies. Les Neckar classique et Neckar Spezial, adoptent en 1962 le nom de Neckar Europa car elles réunissent l'élégance italienne et la qualité allemande. Au cours de l'automne 1962, Neckar intègre à sa gamme un élégant coupé la Neckar 1500 TS dérivée de la berline Fiat 1500. En 1963, toutes les Neckar Europa suivent l'évolution de la Fiat 1100 D lancée en octobre 1962. Elle se déclinerons aussi en Neckar StTrop pour le Coupé et Neckar Riviéra pour le Spyder. En mars 1966, la marque propose la Neckar 1100 N qui bénéficie des mêmes évolutions que la Fiat 1100. Finalement la marque sera intégrée en 1969 dans le groupe formé par Volkswagen et Audi, avant de disparaître totalement au cœur des années 70 ....





* AUTRICHE : STEYR - PUCH - FIAT :

fiat-steyer00.jpg

Les premières automobiles de la marque STEYER voient le jour en 1907. Steyr et Fiat créent une filiale Austro-Fiat, pour fabriquer près de Vienne des voitures et des camions Fiat sous licence. Les conditions économiques précaires de l'après guerre ne permettent pas encore à l'Autriche de reprendre rapidement un rythme de production soutenu. Steyr préfère donc prendre des accords avec Fiat pour produire localement différents modèles sous le nom de Steyr Fiat. La nouvelle collaboration entre les deux constructeurs s'élargira rapidement à la Fiat 1400 en 1950, puis, dès 1952, à la fameuse Fiat 500 Topolino dans sa version berline et fourgonnette, ainsi qu'à la Fiat 1900. Au salon de Vienne en mars 1954, Steyer annonce son retour en tant que constructeur à part entière, avec la présentation de la Steyr 2000. Le moteur de conception autrichienne est moulé dans de l'acier autrichien car la firme veut protéger son identité, la carrosserie est celle de la Fiat 1900 importée de Turin ....





En 1957, les dirigeants de Steyr sont séduits par la dernière création la nouvelle Fiat 500. Un accord est alors signé pour installer une nouvelle ligne de montage spéciale pour cette voiture qui sera assemblée sous license mais reçoit une touche locale car Steyr équipe ses 500 d'un moteur de sa conception. Durant les années 60 et au début des années 70, Steyr se fait une très bonne réputation sur les rallyes avec ses très pétillantes Steyr 500 et Steyr 126 survitaminées. Les carrosseries sont toutes en provenance directe d'Italie, mais les moteurs sont spécifiques à Steyr Puch en Autriche. En 1975, les taxes et impôts perçus à la frontière autrichienne sont alors supprimés. Le maintien d'une unité de production de voitures Fiat pour un marché aussi étroit n'est plus vraiment justifié et donc Fiat se désengage de Steyr ....





* ESPAGNE : SEAT - FIAT :

fiat-seat00.jpg

A l'issue de la Seconde Guerre mondiale à laquelle l'Espagne n'a pas participé, le pays peine à redresser son économie après des années de guerre civile. C'est dans ce contexte morose que l'Instituto Nacional de Industria décide de la naissance d'un nouveau constructeur automobile qui sera doté de moyens modernes. Un accord d'une durée de 30 ans est alors signé qui prévoit l'assemblage puis la fabrication en Espagne par SEAT de modèles de la gamme Fiat. La toute première Seat, une berline moyenne, la Seat 1400, sort des chaînes en 1953 et elle sera au final maintenue au catalogue jusqu'en 1963. Mais c'est la petite Fiat 600 plus abordable financièrement qui va vraiment permettre au plus grand nombre d'Espagnols d'accéder beaucoup plus rapidement à l'automobile. La demande sans cesse croissante du marché conduit Seat à développer une 600 bien spéciale baptisée Seat 800 dotée de quatre portes avec un empattement rallongé. D'autres modèles complètent petit à petit la gamme de Seat. Ainsi, la Seat 1500 remplace la 1400 à partir de 1963. Cette toute nouvelle voiture est un assemblage entre une carrosserie de Fiat 1800 et un nouveau moteur spécifique de 1481 cm3, elle sera disponible en berline et aussi en break familial ....





