@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Hervé Poulain

Fil des billets

vendredi 8 février 2019

L'Automobiliste Magazine









L'Automobiliste Magazine était un magazine français grand public, totalement indépendant, spécialisé et consacré à l'automobile de collection et à son histoire. Lancé en Octobre 1966 par Adrien Maeght, le directeur des Éditions Arte, cette revue dont le siège social était situé 42 Rue du Bac dans le 7ième arrondissement de Paris avait pour rédacteur en chef Louis Roland Neil. La rédaction et l'administration du magazine étaient situées 13 rue Daguerre, dans le 14° arrondissement de Paris ....





L'Automobiliste Magazine était un magazine bimensuel qui sortait un peu des sentiers battus car son format était vraiment insolite à l'époque. En effet bien que ses dimensions soient traditionnelles en 28 x 21 centimètres, la particularité vient du fait qu'il soit imprimé au format que l'on appelle à l'italienne ou en paysage, alors que le format le plus répandu est de type portrait ou vertical ....





Le tout premier numéro de L'Automobiliste Magazine sera donc publié dans ce format paysage assez inhabituel, sans aucun édito, sur une cinquantaine de pages majoritairement en noir et blanc reliées et collées en dos carré. Ce format peu commun et son dos carré seront d'ailleurs conservé sur tous les numéros jusqu'à la fin de la revue. Quelques pages couleurs venaient égayer l'ensemble du magazine mais par contre la publicité était bien présente ....





L'Automobiliste Magazine était réalisé à ses débuts par une petite équipe composée de professionnels compétents comme Louis Roland Neil, Christian-H Tavard, Albert Peuvergne et Philippe Leturcq. Mais rapidement la rédaction vas s'étoffer au fil de ses nombreuses années d'existence et faire appel à des collaborateurs célèbres ou pas comme Antony Hannoyer, Albert Peuvergne, Jean Paul Thévenet, Jacques Potherat, André Binda, Claude Pibarot, Hervé Poulain, Christian Bodin, Serge Pozzoli, Dominique Pascal, François Jolly, Serge Bellu, Michel Audiard, Claude Bohère, Michel Leroux, Fabien Sabatès, ou Lucien Loreille ....





Tout au long de son existence, la pagination de L'Automobiliste Magazine sera très variable et irrégulière passant de 50 pages environ pour les premiers numéros les plus anciens, à plus de 90 pages pour les derniers numéros les plus récents avec une moyenne d'une soixantaine de pages. La régularité de la diffusion qui normalement était établie comme bimensuelle va finalement s’avérer particulièrement chaotique. En effet certaines fois elle va devenir trimestrielle, d'autres fois elle va sauter plusieurs mois, voir même carrément une année ....





L'Automobiliste Magazine qui à ses débuts été tiré à environ 1.500 exemplaires seulement parviendra au meilleur de ses ventes à atteindre des tirages compris entre 20 et 25.000 exemplaires sans doute grâce à une traduction en langue Anglaise et à une diffusion en Europe. Jusqu'au début des années 80, la revue faisait souvent appel à des dessinateurs talentueux pour la couverture comme par exemple Al Chevrier, Vincent Sevin, F.Demey, Alex Kow, J. Reus, Rob Roy, Pierre Dumont ou Géo Ham ....





Pour l'essentiel, la forme et le fond de L'Automobiliste Magazine étaient assez classique, avec à la fois des études historiques sur des marques et des modèles, mais aussi des articles sur divers événements liés à l'automobile ancienne. Quelques fois, la revue était consacrée en majeure partie à un gros dossier très détaillé et très complet qui prenait le pas sur les autres sujets comme par exemple la "Croisière jaune Citroën" ou les "24 heures du Mans". ....





Les spécialistes s'accordent pour dire qu'une forme de déclin de L'Automobiliste Magazine a débuté au milieu des années 80 vers les numéros 60 à 65. Pourtant le directeur Adrien Maeght venait de prendre de nouveaux engagements, grâce notamment au recrutement de nouveaux collaborateurs pour moderniser la revue. Mais malgré les engagements, le rythme de parution bimestriel ne sera toujours pas tenu car il n'y eu que deux parutions en 1983, une seule en 1984, et de nouveau quatre en 1985. Les années 86/87/88 comptèrent malgré tout trois parutions par an, pour ensuite s'effilocher malheureusement jusqu'à la disparition définitive du magazine avec le numéro 84 de 1999 ....





Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Carcatalog
© - L'Automobiliste © - Éditions Arte






JPBlogAuto

vendredi 11 mai 2018

La collection BMW Art Cars









BMW Art Car est une série de dix-sept voitures BMW, qui associe la compétition automobile, le design et l'art. Initiée en 1975 par le pilote de course automobile français Hervé Poulain, ces voitures sont peintes par de nombreux artistes d'art contemporain célèbres et réputés pour le compte de la marque BMW ....





Le concept des BMW Art Cars naît en 1975, alors que le commissaire-priseur et pilote de course Hervé Poulain se prépare à prendre le départ des 24 Heures du Mans auquel il va participer 11 fois. L’idée lui vient de demander à un artiste de modifier l’apparence de sa BMW 3.0 CSL de 480 chevaux. C’est son ami Alexander Calder qui est chargé de concevoir cette œuvre d’art de compétition. Le résultat reçoit un accueil si enthousiaste que BMW décide de poursuivre l’expérience. L’année suivante, l’artiste new-yorkais Frank Stella couvre une BMW de ses motifs caractéristiques en forme de grilles, et en 1977 c’est au tour de Roy Lichtenstein de transformer une nouvelle voiture ....





La diversité internationale et artistique de la collection BMW Art Car s’accroît encore dans les années 1980 et 1990, pour embrasser aujourd’hui le travail d’artistes célèbres du monde entier. La série ne cesse de s'enrichir depuis régulièrement avec le temps, avec de nouvelles voitures repeintes par de nombreux artistes d'art contemporain de renom et ceci dans toutes les tendances comme par exemple le Pop art, l'art abstrait, l'art ethnique, l'art conceptuel, l'art baroque, ou même l'art minimalisme. Voici quelques exemples des plus connus : ....


- 1975 / BMW 3.0 CSL - Alexander Calder



- 1976 / BMW 3.0 CSL - Frank Stella



- 1977 / BMW 320i Turbo - Roy Lichtenstein



- 1979 / BMW M1 Group 4 - Andy Warhol



- 1982 / BMW 635 CSI - Ernst Fuchs



- 1986 / BMW 635 CSi - Robert Rauschenberg



- 1989 / BMW M3 Group 1 - Ken Done



- 1989 / BMW M3 - Michael Nelson



- 1990 / BMW 535i - Matazo Kayama



- 1990 / BMW 730i - Cesar Manrique



- 1991 / BMW Z1 - A.R. Penck



- 1991 / BMW 525i - Esther Mahlangu



- 1992 / BMW M3 GTR - Sandro Chia



- 1995 / BMW 850 CSi - David Hockney



- 2010 / BMW M3 GT2 - Jeff Koons




La collection a été exposée dans des musées d’envergure mondiale, tels que le Louvre à Paris, le Palazzo Grassi à Venise, la Royal Academy à Londres, le Guggenheim à New York, le Museum Ludwig à Cologne et la Haus der Kunst à Munich, pour n’en citer que quelques uns. A travers chacun de ses exemplaires uniques, la collection BMW Art Cars reflète l’ensemble de la culture contemporaine et participe à l'image de marque et à la publicité de la firme allemande ....


Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - BMW © - YouTube © - Motorlegend



Hervé Poulain l'inventeur des BMW Art Cars ...



La collection BMW Art Cars de 1975 à 2010 ...





JPBlogAuto

vendredi 11 novembre 2016

Ernest Montaut Illustrateur






montaut00.jpg

montaut01.jpg


Ernest Montaut est un peintre, aquarelliste, dessinateur, illustrateur et affichiste français précurseur dans cette discipline né en 1879 en France et décédé en 1909. Associé à la toute fin du XIXe siècle avec la marque d'un important imprimeur parisien, Mabileau & Cie, il élabore avec son épouse Marguerite dite Gamy ou M. Montaut, de nouvelles techniques d'impressions à partir entre autres du pochoir, qu'ils mettent au service de l'affiche et de l'iconographie sportive automobile ....





Avec le recul les plus importants critiques d'art sont aujourd'hui unanimes pour dire que Ernest Montaut est chronologiquement l'artiste qui, le tout premier, a consacré l'exclusivité de son œuvre à la représentation des nouveaux modes de transports du début de ce siècle et donc à la vitesse. Bien que moins connu que certains de ses contemporains plus ambitieux, son regard était particulièrement affûté et son esprit novateur et créatif l'on poussé à inventer de nouvelles techniques encore inconnues à l'époque mais qui furent ensuite très largement reprises par ses successeurs ....





