@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Hi-Tech

Fil des billets

vendredi 16 février 2018

Mini John Cooper Works Countryman - 2017











Mini est la marque automobile anglaise bien connue fondée en 1969 par Alec Issigonis, filiale du groupe allemand BMW depuis 1994. Sous la nouvelle direction, la marque a d'abord commercialisé pendant quelques années la Mini originale, avant de lancer en 2001 un nouveau modèle. BMW a alors choisi de l'écrire en capitales, MINI, pour différencier la série de véhicules produite depuis 2001 de l'ancien modèle. La deuxième génération conçue par BMW a été lancée fin 2006. Depuis 2013, les Mini sont déclinées en sept carrosseries, berline 3 portes, cabriolet, Clubman (break), Countryman (4×4), Paceman (coupé du Countryman), coupé 2 places, et roadster. Et l'on a fêté le 500.000e exemplaire aux États-Unis ....





La Mini Countryman est une automobile de type SUV développée par le constructeur allemand BMW sous la marque Mini. Premier SUV de la gamme Mini, sa commercialisation en version 4x2 et 4x4 a commencé fin 2010. Elle est fabriquée à Graz chez le constructeur autrichien Magna Steyr. Dévoilée pour la première fois au public sous la forme d'un concept car lors du mondial de l'automobile de Paris en septembre 2008, dans une version proche du modèle de série, elle emprunte son nom à une version break de chasse de la Mini originale. C'est un tout nouveau véhicule qui n'a jamais eu d'équivalent dans la gamme. Toujours plus grosse, elle s'éloigne peu à peu du concept original mais permet à la marque de se diversifier, tout en restant dans l'air du temps ....





Une version destinée à disputer le Championnat du monde des rallyes, catégorie WRC, a été présentée en 2010 au Mondial de l'Automobile de Paris sous forme de prototype. Dénommée Mini John Cooper Works WRC, c'est la première voiture de rallye construite depuis le milieu des années 1960. Développé à partir de longues années d’expérience sur les circuits automobiles et les pistes de rallye, le tout nouveau Mini John Cooper Works Countryman sera présenté au public pour la première fois au mois d’avril 2017 lors du Salon automobile de Shanghai. Le lancement sur le marché est prévu au début de l’année 2017. Le Mini Countryman de la deuxième génération est le modèle le plus grand et le plus variable de la gamme de la marque de tradition britannique. La sensation de course sur la route tout autant que la joie au volant extrême hors des rubans d’asphalte atteignent un nouveau niveau ....





Les excellentes caractéristiques de performance du nouveau Mini John Cooper Works Countryman se manifestent également par son élasticité en vitesse intermédiaire, son agilité dans les virages et ses valeurs de ralentissement. Elles sont le résultat d’un paquet global conçu sur la base du savoir-faire acquis en compétition et comprenant, outre le moteur et la transmission intégrale, une suspension sport avec des roues en alliage léger 18 pouces et un système de freinage Brembo, des éléments de carrosserie affirmés visant à optimiser les caractéristiques aérodynamiques et l’alimentation en air de refroidissement ainsi qu’un cockpit propre au modèle avec des sièges sport. La position d’exception du nouveau Mini John Cooper Works Countryman au sein du segment des véhicules compacts premium est mise en exergue par la dotation de série exclusive comprenant les modes Mini Driving, des projecteurs à LED, un accès confort et la radio MINI Visual Boost ....





Le progrès par rapport au modèle précédent se manifeste non seulement par une augmentation de la puissance maximale et l’exécution optimisée en termes d’efficience du système ALL4, mais aussi par des dimensions extérieures plus grandes et un surplus sensible du confort d’habitat, de variabilité et de fonctionnalité. Le surplus de quelque 17 centimètres en longueur et de 3 centimètres en largeur ainsi que de 7,5 centimètres concernant l’empattement se répercute par une habitabilité nettement optimisée et cinq places assises complètes. Quant au volume du coffre, il peut être modulé en fonction des besoins et passer de 450 à 1 390 litres. Le nouveau Mini John Cooper Works Countryman devient ainsi un athlète haut niveau avec des qualités multiples qui enthousiasme aussi bien sur le circuit de course que hors des rubans d’asphalte dans le trafic quotidien tout autant que sur les longs trajets avec une joie au volant extrême et une variabilité exceptionnelle ....





