@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Hi-Tech

Fil des billets

vendredi 3 novembre 2017

Maserati Ghibli GranLusso - 2017











On ne présente plus la marque « Maserati », ce célèbre constructeur automobile italien filiale du groupe Fiat-Chrysler spécialisé dans de voitures de luxe, de sport et de course, fondé par les frères Maserati en 1914. En 1987, l'entreprise est reprise par Fiat qui essaye dans un premier temps de faire fonctionner les équipes Ferrari et Maserati ensemble, chose hasardeuse attendu que les deux marques ont toujours été de sérieuses concurrentes. Finalement en 1997, le groupe Fiat décide de fusionner Maserati et Ferrari, les adversaires d'hier ....





La voiture qui fait l'objet de cet article est une sportive, sophistiquée et énergique. C'est la combinaison magistrale du style, de la puissance, du comportement sportif et du confort. En fait cette nouvelle Maserati Ghibli GranLusso résume très bien l'âme de Maserati. Inspirée par plus d’un siècle de tradition, elle est créée pour les conducteurs les plus exigeants d'aujourd'hui. La Ghibli GranLusso est un exemple parfait de design Italien, combinant des formes racées et sportives avec de véritables prouesses mécaniques. Elle offre également tout le luxe pour lequel Maserati est mondialement reconnu ....





Présentée en 2017, au salon de Chengdu en Chine, la nouvelle Ghibli est restylée et adopte une version grand luxe baptisée Ghibli GranLusso. Les principales modifications concernent des mises à jour technologiques dont de nouveaux systèmes d'assistance. A l'extérieur, la calandre et le bouclier se parent de chrome, les optiques adoptent des feux de jour à LED, la partie basse est redessinée et le bouclier arrière adopte un extracteur. En plus de ses formes sculpturales et des volumes fluides qui sont unis par des lignes épurées créant un style unique et incontestablement propre à la marque, la nouvelle Maserati Ghibli GranLusso adopte aussi la conduite semi-autonome ....





La Maserati Ghibli GranLusso est la version confort de la Ghibli, c'est donc une véritable Grand Tourisme et le résultat est magnifique. La GranLusso est conforme au style des dernières Maserati, son profil se caractérise par ses ailes et ses jupes avant couleur carrosserie, différentes de la version classique. Le bouclier arrière couleur carrosserie, a été redessiné avec élégance, et donne un look plus sportif comparé à l'ancienne version. Le lifting de la Ghibli GranLusso ne concerne pas que le style extérieur car le nouveau design contribue également à l'amélioration des performances aérodynamiques qui ont grandement été améliorées ....





La Maserati Ghibli GranLusso propose des dispositifs de sécurité de nouvelle génération, afin de protéger tous les occupants du véhicule. Sept airbags permettent de protéger les passagers des impacts, tandis que les sièges avant sont équipés d’appuie-têtes actifs. Le système de contrôle de stabilité MSP peut permettre de prévenir certaines situations d'accidents, au même titre qu’un large éventail de systèmes d’aide à la conduite et de capteurs. La voiture est aussi équipée du régulateur de vitesse auto-adaptatif de dernière génération, d'un détecteur d’angle mort latéral ou même arrière à double signal lumineux et sonore, d'un avertisseur de franchissement involontaire de ligne, d'un avertisseur de collision ou même d'un système d'assistance au freinage d'urgence ....





L'habitacle intérieur de la Maserati Ghibli GranLusso est digne du look extérieur de la belle italienne. En fait c'est un savant mélange d'une pincée de classe, d'un soupçon de luxe, d'une touche d'élégance et d'un zeste de technologie. Elle offre des équipements high-tech et haut de gamme, pour atteindre de nouveaux sommets. L’intérieur de la voiture le plus élégant du monde, est dessiné par la célèbre maison de couture Ermenegildo Zegna. Entièrement garni d'un superbe cuir Connoly qui est disponible en trois couleurs, pour les sièges avant et arrière avec le système de réglage tout électrique. Le cuir peut également habiller les sections latérales situées au-dessus de la console centrale, le tableau de bord ainsi que les accoudoirs placés dans les portières, pour créer une association originale de plusieurs couleurs. Les lignes raffinées et épurées du tableau de bord comme de la console centrale abritent de la haute technologie comme le système audio Harman Kardon qui permet d’atteindre des sommets en matière de perfection audio ou l'écran TFT 7 pouces qui affiche les différentes informations sur l’état du véhicule et les principales fonctions multimédia ....





