@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - GT

Fil des billets

vendredi 22 mars 2019

Koenigsegg Jesko - 2019







jesko00.jpg



Koenigsegg est un constructeur automobile suédois spécialisé dans les modèles de voitures de sport de grand standing. La marque qui est installée à Ängelholm a été créée en 1994 par Christian von Koenigsegg, un tout jeune entrepreneur alors âgé de 22 ans seulement. La firme est aujourd'hui détenu à 49 % par Eker Group, et les autres actionnaires sont l'entrepreneur américain Augie Fabela et le constructeur automobile chinois Beijing Automotive. En 2013 est sortie de l'usine la centième voiture depuis la création de la marque qui emploie d'aujourd'hui 80 personnes et augmente sa production de quinze à trente voitures par an ....





Introduite au salon de l'automobile de Genève 2019, cette toute nouvelle voiture de sport à moteur central produite en série limitée par le constructeur automobile suédois Koenigsegg succèdera à la petite lignée des autres modèles emblématiques déjà produits comme la CCR, la CCX, la Agera, ou la Regera. Elle est baptisée Jesko en hommage au père du fondateur de la marque, Jesko Von Koenigsegg. Ce bolide dessiné par le designer David Craaford, dont la production sera limitée à 125 unités, sera disponible homologuée dans le monde entier ....





La course à la voiture la plus rapide homologuée pour la route ne concerne qu'une poignée de constructeurs comme McLaren, Hennessey ou Bugatti dont Koenigsegg fait partie. Avec sa superbe Koenigsegg Jesko, la marque a conçue, non plus une voiture de Grand Tourisme, mais une voiture de piste à hautes performances, axée sur une force d'appui aérodynamique très élevée et une tenue de route encore plus précise. Le but non avoué mais recherché est d'essayer d'atteindre une vitesse de pointe de 500 km/h ou au moins de flirter avec cette barre hallucinante ....





Le design de la superbe Koenigsegg Jesko reprend des lignes qui ne sont pas sans rappeler la marque, avec une surface vitrée panoramique autour de l'habitacle. Devant, une large lame de carbone permet à l'air de s'engouffrer et d'être redistribué vers les roues avant, de glisser vers les roues arrière, mais aussi de ressortir par une large ouïe sur le capot. L'air qui passe au-dessus est happé par un large aileron dont les montants sont fixés vers l'habitacle. Le flux d'air redirigé vers les roues arrière sort par un large diffuseur chargé de plaquer la voiture au sol, conjointement avec l'échappement central situé juste au-dessus, à l'image de la solution qui avait été adoptée sur la McLaren P1 ....





La coque carbone utilisée dans la Koenigsegg Jesko intègre une structure monocoque en aluminium pour une rigidité accrue. La Jesko est dotée d'amortisseurs Triplex à l'avant et à l'arrière, combinés à des amortisseurs Öhlins traditionnels. Un amortisseur arrière horizontal empêche l’arrière d’appuyer sur le sol pendant les fortes accélérations. Les amortisseurs avant stabilisent la voiture à haute vitesse, tandis que la direction arrière active assure une stabilité accrue à tous les niveaux. La voiture est équipée de série de roues à blocage central en aluminium forgé de 20 pouces de diamètre à l'avant et de 21 pouces à l'arrière. Les pneus sont des Michelin Pilot Sport Cup 2 R. Le système de freinage utilise des disques en carbone-céramique ventilés ....





L'habitacle intérieur de la superbe Koenigsegg Jesko a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails. Bien que ce soit une stricte deux places, l'habitabilité intérieure est plutôt spacieuse est bénéficie d'un toit découvrable grâce à un système Targa. Le volant est placé devant un écran numérique tandis que la console centrale, épurée, affiche un écran tactile qui surplombe une finition chrome qui entoure notamment le levier de vitesses. Le confort n'est pas négligé car la voiture est toujours dotée d'équipements tels que la climatisation, un système d'info-divertissement avec écran de 9 pouces, Apple CarPlay et le chargement du téléphone USB. La voiture a un écran de 5 pouces monté derrière le volant affichant des informations vitales pour le conducteur. Les sièges en cuir sont munis d'une coque en fibre de carbone creuse mais sont réglables électriquement ....





