@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 17 décembre 2015

Leonardo Fioravanti











fioravanti01.jpg



Leonardo Fioravanti est un important designer automobile né le 31 janvier 1938 en Italie, certainement parmi les plus célèbres de l'histoire de cette industrie. Avec un cursus scolaire plutôt brillant, Il obtient un diplôme d'ingénieur en génie mécanique à l’École Polytechnique de Milan, avec une spécialisation en conception de carrosserie et aérodynamique grâce à une excellente thèse soutenue sur le thème de la berline aérodynamique. Leonardo Fioravanti appartient à un triumvirat de designer célèbres et reconnus, avec Marcello Gandini et Giorgetto Giugiaro, tous nés a quelques jours d'intervalle en 1938, et il est apprécié par tous les amateurs de voitures sportives pour toutes ses superbes créations notamment pour Ferrari. De très nombreux ouvrages qui lui sont consacré attestent de cet engouement pour son travail et sa réputation a rapidement dépassé toutes les frontières. Il fait lui aussi partie de l'Automotive Hall of Fame, le pinacle des designers automobiles ....


fioravanti02.jpg


Leonardo Fioravanti a étudié avec le professeur Antonio Fessia, un ingénieur accompli qui avait œuvré chez Lancia sur la Flaminia, la Flavia et la Fulvia. Trés apprécié par son professeur, à la fin de ses études ce dernier le présente en 1964 à Gian-Battista Pinin Farina, le patron de la Carrosserie Pininfarina, qui aussitôt l'embauche à seulement 26 ans en tant que designer ou il occupe les fonctions de dessinateur projeteur. L'entreprise Pininfarina et donc Fioravanti travaillent pour de nombreuses marques comme Lancia, Fiat, Alfa Romeo, Peugeot, Volkswagen et BMW. Mais se qui va faire la réputation de Leonardo et la reconnaissance de son travail, c'est incontestablement sa participation très active à la conception de toutes les Ferrari produites dans la période 1966 à 1986, ses plus beaux chefs-d’œuvre ....


fioravanti03.jpg


Leonardo Fioravanti restera finalement pendant 24 ans dans l'entreprise de la Carrosserie Pininfarina ou il évoluera au fil du temps jusqu'à finir par occuper la fonction de Directeur Général de la société. Le patron lui confiera également le poste de Directeur de la filiale de recherche "Pininfarina Studi & Ricerche". Pendant toutes ces années il dessinera de sa main les plus beaux modèles de Ferrari que Maranello ai construit. La première création de Fioravanti est la superbe Ferrari Dino 206 GT bientôt suivie par la sublime Ferrari Daytona au dessin moderne dégageant à la fois de la force et de la sensualité qui rompt définitivement avec le style des Ferrari des années 60. Deux voitures qui vont marquer les esprits ....





Leonardo Fioravanti est dorénavant présent aux salons auto et aux conférences de presse, il assiste même aux réunions de projets avec les clients de Pininfarina. Son travail pour Ferrari va s'affirmer avec le dessin de l'insolite Ferrari 365 GTC suivie de la Ferrari 365 GT4, deux voitures qui adoptent des lignes beaucoup plus tendues caractéristiques de la nouvelle décennie, loin des galbes des années 60, et qui s'inscrivent donc entre deux époques mais qui portent aussi la patte du maitre ....





Leonardo Fioravanti dessine également la belle Ferrari 308 GTB qui est une petite berlinette à moteur V8 qui se base sur l'architecture de la Dino et donnera naissance à une lignée de sportives très nerveuses. Outre le design très réussi, elle apparaîtra dans la sérié télévisée américaine Magnum, ce qui contribuera aussi à son succès. Fioravanti va aussi dessiner l'incroyable Ferrari 250 LM qui est une voiture de course destinée à remplacer la voiture victorieuse des 24 Heures du Mans, la 250 GTO, mais dans une déclinaison Grand Tourisme. Finalement elle remporta le Trophée des Prototypes du Championnat du monde des voitures de sport en 1965 ....