Pour ce qui est de la mécanique, la superbe Maserati Ghibli GranLusso est disponible équipée de trois moteurs de six cylindres aux choix, deux essence et un diesel. Le plus noble et le plus puissant, conçu pour procurer un plaisir de conduite absolu, est un V6 de 3 litres de cylindrée gavé par un système biturbo, qui développe la bagatelle de 410 chevaux à 5500 t/mn et un couple de 550 Nm disponible à partir de 1750 t/mn. Cet engin offre donc des performances très honorables à la voiture avec par exemple un 0-100 km/h en 5.5 secondes et une vitesse de pointe avoisinant les 270 km/h ce qui pour une berline 4 portes de 4 places est plutôt remarquable ....







Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 6 cylindres en V
  • Cylindrée : 2979 cc
  • Puissance : 410 ch à 5500 t/mn
  • Couple : 550 Nm à 5000 t/mn
  • Transmission : Traction RWD
  • Vitesse : Environ 267 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Maserati - © Caradisiac




La Maserati Ghibli GranLusso ...








JPBlogAuto

vendredi 27 octobre 2017

Ken Okuyama Designer






ken00.jpg


Ken Okuyama de son véritable nom Kiyoyuki Okuyama est un styliste et designer industriel japonais réputé qui est né en 1959 dans la ville de Yamagata une préfecture de la région du Tōhoku au Japon. Cet impétueux styliste vit aujourd'hui en Italie car il aime l'art et parle couramment le japonais, l'italien et l'anglais ....


ken01.jpg


Après un parcours scolaire classique, Ken Okuyama va entamer des études supérieures d'art tout d'abord à Tokyo dans son pays natal à la Musashino Art University. Il va ensuite s'exiler aux États-Unis pour poursuivre un cursus scolaire supérieur au très réputé et convoité Art Center College of Design de Pasadena ou il obtiendra un diplôme en design automobile à la fin de ses études en 1986 ....





Tout jeune diplômé, Ken Okuyama va commencer sa carrière professionnelle par l’enseignement. Pendant les trois premières années de sa vie active, il va ainsi enseigner en tant que professeur titulaire à la Tohoku University of Art and Science au Japon et parallèlement, il va aussi donner quelques cours à l’Art Center Europe à Vevey en Suisse, mais aussi au Center for Creative Studies College of Art, à Detroit aux États-Unis, c'est dire si son talent naissant est déjà apprécié dans le métier ....





Parallèlement à son professorat, Ken Okuyama est consultant pigiste sur de nombreux projets pour par exemple General Motors sur la Corvette C5 ou même Porsche sur la 996 et le Boxster. Il va ainsi se partager entre cette double activité pendant près d’une décennie mais il terminera sa prestation à la tête du studio Advanced Concepts Center en Californie en tant que responsable de la section « transportation design » ....





En Mai 2004, Ken Okuyama qui entretenait d'excellents rapports avec Pininfarina pour qui il avait en tant que pigiste supervisé le design de la première Honda NSX va finalement se faire embaucher par ce carrossier de renom. Nommé directeur du design chez le carrossier italien, il va dessiner et superviser des projets importants comme la Ferrari Enzo, la Ferrari 599 GTB Fiorano, la Mitsubishi Colt CZC , la Maserati Quattroporte, la Maserati Birdcage 75e ou la Ferrari P4/5 ....