La Seat 124, copie quasi conforme de sa cousine italienne, est en vente à partir du mois de mars 1966. Il en est de même pour la Seat 850, d'abord en version deux portes, puis à partir de 1967 dans une version spécifique à quatre portes. Ces deux versions sont rejointes par le Coupé et le Spider Seat 850, identiques aux modèles produits en Italie. En 1969, la marque commercialise la Seat 1430, une berline Fiat 124 dotée d'un moteur plus puissant, qui deviendra Seat 1430 Especial 1600 puis Seat 1430 Especial 1800. La Seat 127 est rigoureusement identique à la Fiat 127 en version deux et trois portes, mais en revanche elle existe en version quatre portes qui n'est pas fabriquée à Turin. La Seat 132, similaire à sa sœur italienne est lancée en 1973 mais elle existe aussi en Espagne avec un moteur diesel. La Seat 133 est un curieux assemblage entre une mécanique de Seat 850 montée à l'arrière d'une voiture compacte dotée d'un profil de Fiat 127 et d'un avant de Fiat 126. La Seat 131 est apparue au salon de Barcelone 1975, identique au modèle italien, mais elle reçoit le moteur 1438 cm3. En 1976, sort le coupé Seat 1200 Sport, établi sur la base de la 127. En 1979, la Seat Ritmo succède à la Seat 124. A partir de 1980, la Panda est produite en Espagne sous licence Fiat, et porte simplement le nom de Seat Panda. La Fiat Ritmo devient Seat Ronda en juin 1982, et la Fiat 127 devient Seat Fura en 1983. Finalement, en 1982, le groupe allemand Volkswagen Audi devient le nouveau partenaire industriel et commercial de Seat et donc Fiat se retire ....





* POLOGNE : POSKI - FSO - FIAT :

fiat-polski00.jpg

Fiat établit une usine de montage en Pologne en 1931et plusieurs modèles y sont alors produits, mais pendant la guerre, les installations sont totalement détruites. Dès 1946, les autorités annoncent la création d'une industrie automobile et la société FSO voit le jour en 1947. A partir de 1951, la firme va se contenter de produire des FSO POLSKI, un modèle dérivé de la GAZ Pobieda soviétique. Un accord est signé en 1965 qui prévoit la production chez FSO d'un nouveau modèle alors en cours de développement en Italie. Finalement la Polski Fiat 125 P apparait, très légèrement différente de la version italienne, et reconnaissable à ses double phares ronds, alors qu'ils sont carrés sur l'italienne. Elle propose un curieux cocktail entre la Fiat 125 et les dernières 1300/1500, dont elle reprend l'intérieur, la planche de bord, et ses moteurs. Cette Polski Fiat 125 P rentre en production régulière début 1968. D'abord produite en 1300, elle est ensuite disponible en version 1500 dès 1969, puis sous la forme d'une break inconnu en Italie sur la Fiat 125 à partir de 1972, mais ce n'est qu'en 1975 que FSO propose un pick-up. La fin de la licence intervient en 1982, après quoi les anciennes Fiat Polski 125 P deviennent désormais des FSO 125 P ....





A partir de 1973 et jusqu'au début des années 80 la marque propose des modèles FSO 127, 128, 131 et 132, identiques en tout point aux voitures produites en Italie. En 1978, la marque présente la nouvelle FSO Polonez pour s'affranchir au moins partiellement de la tutelle de Fiat. En 1979, la Fiat 126 déserte les chaînes italiennes et désormais, toutes les FSO 126 vendues en Europe proviennent de Pologne. En 1987, la firme abandonne la berline FSO 125 P, pour ne plus importer que le break rebaptisé FSO Montana et le pick-up FSO Arizona. Au fil des ans, la Polonez évolue par petites touches avec une boîte cinq vitesses, des éléments aérodynamiques, l'allumage électronique, les vitres de custode et enfin une nouvelle version 1598 cm3 dite 1600 est disponible en 1988, alors que parallèlement enfin la carrosserie à six glaces se généralise. La production de la 125 polonaise cesse en 1991 alors que la Polonez restylisée se fait désormais appeler FSO Caro. Toute la face avant est redessinée et elle dispose aussi d'un moteur 1,9 litre diesel d'origine PSA. Le constructeur présente en 1996 la nouvelle FSO Atu qui est une version à trois volumes de l'ancienne Polonez. En 2000, les FSO adoptent le badge Daewoo et finalement General Motors en 2002, l'époque Fiat est alors bien terminée ....





