@ JPBlogAuto - La Passion Automobile @

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Imperial

Fil des billets

mercredi 8 juin 2016

Les étonnantes Woodies







woodie00.jpg



Un Woodie est un style de voiture dont la carrosserie arrière est construite avec une ossature en bois garnie de panneaux de remplissage eux aussi en bois. Le mot Wood signifie bois en anglais, à l'origine leur construction faisait appel à ce matériaux car le cadre en bois était une partie de la structure arrière de la voiture. Ces véhicules insolites, fabriqués à la main en bois représentent une tradition qui remonte aux débuts de l'automobile. En fait les Woodies ont débuté leur existence au tout début du 20 ème siècle, fabriqués sur commande à la main par des artisans carrossiers ou charpentiers locaux, qui achetaient les châssis nus et les mécaniques aux grands constructeurs automobiles et faisaient eux même l'emménagement complet ....





Historiquement, les Woodies connurent leur heure de gloire entre la fin des années 30 et le début des années 50 essentiellement sur le marché nord américain, bien que d'autres pays européens comme par exemple la Grande Bretagne, la France, l'Italie, ou même l'Allemagne ont eux aussi à moindre échelle participé au phénomène. Leur appelation en Europe était différente et donc en Angleterre on parlait de "Shooting Brake", dans l'hexagone de "Canadienne" ou de "Break de Chasse", en Italie de "Giardinetta", et en Allemagne de "Kombi". A l'origine ces Woodies n'avaient aucune prétention familiale ni sportive car c'était plutôt des véhicules utilitaires ou à usage commercial destinés à assurer le transport des marchandises et des passagers ....





Autrefois, presque chaque moyen de transport été fait en bois, qu'il s'agisse des wagons, des bateaux, des trains, ou même des avions, alors les insolites véhicules automobile de type Woodies qui remplaçaient les anciennes carrioles et diligences n'échappaient pas à la règle. Ces premiers woodies étaient plus que rudimentaires, le plus souvent sans portière, avec un simple toit pour s'abriter des intempéries, des sièges minimalistes, et une carrosserie en bois ordinaire. La partie avant provenait d'un véhicule de série classique, tandis que l'arrière était très souvent allongé pour augmenter le volume utile afin de permettre une polyvalence entre le transport de passagers et de marchandises. En fait, une simple charpente maîtresse recevait les panneaux d'habillage en bois cloutés sur des poutres structurelles. Les connaissances aérodynamiques n'éxistant pas encore, les éléments de carrosserie tous coupés à angle droit étaient très facile à assembler car sans aucune découpes arrondies ....





Au début des années 20, la Ford T, particulièrement bien adaptée à tous les genres de transformations possibles, allait constituer l'essentiel du parc des Woodies, mais rapidement d'autres marques, comme Chevrolet ou Dodge, firent aussi le bonheur de nombreux artisans. Bien que plutôt marginal à ses débuts, ce peit marché des Woodies allait croître de manière régulière, jusqu'à susciter très vite l'intérêt des autres géants américains. Dés le début des années 30, d'autres constructeurs comme Plymouth, Mercury, Chrysler, Studebaker, Oldsmobile ou même Packard vont eux aussi s'intéresser à ce nouveau crénau en proposant leur propre modèle et en étendant plus largement pour certain l'offre jusqu'à produire des modèles beaucoup plus luxueux qu'ils vont décliner en version coupés voir meme en décapotables ....





Au milieu des années 30, le succés remporté par ces Woodies aux Etats-Unis vont pousser les divers constructeurs à améliorer ces voitures, c'est l'époque ou le Woody s'embourgeoise. Les premières vitres font leur apparition, fini les simples rideaux de toile. Le confort général est revu à la hausse avec l'offre de garnitures bien plus accueillantes. Le look avec des lignes à angles droits céde la place à des courbes plus douces, dans l'esprit du style design des autres voitures. Le marketing commercial des constructeurs fait passer le Woody dans un autre monde, de simple utilitaire rustique et minimaliste il devient enfin un véhicule de loisir civilisé et désirable ....





Au début des années 40, la clientèle des Woodies commençe à évoluer, et quelques riches particuliers osent enfin acheter ce type de voiture. Même dans les classes sociales favorisées, le Woody devient pour certains, sans doute un peu par pur snobisme, un moyen de se démarquer de son voisin. D'autres constructeurs attirés par cet engouement vont aussi se laisser séduire par le phénomène et proposer eux aussi de tels engins dans leur catalogue à l'image de Buick, Hudson, ou Pontiac. A cette époque, seules quelques rares marques plus luxueuses vont continuer à faire de la résistance comme Imperial, Cadillac ou Lincoln. Le woody était devenu un objet à la mode plébiscité par de simples pères de famille nombreuse pour se rendre dans leur résidence secondaire. Même à Hollywood il était également apprécié par quelques stars de cinéma pour transporter les amis, chiens et fusils à la chasse ....