À la fin de l'année 2006, Ken Okuyama quitte brutalement la direction de Pininfarina pour mettre en place son propre studio de design, Newton Design Lab. Le spectre de ses projets s'étend maintenant dans plusieurs domaines ou le design est recherché comme par exemple le mobilier, les robots, l'électroménager, les lunettes, l'horlogerie, la vaisselle, la décoration, l'outillage et même les parcs à thème. À partir de 2013, il va ensuite travailler pour le réseau ferroviaire japonais sur la série de plusieurs modèles de trains à grande vitesse du type Shinkansen ....





En 2008, au Salon de l'automobile de Genève, Ken Okuyama présente son tout premier concept-car sous son propre nom, le KO 7 Spider et le KO 8 Coupé. Cette année la il va aussi travailler sur une version exclusive inédite de la belle Alfa Romeo Giulietta. En 2013, Ken va présenter la Kode 9, une petite sportive au charme rétro, un genre de petite barquette dans la lignée des Lotus Elise ou Exige. En 2016, Ken Okuyama lance la magnifique Kode 57. Son studio frappe encore un grand coup en présentant ce superbe Roadster digne descendant de la Ferrari Enzo qu'il a également dessinée. Elle est animée par un V12 de 6 litres d'environ 600 chevaux, placé en position avant, une merveille ....





Le talent de designer de Ken Okuyama à souvent été récompensé soit à titre personnel, soit pour une voiture qu'il a dessiné :

  • Le Pininfarina Metrocubo a remporté le prix du meilleur design d'intérieur de l'année en 1999.
  • La Ferrari Rossa , conçue par Okuyama, a remporté le Prix Best Concept Car of The Year en 2000.
  • La Maserati Birdcage 75th a remporté le prix Best Concept au Editors Choice Awards par Autoweek.
  • La Maserati Birdcage 75e a remporté le Louis Vuitton Classic Concept Award que Pininfarina a donné à Okuyama.
  • Le prestigieux prix Hall of Fame "La Bella Macchina" a été remis à Ken Okuyama à Concorso Italiano le 20 août 2016 ....






Sources : © - Wikipédia © - Google Images © - Ken Okuyama
© - YouTube © - Motorlegend



La "Kode 0" de Ken Okuyama ...



La "Kode 57" de Ken Okuyama ...



La "Kode 9" de Ken Okuyama ...





JPBlogAuto

vendredi 13 octobre 2017

Citroën DS PLR Michelin - 1972







ds00.jpg



Au début des années 70, les camions et les autocars roulent alors de plus en plus vite, et Michelin le fabriquant clermontois de pneumatiques ne cesse d'essayer de nouvelles solutions car il a besoin d’un outil permettant de tester le comportement des pneus de poids lourds, en charge et à très grande vitesse. Pour cela et comme souvent, Michelin qui a l’innovation dans ses gènes va créer son propre outil, la solution est une voiture hors du commun, la DS « mille-pattes » ....





En fait d’outil, c’est un monstre qui va voir le jour. La caisse rappelle lointainement la Citroën DS. Plus précisément un break ID qui aurait pris beaucoup d’anabolisants. L’engin baptisé Michelin Citroën DS PLR est vraiment très impressionnant. "PLR signifie Poids Lourd Rapide" car l'engin est prévu pour tester des pneumatiques de poids lourd sur de grandes distances avec un cahier des charges qui met en avant la vitesse pour rouler à plus de 180 km/h. Ce projet de créer un véhicule analytique pouvant réaliser des tests de comportement et d'usure de pneus dans des conditions similaires donnera naissance à un monstre de 7.30m de long et 2.45m de large ....





Le constructeur automobile Citroën associé à Michelin entre rapidement dans le projet et adapte aux besoin des ingénieurs du manufacturier un modèle de sa série ID Break. Le châssis spécifique de cette Michelin Citroën DS PLR est constitué de deux poutres IPN, et les dimensions sont celles d’un camion. Ce prototype est recouvert d’une carrosserie extrapolée de la DS, qui fut choisi pour son côté aérodynamique. Et pour répartir le poids de la voiture, pesant 9.150kg, il se dote de 10 roues sans compter le pneu de poids lourd en test. Le fameux "Mille Pattes" est désormais vivant, et devient le premier prototype de véhicule analytique pour tester les pneumatiques ....