Leonardo Fioravanti a également conçu des voitures du type concept cars qui constitue un épiphénomène dans l'histoire de Ferrari comme par exemple cette extraordinaire Ferrari P5 équipée d'un moteur V12 avec une carrosserie toute en aluminium dotée de portes papillons qui offre un look vraiment très insolite avec son museau avant du type raie manta. La sublime Ferrari P6 qui suivra est en fait une version routière et moins typée course de la précédente P5 bien qu'elle utilise la même mécanique et le même châssis. Elle est probablement le dernier stade de l'évolution d'un style fondé sur l'aérodynamisme des voitures de compétition des années 60. Les spécialistes dirent à l’époque que ses formes souples et tendues à la fois allié à son profil plutôt allongé atteignent un certain degré de perfection ....





Outre les prototypes et les concepts cars, Leonardo Fioravanti va aussi dessiner et concevoir des supercars beaucoup plus classiques si on peut dire comme la très élégante Ferrari 288 GTO, une berlinette à moteur V8 compétitive sur route comme sur circuit qui ressemble visuellement beaucoup à la 308 GTB mais avec un look plus musculeux et plus félin. Toutefois celle qui représente le mieux cette catégorie des GT supercars dessinées par Fioravanti, c'est incontestablement la sublime et très rare Ferrari F40. Cette voiture de sport est au moment de sa sortie la Ferrari la plus rapide, la plus puissante et aussi la plus chère jamais proposée au public. Mais l'ultime déclinaison de Léonardo concernant ces supercars est l'incroyable Ferrari Testarossa, cette voiture de sport de Grand Tourisme animée par un moteur central arrière 12 cylindres à plat qui reprend le nom de la Ferrari 250 Testa Rossa le modèle de voiture de course mythique de la Scuderia Ferrari des années 1950. Véritable « must » des années 1980, elle est entrée depuis dans la légende Ferrari ....





En plus des superbes voitures que l'on a découvert plus haut, Leonardo Fioravanti a dessiné pour Ferrari beaucoup d'autres superbes modèles comme la 246, la Boxer, la Mondial, la 328, la Pinin, la 512, ou encore la 275, ce qui fait qu'il sera très apprécié par Enzo Ferrari. Après 24 ans passés chez Pininfarina, le Commendatore le recrute en 1988 au poste de Directeur Général adjoint de Ferrari Spa, puis ensuite de Directeur Général de Ferrari Engineering. En 1990, Leonardo devient directeur du style avancé de Fiat, qui avait pris depuis 1989 le contrôle de Ferrari, mais il n'y reste qu'un an avant de reprendre sa liberté car il avait dans l'idée de monter sa propre entreprise. Finalement en 1991, il s'occupe désormais à plein temps de Fioravanti Srl. Sa société conçoit des études de style pour différents constructeurs à travers le monde. Sa toute première création est un étonnant concept car, l'insolite Fioravanti Sensiva, une berlinette dotée de moteurs électriques associés à une turbine à gaz. En 2000, il présentera la magnifique Fioravanti F 100 qui est prévue pour commémorer le centième anniversaire de la naissance d'Enzo Ferrari ....





Finalement libéré de toutes contraintes au sein de sa propre entreprise, Leonardo Fioravanti va donner libre cours à ses idées en concevant des belles voitures très novatrices et insolites. En 2001, avec la Fioravanti Vola conçue sur une base Alfa Romeo, Leonardo brevète un original et innovant système de toit transparent escamotable, qui pivote simplement au dessus des sièges pour se placer sur le couvercle de coffre. En 2002 il présente le Fioravanti Yak, un étonnant 4 x 4 hybride à moteur V8 qui associe des capacités en tout terrain avec le confort d'une berline de luxe. En 2004 il expose au Salon de Genève, la Fioravanti Kite une étonnante voiture qui conjugue les traits d'un coupé et l'habitabilité d'une berline. En 2013, BAIC, ce nouveau constructeur chinois qui tente de se forger une image de marque, fait appel a Fioravanti pour qu'il lui dessine une luxueuse berline haut de gamme, Leorardo proposera pour le salon de Shanghai la superbe BAIC 900 Fioravanti ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Leonardo Fioravanti

>

Leonardo Fioravanti Design ...



Leonardo Fioravanti Design ...







JPBlogAuto

vendredi 2 octobre 2015

Dessins publicitaires automobiles







L'année dernière ici même, je vous avais déjà proposé un article consacré à ces publicités artistiques automobiles dessinées par des illustrateurs de talents pour quasiment toutes les marques dans les années 30 à 60, vous pouvez le voir ici.
A cette époque, les différents constructeurs avaient donc adapté leur publicité spécifiquement avec des graphismes assez sophistiqués plutôt chic et classe.


