@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Goodwood

Fil des billets

vendredi 29 avril 2016

Unipower GT - 1966







uni00.jpg



La marque automobile Unipower fait parti de ces nombreux artisans automobiles Anglais qui étaient spécialisés dans la construction de petites voitures de sport dans les années 60 à 70 bien avant que l'industrie automobile du Royaume Uni ne parte en déliquescence. C'était au départ un constructeur spécialisé dans les camions et les tracteurs agricoles ou forestiers du nom de Universal Power Drives Ltd basé à Perivale dans le Middlesex et plus tard racheté par UWF Automobile à Londres ….





Cette petite firme n'aurait apparemment construit qu'un seul et unique modèle avant de disparaitre, la belle Unipower GT dont les origines remontent à 1963 lorsque un passionné de compétition et d'automobile, Ernie Unger, grand amateur d'Abarth, ancien pilote de Lotus, et manager de l'écurie Elva, rencontre dans les paddocks du circuit de Goodwood un jeune dessinateur indépendant, Val Dare-Bryan, lui aussi passionné par l'automobile et surtout le développement des voitures de course ….





De cette rencontre entre ces deux hommes et des très longues conversations qui ont suivi, la genèse de cette Unipower GT venait de démarrer. L'idée était de concevoir une petite sportive sur la base de celle qui commençait à devenir un véritable succès commercial, la petite Mini, commercialisée depuis 1959 par BMC. En fait l'énorme banque d'organes de BMC rendait la tâche beaucoup plus facile et surtout bien moins onéreuse pour qui voulait se lancer dans la construction d'une nouvelle voiture. En effet tout était rapidement disponible à moindre coût, le moteur, les freins, les suspensions, et finalement il ne restait plus qu'à trouver un investisseur pour bien les épauler financièrement et ainsi les aider au mieux à concrétiser ce projet ....





Le manque évidant de moyens financiers pour poursuivre l'étude et surtout aussi la commercialisation de la future Unipower GT fut donc très vite résolu par les deux créateurs qui vont rapidement trouver l'homme de la situation. En effet, un certain Tim Powell, un ancien champion de motonautisme, qui dirigeait une société du nom d'Universal Power Drives voyait dans cette voiture de sport un moyen de diversifier ses activités, et en rachetait finalement les droits. Cerise sur le gâteau, son ami personnel, Andrew Hedges, pilote de course pour BMC, le rejoignait lui aussi dans cette belle aventure. Finalement avec les quatre hommes tout était réuni ....





Les quatre associés partageant le même enthousiasme avaient donc dans l'idée de construire une petite GT sportive qui rassemblerait l'efficacité britannique et la beauté italienne. L'originale Unipower GT était sur les rails et grâce à son design audacieux et à la qualité de sa construction, inhabituelle pour l'époque, cette GT est devenue la plus belle et la plus sophistiquée des sportives jamais construite basée sur la banque d'organes BMC et plus particulièrement la mécanique de la petite Mini. Elle va d'ailleurs devenir très prisée en Angleterre par les nombreux pilotes amateurs qui vont trouver un petit coupé GT sportif suffisamment puissant et robuste qui proposait d'excellentes performances mais aussi capable d'être utilisé sur route ....





Un châssis tubulaire spécial inédit fut donc construit spécifiquement pour l'insolite Unipower GT, qui reprenait les trains roulants largement modifiés de la petite Mini et aussi son moteur mais ici installé en position centrale arrière. Une carrosserie extrêmement basse et profilée fut dessinée, qui adoptait un pare-brise de Triumph GT6. En dehors d'Austin, de nombreux autres éléments étaient empruntés chez Ford et Jensen d'autres marques du Groupe BMC. Cela permettait en fait d'avoir des pièces rapidement disponibles et adaptables tout en réduisant les coûts de reviens. Cette berlinette très originale mesurait 3.56 mètres de longueur, 1.45 mètres de largeur, et 1.03 mètres de hauteur pour un poids plume d'environ 450 kg à vide ....





La carrosserie en fibre de verre de cette Unipower GT recouvrait un arceau cage sophistiqué et robuste fixé directement sur le châssis. L'ensemble offrait ainsi une structure légère et rigide qui avec la suspension à triangles indépendants aux quatre roues montée avec des amortisseurs et des ressort hélicoïdaux permettait d'avoir une excellente tenue de route. En effet, combinant la légèreté avec un centre de gravité assez bas et une faible traînée due à une bonne étude aérodynamique, cette GT était plutôt performante et facile à conduire à grande vitesse. Dotée enfin d'une transmission manuelle à quatre rapports, elle était disponible en deux versions, soit avec le petit bloc de 998 cc ou avec l'autre moteur plus puissant de 1275 cc ....