Sous le capot, la belle Koenigsegg Jesko utilise le bloc bi-turbo V8 5.0 litres de la précédente Agera qui a été revu en profondeur. Avec de l’essence normale E10, le bloc fournit une puissance de 1280 chevaux, mais avec du E85 éthanol, la puissance monte à 1600 chevaux pour un couple de 5.100 tr / min. Grâce à un vilebrequin nouvellement développé et à des pistons plus légers et à l'injection multipoint, le nouveau moteur tourne à 8.500 tr/min. Pour éliminer le creux du moteur, un système spécial de compresseur envoie directement de l’air dans les turbos pour les rincer. Le moteur est couplé à une boîte de vitesses à embrayages multiples à 9 vitesses qui dispose de 21 combinaisons possibles grâce à sept embrayages offrant un temps de changement de rapport allant de 20 à 30 millisecondes. Il possède également un mode overdrive appelé "Ultimate Power On Demand". Bardée de toute cette technologie, la voiture offre des performances hors normes ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence normale E10 ou E85 éthanol
  • Moteur : V8 biturbo
  • Cylindrée : 5.0 Litres
  • Puissance : 1600 chevaux à 8.500 t/mn
  • Couple : 1573 Nm à 5100 t/mn
  • Vitesse : environ 500 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Koenigsegg - © Autonews - © Motor1




Présentation de la Koenigsegg Jesko au Motor Show de Genève - 2019 ...






JPBlogAuto

jeudi 28 février 2019

Chevrolet Corvette Rondine - 1963











Tous les passionnés de la célèbre Chevrolet Corvette connaissent bien l’importance de l’année 1963 dans la longue lignée de cette voiture mythique. C’est en effet l’année de l’introduction de la Corvette de deuxième génération, la C2 baptisée « Sting Ray », avec son style spectaculaire, sa forme unique et sa lunette arrière fendue et controversée, le tout avait été secrètement organisé par Larry Shinoda et l’équipe de GM Design ....





Mais alors que le chef du design, Bill Mitchell, absorbait tous les éloges de cette nouvelle Corvette C2, il planchait discrètement déjà sur la future version. Il avait en fait envoyé à Pininfarina un couple de châssis et un cahier des charges pour apporter une nouvelle expression à l'image de la Corvette. La Corvette Rondine était sur les rails ....





Après son passage chez Ghia, le styliste américain Tom Tjaarda est recruté en 1961 chez Pininfarina. C'est lui qui sera chargé de façonner ce magnifique coupé en vue d’inspirer la prochaine Corvette Rondine. Ce concept italo-américain d'une beauté intemporelle à la couleur bleu turquoise fut présentée avec sa lunette arrière inversée au Salon de Paris 1963 qui se tenait pour la deuxième année à la Porte de Versailles ....





La Corvette Rondine a donc été construite chez Pininfarina sur un châssis standard, avec un moteur Corvette standard et un intérieur légèrement modifié. La principale grande différence se trouvais dans la carrosserie, qui était non seulement unique dans son style, mais aussi toute en acier. La Rondine était en fait la seule Corvette à avoir jamais porté une coque en acier, et par conséquent aussi la plus lourde jamais construite ....





D'une conception très différente de celle de la Stingray, le dessin de Tom Tjaarda est une réussite. La Corvette Rondine déploie avec élégance son nez et son arrière pour créer une expression de vitesse. Le capot avant n’est pas aussi tranchant que la Stingray, mais il est étroit avec ses feux à quatre phares apparents et sa fine calandre. Une nervure de style se détache du nez, parcourt les flancs de la voiture, longe la porte et monte jusqu'au sommet de l'aile arrière pour se terminer par une extrémité « en forme de queue d'aronde » ....





L'habitacle intérieur de la superbe Corvette Rondine a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails. Bien que ce soit une stricte deux places, l'habitabilité intérieure est bien plus spacieuse que dans la Stingray. Bien que son intérieur soit en grande partie d'origine Stingray, les sièges étaient recouverts de cuir italien et les garnitures de porte sur mesure étaient faites d'un blanc assorti. Le sol était pourvu d'une luxueuse moquette et les charnières de porte étaient chromées. La vision depuis le cockpit était excellente et, avec les garnitures en cuir blanc, la Rondine semblait offrir un espace beaucoup plus dégagé ....





Si son style était en nette évolution, la Chevroler Rondine restait toutefois fidèle à la tradition maison sous son capot, qui accueillait pour la mécanique un bloc V8 de 5.4 litres de cylindrée qui avec une alimentation par injection développait 360 chevaux pour un couple de 488 Nm à 3200 t/mn. La transmission était épaulée par une boîte à quatre rapports manuelle autorisant des performances honnêtes ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 5.4 Litres
  • Puissance : 360 chevaux
  • Couple : 488 Nm à 3200 t/mn
  • Vitesse : plus de 220 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Chevrolet - © Carstyling - © Motorlegend




La superbe Chevrolet Corvette Rondine - 1963 ...