L'habitacle intérieur procure plus d’espace pour la passion de la compétition. Les caractéristiques de performance variables peuvent être vécues dans l’habitacle du nouveau Mini John Cooper Works Countryman sur cinq places assises complètes et dans une ambiance de voiture sport caractéristique. Outre les sièges sport avec appuie-tête intégrés, le volant sport avec touches multifonctions, le levier de commande ou de sélection ainsi que le ciel de pavillon de couleur anthracite confèrent une sensation de course intense. L’agencement exclusif du cockpit est combiné à un confort d’espace optimisé et une variabilité élevée. L’espace au niveau de la tête, des épaules et des jambes à l’avant et à l’arrière est nettement plus généreux que sur le modèle précédent. Les sièges arrière peuvent être décalés longitudinalement de jusqu’à 13 cm dans le sens longitudinal ....





Pour ce qui est de la mécanique, le moteur quatre cylindres de 2 litres monté transversalement à l’avant du nouveau Mini John Cooper Works Countryman bénéficie d’une version spécifique de la technologie Mini TwinPower Turbo avec un système de suralimentation intégré dans le collecteur en fonte d’acier, une injection directe d’essence, une commande entièrement variable des soupapes Valvetronic et un système de calage variable des arbres à cames (double Vanos). Le turbocompresseur fabriqué à partir d’une matière très résistante aux températures génère une pression de charge de 2,2 bars. Le moteur atteint sa puissance maximale de 231 chevaux dans la plage de régimes de 5 000 à 6 000 tr/mn pour un couple de 350 Nm. La boîte manuelle à 6 rapports de série se distingue par une optimisation du poids ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : 4 cylindres
  • Cylindrée : 1997cc
  • Puissance : 231 ch à 5500 t/mn
  • Transmission : Propulsion avec boite à 6 rapports



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Alfa Romeo - © MotorLegend




La Mini John Cooper Works Countryman - 2017 ...








JPBlogAuto

vendredi 19 janvier 2018

Norauto célèbre les 10 ans de sa franchise











Créé en 1970, Norauto est le pionnier du concept de centre auto implanté en France spécialisée dans l'équipement auto, l'entretien et la réparation automobile. Aujourd’hui, Norauto est devenu le leader européen de la maintenance automobile. Avec ou sans rendez-vous, les centres Norauto apportent des solutions efficaces de maintenance multi-marques aux automobilistes en matière d’entretien, de confort et de sécurité au meilleur coût ....





Les centres Norauto développent leur activité et leur rentabilité grâce à son concept associant un atelier de réparation toutes marques et un magasin libre service. Mais c'est aussi une identité forte basée sur le service, la proximité et une connaissance parfaite du produit et du marché. Forte de sa notoriété, l'enseigne dispose aussi d'une puissance d'achats, du référencement, de la logistique et de l'ensemble des entrepôts du groupe. Disposant de 380 centres en France, l'enseigne est également établie dans huit pays Européens ....





Spécialiste auto reconnu pour ses compétences techniques et la qualité de sa relation client, l’enseigne peut aussi s'appuyer sur ses 2000 garages partenaires sur tout le territoire. Mais depuis une dizaine d'années l'accent a été donné pour la création de franchises qui aujourd'hui sont en forte croissance et atteignent environ 116 sites. Norauto poursuit son développement en France avec l'objectif de 20 ouvertures par an, 10 en franchise et 10 en succursale. L'enseigne déploie son offre de proximité associant équipement, entretien et réparation à prix compétitifs. La direction du groupe de centres-autos va tester en 2018 un concept de site allégé, plus accessible à de nouveaux franchisés et susceptible de toucher des zones de chalandise à moins fort potentiel ....