Pour ce qui est de la mécanique, la Unipower GT est donc équipée dans sa version la plus puissante d'un moteur provenant de la cousine Austin Mini. Ce moteur est un 4 cylindres en ligne de 1.275 cm3 provenant de la Cooper S qui amélioré par Speedwell développe 120 chevaux ce qui lui donne des performances très honorables pour l'époque avec une vitesse maximale de 200 km/h et un 0 à 100 km/h en 8 secondes. Présentée pour la première fois au London Racing Car Show de 1966, où elle allait rencontrer un certain succès auprès du public et de la presse du sport automobile, plus d'une année allait encore s'avérer nécessaire pour la mettre enfin au point ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres
  • Disposition : Centrale arrière
  • Cylindrée : 1275 cm3
  • Puissance : 120 ch à 5500 tr/min
  • Couple : 346 Nm à 3200 tr/min
  • Transmission : Boite manuelle à 4 vitesses



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Unipower




L'Unipower GT de 1966 ...



En piste avec l'Unipower GT de 1966 ...



L'Unipower GT de 1966 ...






JPBlogAuto

mercredi 27 mai 2009

Connaught Syracuse Type-D GT - 2008

CONNAUGHT SYRACUSE TYPE-D GT ….





Connaught était un ancien constructeur de châssis de course automobile et une ancienne écurie de Formule1 fondée par Kenneth McAlpine, Rodney Clarke et Mike Oliver en 1950 en Angleterre . L’activité démarre en juillet 1951 par la construction d'une monoplace de Formule 2 . Les Connaught sont des voitures assez performantes et les débuts à Silverstone sont très encourageants . A partir de 1952, les premières F1 vont assez régulièrement entrer dans le top dix jusqu’en 1959 ou la firme cesse son activité ….



Le petit constructeur anglais, Connaught Motors Company, renaissait de ses cendres en 2005 d’une façon politiquement correcte et dans l’air du temps en présentant une voiture dite écologique baptisée Type-D H équipée d'un V10 hybride assez intéressant . En 2008, à Goodwood puis lors du Salon Auto de Londres, la firme a encore fait sensation en présentant maintenant la version GT sportive de sa précédente Type-D hybride . Voici un drôle de petit canard très attachant baptisé Connaught Syracuse Type-D GT qui doit son nom à un hommage à la victoire d'une Connaught sur le circuit de Syracuse en Sicile en 1955 avec à son volant un pilote anglais Tony Brooks . Ce très attrayant petit coupé très british sera construit dans une nouvelle usine située au sud-ouest du Pays de Gales ….



Afin de rappeler le passé glorieux de ses propulsions d'antan, le châssis de la Connaught Syracuse Type-D GT reprend les meilleurs principes de construction mêlant aluminium et matériaux composites pour une meilleure rigidité et un poids minimum . Sur ce châssis léger et robuste on a greffé un moteur assez novateur et insolite un V10 alu de 2.0 litres de cylindrée (vous avez bien lu 2.0l ou plus exactement 2110 cm3) mais gavé par un compresseur twin-scroll de 1.5 bars de pression, avec un angle de 22.5° d'ouverture développant 300 chevaux à 7 000 tr/mn pour un couple de 371 Nm à 3 000 tr/mn . La puissance est transmise aux roues arrière via un différentiel autobloquant à glissement limité, la transmission s'effectue au moyen d'une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports plutôt sportifs . Le travail aérodynamique a permis d'obtenir une bonne stabilité à haute vitesse . Pour arrêter la bête, Connaught a fait appel à des freins AP Racing de 300 x 30 mm à l'avant et de 330 x 26 mm à l'arrière, le tout monté sur des pneumatiques Avon ZZ3 Performance de 245/35 ZR19 à l'avant comme à l'arrière sur des jantes aluminium en 19 pouces . A vide, la Type-D n’affiche que 950 kg sur la balance (selon équipement), ce qui lui permet des performances plus qu’intéressantes avec une accélération de 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes et une vitesse maxi de 273 km/h ! ....



La sécurité passive de la Connaught Syracuse Type-D GT a particulièrement était étudiée pour lui permettre d’obtenir 5 étoiles au crash test Euro Ncap ce qui est assez rare dans la catégorie des voitures artisanales pour être signalé . Côté équipements, rien à redire, elle est richement dotée d'un intérieur cuir, d'une climatisation automatique, d'un lecteur CD/MP3 avec 6 Hp, le tout monté avec grand soin et d’une finition irréprochable, ce qui la range à coup sur dans la catégorie des supercars . Bref, elle semble réunir tous les ingrédients d'une GT de rêve . Ne boudons pas notre plaisir, cette propulsion insolite est très performante, bien équilibrée et confortable . Elle fait appel en plus à des solutions mécaniques modernes qui lui permettent une efficacité énergétique accrue et moins polluante, un énorme plus de nos jours . Seulement 100 exemplaires sont prévus, pour un prix d'environ 100.000 € . La plupart des exemplaires étant déjà vendus, il ne vous restera plus qu'à attendre la version 4 portes prévue pour 2010 ....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V10 Turbocompressé
  • Cylindrée : 2.0 Litres
  • Puissance : 300 Chevaux
  • Vitesse : 273 km/h
  • 0 à 100 : 4’’9






JPBlogAuto