JPBlogAuto

jeudi 31 janvier 2019

Ferrari Portofino - 2017











On ne présente plus la marque d'automobiles Ferrari, ce constructeur automobile italien installé à Maranello en Italie. Fondée par Enzo Ferrari en 1947, la marque est considérée comme l'une des meilleures marques automobiles de toute l'histoire et sans doute la marque la plus connue au monde. Constructeur en série de voitures sportives de prestige, Ferrari s'est rapidement imposé comme une référence automobile, aussi bien techniquement qu'esthétiquement ....





La Ferrari Portofino est un nouveau modèle de la marque qui succède et remplace la précédente California T et porte le nom du petit port de plaisance Italien située près de Gênes. C'est un modèle assez spécial puisqu'elle offre deux faces, d'un côté un élégant cabriolet exploitable au quotidien, et de l'autre un coupé sportif très affuté mais qui conserve toutefois un certain confort et le luxe qui va avec la marque ....





La Ferrari Portofino présentée pour la première fois au salon de l’Automobile de Francfort en 2017, est désormais signé par les équipes internes en charge du style chez Ferrari. Terminé donc le designer maison Pininfarina, d’ailleurs le badge du célèbre carrossier italien ne figure plus sur les flancs de la voiture. Elle affiche désormais un trait de caractère plus fort et un style plus en phase avec les autres Ferrari. La descente de toit plus incliné et les flancs de carrosserie travaillés lui apportent élégance et agressivité ....





Certains puristes et passionnés de la marque reprochent à la Ferrari Portofino de rester encore fidèle au toit en dur escamotable pour proposer le deux en un, cabriolet et coupé. Les lignes reprennent nombre d'éléments des précédentes GTC4Lusso, 488 et 812 Superfast avec de nouveaux projecteurs auxquels sont accolées des prises d'air, une large aération dans le bouclier et un capot creusé par des extracteurs comme les flancs. Le toit adopte une forme "fastback" grâce à son inclinaison, et les feux arrière repoussés aux extrémités accentue la largeur de cette superbe découvrable ....





Avec ce subtil et élégant relooking, la Ferrari Portofino grandit de près de 2cm en longueur et 3cm en largeur par rapport à la California T avec respectivement 4,59m de long et 1,94m de large, pour une hauteur inchangée de 1,32m. Ferrari promet ainsi un espace aux jambes agrandi pour les petites places arrière, rendant l'auto plus polyvalente. Côté technique, cette GT 2+2 reçoit l’antipatinage évolué F1 trac de la 812 Superfast. Son nouveau châssis est 35% plus rigide que celui de la California T. Elle est aussi la première Ferrari à se doter d’une direction à assistance électrique ....





L'habitacle intérieur de la superbe Ferrari Portofino a lui aussi été particulièrement bien étudié et soigné dans les moindres détails comme il se doit sur ce genre de véhicules. Quasiment identique à celui de la GTC4 Lusso, à quelques détails près, l’intérieur évolue aussi sensiblement. La Portofino adopte une planche de bord raffinée, un grand écran central tactile de 10,2 pouces ainsi que des sièges remodelés et pourvus de 18 réglages différents pour optimiser le confort et la position de conduite du conducteur. L’habitacle change donc aussi radicalement avec une planche de bord bardée d’écrans numériques jusque sous le nez du passager. L’ambiance mêle sportivité et raffinement et vous plonge dans un univers unique et magique ....





Si son style est en nette évolution, la Ferrari Portofino reste toutefois fidèle à la tradition sous son capot, qui accueille pour la mécanique une version améliorée du V8 3,9 litres biturbo de la précédente California T. Ce dernier, élu meilleur moteur de l’année en 2016 et 2017 pour ses qualités et sa puissance passe désormais la barre des 600 chevaux, pour un couple de 760 Nm. Les performances sont donc sans surprise au rendez-vous, avec un 0 à 100 km/h abattu en 3,5 secondes et une vitesse de pointe culminant à plus de 320 km/h. La sportive de Maranello embarque également des nouveautés techniques comme cette nouvelle direction électronique à l’avant héritée de la 812 Superfast ainsi qu’un différentiel électronique E-Diff à l’arrière ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8 Biturbo
  • Cylindrée : 3.9 Litres
  • Puissance : 600 chevaux
  • Couple : 760 Nm
  • Performances : le 0 à 100 km/h abattu en 3,5 secondes
  • Vitesse : plus de 320 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Ferrari - © Sportauto - © Motor1




La superbe Ferrari Portofino - 2018 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 135