Aprés guerre, au début des années 50, les Woodies plutôt complexes à fabriquer, impossibles à assembler en grande série, et qui nécessitaient un personnel très qualifié pour la fabrication, allaient devenir victime de leur succès. Ils étaient maintenant en train de vivre leurs dernières années d'autant plus que le moindre choc coûtait une petite fortune en réparation et en entretien car il fallait aussi revernir les bois très régulièrement et refaire complètement les panneaux au bout de quelques années d'usage, une époque touchait à sa fin. Finalement quasiment tous les grands constructeurs vont petit à petit abandonner la constructions des Woodies au profit de voitures tout acier. Au milieu des années 50, les boiseries visibles sur les flancs de certains station wagons n'étaient plus que de simples bandes en vinyl, imitation bois, finalement de simples décorations façon Woody. Seul le milieu relax et sportif du surf va continuer à apprécier les Woodies car avec son esprit décontracté et cool ces passionnés de la mer aimaient son allure rustique, et appréciaient les reflets des boiseries et les couleurs douces des carrosseries ....





En Europe, la mode des Woodies à aussi sévit en traversant l'Atlantique. Ainsi par exemple en France, quelques châssis prestigieux reçurent des habillages bois, de manière totalement artisanale. Quatre constructeurs généralistes commercialisèrent les premiers des carrosseries en bois à la fin des années 40, Simca, Peugeot, Ford France et Rosengart. La Simca 8, la Rosengart Vivor, la Ford F472 et la Peugeot 202 ont donc eu elles aussi des versions Woodies jusqu'au début des années 50. Mais malheureusement, après 1950, tout était bien fini, la construction tout acier avait définitivement remplacé le bois sur tous les breaks français. La grande industrie avec ses soucis de rendement et d'économie avait supplanté le savoir faire artisanal de la construction en bois devenu trop cher et trop difficile à produire en série ....





A l'image de la France, en Angleterre et en Allemagne, la mode des Woodies a aussi trouvé un écho favorable. En fait plusieurs constructeurs ont aussi proposé des modèles assez étonnants et insolites beaucoup plus inhabituels que tous ceux que proposaient les constructeurs américains. Plus luxueux et bien mieux étudiés, ces voitures à la finition très soignée se démarquaient vraiment des Woodies plus rudimentaires proposés par les fabricants aux Etats-Unis. Certains modèles spéciaux ont même été produits en petite série limitée jusque dans les années 60 ....





De nos jours, la fonction prime sur l'émotion, et la notion d'élégance est sacrifiée sur l'hôtel de la rentabilité ce qui fait que nos routes sont désertées par ces superbes Woodies qui nous ont fait tant rêver. Seuls quelques très rares jolis petits modèles ludiques sont encore produits plus pour étoffer une offre d'un constructeur que par esprit de rentabilité, un simple complément marketing de catalogue. C'est sans doute le cas de la vénérable marque Britanique Bentley qui a osé proposer sur la base de l'un de ses anciens modèles plutôt luxueux une voiture vraiment incroyable et insolite que l'on pourait qualifier aujourd'hui de Rolls Royce des Woodies ....





Sources : © Wikipédia - © Google Images - © YouTube - © Oldwoodies



Les étonnantes Woodies ...



Les étonnantes Woodies ...







JPBlogAuto

lundi 10 octobre 2011

Imperial Le Baron - 1968



IMPERIAL LE BARON ….







Désignation d’une série de modèles de luxe de la marque Chrysler depuis 1926, « Imperial » est devenue en 1954 une marque automobile autonome semblable aux autres marque du groupe comme Dodge ou Plymouth . C’est la marque de prestige créée à l’époque au sein de Chrysler, comme de nos jours Lexus pour Toyota . En pratique, il s’agissait au départ d’une simple opération commerciale destinée à faire une différence entre un modèle normal Chrysler et un modèle luxueux Imperial . Le but masqué étant de mieux rivaliser avec ses concurrents directs sur ce créneau qui étaient à l’époque Lincoln et Cadillac . Cette stratégie va rapidement porter ses fruits car en une seule année, la production va doubler passant de 5761 unités en 1954 à 11435 unités en 1955 ….



A l'origine le nom était "Imperial Division of Chrysler Corporation". Les modèles les plus luxueux y sont fabriqués, renouvelant les carrosseries environ tous les deux ou trois ans . Virgil Exner qui avait défini les calandres de Chrysler depuis 1952 est transféré au département Imperial en 1955 et créée une nouvelle calandre typique, qui rappelle quelque peu les Cadillac séries 62 . Il dote la nouvelle voiture de trois niveau de finition, "Imperial Custom" qui est le niveau d'accès, un second niveau plus raffiné appelé "Imperial Crown" et le niveau élitiste « Imperial Le Baron » . Le nom "Le Baron" est emprunté à une firme américaine de l'avant-guerre qui était réputée pour la qualité de ses voitures et le raffinement de ses équipements ….