En premier lieu, Ernest Montaut va mettre au point de nouvelles techniques concernant ses dessins. Ainsi il va définir un style différent pour donner une impression de vitesse accrue en courbant exagérément les arbres au passage des bolides. Il va adopter des techniques artistiques comme les nombreuses lignes de vitesse et la distorsion délibérée de la perspective, mais aussi dessiner des routes plus bombées et ovaliser les roues des voitures. Sur ses compositions, la lumière jaillissait par l'arrière de la voiture, semblant la pousser beaucoup plus vite. Beaucoup de ces techniques innovantes à l'époque ont résisté à l'épreuve du temps et sont encore largement utilisées aujourd'hui par de nombreux autres artistes ....





La plupart des dessins de Ernest Montaut ont tous été produits en deux tailles différentes, environ 20 X 30 centimètres pour des livres et environ 43 X 88 centimètres pour les affiches. Le contour et l'image sont dessinés sur une pierre lithographique qui est ensuite utilisé pour produire à la main une par une les lithographies finales. Ces lithographies sont ensuite coloriées à la main en utilisant des peintures à l'aquarelle. Il est largement admis que, pour les petites images, Montaut utilisait des pochoirs et des travailleurs non qualifiés. Mais pour les images plus grandes, il utilisait des artisans qualifiés, et donc la qualité artistique est très perceptible, les images plus grandes peuvent vraiment être considérées comme de véritables œuvres d'art. L'utilisation de différents artistes pour colorier le même dessin explique pourquoi certaines petites variations se produisent parfois dans les différentes teintes des couleurs finales pour des images au départ identiques ....





Quasiment toutes les œuvres de Ernest Montaut comportent un numéro, l'année de publication, les artistes et le nom de l'imprimeur. Le travail fini contient assez souvent un titre et une description de l'événement ou de l'image. Il est aujourd'hui généralement admis par les spécialistes que l'auteur et ses différents artistes-collaborateurs ont produit environ 200 œuvres différentes et variées qui n'auraient été tirées qu'à seulement 100 impressions ou éventuellement moins de chacune. Autant dire que ces œuvres d'art qui mettent en scène l'action, le drame, la vitesse et l'audace avec les pilotes et les mécaniciens qui contrôlent ces engins monstrueux sont rares et chères. Une valeur assez sure dans les ventes aux enchères d'art ....





Vers 1904, Ernest Montaut connait une notoriété internationale grandissante. Sa popularité en tant qu'illustrateur lui permettait d'ouvrir à 25 ans une galerie à New York, où il diffusait avec succès ses créations. Son atelier étant plutôt prospère, plusieurs manufacturiers et constructeurs automobiles importants le sollicitent pour des travaux personnalisés. C'est l'époque ou Ernest exécute de nombreuses affiches publicitaires et notamment pour divers commanditaires allemands et suisses ....






Hélas, après la mort prématurée de Ernest Montaut en 1909, à l'âge de seulement trente ans, d'une banale appendicite, son épouse Marguerite « Gamy » Montaut poursuit et développe son activité dans la même lignée. Elle aussi était également une dessinatrice de grand talent, qui dirigera donc jusqu'en 1913 son atelier en essayant même de le faire grossir en produisant à son tour de nombreuses nouvelles œuvres sur le même thème de l'automobile et de l'aéronautique, qui ressemblaient souvent à s'y méprendre aux précédentes superbes créations de son défunt mari ....





Hervé Poulain, commissaire priseur de renom, et auteur de " L'Art et l'Automobile ", milita avec conviction pour une reconnaissance de l'intérêt majeur du travail de Ernest Montaut. En 1977, il organisait même une grande exposition qui lui était entièrement consacrée. C'est à cette occasion qu'il fit connaitre ces fresques murales sur céramique représentant des victoires dans des courses automobiles les plus célèbres de l'époque. Elles sont peintes sur les murs de l'ancien siège social de Michelin à Londres. Durant ses ventes d'Automobilia, il commença aussi à proposer certaines des œuvres de Montaut, créant ainsi un marché autour de son nom ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © Youtube
- © LMGallerie - © Carcatalog





Ernest Montaut Illustrateur ...






JPBlogAuto

- page 1 de 2