* YOUGOSLAVIE : ZASTAVA - YUGO - FIAT :

fiat-yugo00.jpg

ZASTAVA est une puissante entreprise d'état Yougoslave créée en 1953. En 1954 un contrat de coopération technique et financière est signé avec Fiat mais moins de 5000 voitures sont produites annuellement jusqu'en 1960. En 1965 de nouvelles discussions sont menées avec le géant italien en vue d'accroître les volumes et la production dépasse alors les 35 000 voitures. La première Zastava à connaître une production régulière et à rendre l'automobile accessible en Yougoslavie est la Fiat 600, dénommée Zastava 750. Ce modèle y est produit jusqu'en 1986, alors que sa carrière cesse dès 1969 en Italie. Les Fiat 1300/1500 sont commercialisées en Italie en 1961jusqu'en 1967 et elles sont ensuite remplacées respectivement par la Fiat 124 et la Fiat 125. En Yougoslavie, leur carrière va se poursuivre jusqu'en 1981 toutes rebaptisées Zastava. De 1969 à 1984, les Polski Fiat 125 P et Lada Vaz 2101 sont aussi intégrées à la gamme Zastava. L'année 1971 est celle du lancement au salon de Belgrade d'une nouveauté la Zastava 101, il s'agit d'une Fiat 128 à moteur 1100 cm3 dotée d'un hayon arrière qui ressemble étrangement à la Simca 1100 ....





En dehors des pays de l'Est, la marque Zastava est peu attrayante et donc un changement de nom est opéré à l'issue d'une étude de marché. Toutes les Zastava deviennent des Yugo au cours des années 80. Le premier modèle à porter ce nom est la Yugo 45 de 1980, un modèle dérivé de la Fiat 127, mais doté désormais d'une carrosserie spécifique. La marque Yugo très en verve dans les pays de l'Est continue au cours des années 80 à développer ses propres créations de plus en plus éloignées des Fiat. La Yugo Florida dévoilée au salon de Belgrade 1987 en est le parfait exemple mais cette voiture n'a plus de Fiat que les moteurs 1400 et 1600. Mais rapidement les voiture Yugo qui font partie des voitures les moins chères du monde présentent des défauts de conception mais surtout d'assemblage. En fait elles sont beaucoup moins efficace que leurs homologues Fiat, avec une boîte imprécise, une climatisation ne tenant pas la distance, des bruits de roulements, des plastiques médiocres, des sièges mal vissés et les importateurs ne vendant plus déposent le bilan. Finalement Yugo cessera toute activité dans le courant des années 2000 ....





* RUSSIE : LADA - AUTOVAZ - FIAT :

fiat-lada00.jpg

Au cours des années 60, les bonnes relations entre l'URSS et les membres influents du parti communiste Italien facilitent la tâche pour parvenir enfin à un bon accord prévoyant la fourniture d'équipements techniques spéciaux et la formation de bons spécialistes afin de satisfaire la très forte demande en automobile. Finalement cet accord intervient en mai 1966 avec Fiat. A la fin de l'année 1969, après 3 ans de construction des installations, les premières VAZ 2101 sont enfin produites. Le modèle de base, la Fiat 124, une propulsion, ne manque pas de qualités et elle a été adapté aux spécificités du réseau routier russe et au rude climat du pays, avec des longerons renforcés, des tôles plus épaisses, des suspensions plus résistantes, une garde au sol plus élevée de 4 cm. La toute première LADA VAZ est présentée au salon de Bruxelles en janvier 1971. C'est la Lada 1200 certes rustique, mais dans le reste de la production soviétique, elle passe pour une automobile moderne, rapide, dotée de réelles qualités routières. Un break épaule la berline à partir de 1971. Au cours des années 70, la 1200 de base évolue vers des versions plus étoffées avec la Lada 1500 en 1973, la Lada 1300 en 1974, et enfin la Lada 1600 en 1975 ....





