@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - GT

Fil des billets

vendredi 17 mai 2019

Ferrari 456 GT Sbarro SB2 Tornado - 2005











On ne présente plus le célèbre Franco Sbarro qui fait parti de ces concepteurs designers d'automobiles italiens que l'on qualifie de petits génies de l'automobile moderne. C'est un dessinateur et constructeur de voitures de rêves qui a fondé la société automobile qui porte son nom en 1971. Au cours de ses nombreuses années d'activité, il a produit un grand nombre de voitures fantastiques, alternant entre les commandes spéciales, les “évocations” ou aussi les voitures au design original et unique. La Ferrari SB2 Tornado fait partie de cette catégorie ....





Au départ, l’idée originale de cette étonnante Ferrari 456 GT Sbarro SB2 Tornado remonte en fait à 2004, lorsque Sbarro a imaginé et re-carossé une Ferrari 456GT qu’il a alors baptisée SB1. L’année suivante, ce concept très novateur a pourtant encore évolué pour devenir la très insolite SB2 “Tornado”. L’appellation de “Tornado” venant certainement du fabriquant de montres " European Company Watch "qui a commandité l'affaire afin de pouvoir utiliser la SB2 pour illustrer ses campagnes de publicité sur une montre de sa gamme baptisée "Tornado" ....





Construite à la demande du même client, qui avait déjà commandé quelques années plus tôt la "Mille Miglia", sur une base de Ferrari 550 Maranello, Franco Sbarro a construit ce superbe roadster inédit au style vraiment particulier. Présentée pour la toute première fois au salon de Genève en mars 2004, cette voiture servira de base aux élèves de l'école de design de Sbarro pour élaborer la version définitive baptisée Tornado SB2 en 2005. Il faut se souvenir qu'à cette époque beaucoup de Ferrari découvrables munies d'un moteur V12 n'existaient pas encore, et donc cette superbe Ferrari 456 GT Sbarro SB2 Tornado fit sensation ....





Par rapport à l'originale, la très surprenante Ferrari 456 GT Sbarro SB2 Tornado a donc été revue en profondeur surtout l’avant qui a été profondément remanié, surtout au niveau des phares. Le design général de la voiture est une réussite avec son arrière tout d'abord qui surprend par sa succession d'éléments ronds, dont les 4 feux, le logo et les grosses sorties d'échappement chromées. L'avant quant à lui rappelle la Testarosa des années 60, avec son museau et ses ailes avancées. Même chose pour le pare brise panoramique à l'allure rétro et les portières à ouverture en élytre. Le look de l'ensemble est moderne mais respectueux de l'origine ....





Pour ce qui est du comportement routier, l'expérience d'une Ferrari V12 assise à l'air libre est l'un des plaisirs majeurs de cette automobile. Mais en fait, la géniale Ferrari 456 GT Sbarro SB2 Tornado se comporte comme une véritable GT très efficace. La boîte de vitesses manuelle à 6 vitesses participe au plaisir de conduire avec son maniement facile et précis. Le son du moteur est étonnamment maîtrisé pour ne pas effrayer une clientèle agée. La charge aéro est assez bonne pour une découvrable et la machine monte merveilleusement haut en régime moteur. Avec une direction plutôt directe et précise et des freins performants vraiment à la hauteur de la tâche, le package complet est vraiment un plaisir ....





L'habitacle intérieur de la superbe Ferrari 456 GT Sbarro SB2 Tornado a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails. Bien que ce soit une sportive, chez Sbarro on ne fait pas dans l'économie. L'habitabilité intérieure est assez spacieuse et la qualité des matériaux choisis est nettement à la hauteur. L'intérieur quant à lui est aussi très spécial entièrement recouvert de cuir beige vraiment très subtil et classieux. Le tunnel central est recouvert d’un bouclier rouge servant de console qui est surmonté d'un très élégant panneau en aluminium anodisé bouchonné regroupant les divers compteurs ....





Pour ce qui est de la mécanique, la Ferrari 456 GT Sbarro SB2 Tornado embarque un moteur bien connu du constructeur de Maranello, à savoir un bloc 12 cylindres en V à 65° de 5474 cm3 de cylindrée, développant 485 ch à 7000 trs/mn. La puissance est transmise aux seules roues arrière via une boîte de vitesses à six rapports. Ainsi équipée, la voiture est capable de performances élevée avec par exemple une vitesse de pointe de l'ordre de 300 km/h ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V12 cylindres
  • Cylindrée : 5474 cm3
  • Puissance : 485 chevaux à 7000 tr/mn
  • Vitesse : Environ 300 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © AutoSalon - © Calvet - © Turbo




La Ferrari 456 GT Sbarro SB2 Tornado - 2005 ...