Avec 116 sites de franchisés à cette date, un rythme de huit à dix ouvertures par an et un chiffre d'affaires global de 146M€ prévu pour 2017, la franchise Norauto se porte bien. Surtout, celle-ci répond plus que jamais aux attentes de l'enseigne de centres-autos du Groupe Mobivia. Frédéric Cecconi, directeur général de Norauto Franchise explique : "Succursales et franchises sont parfaitement complémentaires, car les premières sont dédiées à des zones à très fort potentiel alors que les secondes nous permettent de toucher de petites et de moyennes zones de chalandise.". C'est donc une cible devenue prioritaire pour la direction de l'enseigne, qui entend rééquilibrer ses forces entre les deux concepts. Depuis deux ans, celle-ci a clairement mis l'accent sur sa franchise pour parfaire son maillage national tandis que cette dernière représente à ce jour environ un tiers de ses implantations (396 au total, dont 280 succursales) et devrait croître sensiblement dans les 3 ans à venir ....





L'an prochain, une quinzaine d'ouvertures sont attendues en France métropolitaine, mais aussi dans les DOM-TOM, avec bientôt un premier franchisé à La Réunion. Donc en 2018, la franchise Norauto va se tester sur un nouveau format de centre. Pour toucher des villes de moins de 10000 habitants, elle va déployer des centres d'environ 200 mètres carrés (contre 300 pour les franchisés traditionnels et 400 pour les succursales), nécessitant un investissement moindre (350000€, dont 70000€ d'apport personnel, soit 30% de moins) et une organisation plus souple. Ces centres disposeront ainsi d'un stock réduit et partiellement digitalisé ....





Par ce biais, Frédéric Cecconi ambitionne de dénombrer d'ici 2020 environ 150 franchisés, motivés à l'idée de se lancer dans l'entreprenariat à un coût raisonnable et avec un retour sur investissement évalué généralement dans les trois années après l'ouverture. Mais le responsable le reconnaît, il compte également explorer d'autres pistes. L'internationalisation de la franchise est ainsi en cours de réflexion et pourrait se concrétiser dans un futur proche sur le continent africain. Un système de Master Franchise déployée avec un partenaire local est déjà à l'étude ....


Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Norauto - © Romain Baly - © Mobivia



Les franchises Norauto ...








JPBlogAuto

vendredi 12 janvier 2018

Bizzarrini Manta - 1968







manta00.jpg



La firme Bizzarrini était un petit fabricant italien d'automobiles indépendant fondé en 1964 par Giotto Bizzarrini un ancien ingénieur en chef chez Alfa Romeo, Ferrari et ISO. La société a construit et développé dans son usine de Livourne un petit nombre de voitures de sport et de course remarquables et très avancées pour l'époque avant de cesser toute activité en 1969. Dans les années 2000, la marque Bizzarrini a été rachetée par un nouveau propriétaire et relancée. En 2012, à l'occasion de l'inauguration du nouveau campus de Design de l'Université de Florence à Calenzano, le Professeur Giotto Bizzarrini a reçu le titre de docteur Honoris Causa en Design Industriel ....





La voiture qui fait l'objet de cet article est un modèle assez méconnu de la marque Bizzarrini. En effet, l'histoire de la Bizzarrini Manta commence en 1967, lorsque Giorgetto Giugiaro, qui venait de quitter Ghia, décida de fonder sa propre société Italdesign. Ayant besoin d'un châssis pour réaliser son premier show-car, il contacta alors Giotto Bizzarrini, qui lui proposa l’exceptionnelle Bizzarrini P538 qui avait participé aux 24 Heures du Mans en 1966. La sublime Manta venait de naitre et conservera l'écusson Bizarrini ....