En 1983, la marque présente la Lada 2107, dotée d'un équipement revu à la hausse, et reconnaissable à une imposante calandre chromée du genre Volvo 264, qui va ravir le public russe. L'usine produit jusqu'à 2500 voitures par jour et la Lada fait plus que de la résistance durant les années 80 et 90, avec l'adoption d'une calandre noir mat et de phares rectangulaires. La Lada coûte 20 % de moins qu'une voiture Européenne, c'est le fait de solutions techniques économiques et d'une recherche incessante de réduction des coûts, au détriment cependant d'une finition succincte. Mais si les voitures sont bon marché on se rend vite compte que la qualité de leur fabrication est déplorable. C'est bien plus tard, et de manière très confidentielle, qu'on apprend en France que les Lada sont montées par des prisonniers politiques dont la qualité du travail n'est pas leur raison d'être. La chute du mur de Berlin, l'éclatement de l'URSS, l'apparition de l'économie de marché ne sont pas des évènements favorables pour l'industrie des pays de l'Est qui sombre au milieu des années 90. Mais la marque Lada demeure un cas à part surtout dans son pays d'origine ou elle symbolise encore de nos jours la motorisation de masse ....





* TURQUIE : TOFAS - FIAT :

fiat-turk00.jpg

Le constructeur automobile TOFAS voit le jour en 1969 à l'issue d'un accord entre le groupe industriel turc Koç et le groupe italien Fiat. C'est donc un constructeur automobile turc, dont le siège est à Istanbul en Turquie et dont le site de production est situé à Bursa qui construit sous licence plusieurs modèles de la gamme Fiat. Moins de deux ans plus tard, en 1971, l'usine est opérationnelle, et aussitôt débute la production de la Tofas Murat 124, qui devient Tofas Serce 124 en 1984 qui est en fait un dérivé de la Fiat 124. L'usine Tofas va en tout produire environ 135.000 exemplaires de ce dérivé de la Fiat 124. A partir de 1976, la 124 est rejointe par la Tofas Murat 131 qui se fera ensuite appeler Tofas 131 Dogan et Tofas 131 Kartal dans sa version break. Ces modèles ont été exporté également par l'usine Tofas vers l'Egypte et l'Ethiopie. La Tofas Murat 131 a très longtemps fait partie du paysage automobile turc car avec son prix d'achat assez bas, cette voiture était vraiment bien appréciée pour sa robustesse et son coût d'entretien vraiment réduit ....





A partir des années 90, la commercialisation de voitures plus modernes va donc contribuer à affaiblir petit à petit la popularité de la Murat 131 et sa construction cesse définitivement en 2008 après une production qui avoisine quand même les 1.300.000 exemplaires. C'est une nouvelle ère ou d'autres Fiat plus modernes seront ensuite produites en Turquie par Tofas comme la Regata, la Tempra, la Tipo, la Uno, la Brava, la Palio, la Siena, la Albea, la Petra, la Marea, la Doblo 1re & 2e série, la Linea qui est un modèle dérivé de la Punto avec coffre. Au final, la Murat 131 sera la dernière voiture à être commercialisée en Turquie sous la marque Tofaş, les modèles qui suivront porteront tous le logo Fiat. Depuis, pour mieux répondre à la demande croissante, la surface des ateliers n'a cessé de croître pour atteindre 350.000 m². La capacité de production est aussi passée de 40.000 automobiles/an à 250.000 en 2006 et a atteint 360.000 en 2008. A partir de 2005, Tofas étend sa coopération avec PSA pour produire localement des utilitaires Peugeot, Citroën et Fiat ....





* INDE : PREMIER - PAL - FIAT :

fiat-pal00.jpg

En 1950, le nouveau constructeur indien PREMIER, noue un accord de développement et de coopération avec Fiat Auto pour assembler localement la Fiat 500 Topolino. En 1954, Fiat et Premier étendent cet accord pour assembler la fameuse Fiat 1100. Cet accord de licence permettra d'équiper quasiment tous les taxis indiens avec une 1100. Désormais, l'Inde va être le pays dans lequel seront régulièrement recyclées les chaînes d'assemblage européennes de Fiat. À partir de 1956, l'État Indien exige une intégration locale dans toutes les automobiles produites sur le sol indien et ferme son marché aux importations ce qui fait que la nouvelle Fiat Premier 1100 est enfin produite uniquement avec des composants locaux. En 1960, la 1100 issue de l'avant guerre est remplacée par la Fiat Premier 1100 A née en Italie en 1953, puis en 1964 par la Fiat Premier 1100 D de 1962. En 1964, Fiat cède à Premier les droits pour poursuivre la production du modèle sous un autre nom et c'est ainsi que naitra la toute nouvelle Premier Padmini qui restera en fabrication jusqu'en 1999 ....