JPBlogAuto

vendredi 22 mars 2019

Koenigsegg Jesko - 2019







jesko00.jpg



Koenigsegg est un constructeur automobile suédois spécialisé dans les modèles de voitures de sport de grand standing. La marque qui est installée à Ängelholm a été créée en 1994 par Christian von Koenigsegg, un tout jeune entrepreneur alors âgé de 22 ans seulement. La firme est aujourd'hui détenu à 49 % par Eker Group, et les autres actionnaires sont l'entrepreneur américain Augie Fabela et le constructeur automobile chinois Beijing Automotive. En 2013 est sortie de l'usine la centième voiture depuis la création de la marque qui emploie d'aujourd'hui 80 personnes et augmente sa production de quinze à trente voitures par an ....





Introduite au salon de l'automobile de Genève 2019, cette toute nouvelle voiture de sport à moteur central produite en série limitée par le constructeur automobile suédois Koenigsegg succèdera à la petite lignée des autres modèles emblématiques déjà produits comme la CCR, la CCX, la Agera, ou la Regera. Elle est baptisée Jesko en hommage au père du fondateur de la marque, Jesko Von Koenigsegg. Ce bolide dessiné par le designer David Craaford, dont la production sera limitée à 125 unités, sera disponible homologuée dans le monde entier ....





La course à la voiture la plus rapide homologuée pour la route ne concerne qu'une poignée de constructeurs comme McLaren, Hennessey ou Bugatti dont Koenigsegg fait partie. Avec sa superbe Koenigsegg Jesko, la marque a conçue, non plus une voiture de Grand Tourisme, mais une voiture de piste à hautes performances, axée sur une force d'appui aérodynamique très élevée et une tenue de route encore plus précise. Le but non avoué mais recherché est d'essayer d'atteindre une vitesse de pointe de 500 km/h ou au moins de flirter avec cette barre hallucinante ....





Le design de la superbe Koenigsegg Jesko reprend des lignes qui ne sont pas sans rappeler la marque, avec une surface vitrée panoramique autour de l'habitacle. Devant, une large lame de carbone permet à l'air de s'engouffrer et d'être redistribué vers les roues avant, de glisser vers les roues arrière, mais aussi de ressortir par une large ouïe sur le capot. L'air qui passe au-dessus est happé par un large aileron dont les montants sont fixés vers l'habitacle. Le flux d'air redirigé vers les roues arrière sort par un large diffuseur chargé de plaquer la voiture au sol, conjointement avec l'échappement central situé juste au-dessus, à l'image de la solution qui avait été adoptée sur la McLaren P1 ....





La coque carbone utilisée dans la Koenigsegg Jesko intègre une structure monocoque en aluminium pour une rigidité accrue. La Jesko est dotée d'amortisseurs Triplex à l'avant et à l'arrière, combinés à des amortisseurs Öhlins traditionnels. Un amortisseur arrière horizontal empêche l’arrière d’appuyer sur le sol pendant les fortes accélérations. Les amortisseurs avant stabilisent la voiture à haute vitesse, tandis que la direction arrière active assure une stabilité accrue à tous les niveaux. La voiture est équipée de série de roues à blocage central en aluminium forgé de 20 pouces de diamètre à l'avant et de 21 pouces à l'arrière. Les pneus sont des Michelin Pilot Sport Cup 2 R. Le système de freinage utilise des disques en carbone-céramique ventilés ....





L'habitacle intérieur de la superbe Koenigsegg Jesko a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails. Bien que ce soit une stricte deux places, l'habitabilité intérieure est plutôt spacieuse est bénéficie d'un toit découvrable grâce à un système Targa. Le volant est placé devant un écran numérique tandis que la console centrale, épurée, affiche un écran tactile qui surplombe une finition chrome qui entoure notamment le levier de vitesses. Le confort n'est pas négligé car la voiture est toujours dotée d'équipements tels que la climatisation, un système d'info-divertissement avec écran de 9 pouces, Apple CarPlay et le chargement du téléphone USB. La voiture a un écran de 5 pouces monté derrière le volant affichant des informations vitales pour le conducteur. Les sièges en cuir sont munis d'une coque en fibre de carbone creuse mais sont réglables électriquement ....