En ce qui concerne l’esthétique de l’étonnante Imperial Le Baron, il faut constater que sa ligne a subi une constante évolution suivant les années . D’un aspect plutôt arrondi à ses début, la voiture est passé aux ailerons arrière typiques d’une certaine époque, mais vite abandonnés au début des années 60 au profit d’une ligne plus filante et plus dépouillée . A la fin des années 60, le design de la voiture avait atteint son âge de maturité en proposant un style plus géométrique et sobre, ou les arêtes vives et fonctionnelles s’affirment mais en maintenant une impression de fluidité et de finesse . Cette grosse berline propose finalement un look élancé et classieux de bon goût avec des faces avant et arrière surchargées de chromes qui renforcent le prestige ....



La très insolite Imperial Le Baron était disponible en plusieurs versions, la berline à quatre portes, la berline à quatre portes décapotable (ce qui veut dire avec un toit en toile) et enfin le cabriolet classique . Tous les modèles pouvaient embarquer 4 passagers vu les dimensions généreuses de la belle de 5.70 m de longueur pour 2.12 m de largeur . Équipée de jantes de 15 pouces, elle paraît plutôt basse, mes les enjoliveurs chromés maintiennent le côté classe . Le poids total de la bête est assez conséquent et avoisine les 2195 kilos . L’habitacle intérieur est quant à lui fidèle au concept de luxe en proposant ce qui se faisait de mieux à l’époque . Un superbe cuir de couleur assortie à des moquettes épaisses, des sièges confortables et électriques, un tableau de bords de forme géométrique complet et fonctionnel, des accessoires et des équipements d’origine vraiment agréables, le tout souligné par des chromes ....



Pour ce qui est de la motorisation, la belle Imperial Le Baron est équipée bien sur d’une mécanique Chrysler . Les ingénieurs ont opté pour un gros V8 de 7206 cm3 de cylindrée qui développe 350 chevaux à 5400 t/mn et un couple de 651 Nm dès 2800 t/mn . Ce n’est certes pas le bloc le plus performant de la firme, mais il a été choisi pour d’autres qualités . En fait il est assez puissant mais offre aussi de la souplesse et un couple de tracteur . Allié à une transmission automatique à trois vitesses bien étudiée, il offre des performances intéressantes dans le confort et le luxe . On est donc loin d’une sportive, mais pourtant avec cette motorisation, l’étonnante Imperial Le Baron était capable d’atteindre la vitesse maximum d’environ 195 km/h dans le confort et d’abattre le 0 à 100 km/h en environ 10 secondes, pas mal pour un salon roulant ....



Les voitures de la marque ont ainsi évolué de 1955 à 1975, date à laquelle la firme cesse complètement son activité . Elle est brièvement exhumée en 1982 et 1983 pour produire des véhicules toujours luxueux mais exclusivement en deux portes . Le modèle "Imperial Le Baron" est entré dans la gamme de Chrysler en 1977 et disparaît alors des appellations "Imperial" . Aujourd’hui, c’est devenu un modèle à tendance Vintage Classic qui est recherché par les collectionneurs et qui donc a pris une côte plutôt flatteuse sur le marché des anciennes .....



Caractéristiques techniques :

  • Moteur : V8
  • Cylindrée : 7.2 Litres
  • Puissance : 350 chevaux à 5400 t/mn
  • Couple : 651 Nm dès 2800 t/mn
  • Vitesse : 195 km/h
  • Accélération : Le 0 à 100 en 10’’0


  




La berline « Imperial Le Baron », c'est ça ...



La berline « Imperial Le Baron », c'est ça ...



La berline « Imperial Le Baron », c'est ça ...





JPBlogAuto

mercredi 21 septembre 2011

Les étonnantes Vintage Classic #2



Les GT Supercars
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
Les étonnantes Vintage Classic
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
Les engins divers insolites
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
Les anciennes oubliées
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
La signalétique des marques
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
Toutes les marques
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)




hartham00.jpg heron00.jpg holden00.jpg

honda00.jpg hondacrx00.jpg hotchkiss00.jpg

iad00.jpg icontlc00.jpg ilinga00.jpg

imperial00.jpg isogrifo00.jpg jaguar00.jpg

jaguarmk00.jpg jensen00.jpg lamborghini00.jpg

lambomiura00.jpg lambocountach00.jpg lanciazagato.jpg

lincoln00.jpg lotus00.jpg maserati00.jpg

masekhamsin00.jpg matra00.jpg mazda00.jpg

mercedes00.jpg mg00.jpg mitsubishi00.jpg

morgan00.jpg nissan00.jpg nsu00.jpg






Les GT Supercars
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
Les étonnantes Vintage Classic
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
Les engins divers insolites
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
Les anciennes oubliées
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
La signalétique des marques
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)
Toutes les marques
(A - G) (H - N) (O - S) (T - Z)




JPBlogAuto