Le taxi Premier Padmini noir et jaune est longtemps resté aussi identifiable à Bombay que la Coccinelle à Mexico, le Cab à Londres, ou le Checker à New York. En fait, son faible prix d'achat, son économie d'entretien, et sa maniabilité en ont fait pendant plus de quarante ans la voiture favorite des chauffeurs de taxi Indoux. En 1981, Fiat et PAL signent un nouvel accord technique pour produire localement la Fiat 124 rebaptisée Pal 124. Pour l'occasion Fiat cèdera au constructeur indien la ligne de production de sa filiale espagnole Seat. A partir de 1985, sur cette ligne de production, la marque commercialise la Premier 118 NE, une Seat 124 Pamplona équipée d'un moteur Nissan Cherry qui sera produite jusqu'en 2000. À partir de 1993, Premier équipe sa Pal 118N de moteurs diesels achetés au constructeur italien Negri pour les monter et sur la Padmini et sur la Pal 138D. Au début des années 90, l'Inde commence à s'ouvrir aux investissements étrangers. En 1996, Premier renoue des contacts avec Fiat et signe un contrat de collaboration qui aboutit au lancement de l'assemblage en Inde de la Fiat Uno. En 1997, Fiat prend le contrôle complet de Premier et c'est sur cette base qu'est fondé le nouveau groupe Fiat India en 2004 ....





* ARGENTINE : CONCORD - FIAT :

fiat-concord00.jpg

FIAT CONCORD est la filiale argentine du constructeur italien Fiat, implanté dans ce pays depuis l'année 1960. La nouvelle usine de la filiale argentine située à Caseros produit alors sa première voiture, une Fiat Concord 600 en tous points identique au modèle original italien. En milieu d'année une seconde chaîne de fabrication voit le jour, destinée à la production de la Fiat Concord 1100D elle même remplacée par la Fiat Concord 1500 en 1963. L'usine Concord propose durant les années 60 et au début des années 70 des versions "coupé" et "spider" à partir des mécaniques Fiat 850 et Fiat 1500. En 1965, Concord présente la Fiat Concord 770, un coupé jamais produit en grande série par FIAT en Italie. En 1966, la 770 évolue et est rebaptisée Concord 800 et elle est aussi complétée avec une version spider. La Fiat 1500 subit une augmentation d'empattement et devient Concord 1500C dite "largo" mais ce modèle sera spécifique à l'usine Concord Argentine. A partir de 1967, la marque Fiat Concord est devenu le tout premier constructeur argentin avec plus de 40.000 voitures produites par an et il occupe quasiment le quart du marché national ....





En 1970, alors que l'ancienne 1500 est toujours disponible dans sa version break familiale, la marque lui adjoint une berline Concord 1600, très proche de la Fiat 125 italienne. En 1971 c'est le lancement de la Concorde 128 une voiture plutôt révolutionnaire pour l'époque qui est identique au modèle italien. Mais une version spécifique est rapidement développée, il s'agit d'un break 128 mais avec cinq portes. Finalement, la Concord 128 s'impose rapidement comme la nouvelle locomotive de Fiat en Argentine. En 1972, la gamme 1600 est remplacée par la Concord 125. En 1977 c'est le lancement de la Concord 133 qui est un dérivée de l'original Seat mais avec des motorisations locales de la FIAT 600 E et S. En 1982, la 600 après une production record pour l'Argentine de 300.000 véhicules est finalement remplacée par la Concord 147 identique à l'original brésilien. De 1985 à 1990 les sorties vont rapidement s'enchaîner avec les Concord Regatta, Duna, Uno et finalement Elba. Une nouvelle usine Fiat est construite à Cordoba et rentre en service en 1996, pour y produire des Palio, Siena et Strada, mais malheureusement la crise financière de 2000 en Argentine met à mal l' automobile et les ventes sont divisées par deux ....