Après guerre, les nombreux progrès technologiques de la photographie couleurs et des métiers de l'imprimerie ne permettaient pas encore de sublimer sur papier l'élégance des nouvelles automobiles, mais pour illustrer leurs catalogues, les constructeurs vont faire appel à une foule d'artistes plus ou moins connus pour composer des œuvres graphiques plus alléchantes les unes que les autres.


Ces superbes créations artistiques étaient très souvent surchargées de couleurs chatoyantes afin de mieux séduire les acheteurs potentiels. Tout était permis, ainsi les proportions pouvaient ne pas être respectées mais volontairement exagérées ou du moins amplifiées dans le but de faire paraître ces autos soit plus larges, soit plus basses voir même plus longues que dans la réalité afin de les sublimer encore plus.


Voici donc aujourd'hui une nouvelle sélection très sympa de quelques exemples vraiment très kitch et vintage des constructeurs de l'époque pour un petit voyage bucolique dans leur univers coloré (Cliquez sur les images pour les agrandir) ....


- * Austin Healey 3000 Roadster - 1959 ...

art-auto-15.jpg
- * Austin Healey Sprite Décapotable - 1962 ...

art-auto-12.jpg
- * Borgward Isabella - 1954 ...

art-auto-14.jpg
- * Jaguar Mark VII - 1954 ...

art-auto-06.jpg
- * Jaguar Type E - 1961 ...

art-auto-16.jpg
- * Lincoln Continental Cabriolet - 1941 ...

art-auto-19.jpg
- * Mercedes 190 SL - 1956 ...

art-auto-10.jpg
- * Mercedes 220 Décapotable - 1957 ...

art-auto-11.jpg
- * Morris Mini Traveller - 1961 ...

art-auto-18.jpg
- * NSU Prinz - 1960 ...

art-auto-05.jpg
- * Oldsmobile Cruiser Club Coupé - 1941 ...

art-auto-20.jpg
- * Opel Kapitan - 1951 ...

art-auto-03.jpg
- * Peugeot 203 Cabriolet - 1955 ...

art-auto-07.jpg
- * Porsche 356 - 1952 ...

art-auto-01.jpg
- * Saab 93 - 1958 ...

art-auto-08.jpg
- * Simca Aronde - 1956 ...

art-auto-13.jpg
- * Triumph TR3 Roadster - 1953 ...

art-auto-04.jpg
- * Vauxhall Cresta - 1956 ...

art-auto-02.jpg
- * Volkswagen Karmann Cabriolet - 1954 ...

art-auto-09.jpg


On est bien obligé de constater que ces illustrateurs et dessinateurs connus ou inconnus sont toutefois de véritables artistes et qu'ils ont beaucoup de talent car les voitures sont superbement représentées et mises en valeur ....

Source : © - Google image





JPBlogAuto

lundi 14 septembre 2015

Les chroniques de Jidéhem







jidehem01.jpg



Souvenez vous d'un temps, pas si éloigné, où l'automobile n'était pas encore un objet montré du doigt avec mépris. Oui, souvenez vous, il fut un temps béni où l'essence était bon marché et le plaisir réel de prendre sa voiture pour des balades au hasard des routes. On ne se souciait pas encore de la pollution, des limitations de vitesse, des économies, des bouchons, du permis à points, des crises de l'énergie et de toutes ces restrictions actuelles qui nous gâchent notre plaisir. C'était un âge d'or situé dans les années 60. Ils ne sont pas si nombreux ceux qui surent dessiner les voitures de cette époque au point de les sentir "vivre" et de les rendre inséparables de leurs personnages. Parmi ces orfèvres en réalisme on peut citer Jean Graton et son pilote de course Michel Vaillant ou aussi Jidéhem et son journaliste Starter ....





Né le 21 décembre 1935, Jean De Mesmaeker, dit Jidéhem, suit les cours d'art décoratif à l'institut Saint-Luc de Bruxelles. En 1957, il entre au journal de Spirou et collabore avec André Franquin sur les séries Spirou et Fantasio et Gaston Lagaffe. Peu après il reprend à Franquin les illustrations de la série "Starter" écrite par le journaliste automobile Jacques Wauters pour une rubrique dédiée à la voiture. Car à l'orée des sixties, la voiture ça attire et fascine encore, elle est en Occident au début de son règne et elle stimule les rêves, particulièrement chez les jeunes ou elle propage les mythes comme celui de James Dean et symbolise aussi les révolutions technologiques, autant de machines à fantasmes prêtes à tourner à plein régime ....