Tout juste âgé de 30 ans, Giugiaro a pourtant une riche carrière derrière lui avec cinq ans passé chez Bertone et deux ans chez Ghia pour qui il aura travaillé sur l'Alfa Romeo Guilia Sprint Gt, l'Iso Grifo, la Lamborghini Miura, la De Tomaso Mangusta ou la Maserati Ghibli. Pour sa nouvelle création, cette superbe Bizzarrini Manta il va encore frapper un grand coup. Dévoilée au salon de Turin en 1968, cette magnifique GT supercar se caractérise par sa ligne monocorps radicale. Le dessin est très pur, avec une seule ligne continue intégrant capot et pare-brise, avec un angle de 15° seulement, et un arrière quasiment horizontal dans le prolongement du pavillon. Malgré la hauteur réduite, la surface du vitrage est importante, et dans un souci de visibilité, l’avant est doté de persiennes vitrées. Le moteur est lui aussi abrité sous une grande vitre ....





L'étonnante berlinette Bizzarrini Manta est donc basée sur un châssis de course en provenance directe de l'Iso Grifo Competizione. Si le bas de caisse se donne un côté industriel, un peu décalé par rapport au reste du dessin très épuré, il faut reconnaitre que le design d'ensemble est une réussite esthétique indéniable. Le mérite en reviens à Giugiaro qui a réussi à concevoir une très élégante carrosserie entièrement en aluminium pour habiller au mieux ce châssis tubulaire de compétition déjà existant et cela sans aucunes modifications importantes ....





L'insolite Bizzarrini Manta destinée au départ à la compétition est donc assez sophistiquée au niveau des suspensions. En fait elle dispose de ce qui se faisait de mieux à l"époque, à savoir des triangles de suspension avant et arrière à double ressorts hélicoïdaux qui reçoivent des amortisseurs tubulaires et une barre anti-roulis. La voiture est très compacte et maniable avec ses 4.13 mètres de longueur, 1.85 mètres de largeur, 1.05 mètres de hauteur et son empattement de 2.50 mètres. Le freinage est confiè à quatre freins à disques ventilés de gros diamètres. Avec son moteur placé en position longitudinale centrale-arrière, la tenue de route est excellente ....





L'habitacle intérieur de la Bizzarrini Manta se caractérise par ses trois places frontales avec volant médian, c'est un agencement étrange qui assied le conducteur au milieu avec un passager de chaque côté. En effet on trouve une disposition très inhabituelle de trois passagers de front, avec le conducteur au centre. Le tableau de bord se trouve lui aussi fatalement d'une conception insolite avec les compteurs reportés de chaque côté du volant. Pour le reste tout est beaucoup plus classique avec du cuir sur les sièges et des moquettes de couleur différentes pour égayer l'ensemble ....





Pour ce qui est de la mécanique, la Bizzarrini Manta n'a subit aucune modification importante par rapport au châssis de l'Iso Grifo sur laquelle elle est basée. Elle est donc équipée du moteur V8 Chevrolet Small Block d’origine GM de 5359 cm³ qui développe 400 chevaux à 5800 tr/min alimenté par 4 carburateurs Weber 45 DCOE. La transmission est de type propulsion avec des roues arrières motrices et une boîte de vitesses ZF manuelle à 5 rapports avec un embrayage monodisque à sec. Cet engin offre donc des performances très élevées à la voiture avec son faible poids qui permet une vitesse de pointe avoisinant les 325 km/h ce qui pour l'époque est plutôt remarquable ....





Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8 Chevrolet
  • Cylindrée : 5359 cm³
  • Puissance : 400 cv à 5800 tr/min
  • Transmission : Propulsion avec boite ZF à 5 rapports
  • Vitesse : Environ 325 km/h



Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube
- © Bizzarrini - © Blenheim




La Bizzarrini Manta - 1968 ...








JPBlogAuto

- page 1 de 106