* BRESIL : AUTOMOVEIS - FIAT :

fiat-bresil00.jpg

L'histoire de Fiat au Brésil est plus récente que celle de Fiat en Argentine. Les tout premiers contacts entre Fiat et les autorités brésiliennes remontent à 1971 et finalement des accords sont signés en 1973 entre les dirigeants de Fiat, et l'un des 26 états du pays où Fiat doit s'installer. L'usine AUTOMOVEIS sera inauguré en 1976 en présence du Président brésilien. Le tout premier modèle du nouveau constructeur fut présenté à cette occasion, la Fiat Automoveis 147. C'est en fait une Fiat 127 revue et corrigée pour être adaptée aux besoins du marché local. L'offre est ensuite développée à partir de ce modèle 147, avec un pick-up, une version alimentée à l'alcool, un Break Panorama, un fourgon Fiorino, et aussi une version trois volumes baptisée Oggi. En 1979, la Fiat Automoveis 147 sera la toute première voiture au monde dont le moteur pouvait fonctionner avec un carburant différent de l'essence, l'alcool d'origine végétale qui est mélangé à hauteur de 50 % avec l'essence ....





En 1985 le constructeur lance la Fiat Automoveis Premio, qui est une variante de la Fiat Uno CS, ce sera la première voiture brésilienne équipée d'un ordinateur de bord. En 1987 est proposée la Premio avec 4 portes qui sera commercialisée en Europe sous le nom Fiat Duna berline. En 1989, la Fiat Duna qui est commercialisée en Europe sera présentée au Brésil rebaptisée Automoveis Elba CLS en version 5 portes. En 1992 c'est le lancement de la Fiat Automoveis Tempra, identique au modèle italien. En 1997 la gamme Palio est complétée par la Fiat Automoveis Siena et de la Palio Weekend. La Fiat Automoveis Marea 2,0 20v/142 ch, identique au modèle italien qui occupera le sommet de la gamme sort en 1998. En 1999, Fiat Automoveis fête ses 6 millions de voitures produites et propose pour l'occasion la Fiat Automoveis Strada qui bénéficie également d'une variante avec une cabine allongée. En 2007, on assiste au lancement de la Fiat Automoveis Punto Br qui est semblable à la Grande Punto italienne, mais avec des moteurs polycarburants Fiat Flex brésiliens. En 2009, Fiat fête sa 10.000.000e voiture produite au Brésil ....





* EGYPTE : EL NASR - FIAT :

fiat-egypt00.jpg

EL NASR Automotive Manufacturing Company, ou simplement Nasr en arabe est un constructeur automobile égyptien dont la société est installée, depuis sa création en 1960, à Helwan. La société Nasr fut créée après la disparition de la société Ramses automobile, compagnie d'État, dont l'existence fut très courte, en raison du choix des modèles fabriqués aux lignes dépassées et aux caractéristiques obsolètes. Nasr s'était fixé comme objectif de fabriquer des voitures confortables de gamme moyenne pour satisfaire la demande d'une couche aisée de la population égyptienne. Depuis 1962, à la suite d'un accord de coopération avec le géant italien, Nasr a fabriqué sous licence des modèles de la gamme Fiat. En 1991, un nouvel accord plus approfondi a permis à Nasr de fabriquer et d'assembler dans ses usines des modèles Fiat à partir de licences accordées à d'autres unités liées à Fiat comme Tofas, filiale turque de Fiat Auto. Depuis 2000 Nasr assemble également la Yugo Florida sous licence du constructeur serbe Zastava, lui-même dépendant de Fiat Auto ....





Après avoir fabriqué bon nombre de modèles Fiat comme les Fiat 1100 et Fiat 1300/1500 ou aussi les Fiat 128 et Fiat 125 et même les Fiat Tempra, Nasr présenta la voiture qui allait devenir, en Égypte aussi, un véritable best-seller, la Fiat Nasr 128 GLS. Ce modèle sera fabriqué au début à partir d'éléments en provenance de Fiat Italie puis de Zastava en ex Yougoslavie. Toujours au catalogue, ce modèle n'a pas subi de changement alors que sa conception remonte à la fin des années 1960, il a en fait été présenté au salon de Genève 1969. Nasr poursuit la fabrication de nombreux autres modèles Fiat comme les Fiat Regata et Fiat 131, puis s'oriente vers des sous-licences en provenance de Fiat-Tofas, comme les dérivés des anciennes Fiat 131, les Tofas Dogan et Tofas Sahin. Au début du XXIe siècle, Nasr conclut une extension de ses relations avec Zastava qui lui permet de fabriquer la Nasr Florida. Finalement, la coopération technique et financière avec Fiat se révéla très fructueuse pour Nasr qui va avoir une forte croissance de sa production de voitures et étendre ses activités dans le domaine des véhicules commerciaux ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Challenges automobile



JPBlogAuto

- page 1 de 19