Les Chroniques de Starter dessinées par Jidéhem paraissent chaque mois dans le Journal de Spirou, parlant d'une voiture, ou de deux. Les textes de Wauters sont à la fois humoristiques et très précis techniquement car il s'agit d'un vrai banc d'essai, mais l'intérêt est dans le choix des voitures présentées. Il ne s'agit pas pourtant de systématiquement aller au rêve absolu en ne parlant que des Ferrari, des Porsche ou des Ford Mustang, mais d'aborder aussi les curiosités insolites ou la voiture de "Monsieur Tout le monde". En fait, grand connaisseur des dernières nouveautés de l'industrie automobile, parfois intransigeant mais souvent enthousiaste, Jidéhem faisait partager aux petits comme aux grands son amour des belles mécaniques ....





Si ces Chroniques de Jidéhem étaient tant appréciées c'est parce qu'elles étaient de véritables essais, tels que ceux que l'on peut lire dans les vraies revues automobiles spécialisées avec des croquis, des textes techniques et aussi des appréciations. Et quand il fallait être féroce ou critique à l'encontre d'une voiture ou d'une marque, Starter ne se privait pas. Ainsi, quand Starter critique la Jaguar Type E, nul doute que ses commentaires ont déplu aux responsables de la marque : "Signalons une boîte quatre vitesses dont la synchronisation n'est vraiment pas digne de la voiture. Que Jaguar aille donc voir comment est construite une boîte Porsche, sapristi!" ....





Au fil des Chroniques de Starter, nous retrouvons tous ces modèles qui ont fait le bonheur des années 60 et qui avaient une "gueule" permettant de les distinguer les unes des autres. Des voitures familiales, des populaires, des engins plus insolites, ou des voitures de sport, aucunes ne furent oubliées au fil des commentaires de Jidéhem toujours très enthousiastes. Des voitures agréables à vivre, des voitures douillettes et idéale pour le camping, des beautés au look et aux superbes lignes très artistiques, des étrangetés vraiment étonnantes ou insolites carrément oubliées, des voitures rustiques qui nécessitaient de l'huile de coude pour les conduire, ou des modèles de course, toutes furent étudiées et dessinées avec grande précision ....





Finalement Starter ce petit personnage de Jidéhem à marqué toute une génération entière de son analyse et de sa passion pour l'automobile. En effet, le dessin de Jidéhem est exceptionnel de précision et de détails. "Jusqu'à chaque boulon" aurait pu être sa devise. Nombre de lecteurs ont vraiment apprécié la finition des décors et paysages dans lesquels les voitures évoluent ainsi que la beauté du trait général et la ligne de chaque engin présenté. Ce sont surtout des chroniques pleines de verve et d'entrain, un double plaisir de retrouver un héros de l'âge d'or de la BD et celui de redécouvrir une époque vintage révolue où la voiture permettait encore de rêver en donnant le goût de la conduite et de l'analyse d'un véhicule. Les dessins de Jidéhem, précis, détaillés, vivants et toujours drôles, valaient souvent beaucoup mieux qu'une vidéo moderne vue aujourd'hui sur Internet, et les critiques objectives de Starter étaient un modèle de littérature, d'humour et de connaissance de la mécanique ....





A la fin des années 60, après le départ de Jacques Wauters, Jidéhem reprend finalement la série avec l'écriture des chroniques et les illustrations. Oui, mais malheureusement la belle époque de l'automobile se termine et en 1975, Starter ferme la porte du garage et dépose les clés de la rubrique. Pourquoi ? Il explique : "Avec les années 70, l'automobile a trop privilégié l'aspect utilitaire pour avoir encore droit au titre d'oeuvre d'art. Aujourd'hui, les voitures modernes ont perdu une grande partie de leur magie et leur utilisation est devenue un acte trop banal." Aujourd'hui encore, grâce à ce tandem, Starter-Jidéhem, les chroniques automobile du Journal de Spirou alimentent toujours bien des rêves même chez les adultes ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Spirou - © Dupuis




Jidéhem ou la magie de l'auto ...





JPBlogAuto

- page 1 de 113