Sous le capot, la belle Koenigsegg Jesko utilise le bloc bi-turbo V8 5.0 litres de la précédente Agera qui a été revu en profondeur. Avec de l’essence normale E10, le bloc fournit une puissance de 1280 chevaux, mais avec du E85 éthanol, la puissance monte à 1600 chevaux pour un couple de 5.100 tr / min. Grâce à un vilebrequin nouvellement développé et à des pistons plus légers et à l'injection multipoint, le nouveau moteur tourne à 8.500 tr/min. Pour éliminer le creux du moteur, un système spécial de compresseur envoie directement de l’air dans les turbos pour les rincer. Le moteur est couplé à une boîte de vitesses à embrayages multiples à 9 vitesses qui dispose de 21 combinaisons possibles grâce à sept embrayages offrant un temps de changement de rapport allant de 20 à 30 millisecondes. Il possède également un mode overdrive appelé "Ultimate Power On Demand". Bardée de toute cette technologie, la voiture offre des performances hors normes ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence normale E10 ou E85 éthanol
  • Moteur : V8 biturbo
  • Cylindrée : 5.0 Litres
  • Puissance : 1600 chevaux à 8.500 t/mn
  • Couple : 1573 Nm à 5100 t/mn
  • Vitesse : environ 500 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Koenigsegg - © Autonews - © Motor1




Présentation de la Koenigsegg Jesko au Motor Show de Genève - 2019 ...






JPBlogAuto

jeudi 28 février 2019

Chevrolet Corvette Rondine - 1963











Tous les passionnés de la célèbre Chevrolet Corvette connaissent bien l’importance de l’année 1963 dans la longue lignée de cette voiture mythique. C’est en effet l’année de l’introduction de la Corvette de deuxième génération, la C2 baptisée « Sting Ray », avec son style spectaculaire, sa forme unique et sa lunette arrière fendue et controversée, le tout avait été secrètement organisé par Larry Shinoda et l’équipe de GM Design ....





Mais alors que le chef du design, Bill Mitchell, absorbait tous les éloges de cette nouvelle Corvette C2, il planchait discrètement déjà sur la future version. Il avait en fait envoyé à Pininfarina un couple de châssis et un cahier des charges pour apporter une nouvelle expression à l'image de la Corvette. La Corvette Rondine était sur les rails ....





Après son passage chez Ghia, le styliste américain Tom Tjaarda est recruté en 1961 chez Pininfarina. C'est lui qui sera chargé de façonner ce magnifique coupé en vue d’inspirer la prochaine Corvette Rondine. Ce concept italo-américain d'une beauté intemporelle à la couleur bleu turquoise fut présentée avec sa lunette arrière inversée au Salon de Paris 1963 qui se tenait pour la deuxième année à la Porte de Versailles ....





La Corvette Rondine a donc été construite chez Pininfarina sur un châssis standard, avec un moteur Corvette standard et un intérieur légèrement modifié. La principale grande différence se trouvais dans la carrosserie, qui était non seulement unique dans son style, mais aussi toute en acier. La Rondine était en fait la seule Corvette à avoir jamais porté une coque en acier, et par conséquent aussi la plus lourde jamais construite ....





D'une conception très différente de celle de la Stingray, le dessin de Tom Tjaarda est une réussite. La Corvette Rondine déploie avec élégance son nez et son arrière pour créer une expression de vitesse. Le capot avant n’est pas aussi tranchant que la Stingray, mais il est étroit avec ses feux à quatre phares apparents et sa fine calandre. Une nervure de style se détache du nez, parcourt les flancs de la voiture, longe la porte et monte jusqu'au sommet de l'aile arrière pour se terminer par une extrémité « en forme de queue d'aronde » ....





L'habitacle intérieur de la superbe Corvette Rondine a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails. Bien que ce soit une stricte deux places, l'habitabilité intérieure est bien plus spacieuse que dans la Stingray. Bien que son intérieur soit en grande partie d'origine Stingray, les sièges étaient recouverts de cuir italien et les garnitures de porte sur mesure étaient faites d'un blanc assorti. Le sol était pourvu d'une luxueuse moquette et les charnières de porte étaient chromées. La vision depuis le cockpit était excellente et, avec les garnitures en cuir blanc, la Rondine semblait offrir un espace beaucoup plus dégagé ....





Si son style était en nette évolution, la Chevroler Rondine restait toutefois fidèle à la tradition maison sous son capot, qui accueillait pour la mécanique un bloc V8 de 5.4 litres de cylindrée qui avec une alimentation par injection développait 360 chevaux pour un couple de 488 Nm à 3200 t/mn. La transmission était épaulée par une boîte à quatre rapports manuelle autorisant des performances honnêtes ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 5.4 Litres
  • Puissance : 360 chevaux
  • Couple : 488 Nm à 3200 t/mn
  • Vitesse : plus de 220 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Chevrolet - © Carstyling - © Motorlegend




La superbe Chevrolet Corvette Rondine - 1963 ...






JPBlogAuto

- page 1 de 135