L'étonnante Michelin Citroën DS PLR peut tester jusqu'à 11 roues simultanément, dans des conditions proches de celles des laboratoires fixes. Le poste d'essai au centre du véhicule abrite la 11ième roue. L'ensemble permet le test d'une gamme de pneumatiques Michelin allant du Tourisme au Poids Lourd 12 R 22.5. A l’intérieur de la voiture, au centre, invisible de l’extérieur, se trouve donc l’élément le plus important de la voiture, le pneu que les ingénieurs Michelin veulent tester. Ce pneu se trouve sur un poste d’essai permettant d’en faire varier la géométrie et les contraintes, on peut notamment lui appliquer jusqu’à 3250 kg de charge. Un carénage permet de protéger les occupants du véhicule d’une explosion du pneu prototype ....





L'insolite Michelin Citroën DS PLR doit supporter le poids de l’ensemble avec des roues de véhicules de tourisme. Pour ce faire, les 9 tonnes seront supportés par un train avant doublé, tandis que l’on trouve carrément 3 essieux à l'arrière, le tout donne donc 10 roues avec, bien entendu, l’incontournable suspension pneumatique Citroën. Le double train avant est totalement bidirectionnel. Les moyeux et les jantes proviennent de l’antique fourgon Citroën type « HY Tub », du robuste. Le freinage est donc confié aux freins à tambours d'origine mais grandement renforcés et complétés par des disques de DS en sortie de boite ....





La Michelin Citroën DS PLR devant propulser ses 9 tonnes à 180 km/h s’est retrouvé équipé de deux V8 issus de l'Oldsmobile Toronado. La Toronado, était à sa sortie la traction avant la plus puissante du monde, et sa boite automatique avait une implantation particulière, à côté du moteur idéale pour ce montage. Les deux V8 ne sont évidemment pas rentrés sous le capot avant plongeant, et ils se trouvent à l’arrière. A l’avant, il y aura à cet emplacement les gros réservoirs. Cette DS "Mille Pattes" devient donc une propulsion via sa transmission qui se fait aux 6 roues arrière par des ponts faisant de l'engin de Michelin un 10 X 6. Pour cela, le V8 de gauche entraine via sa boite automatique la roue-prototype centrale de test afin de lui appliquer des contraintes variables choisies, tandis que l’autre V8 de droite entraine les 6 roues arrière motrices ....





Les deux moteurs V8 Chevrolet de 5,7 litres de la Michelin Citroën DS PLR développent 200 chevaux chacun. Ils sont donc disposés en parallèle dans la partie arrière juste sous un hayon relevable. Ils disposent chacun d'un double système de refroidissement amélioré. Une boite de transfert spéciale a été dessinée pour entrainer ces trois essieux moteur. Par sécurité, cette boîte de transfert faite maison comportait un dispositif de roue libre pour le dernier essieu, pour qu’en cas de blocage de la transmission il puisse conserver sa rotation. Les moteurs sont couplés à deux boites automatiques à 3 vitesses avec des convertisseurs de couple qui permettent d’associer facilement deux moteurs amenés à tourner à des vitesses légèrement différentes. Les nombreuses prises d’air, tant sur les flancs que sur le toit, et les nombreux ventilateurs placés devant les radiateurs laissent penser que le refroidissement de l'ensemble n’était pas simple ....





De nos jours, les établissement Michelin, conscients du symbole qu’est devenu la DS PLR « mille-pattes », ont entièrement rénové cet étrange et spectaculaire laboratoire roulant pour trôner au musée Michelin à Clermont Ferrand, mais aussi afin qu’il participe à diverses manifestations promotionnelles pour la marque ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteurs : Deux V8 Chevrolet
  • Cylindrée : 5.7 Litre chacun
  • Puissance : 200 cv à 5800 tr/min chacun
  • Transmission : Propulsion avec boite automatique à 3 rapports
  • Vitesse : Environ 180 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Michelin - © Citroën - © Autoweb




La Michelin Citroën DS PLR - 1972 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 105